Les Planches-près-Arbois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du département du Jura
Cet article est une ébauche concernant une commune du département du Jura.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Les Planches-près-Arbois
Rue principale des Planches-près-Arbois.
Rue principale des Planches-près-Arbois.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Arbois
Intercommunalité Communauté de communes Arbois, Poligny, Salins – Cœur du Jura
Maire
Mandat
Hubert Darbon
2014-2020
Code postal 39600
Code commune 39425
Démographie
Population
municipale
104 hab. (2014)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 46″ nord, 5° 48′ 27″ est
Altitude Min. 320 m – Max. 571 m
Superficie 1,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Planches-près-Arbois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Planches-près-Arbois

Les Planches-près-Arbois est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune est située au fond de la reculée des Planches dans l'un des sites naturels les plus remarquables du département par ses falaises et la grotte des Planches. L'ensemble de la reculée est un site classé au titre des sites naturels protégés et fait aussi partie des sites Natura 2000.

Les paysages et les points de vue sont protégés. Cette protection fige l'évolution de la commune mais semble correspondre aux souhaits des habitants actuels conscients de la valeur de ce patrimoine collectif.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mesnay Rose des vents
Arbois N La Châtelaine
O    Les Planches-près-Arbois    E
S
Arbois, La Châtelaine

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu a été habité depuis plusieurs millénaires (traces de vie dans la grotte des Planches).

En 1788, Louis XVI autorise la création d'une paroisse aux Planches-près-Arbois, car, selon la requête de habitants, il était difficile de recevoir les derniers sacrements par mauvais temps, le prêtre le plus proche étant celui de la Châtelaine, village situé en haut de la reculée, soit 250 mètres de dénivelé.

Au XIXe siècle, le village compte plus de 200 habitants et plusieurs paires de bœufs pour tirer les diligences et chariots montant en Suisse, les chevaux n'étant pas assez puissants pour arriver jusqu'au premier plateau du Jura.

Le village est alimenté en électricité au tout début du XXe siècle, avant même Arbois, par la mise en place d'une turbine à eau. Claude Darbon — ancêtre de l'actuel maire — mort le 14 septembre 1708, s'est installé aux Planches pour restaurer et exploiter le moulin qui avait été détruit pendant la guerre de Trente Ans, ce qui prouve qu'il y avait au moins un moulin (à eau) dans le village à la fin du XVIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2001 en cours Hubert Darbon DVG Retraité de l'enseignement

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 104 habitants, en augmentation de 10,64 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
212 214 230 215 210 215 208 200 170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
155 139 140 145 116 121 135 111 104
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
104 84 118 105 86 72 68 76 83
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
95 87 65 75 67 79 94 101 104
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église des Planches-près-Arbois.

Le site naturel de la reculée est fréquenté par de nombreux randonneurs en été qui peuvent trouver un hébergement dans un gîte d'étape.

La grotte des Planches, une concession privée, est fermée et n'a actuellement aucune date de réouverture. La commune voit aussi sur son territoire la cascade des Tufs, source de la Cuisance.

Enfin, la commune possède également une église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]