Pieter Pourbus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pourbus.
Pieter Pourbus
Pieter Pourbus Portret1.jpg

Portrait Jan van Eyewerve, (1551), Groeningemuseum de Bruges.

Naissance
Décès
Activités
Enfant
image illustrant un peintre image illustrant un sculpteur image illustrant un dessinateur ou un illustrateur
Cet article est une ébauche concernant un peintre, un sculpteur et un dessinateur ou un illustrateur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Pieter Pourbus, né à Gouda en 1523, mort à Bruges le 30 janvier 1584, est un peintre flamand, sculpteur, dessinateur et cartographe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pieter Pourbus s'est installé à Bruges en 1540. En 1543, il a été admis en tant que maître étranger, au sein de la Guilde de Saint-Luc de la ville. Emergeant peu après, comme chef de file des artistes de sa génération, il a été successivement nommé officier, membre du comité, et doyen de la Guilde.

Il épousa la fille de l'artiste local Lancelot Blondeel et peu après, il peignit, Les Sept joies de la Vierge, (Doornijk,Notre-Dame Vrouwerkerk), seul tableau qui lui soit attribué dans ce début de carrière. Sa première commande importante, en 1549 fut des dessins préparatoires pour l'entrée triomphale de l'empereur Charles V et le couronnement du prince Philippe d'Espagne à Bruges.

Il joua un rôle public important dans la ville, impliqué avec les rethoriciens et membre de la compagnie des archers de saint Joris, à partir de 1544[1].

Son style maniériste italien est parallèle à celui de Frans Floris à Anvers. Mais, malgré ses personnages typiques de la Renaissance et sa technique, Pourbus est resté fidèle aux couleurs vives et à la précision de l'école de peinture de Bruges. C'est pourquoi il est souvent qualifié de "dernier primitif flamand".

Portraitiste de grand talent, il excelle également dans les scènes allégoriques et religieuses comme le Jugement Dernier, visible au Groeningemuseum.

Il est également l'auteur de dessins d'architecture et d'arts décoratifs et de travaux cartographiques. On recense avec certitude quarante œuvres de sa main, on lui attribue une trentaine d'autres.

Son fils Frans Pourbus l'Ancien (1545-1581) et petit-fils Frans Pourbus le Jeune (1569-1622) furent aussi peintres.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Stephen Duffy & Jo Hedley, The Wallace Collection’s Pictures : A complete catalogue, Unicorn Press and Lindsay Fine art, , 515 p. (ISBN 0 906290 38 4), p. 332

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Huvenne, Pierre Pourbus, peintre brugeois, 1524-1584, cat. expo., Musée Memling (Hôpital Saint-Jean), 29 juin-30 septembre 1984, Bruges, Crédit Communal, 1984.
  • Paul Philippot, La Peinture dans les anciens Pays-Bas XVe ‑ XVIe siècles, Paris, Flammarion, 1994, 303 p., (ISBN 978-2-08010-937-8), p. 230-231.
  • Maryan W. Ainsworth, Win Blockmans, Till-Holger Borchert… [et al.], Bruges et la Renaissance. De Memling à Pourbus, cat. expo., Bruges, 15 août-6 décembre Gand, Ludion ; Paris, Flammarion ; Bruges, Stichting Kunstboek, 1998, 319 p., (ISBN 90-5544-232-1).
  • Irene Smets, Le Musée Groeninge à Bruges : un choix des plus belles œuvres, Ludion, , 127 p. (ISBN 978-9-05544-257-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :