Paul Bril

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Bril
Bril, Paul - Self-Portrait - 1595-1600.jpg

Paul Bril, Portrait de l'artiste (vers 1595-1600),
Rhode Island School of Design Museum (en).

Naissance
Décès
Nationalité
Flamande
(Pays-Bas espagnols)
Activité
Maître
Matthijs Bril,
Damiaen Wortelmans
Élève
Lieux de travail
Influencé par
A influencé
Fratrie

Paul Bril, né à Anvers (Flandres, aujourd'hui en Belgique) ou Bréda (Brabant septentrional, aujourd'hui aux Pays-Bas), en 1553 ou 1554[1], dans les Pays-Bas espagnols dont il était sujet, et mort à Rome en 1626[2], est un peintre et graveur flamand de l'école d'Anvers. Il fut actif à Rome de 1582 à sa mort comme paysagiste de vedute après 1600.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Bril reçoit d'abord une formation artistique de son père, le peintre Matthijs Bril le Vieux. Ensuite il poursuit son apprentissage auprès de Damiaen Wortelmans.

Aux environs de 1575, il entame un voyage à l'étranger. Après avoir passé quelque temps à Lyon, il continue sa route et arrive à Rome en 1582 où il travaille d'abord dans l’atelier de son frère aîné, Matthijs Bril le Jeune (1550-1583) qui décore à fresque le palais du Vatican. Il semble qu’à cette époque il se soit perfectionné dans son art, et il s'intègre fortement dans la ville italienne.

Après la mort prématurée de son frère, qui avait été pour lui également un maître et qu'il ne tarda pas à surpasser, il achève pour le pape les ouvrages que son aîné n'avait pu terminer. Il participe aux fresques de la Scala Santa en 1588, à celles du Palais Farnèse à Caprarola, aux côtés d'Antonio Tempesta et travaille dans d'importantes églises de la cité pontificale.

Après 1590, il commence à se consacrer à la peinture de chevalet et à la technique de l'huile sur cuivre. En 1592, il se marie. Tout comme son frère, il reçoit par la suite des commandes des papes Grégoire XIII, Sixte V — qui l'emploie à décorer ses palais et plusieurs couvents d'Italie — Clément VIII et Paul V. Entre 1599 et 1600, il peint des paysages à fresque pour le cardinal Sfondrati au couvent Sainte-Cécile au Trastevere et en 1602 il réalise les décorations de la salle Clémentine au Vatican.

Durant ses années de maturité, il eut d'autres commandes importantes : les lunettes des Quatre Saisons au Palais Ruspigliosi Pallavicini en 1613-1614, et celles de la salle des Pays au Casino Ludovici en 1621 en collaboration avec le Dominiquin, le Guerchin et Viola.

Il est membre du groupe d’artistes Virtuosi al Pantheon, et en 1620, il fut élu Principe de l’Accademia di San Luca et Secondo Consigliere en 1623. Ces titres étaient attribués pour la première fois à un paysagiste et à un étranger[3].

Il eut comme collaborateurs Agostino Tassi et le Gobbo dei Carracci[4].

Il restera à Rome jusqu'à sa mort, survenue vers octobre 1626.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Paul Bril est connu pour ses paysages animés de chasseurs ou agrémentés de scènes mythologiques, avec des effets de soleil et de lumière. Il peignit des fresques à paysage dans différentes églises et dans les palais des papes et des cardinaux à Rome. Cependant, il doit surtout sa renommée à ses paysages de petit format sur cuivre ou sur panneau. Il a laissé en outre bon nombre de dessins.

Il a d'abord réalisé des paysages panoramiques qui, souvent, comportaient des scènes historiques ou bibliques, le tout dans la tradition du maniérisme flamand. Ils sont caractérisés par une construction mouvementée faite de diagonales, un raffinement dans le détail, et la palette de couleurs traditionnelle de brun, vert et bleu. De cette époque, on connaît également de lui des paysages sylvestres à la manière de Gillis Van Coninxloo et de Jan Brueghel l'Ancien. Progressivement, il ajouta au réalisme de ses paysages en faisant fonctionner davantage la nature et les bâtiments comme éléments structurels.

L’atelier de Paul Bril à Rome devait devenir aux alentours de 1600 un lieu de rencontre pour certains artistes qui s’inspirèrent mutuellement ; parmi ceux-ci : Adam Elsheimer, Frederik Van Valckenborch, Sebastiaan Vranckx et Jan Brueghel l'Ancien. Ce sont surtout dans les œuvres de ce dernier que l’influence de Bril est alors la plus marquée. Paul Bril lui-même associe sa propre perception du paysage aux expériences de l'École de Frankhenthal (Rhénanie)[5].

Une sorte d’influence croisée s’opéra également avec les peintres italiens qui tendaient vers un style classique et un paysage idéalisé, à commencer notamment par Annibale Carracci. Paul Bril passe d'un type de paysage strictement flamand à un paysage plus ouvert, plus doux. Cette nouvelle interprétation annonce déjà les paysages romains des années 1650. Pour Agostino Tassi et Claude Lorrain, La Marine de Bril conservée aux Offices, fut un véritable modèle[5]. Il inspira aussi des artistes tels que Domenichino et Giovanni Battista Viola.

Par le truchement de gravures réalisées d’après son œuvre par Hendrick Goudt d’Utrecht, également Pierre Paul Rubens, Jacob Pynas, Pieter Lastman, Cornelis Van Poelenburgh et Bartholomeus Breenbergh sont redevables dans une plus ou moins large mesure à Bril. Ainsi Bril, à côté de son ami Elsheimer, constitua-t-il un chaînon important dans le développement complexe de l’art du paysage autour de 1600.

Il signe parfois d'un pictogramme évoquant son nom : une paire de lunettes, en néerlandais, bril.

Œuvres avant 1610 


Diane et ses nymphes (1615-1620)
Musée du Louvre
Diane et Callisto (vers 1620)
Londres
Œuvres après 1610 

Après 1610, il revint aux anciens schémas, et exception faite de Willem van Nieulant, qui copia son style fidèlement, il eut beaucoup moins d’imitateurs.

Dates non documentées

Localisation des œuvres[modifier | modifier le code]

Collections publiques 
Collections privées référencées
  • Collection John et Marine van Vlissigen : Paysage avec des promeneurs au premier plan, plume et encre brune, signé du pictogramme de l'artiste : une paire de lunettes.
Non localisées

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saur (1996) – Cité par le Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie (RKD).
  2. Il fut enterré à Rome le . Selon Wurzbach (1906), il aurait été enterré dans l'église S. Maria dell' Anima à Rome. – Cité par le RKD.
  3. Joost Vander Auwera, Musée d’Art Ancien : Oeuvres choisies, Musée Royaux des Beaux Arts de Belgique, Bruxelles, (ISBN 90-77013-04-0), p. 106
  4. Maria Cecilia Fabbri, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 636
  5. a, b, c et d Marco Chiarini, « La Peinture européenne des XVIIème et XVIIIème siècles », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 505-506
  6. Chasse au cerf, Louvre (Atlas)
  7. « Rebecca au puits recevant les présents d'Eliezer », notice no 50130000100, base Joconde, ministère français de la Culture
  8. Paysage fantastique
  9. a et b Paysage fluvial, Vienne
  10. « Le Naufrage de Jonas », notice no 000PE016604, base Joconde, ministère français de la Culture
  11. nocturne, Vienne
  12. Mercure et Argus, Vienne
  13. avec un pont, Vienne
  14. Diane à la chassse, Louvre (Atlas)
  15. Emmaüs, Louvre (Atlas)
  16. Paysage avec chasseur
  17. Paysage avec Pan et Syrinx
  18. Vénus et Adonis, Angoulême
  19. Diane et Callisto
  20. Vue de la campagne romaine
  21. Jean-Baptiste, Louvre (Atlas)
  22. Pêcheurs, Louvre (Atlas)
  23. La Tentation du Christ dans le désert
  24. Le Port,
  25. Jonas et la baleine
  26. « Vue du temple de la Sybille à Tivoli », notice no 000PE020368, base Joconde, ministère français de la Culture
  27. « Paysage », notice no 06770000238, base Joconde, ministère français de la Culture
  28. Paysage avec animaux exotiques

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • « BRIL, Paul », in Biographie nationale de Belgique, t. 3.
  • Pierre J. Truchot, Paul Bril, deux éternités, Éditions Marguerite Waknine (ISBN 978-2-916694-61-0).
  • (de) Saur Allgemeines Künstlerlexikon. Die Bildenden Künstler aller Zeiten und Völker, vol. 14 (1996), Munich - Leipzig, Saur (1re éd. 1992), p. 228. 
  • (de) Alfred von Wurzbach, Niederländisches Künstler-Lexikon, vol. 1 (1906), Vienne, Halm und Goldmann, 1906-1911, p. 183-185. 

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :