Frans Snyders

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Snijders.
Frans Snyders
Frans Snyders - het gulden cabinet.png

Portrait gravé de Frans Snyders réalisé par Joannes Meyssens dans Het Gulden Cabinet de Cornelis de Bie (1662)

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
AnversVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Mouvement

Frans Snyders ou Snijders (Anvers, - id. ) est un peintre baroque flamand, élève de Pieter Bruegel le Jeune et de Hendrick van Balen, spécialisé dans la nature morte et la peinture animalière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Frans Snyders
et de sa femme

Antoine Van Dyck

Sa formation se déroula en 1597 sous la conduite de Peter II Bruegel. Il fut reçu franc-maître à la guilde des peintres d'Anvers en 1602[1], et réalisa l'essentiel de son œuvre dans cette ville.

En 1608, il voyagea en Italie à Rome et Milan, où il fut introduit dans l'entourage du cardinal Frédéric Boromée par Jan Bruegel de Velours.

Retourné dans sa ville natale en 1609, il épousa deux ans plus tard Marguerite de Vos, soeur des peintres Cornelis et Paul de Vos, avec qui il collabora fréquemment[2]. Van Dyck réalisa en 1618-1620, son portrait avec son épouse conservé à la Gemäldegalerie Alte Meister.

En 1610, il participe à l'important atelier de Rubens, même s'il ne fut pas son élève, il collabora avec lui dans plusieurs tableaux, comme Philopœmène reconnu par ses hôtes (musée du Prado, Madrid). Il forma aussi lui-même plusieurs élèves, notamment Jan Fyt et Pieter Boel.

En 1619, il devint membre de la guilde des Romanistes, dont il devint Doyen en 1628.

A partir de 1636, il produisit soixante scènes de chasse pour Philippe IV d'Espagne, destinées à son pavillon de chasse la Torre de la Parada, aujourd'hui détruit, et pour le Palais royal de Madrid. Il a dirigé un important atelier pour répondre ses commandes de tableaux, ses deux beaux-frères de Vos en firent partie[3].

Snyders exerça une grande influence sur la nature morte française, chez des peintres comme Jean-Baptiste Oudry ou Alexandre-François Desportes.

Son Œuvre[modifier | modifier le code]

Elle se compose essentiellement de natures mortes et de scènes de chasses, auxquelles il conféra une monumentalité nouvelle. En raison de cette spécialité, il fut souvent appelé par d'autres peintres et tout particulièrement Rubens, Van Dyck et Jordaens pour exécuter dans leurs œuvres des sujets animaliers ou végétaux.

Ses étals de commerçants, notamment de poissonniers (plusieurs exemplaires, conservés au musée royal des beaux-arts et à la Rockoxhuis (nl) d'Anvers, au musée du Prado de Madrid, au musée Duplessis de Carpentras, etc.) constituent peut-être la partie la plus originale de son répertoire. Ses compositions s'organisent en général autour d'un élément horizontal stable, comme une table, sur laquelle sont exposés des éléments désordonnées. Le foisonnement des objets peut rappeler l'abondance et la prospérité des Flandres au XVIIe siècle.

Les "Etals" du musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, est une série composée de quatre énormes toiles. Elle fut créée pour décorer la salle à manger du palais de l'archevêque de Bruges. Sa touche est très proche de celle de Rubens, en jouant sur des empâtements et des glacis dilués et toutes les richesses de la nature y sont rassemblées. On appelait Snyders, "le Rubens des natures mortes"[4].

Dates non documentée 


Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joost Vander Auwera, Musée d’Art Ancien : Oeuvres choisies, Musée Royaux des Beaux Arts de Belgique, Bruxelles, (ISBN 90-77013-04-0), p. 148
  2. Maria Cecilia Fabbri, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 667
  3. (en) Stephen Duffy & Jo Hedley, The Wallace Collection’s Pictures : A complete catalogue, Unicorn Press and Lindsay Fine art, , 515 p. (ISBN 0 906290 38 4), p. 405
  4. Mikhaïl Piotrovski, Ermitage, P-2 ART PUBLISHERS, v.2001, p. 196-199
  5. Scène d'office, Wallace Collection
  6. Lévrier chassant, Gand
  7. Chasse au sanglier, Florence
  8. Fruits sur la table, Ermitage
  9. Vendeur de gibier, Oslo
  10. Poissonnerie, Anvers
  11. Garde-Manger, Bruxelles
  12. Chasse au Daim, Bruxelles

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]