Antonio Moro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mor (homonymie), Moro et More.
Anthonis Mor
Mor-antonis-self-portrait.jpg

Autoportrait, 1558

Naissance
Vers 1520
Utrecht aux Pays-Bas
Décès
Entre 1576 et 1578
Anvers
Nationalité
Activité
Mécènes
Œuvres réputées

Antonio Moro, ou Anthonis Mor (né vers 1520 à Utrecht aux Pays-Bas, mort entre 1576 et 1578 à Anvers aux Pays-Bas du sud), est un peintre flamand. On le connaît sous divers noms : son prénom est tantôt Anthonis, Antoon, Antonis, Anthony, Anthonius ou Antonio, son nom est tantôt Mor, More ou Moro, et il est également identifié par son titre acquis au cours de sa vie : Van Dashorst.

Portraitiste très apprécié, il fait une carrière internationale, qui le mène à Bruxelles, Madrid, Lisbonne, Londres, Utrecht et Anvers[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et début de sa carrière artistique[modifier | modifier le code]

Mor se forme auprès de Jan van Scorel. Il fait probablement son premier portrait à Stockholm, en 1538.

Il semble qu'il ait peint le groupe des chevaliers de Saint-Jean à Utrecht vers 1541. Une peinture de deux pèlerins à Berlin est datée de 1544, comme le portrait d'une femme exposé au palais des beaux-arts de Lille. Ces œuvres sont probablement ses premières œuvres, même si leur authenticité n'est pas attestée.

Patronage du cardinal Granvelle[modifier | modifier le code]

Portrait du Cardinal Granvelle
1549, Vienne

En 1547, il est reçu dans la vénérable Guilde de Saint-Luc d'Anvers. L'année suivante, en 1548, il se trouve déjà à Augsbourg et assiste à la diète entre Charles Quint et les allemands. Il y rencontre Le Titien, qui le pousse vers le genre du portrait officiel[2], et attire l'attention du cardinal de Granvelle, alors évêque d'Arras et conseiller de l'empereur Charles Quint. Le cardinal devient son mécène régulier et l'introduit à l'Empereur.

Deux portraits sont particulièrement remarquables de ce début de sa carrière comme protégé de Granvelle : le portrait du cardinal lui-même et celui de duc d'Albe. À ces tableaux, on peut ajouter son fameux portrait Le Nain du cardinal de Granvelle (au Louvre), peint un peu plus tardivement (vers 1560) qui a probablement lancé la mode des peintures de nains en Espagne.

Voyages et maturité[modifier | modifier le code]

Il arrive à Rome en 1550-1551, où il copie quelques œuvres du Titien, notamment Danaë (it). Il travailla ensuite comme portraitiste, en Espagne, au Portugal (1552), à Londres (1553) et aux Pays-Bas[3].

Marie I d'Angleterre
1554, Madrid
Mariage de Marie d'Angleterre et Philippe II d'Espagne

Dans le cadre du projet de mariage de Philippe II d'Espagne et de la reine Marie d’Angleterre, il peint en 1553 le portrait de Philippe en armure, puis il se rend en Angleterre pour y peindre la reine Marie en 1554. Ces portraits furent ainsi présentés ensuite aux futurs époux. Le portrait de la reine, âgée de 37 ans, est particulièrement remarquable.

Par cette occasion, Moro se lie avec Simon Renard, ambassadeur de l'empereur responsable de ce mariage, qu'il peindra en 1553, ainsi que sa femme, en 1557.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Hubert Goltzius
1574, Bruxelles

À la fin de 1554, il retourne en Hollande, où il peint le portrait de Guillaume le Taciturne, prince d'Orange, et cette même année, il exécute son autoportrait (au musée des Offices). C'est vers cette époque qu'il se marie, mais nous ne connaissons que peu de choses de sa femme, en dehors de son nom, Metgen, et de son portrait.

Il a alors des biens très importants et est connu comme Moro van Dashorst quand il s'installe à Utrecht. Il refuse dès lors de quitter les Pays-Bas, malgré les demandes répétées de Philippe II. Il était peut-être inquiet de la politique répressive de plus en plus marquée contre la Réforme en Flandres.

En 1574, il fit le portrait d'Hubert Goltzius, peintre, graveur et humaniste, dont il était l'ami, pour le remercier de lui avoir offert un exemplaire de son traité Caesar Augustus. Contrairement à ses portraits d'apparat, celui ci réalisé sur le vif, est plein d'humanité.

Il meurt en 1576 à Anvers[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Beaucoup de portraits de Moro ont été copiés. Certaines de ses œuvres peuvent être confondues avec celles d'Alonso Sánchez Coello, de Francisco de Holanda, et de Cristóvão de Morais Lopes (en). De nombreuses gravures de ses portraits furent aussi publiées.

  • NB: Quelques attributions et lieux sont peut-être obsolètes.
Avant 1554
  • Portrait de Jean III de Portugal (c. 1550)[7] - Huile sur toile, 101 × 81 cm, Fundación Lázaro Galdiano, Madrid
  • Portrait de Catherine de Habsbourg (1507-1578) (c. 1552)[8] - Huile sur panneau, 107 × 84 cm, musée du Prado, Madrid, inv. 2109.
  • Portrait de Marie de Portugal (c. 1552)[9] - Huile sur toile, 100 × 87 cm, Monasterio de las Descalzas Reales, Madrid, inv. PN822.
  • Portrait d'Isabelle de Bragance (1552)[10] - Huile sur panneau, 55 × 50 cm, collection privée, Allemagne.
  • Portrait de Simon Renard (1553) - Huile sur toile, musée du Temps, Besançon.
1554-1564
  • Le Nain du cardinal Granvelle avec un chien (vers 1560)[13] - Huile sur toile, 126 × 92 cm, musée du Louvre, Paris
  • Portrait d'une dame (c. 1560) - Huile sur bois, 116,8 × 86,9 cm, National Gallery of Canada, Ottawa
  • Portrait de Philippe de Montmorency, comte de Hoorn (c. 1560) - Oil on panel. Lieu actuel inconnu.
  • Portrait de Sir Thomas Gresham (1560-1565) - Huile sur panneau, 90 × 75,5 cm, Rijksmuseum, Amsterdam
  • Portrait de Lady Gresham (Anne Femely) (1560-1565) - Huile sur bois, 88 × 75,5 cm, Rijksmuseum, Amsterdam
  • Portrait de Metgen, femme de l'artiste (connu aussi comme le Portrait d'une femme mariée) (c. 1560-1565)- Huile sur panneau, 100 × 80 cm, musée du Prado, Madrid, inv. 2114.
  • Portrait d'homme (1560-1577) - Huile sur bois, 49,5 × 40,6 cm, National Gallery, Londres
  • Portrait de Jeanne Lullier, femme de Simon Renard (1557) - Huile sur Toile, musée du Temps, Besançon.
  • Portrait de Marguerite, duchesse de Parme (c. 1562) - Huile sur toile, Stiftung Preussischer Kulturbesitz, Gemäldegalerie, Berlin, inv. L310A.
  • Jésus-Christ ressuscité entouré de saint Pierre, saint Paul et deux anges (1564), huile sur panneau, 163 × 152 cm, musée Condé, Chantilly
Après 1565

Peintures par lieu d'exposition[modifier | modifier le code]

France et Belgique

Quatre œuvres d'Antonio Moro sont exposées en France, deux au Louvre (le Nain du cardinal Granvelle et son chien et le Portrait d'homme désignant une pendule) et deux à Besançon (Simon Renard et sa femme) :

Le portrait du peintre Hendrik Goltzius par Moro est exposé en Belgique, aux musées royaux des beaux-arts de Belgique de Bruxelles.

Espagne
Pays-Bas et Allemagne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Grand Dictionnaire de la Peinture : Des Origines à nos jours, EDDL, (ISBN 2-23700-329-7), p. Mor, Anthonis
  2. Stefano Zuffi, Le Portrait, Gallimard, (ISBN 2-07-011700-6), p. 103
  3. Silvia Meloni, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 658
  4. Sabine van Sprang, Musée d’Art Ancien : Œuvres choisies, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles, (ISBN 90-77013-04-0), p. 96
  5. Annemarie Jordan, Retrato de Corte em Portugal. O Legado de António Moro (1552-1572) (Lisbon: Quetzal Editores, 1994), p. 17
  6. Jordan, p. 97; P. G. Matthews, “Portraits of Philip II of Spain as King of England,” Burlington Magazine, vol. 142, no. 1162 (jan. 2000), p. 17.
  7. Jordan, p. 32.
  8. Jordan, p. 31.
  9. Jordan, p. 36, 163.
  10. Jordan, p. 61, 164.
  11. J. Paul Getty Museum. Portrait of a Man in Armor. Retrieved September 4, 2008.
  12. (Mina Gregori, Le Musée des Offices et le palais Pitti, (Editions Place des Victoires), (1998)
  13. Moments d'incompréhension : une approche pragmatique Par Marie-Dominique Popelard, p. 133
  14. Jordan, p. 70, 168.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (pt) Annemarie Jordan, Retrato de Corte em Portugal. O Legado de António Moro (1552-1572, (Lisbon: Quetzal Editores, 1994)
  • (fr) Georges Marlier, Anthonis Mor van Dashorst (Antonio Moro), Académie royale de Belgique, Classe des beaux-arts, Mémoires (Bruxelles : M. Hayez, 1934).
  • (en) Trevor-Roper, Hugh; Princes and Artists, Patronage and Ideology at Four Habsburg Courts 1517-1633, Thames & Hudson, Londres, 1976, ISBN 0-500-23232-6
  • (en) Joanna Woodall, Anthonis Mor; Art and Authority (Zwolle: Waanders Publishers, 2008).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :