Maarten de Vos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vos.
Maarten de Vos
Jean-Baptiste Deschamps - Martin de Vos p 117.jpg

Portrait de Marten de Vos dans la
Vie des peintres flamands de Jean-Baptiste Descamps.

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
A influencé
Œuvres réputées
Portrait de Gillis Hooftman (d), Q17338545, Q18688146Voir et modifier les données sur Wikidata

Maarten de Vos, Martin de Vos ou encore Marten de Vos né en 1532 à Anvers, où il meurt le 4 décembre 1603, est un peintre flamand de sujets religieux, allégoriques, historiques et de portraits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme Frans Floris, il s’est rendu en Italie et a adopté le style maniériste populaire à l'époque. De Vos a également été fortement influencé par les couleurs de la peinture vénitienne. Il pourrait avoir travaillé dans l'atelier du Tintoret[1]. À la suite des destructions iconoclastes en 1566, il fut l’un des artistes largement responsables de la redécoration des églises d’Anvers avec de nouveaux retables. Beaucoup d’entre eux, comme saint Luc peignant la Vierge (1602), peint pour la guilde de Saint-Luc dans la Schilderkamer (chambre de peintre) d’Anvers ou les Noces de Cana (1597), peint pour la guilde des cavistes, ont été commandées par de grandes institutions anversoises[2]. Son neveu Willem de Vos était également peintre.

La Famille de sainte Anne
1585, Gand

Il est fondateur de la société des romanistes, qui réunissait des artistes, amateurs et humanistes qui avaient visité Rome et apprécié sa culture humaniste. Même dans ses peintures religieuses, comme dans La Famille de sainte Anne, on perçoit le réalisme dans la distinction de chaque personnage et la représentation des objets quotidiens.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les Noces de Canaa, cathédrale d'Anvers, 1595.
Naissance de Jésus, 1577, Cathédrale d'Anvers.
Dessins

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kristin Lohse Belkin, Rubens, Londres, Phaidon, 1998, (ISBN 978-0-71483-412-2), p. 22-24
  2. Christiaan Schuckman, « Vos, Marten [Maarten; Maerten] de, the elder », Grove Art Online, Oxford University Press, [consulté le 17 mai 2007].
  3. Robert Hooze, Musée des Beaux Arts de Gand, Musea Nostra,‎ , p. 26-30
  4. Enlèvement d'Europe
  5. musée de San Francisco
  6. Detroit Institute of Arts

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Viktor A Dirksen, Die Gemälde des Martin de Vos, farchim, 1914.
  • Suzanne Sulzberger, "À propos de deux peintures de Martin De Vos", in Rev. B.A.H.A., 6, 1936, pp. 121-136.
  • A. Doutremont, « Martin De Vos et l'entrée triomphale de l'Archiduc Ernest d'Autriche à Anvers en 1549 », Bulletin de l'Institut historique belge de Rome, 18, 1937, p. 125-198.
  • (de) Adelheid Reinsch, Die Zeichnungen des Marten de Vos, diss. Rübingen, 1967.
  • (de) Armin Zweite, Marten de Vos als Maler, Berlin, Mann, 1980, 397 p. (ISBN 978-3-78611-186-3).
  • (nl) Juliaan H A de Ridder, « De vierschaar van de Brabantse Munt te Antwerpen. Een gerechtigheidstafereel door Maarten de Vos », Bulletin des musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1984, p. 219-252.
  • (nl) J.W. Zondervan, « Het Panhuys-paneel van het Mauritshuis. Beeld van een snel vervlogen droom », Jb. Centraal Bureau voor Genealogie 36 (1982), 1988, p. 74-116.
  • (de) Von Bruegel bis Rubens. Das goldene Jahrhundert der flämischen Malerei, catalogue d'exposition, Wallraf-Richartz Museum, Cologne, Locher, 1992, p. 269-270.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :