Géographie du département du Jura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Jura (département).

Le département du Jura est situé en partie sur le massif du Jura qui déborde sur les départements voisins du Doubs et de l'Ain et s'étend le long de la frontière entre la France et la Suisse.
Il est limitrophe des départements de la Haute-Saône au nord, du Doubs et du canton de Vaud (Suisse) à l'est, de l'Ain au sud, de Saône-et-Loire et de la Côte d'Or à l'ouest.

Carte détaillée du département du Jura avec ses réseaux routier et hydrologique principaux

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief du département est particulier :

  • La Haut-Jura permet d'atteindre brusquement les altitudes les plus élevées jusqu'à 1 500 m, avec une moyenne de 1000/1100m; le paysage est montagnard, avec de nombreuses forêts de résineux, la ville des Rousses et son lac, celle de Morez (siège de la lunetterie française, avec son école nationale) et la ville de Saint-Claude (important secteur de l'industrie du jouet, de la pipe, et anciennement du diamant).

Régions naturelles[modifier | modifier le code]

Le département est découpé en quatre régions :

Géologie[modifier | modifier le code]

La géologie du département du Jura est intimement liée à celle du massif du Jura. Durant le Mésozoïque, il y a 250 millions d'années, le Jura était recouvert d'une mer épicontinentale. Cette mer profonde et riche de dépôts marneux à calcaire s'y maintient pendant 130 millions d'années environ. La poussée alpine s'accentuant, le Jura émerge il y a 140 millions d'années ouvrant des failles de calcaires érodés par les eaux météoriques. Un bassin houiller, daté du Stéphanien, occupe la région de Lons-le-Saunier. Plus au nord se trouvent des lambeaux du bassin houiller keupérien, qui s'étend essentiellement en Haute-Saône. Ce terrain datant du Trias supérieur est riche en gypse, halite (sous forme de saumure) et marne irisée[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône,‎ 1869 (lire en ligne), p. 184-185.