Theodore Rombouts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Theodore Rombouts
Anthony van Dyck - Theodoor Rombouts.JPG

Portrait de Theodoor Rombouts par Antoine van Dyck, Alte Pinakothek

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
apprenti en Hollande (1608-16), voyage en Italie (1616-25)
Maître
Mouvement
Mécènes
Cosme II de Médicis, Grand-Duc de Toscane, mécènes laïcs et ecclésiastiques de Gand
Influencé par
Conjoint
Anna van Thielen (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
"Joueurs de cartes"

Theodore Rombouts, né le 2 juillet 1597 à Anvers et mort dans la même ville le 14 septembre 1637, est un peintre baroque flamand des Pays-Bas espagnols, au début du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Bartholomeus Rombouts et de Barbara de Greve (Rombouts / Van Lerius 1872, dl 1, p 450 et note 1), il a été apprenti d'Abraham Janssen entre 1608 et 1616 avant de parfaire sa formation en Italie au cours d'un séjour de 9 ans de 1616 à 1625. Il séjourna à Florence où il travailla probablement pour Cosme II de Médicis, Grand-Duc de Toscane, et à Rome où il est mentionné en 1620.

A son retour d'Italie en 1625, il s'installa à Anvers, sa ville natale, grand centre artistique depuis le XVIe siècle, célèbre notamment grâce à Pieter Brueghel l'Ancien. Il y devint maître et fut inscrit à la Guilde de Saint-Luc, la corporation des maîtres de la ville. Il s'est marié le 16 septembre 1627 à Anne van Thielen, fille de Libert van Thielen, seigneur de Couwenbergh (patriciat à Malines). Elle fut enterrée dans l'église Saint-Jacob le 31 mai 1639 (Rombouts / Van Lerius 1872, dl 1, p 450 et note 1 ). Son beau-frère était Jan Philip van Thielen[1].

Son Oeuvre[modifier | modifier le code]

Son séjour en Italie et particulièrement à Rome a laissé sur son œuvre l'empreinte marquante du Caravage, grand maître italien du baroque, avec lequel il partage le goût du contraste et du clair-obscur, à tel point qu'on peut évoquer un style caravagesque flamand au sujet de son œuvre.

De retour à Anvers, il y peignit de nombreuses œuvres pour des commanditaires de Gand, des œuvres religieuses telles des retables mais aussi des œuvres profanes, portraits, scènes de joueurs de cartes ou de musiciens. Il y collabora entre autres avec d'autres maîtres hollandais comme Adriaen van Utrecht pour lequel il rajouta des personnages à ses compositions de nature morte. Sous leur influence, son style évolua. Il fut très à la mode et Antoine van Dyck fit un portrait de lui en 1632 avant sa mort en 1637, à peine âgé de 40 ans.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :