Eduardo Teixeira Coelho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coelho.
Eduardo Coelho
Nom de naissance Eduardo Teixeira Coelho
Alias
Martin Sièvre
ETC
Etcheverry (ou Etcheveri)
Naissance
Angra do Heroísmo, Açores (Portugal)
Décès
Florence, Italie
Nationalité Drapeau : Portugal portugaise
Profession
Autres activités
Distinctions
1969: Prix Phénix (France)
1973: Yellow Kid (Italie)
1986: Mosquito Especial (Portugal)
Famille
Gilda Teixeira Coelho (son épouse, décédée en 2005)[1]
Signature de Eduardo Coelho

Eduardo Teixeira Coelho, alias ETC, Etcheverry (ou Etcheveri) et surtout Martin Sièvre est né à Angra do Heroísmo aux Açores le et est mort à Florence le . C'est un auteur de bande dessinée portugais qui a notamment travaillé en France pour Vaillant puis Pif gadget. Il est considéré comme le plus grand dessinateur réaliste portugais de l'après-guerre. Influencé par Harold Foster, Coelho se spécialise dans la bande dessinée historique. Son principal collaborateur, tout au long de sa carrière francophone, est le scénariste Jean Ollivier avec qui il crée Ragnar le Viking en 1955 dans le journal Vaillant puis avec qui il reprend Robin des Bois dans Pif gadget en 1969. Il participe également à partir de 1976 à la collection Histoire de France en bandes dessinées.

Sommaire

Les débuts[modifier | modifier le code]

Né aux Açores, Eduardo Coelho se dirige vers le Portugal continental pour ses études. Il publie sa première bande dessinée, un strip comique, à l'âge de 17 ans, en 1936, dans le journal Sempre Fixe.

Il travaille ensuite dans la publicité comme assistant du dessinateur Álvaro Duarte de Almeida, avec qui il illustre une partie du Corso Dickson de Arte Comercial, un cours de dessin commercial par correspondance. À ses côtés, ainsi qu'en rencontrant d'autres dessinateurs comme João Rodrigues Alves, Eduardo Coelho se forme et progresse dans son dessin.

En 1941, il réalise des illustrations pour le journal Foco.

La période O Mosquito (1942-1953)[modifier | modifier le code]

Il devient collaborateur régulier de O Mosquito (pt) à partir de 1943, il a 23 ans. Il va y rencontrer celui qui va être son principal scénariste : Raul Correia.

En dix années, il devient un auteur incontournable au Portugal. Son dessin réaliste s'associe à des styles différents : bandes historiques, western, fantaisie. Il met également en images nombres d'œuvres du célèbre poète portugais Eça de Queirós : A Torre de D. Ramires (1950), O Defunto (1950), O Suave Milagre (1950), A Aia (1952).

Ses deux principales séries sont le western Falcão Negro, qu'il dessine de 1946 à 1949, et O Caminho do Oriente, scénarisé par Raul Correia, qu'il produit de 1946 à 1948 et qui illustre les grandes heures de gloire des explorateurs portugais. Parmi sa nombreuse production, on trouve déjà une bande traitant du thème des Vikings, Sigurd o Herói (1946), thème qui va jalonner sa production française.

En 1946, Prince Vaillant d'Hal Foster paraît dans O Mosquito, une série qui devient une référence pour Coelho.

En 1949, il collabore de nouveau avec Álvaro Duarte de Almeida, pour illustrer le livre de propagande O Valor Moral da Educação Física, écrit par le capitaine Alberto Feliciano Marques Pereira. Les illustrations mélangent scènes historiques (illustrées par Almeida) et scènes gymniques (illustrées par Coelho)[2].

Lorsque O Mosquito s'interrompt en 1953, il quitte le Portugal.

Le travail à l'international[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Il travaille pour l'Espagne dès 1944, où il publie à Madrid dans le périodique Chicos ainsi que dans El Gran Chicos. Ses premières bandes espagnoles, telles El Hechicero de los Matabeles (1944) ou Un Jinete del Oeste (1944), inédites au Portugal, sont reprises et traduites peu de temps après dans O Mosquito (pt). Plus tard, certaines bandes paraissent simultanément dans les deux périodiques, comme Os Náufragos do Barco sem Nome dans O Mosquito et la version espagnole : Los Naufragos del Buque sin Nombre dans Chicos, tous les deux en 1946. Après son départ du Portugal, il s'installe en Espagne à partir de 1953.

Brésil[modifier | modifier le code]

Eduardo Coelho travaille également pour le Brésil, où les revues Aventuras Heróicas et O Jornalzinho publient son travail.

Angleterre[modifier | modifier le code]

Tout en étant en Espagne, il séjourne en Angleterre où il travaille pour la société d'édition anglaise Amalgamated Press en collaborant au petit format mensuel Thriller Picture Library, en devenant un des auteurs de la série dessinée Robin des bois. Certaines de ces histoires sont traduites en France dans les années 1960, sous le titre d'Oliver, dans le petit format du même nom.

Peu après, il travaille également pour une autre publication de Amalgamated Press, l'hebdomadaire Playhour (en), destiné à un public plus jeune. Il y illustre des contes comme Le Chat botté (1956) ou Tom Pouce (1957).

L'arrivée en France et les débuts dans Vaillant (1955-1969)[modifier | modifier le code]

Eduardo Coelho arrive en France en 1955 et rejoint l'équipe de Vaillant sous le pseudonyme de Martin Sièvre. Il va signer pratiquement toutes ses bandes dessinées sur des scénarios du prolifique Jean Ollivier.

Ragnar le Viking[modifier | modifier le code]

Le drakkar de Ragnar, le Coursier de ondes.
Article détaillé : Ragnar le Viking.

Sa première publication, Ragnar, en 1955, en collaboration avec le scénariste Jean Ollivier, lui apporte immédiatement le succès. Cette série à suivre vit jusqu'à la fin du journal Vaillant, en 1969, et quelques récits paraissent même dans les tout débuts de Pif gadget. Sur l'abandon de Ragnar, Richard Medioni s'explique :

« Passer de Vaillant à Pif Gadget signifiait passer d'"histoires à suivre" à des "héros à suivre". Or, les héros peuvent être "suivis" dans la mesure où on les retrouve assez souvent. [...] Ragnar était ma bande réaliste préférée, mais je dois dire que ce n'était pas le cas de nos lecteurs. Ragnar n'appartenait pas à un grand genre (western, policier, cape et épée, Tarzan...) et il en souffrait. [...] Le personnage de Robin des bois était alors particulièrement populaire. Pour Coelho, ce n'était pas un problème de passer de l'un à l'autre[3]. »

Autres publications[modifier | modifier le code]

Davy Crockett[modifier | modifier le code]

Portrait de Davy Crockett en 1834.
Article détaillé : Davy Crockett (bande dessinée).

En 1957, Jean Ollivier adapte en bande dessinée l'histoire du trappeur américain Davy Crockett. Coelho réalise quatre récits avant d'arrêter la série la même année. Tout juste arrivé au journal Vaillant, Kline reprend le dessin de Davy Crockett en 1960 et ce jusqu'en 1968.

Wango[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Wango (bande dessinée).

Créée en 1957 sur des scénarios de Roger Lécureux, cette série narrant les pérégrinations d'un marin ne connaît qu'un unique épisode sous le pinceau d'Eduardo Coelho. Elle est reprise dès 1958 par Paul Gillon qui réalise trois autres histoires.

La reprise d'Yves le Loup[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Yves le Loup.

Créée en 1947 par Jean Ollivier et René Bastard la série est un des piliers du journal Vaillant jusqu'à sa disparition 1966.

Entre 1960 et 1961, René Bastard, las et malade, arrête de dessiner et choisit de confier la série à Eduardo Coelho. Celui-ci connaît très bien le scénariste : Jean Ollivier. Coelho réalise quatre épisodes d'Yves le Loup durant cette période avant que René Bastard ne reprenne en main son personnage en 1962.

Divers[modifier | modifier le code]

En 1956, Eduardo Coelho dessine l'adaptation en bande dessinée, réalisée par Jean Ollivier, du livre de Charles De Coster sur la légende de Till Ulenspiegel, un Flamand du XVIIe siècle résistant à l'occupant espagnol.

En 1968, dans le Vaillant no 1206, il réalise sur un scénario de Georges Rieu un récit de douze planches sur la guerre du Viêt Nam, intitulé La Forteresse imprenable.

Le lancement de Pipolin les gaies Images (1957-1963)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pipolin les gaies Images.

Dans un registre moins réaliste, il crée le héros-titre du mensuel Pipolin les gaies Images[4] lancé par les éditions Vaillant et destiné à un public plus enfantin.

Article détaillé : Pipolin (série).

Ses histoires sont des récits illustrés, contant les mésaventures du lutin Pipolin et de deux enfants : Nouche et Jo. Pour les scénarios, Eduardo Coelho est fortement aidé par sa femme, Gilda Teixeira Coelho, par ailleurs auteur de littérature de jeunesse.

Les petits formats[modifier | modifier le code]

Biorn le Viking[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Biorn le Viking.

De 1962 à 1968, il anime sur des scénarios de Jean Ollivier Biorn le Viking dans les petits formats Brik puis Pirates (Mon journal).

Cartouche[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cartouche (bande dessinée).

Toujours avec Jean Ollivier, il réalise Cartouche dans le petit format[5] du même nom en 1964. Ce petit format ne connaît que sept numéros. La série se prolonge épisodiquement dans d'autres publications jusqu'en 1966.

Pif gadget, la continuité (1969-1984)[modifier | modifier le code]

La reprise de Robin des Bois[modifier | modifier le code]

Statue de Robin des Bois à Nottingham.
Article détaillé : Robin des Bois (Vaillant).

Pour le nouveau journal Pif gadget lancé en 1969, Eduardo Coelho abandonne sa saga viking Ragnar, mal adaptée au concept de récits complets uniques à chaque numéros, et ce malgré la tentative d'adapter la série à ce format.

C'est ainsi que Jean Ollivier lui propose de reprendre Robin des Bois, une série déjà populaire dans Vaillant, où elle était dessinée depuis 1965 par un trio d'auteurs : Lucien Nortier, Christian Gaty et Charlie Kiéfer. De plus, Coelho a déjà participé à une série ayant pour héros Robin des Bois, au milieu des années 1950, lorsqu'il travaillait pour la Fleetway dans le petit format Thriller Picture Library (en).

Le premier récit de cette nouvelle équipe, La Nuit de Derby, paraît dans le Pif gadget no 27 du . Coelho dessine, au total, 59 épisodes de cette série jusqu'en 1975. Les récits sont exclusivement en noir et blanc. Au départ, les histoires tiennent en 20 planches puis petit à petit, le format diminue pour terminer à 10 planches.

Jean Ollivier apprécie particulièrement le mythe, partageant les valeurs de solidarité, de lutte contre l'injustice et l'oppression qu'il véhicule. Ainsi, la série, sous sa plume et sous le pinceau de Coelho, se concentre sur la lutte de Robin et ses Outlaws face au shérif de Nottingham qui persécute les Saxons. Ollivier développe essentiellement les compagnons combattants de Robin, ses Outlaws : Petit-Jean, Will Scarlett, Much, Whip et la guerrière Lynn ; laissant de côté des personnages comme frère Tuck ou Marianne, cette dernière étant quasiment absente de la série.

Le Furet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Furet (bande dessinée).

Cette série originale remplace en 1975 Robin des Bois arrêté après dix ans de bons services. Mais Le Furet n'arrive pas à s'installer dans l'hebdomadaire et ne connaît que treize récits d'un format de 12 planches ; la série s'arrête dès 1976. Les récits sont d'abord en noir et blanc puis la série passe en couleurs comme le reste du journal[N 1].

Le Furet est un orphelin recueilli sur le Pont Neuf à Paris par les gueux de la Cour des miracles. Ses compagnons sont aussi sa famille : Bourrache, son plus-que-père, montreur d'ours qui l'accompagne souvent au cours de ses aventures, la douce Babette ainsi que le Jongleur, le roi des gueux. Le Furet est initié très tôt à la gymnastique, domaine dans lequel il excelle, ce qui lui permet de se glisser n'importe où.

Ses aventures commencent au tout début des années 1460 à la fin du règne de Charles VII, dont il est un opposant avant de devenir agent de son fils Louis XI. Il travaille également pour la République de Gênes.

Au cours de ses missions, il rencontre des personnages historiques, le plus souvent des puissants : le doge de Venise Francesco Foscari, le duc de Milan Francesco Sforza, le marquis de Mantoue Louis III le Turc, Cosme de Médicis, le roi Henri VI d'Angleterre ou encore l'âme damnée de Louis XI, Olivier le Diable. Il compte François Villon parmi ses amis, qu'il libère de prison.

Erik le Rouge[modifier | modifier le code]

Représentation d'Erik le Rouge au XVIIe siècle.
Article détaillé : Erik le Rouge (bande dessinée).

À la suite de l'insuccès de leur série Le Furet, Jean Ollivier et Eduardo Coelho renoue avec l'univers viking, abandonné depuis Ragnar, en créant Erik le Rouge en 1976. Le format est, comme pour le Furet, réduit à douze planches.

S'inspirant de la saga d'Erik le Rouge, le découvreur du Groenland, Jean Ollivier conte le bannissement de Norvège d'Erik, exclu par le conseil de Hartland. Ollivier mêle étroitement la mythologie nordique aux aventures d'Erik puisque celui-ci est protégé par le dieu Thor et persécuté par Loki. Comme dans la saga, Erik vogue vers l'ouest avec ses compagnons, tel son ami Thorall le chasseur. Il finit par s'établir en Islande aux Rocs-Pointus où la petite communauté viking s'installe. Mais son envie de voyager toujours plus à l'ouest ne s'éteint pas.

Malheureusement, Ollivier et Coelho ne peuvent pas prolonger la saga d'Erik le Rouge car la série ne rencontre pas le succès escompté et est arrêté rapidement dès 1977 après seulement quelques épisodes.

Ayak le loup blanc[modifier | modifier le code]

Ayak est un loup arctique.
Article détaillé : Ayak.

Eduardo Coelho et Jean Ollivier renoue avec le succès en créant en 1979 la série Ayak. Le duo s'éloigne du champ des séries historiques pour entrer dans celui d'une série naturaliste et animalière.

Ayak est un loup qui assiste à l'invasion de son territoire, le Yukon dans le Grand Nord canadien, par les chercheurs d'or de la fin du XIXe siècle, à l'époque de la ruée vers l'or du Klondike. Parmi ceux-ci, le trappeur Tom Ryan est accompagné par Wa-Sha, un Indien, et par sa fille Ann. Une relation étroite et particulière va se créer entre cette petite fille et le loup.

La série connaît plus de trente épisodes de 10 planches et s'arrête en 1984. C'est, pour Coelho, sa dernière série publiée dans Pif gadget.

Trois albums d'Ayak sont publiés chez Hachette entre 1980 et 1981.

Divers[modifier | modifier le code]

Toujours dans cette veine naturaliste, et avec Jean Ollivier, Coelho dessine un court récit de trois planches dans le Pif gadget no 358 en 1976, Le Voyage des chutes.

Sa dernière publication a lieu en 2005, dans le nouveau Pif gadget mensuel no 10 avec un récit de douze planches La Loi des terres sauvages, sur un scénario du complice de toujours, Jean Ollivier.

Autres publications[modifier | modifier le code]

Pour L'Humanité il dessine Les Orgues du diable[6] de Robert Carvel, adapté par Jean Sanitas en 1968. De même il reprend pour l'almanach 1972 de L'Humanité, un récit unique de Nasdine Hodja, Le Tapis de Boukhara sur un scénario de Roger Lécureux[7].

Dans Yps (de), l'équivalent allemand de Pif gadget, il publie, sur des scénarios de Jean Ollivier, la série historique Gerfried de 1977 à 1981. Cette série reste inédite en langue française.

Bande dessinée et histoire[modifier | modifier le code]

Histoire de France en bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Coelho dessine de nouveau Louis XI, après l'avoir représenté dans sa série le Furet.

À partir 1976, Coelho participe pour Larousse à l'Histoire de la France en bandes dessinées. Cette collection fait appel de nombreux auteurs des éditions Vaillant, qui travaillent ou qui ont travaillé pour Pif gadget. Il réalise sept récits sur des scénarios de Jean Ollivier pour six d'entre eux et de Jacques Bastian pour le dernier. Il retrouve ses thèmes de prédilections comme les Vikings ou le Moyen Âge.

La Découverte du monde en bandes dessinées[modifier | modifier le code]

À la suite du succès de l'Histoire de la France en bandes dessinées, les éditions Larousse décident de créer une nouvelle collection contant les aventures des grands explorateurs en bande dessinée. Coelho réalise cinq récits de cette collection sur des scénarios de Jean Ollivier pour quatre d'entre eux et de François Lambert pour le dernier.

Collection Histoire Juniors[modifier | modifier le code]

L'auteur dessine pour Hachette neuf volumes de la collection Histoire Juniors, qui en compte cinquante, de 1979 à 1986.

Illustration[modifier | modifier le code]

En Italie, il publie en 1967 un ouvrage consacré à l'étude des armures, domaine où il devient une référence, ainsi qu'un livre sur les armes blanches en 1975.

Il illustre également de nombreux ouvrages de son compère Jean Ollivier sur l'univers des Vikings.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

La Mémoire des Celtes[modifier | modifier le code]

En 1985 et 1986, les deux volumes de La Mémoire des Celtes avec Jean Ollivier, parus chez Hachette, sont sa dernière publication.

Redécouverte de l'artiste au Portugal[modifier | modifier le code]

Le début des années 1970 voit renaître l'intérêt pour l'artiste dans son pays d'origine. Ses bandes sont republiées, une partie de sa production française est traduite, notamment dans la revue Mundo de Aventuras (pt).

Les années 1980 voient apparaître l'édition d'albums de l'œuvre de Coelho, notamment dans la collection de l'anthologie de la bande dessinée portugaise chez l'éditeur Futura.

En 1998, une grande exposition rétrospective lui est consacré.

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

Dans des périodiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie française[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Davy Crockett (dessin), avec Jean Ollivier (scénario) :
    • Davy Crockett, coll. "Images et aventures", supplément à Vaillant, 1960 (couverture de ?) (en couleurs)
      • La Flèche vermeille
      • Un Coup d'audace
      • Mississippi
      • La Vallée de la peur
  • Robin des Bois (dessin), avec Jean Ollivier (scénario) :
    • Le Roi de Sherwood, coll. "Pif Album", Hachette, 1973 (en couleurs)
      • Œil pour œil, dent pour dent ! (manque la planche no 7)
      • Un Château pour l’hiver
    • [Collectif], Le Meilleur de Pif, Vents d'Ouest, 2005 (en N&B)
      • La Nuit de Derby
      • Les Deux écus du sheriff
      • Le Retour de Cœur de Lion
  • Ragnar (dessin), avec Jean Ollivier (scénario) :
    • L'Indomptable Viking, coll. "Les Classiques de l'aventure", Éditions du Fromage, 1979 (en N&B) :
      • Reprise des deux épisodes parus dans Vaillant sous le même titre avec un remontage et des suppressions (pour passer de 62 à 49 pl).
    • Ragnar, coll. "Patrimoine BD", Glénat, 2004 (avec un dossier sur Coelho par Henri Filippini) (en couleurs) :
      • Ragnar : La Harpe d'or
      • Till Ulenspiegel
    • [Collectif], Le Meilleur de Pif, Vents d'Ouest, 2005 (en N&B) :
      • Le Maître des naufrageurs
      • La Danse des épées
    • En 2014, un éditeur pirate publie la quasi intégrale[N 2] des récits de Ragnar, parus dans Vaillant et Pif gadget, en 16 volumes :
    • La Harpe d'or - Livre 1-2
      • La Harpe d'or
      • La Frontière de l’enfer
    • La Saga du trésor - Livres 3-4
      • La Saga du trésor
      • Alf le gros
    • La Fille du roi Igvar - Livres 5-6-7
      • La Fille du roi Igvar
      • Les Enfants de Bersek
      • Le Roi Gorm
    • Gudrid enlevée - Livres 9-10
      • Gudrid enlevée
      • Le Viking
    • L'Indomptable Viking - Livre 11
    • Sous le signe de Thor - Livre 12
    • Sur la terre des Francs - Livre 13
    • Un Duché à conquérir - Livre 14
    • Le Fleuron de la couronne - Livre 15
    • La Forteresse d’Anskar - Livres 16-17-18
      • La Forteresse d’Anskar
      • Les Loups du pont de Londres
      • La Géante des Nordreys
    • Le Briseur de chaînes - Livres 19-20-21-22
      • Le Briseur de chaînes
      • Jusqu'au bout de la mer !
      • Le Temple de la déesse
      • Les Renards de l’île blanche
    • Le Vin du sorcier - Livres 23-24-25
      • Le Vin du sorcier
      • Ragnar contre Weland
      • La Nuit des cadeaux
    • Le Viking aux gerfauts - Livres 26-27-28
      • Le Viking aux gerfauts
      • Le Cairn de l’or
      • Le Chaudron magique
    • La Montagne d’Asgard - Livres 29-30-31-32
      • La Montagne d’Asgard
      • L’Étalon blanc
      • Le Chevalier teutonique
      • Vik le dragon
    • Les Fêtes d’hiver - Livres 33-34-35-36
      • Les Fêtes d’hiver
      • Les Hummliks
      • Le Maître des naufrageurs
      • La Danse des épées
    • Dans les chaînes - Livres 37-38-39
      • Dans les chaînes
      • L’Héritage de Grim
      • Les Terres fabuleuses
  • Ayak (dessin), avec Jean Ollivier (scénario), (en couleurs) :
  • 1. Ayak le loup blanc, Vaillant, 1980 :
    • Un Animal doué de raison
    • La Piste de l'or
    • La Fille des hommes
    • La Neige qui roule
    • Le Ravin du cheval mort
  • 2. La Piste de l'or, coll. "G.P. Rouge et Or", Vaillant, 1981 :
    • L’Aigle du Yukon
    • Les Chiens sauvages
    • La Rivière de l’or
    • Le Radeau de l’aventure
    • La Vallée des castors
  • 3. Ruée sur le Yukon, coll. "G.P. Rouge et Or", Vaillant, 1981 :
    • Les Pillards du Yukon
    • La Revanche de Ryan
    • Le Fleuve des dangers
    • La Marque du grand élan
    • La Loi du Nord
  • Le Furet (dessin), avec Jean Ollivier (scénario), (en N&B et en couleurs) :
    • Le Furet, Livre un, 2014 (album pirate)
      • Contient 4 récits parus dans les no 319, 320, 327 et 334 de Pif gadget.
    • Le Furet, Livre deux, 2014 (album pirate)
    • Le Furet, Livre trois, 2014 (album pirate)
  • La Mémoire des Celtes (dessin), avec Jean Ollivier (scénario) et Marie-Paule Alluard (couleurs) :
  1. Les Navigations de Mael Duin, coll. "Histoire Histoires", Hachette, 1985.
  2. La Chambre de cristal, coll. "Histoire Histoires", Hachette, 1986.
  • Wango (dessin), avec Jean Ollivier (scénario) :
    • Wango - Coelho et Lécureux[N 3] (dessin), avec Jean Ollivier (scénario), album pirate, 2015.

Bande dessinée didactique[modifier | modifier le code]

  • [Collectif], Histoire de France en bandes dessinées, avec Jean Ollivier (scénario), Larousse, série de 24 fascicules, 1976-1978
    • (réédités en 8 intégrales en 1976 puis en 16 volumes à l'initiative du Monde en 2008).
    • Charlemagne, les Vikings, no 3, 1976 (couverture de Coelho)
      • Les Loups de la mer
        • (réédité dans De Vercingétorix aux Vikings - intégrale 1, puis dans le tome 2 de la collection Le Monde).
    • Hugues Capet, Guillaume le Conquérant, no 4, 1977
      • Cap sur l'Angleterre
        • (rééd. dans De Hugues Capet à Bouvines - int. 2, puis dans le tome 3 - coll. Le Monde).
    • La Chevalerie, Philippe le Bel, no 7, 1977
      • Un Chevalier du Roi
        • (rééd. dans De Saint Louis à Jeanne d'Arc- int. 3, puis dans le tome 5 - coll. Le Monde).
    • Charles VI, Jeanne d'Arc, no 9, 1977
      • Le Roi fou avec Jacques Bastian (scénario)
        • (rééd. dans De Saint Louis à Jeanne d'Arc- int. 3, puis dans le tome 6 - coll. Le Monde).
    • Louis XI, François Ier, no 10, 1977
      • L'Universelle Aragne
        • (rééd. dans De Louis XI à Louis XIII- int. 4, puis dans le tome 7 - coll. Le Monde).
    • Louis XV, l'indépendance américaine, no 14, 1977
      • La Fayette au Nouveau-Monde
        • (rééd. dans De Louis XIV à la Révolution- int. 5, puis dans le tome 10 - coll. Le Monde).
    • La Restauration, Louis-Philippe, no 18, 1978 (couverture de Coelho)
      • Les Trois Glorieuses
        • (rééd. dans De Bonaparte à Louis-Philippe- int. 6, puis dans le tome 12 - coll. Le Monde).
    • La Chevalerie, 1984
      • Cet album reprend 2 récits : Un Chevalier du roi (de Eduardo Coelho et Jean Ollivier) et Philippe le Bel, le roi de fer (de Raymond Poïvet et Roger Lécureux) initialement paru dans le fascicule no 7.
  • [Collectif], La Découverte du Monde en bandes dessinées, avec Jean Ollivier (scénario), Larousse, série de 24 fascicules, 1978-80 (réédités en 8 intégrales).
    • L'Aventure des Vikings, no 2, 1978
      • Des Drakkars à l'est
        • (rééd. dans De Ulysse à Marco Polo, intégrale 1)
    • Vasco de Gama, no 5, 1979
      • Vasco de Gama, sur la route des épices
        • (rééd. dans De Christophe Colomb à Cortès, intégrale 2)
    • Magellan le premier tour du monde, no 9, 1979
      • Le Pirate et le saint - François Xavier au pays du Soleil Levant
        • (rééd. dans De Pizarre à Magellan, intégrale 3)
    • Le Mirage de Tombouctou, no 16, 1980
      • Mungo Park au Niger avec François Lambert (scénario)
        • (rééd. dans Du Cœur de L'Afrique aux sources du Nil, intégrale 6)
    • Darwin aux Galapagos, no 20, 1980
      • Le Cinquième continent, la traversée de l'Australie
        • (rééd. dans Du Farwest à la croisière jaune, intégrale 7)

Illustration[modifier | modifier le code]

  • Les Aventures de Blason d'Argent, Le Mystère de la Cantenelle (dessin de couverture) de Guy Hempay (texte) et Yves Roy (dessin), nouvelle coll. "Fleurdor", éditions Fleurus, 1959.
  • [Collectif], L'Aventure et l'image, Gallimard, 1974
    • Ouvrage analytique sur la bande dessinée, où les illustrations sont reprises et adaptées de Vaillant et Pif Gadget. Parmi les dessins utilisés, certains sont d'Eduardo Coelho.
  • Vikings, Conquérants de la mer (dessin), avec Jean Ollivier (texte), éditions La Farandole, 1975.
  • Collection Histoire Juniors, Hachette.
    • no 3 Saint Louis (dessin) avec Simone Abraham-Thisse (texte), 1979.
    • no 4 Jeanne d'Arc (dessin) avec Claude Gauvard (texte), 1979.
      • Réédité en 1990 sous une nouvelle couverture.
    • no 15 Louis XI (dessin) avec Claude Gauvard (texte), 1980.
    • no 16 Christophe Colomb (dessin) avec Gaston Duchet-Suchaux (texte), 1980.
    • no 22 Les Croisades (dessin) avec Claude Gauvard (texte), 1983.
    • no 25 Léonard de Vinci (dessin) avec Jean-Marie Le Guevellou (texte), 1983.
    • no 28 Les Conquistadores (dessin) avec Simone Abraham-Thisse (texte), 1984.
    • no 29 Du Guesclin (dessin) avec Claude Gauvard (texte), 1984.
      • Réédité en 1990 sous une nouvelle couverture.
    • Histoire de France 2. De la Guerre de Cent ans à la Révolution... (dessin) avec Claude Gauvard (texte), 1986.
  • J'étais enfant aux temps vikings (dessin), avec Jean Ollivier (texte), coll. "J'étais enfant", éditions du Sorbier, 1982.
  • Une Colonie viking au Groenland, Brattahlid (dessin), avec Jean Ollivier (texte), coll. "Un lieu, des hommes, une histoire", éditions Albin Michel jeunesse, 1985.
  • Une Grande expédition viking (dessin), Jean Ollivier, coll. "Le Monde en Poche" no 750, éditions Nathan, 1985.
  • L' Île mystérieuse (illustration BD), de Jules Verne, coll. "L'Archer Vert", Dargaud, 1985.
  • Le Viking du dernier rivage (dessin), roman de Jean Ollivier, coll. "histoires d'Histoire" no 21, Hatier, 1993.

Bibliographie portugaise[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • O Rei Triste avec Gilda Teixeira Coelho (scénario), Fomento de Publicações, Lda., 1954.
  • A Filha do moleiro - Rumpelstilzchen, adapté des Frères Grimm, coll. "Capuchinho Vermelho" no 1, Fomento de Publicações, Lda., 1954.
  • Marina e o papagaio, coll. "Capuchinho Vermelho" no 2, Fomento de Publicações, Lda., 1954.
  • A Borboleta verde, coll. "Capuchinho Vermelho" no 3, Fomento de Publicações, Lda., 1955.
  • O Espirito das nuvens, coll. "Capuchinho Vermelho" no 4, Fomento de Publicações, Lda., 1955.
  • O Suave Milagre, adapté de Eça de Queirós par José Carlos Teixeira, Clube Português de Banda Desenhada, 1977 (300 exemplaires).
  • Contos de Eça de Queiroz : O Tesouro - O Suave Milagre - O Defunto (dessin), adapté par José Carlos Teixeira, Vega, 1983.
    • Réédité deux fois sous deux couvertures différentes chez Vega, en 1984 et 1993.
  • O Caminho do Oriente avec Raul Correia (scénario), 6 albums dans Antologia da BD Portuguesa (no 6 à 11), Futura, 1983 (avec des postfaces de António Dias de Deus pour les vol. 6-7-9-11).
  • Fátima, Futura, 1985 (avec une préface du Père Moreira das Neves).
    • Réédité sous le titre A Aparição de Fátima, Meriberica, 2001.
  • Falcão Negro- O Filho de Jim West, avec Raul Correia (scénario), Antologia da BD Portuguesa no 17, Futura, 1987 (couverture de Augusto Trigo et postface de António Dias de Deus).
  • Os Guerreiros do Lago Verde avec José Padinha (scénario), Cadernos de Banda Desenhada no 5, 1987.
  • Decameron adapté et traduit de Boccace par Jorge Magalhães, vol. 1, Futura, 1988 (avec une préface de Jorge Magalhães) :
    • A Regra da Ordem - São Julião Hospitaleiro - A Mulher do Juiz - A Chave do Paraíso - Uma Lei Injusta - O Salário do Pecado (préface de Jorge Magalhães).
  • Decameron adapté et traduit de Boccace par Jorge Magalhães, vol. 2, Futura, 1989 (avec une postface de Geraldes Lino) :
    • Um Bom Negócio - A Afogada - A Confissão - Os Dois Amantes - A Religiosa - A Égua Milagrosa
  • A Torre de D. Ramires, adapté de Eça de Queirós par Raul Correia, Antologia da BD Portuguesa no 21, Futura, 1989 (avec une postface de António Dias de Deus).
  • Os Náufragos do Barco sem Nome avec Raul Correia (scénario), dans O Mosquito - 60º Aniversário, Edições Época de Ouro, 1996.
  • A Balada da Conquista de Lisboa (épisode de O Caminho do Oriente) , dans O Mosquito - Aventuras e Curiosidades, Edições Época de Ouro, 1997.
  • A Trilogia das Mouras (A Moura e a Fonte, A Moura e o Dragão, A Moura e o Mar) avec Raul Correia (scénario), Edições Emecê (50 ex.), 1997 (avec une préface de António Dias de Deus).
  • Os Doze de Inglaterra, avec Raul Correia (scénario), Gradiva, 2016.
  • A Lei da Selva, avec Raul Correia (scénario), Libri Impressi , 2016 (avec une préface de José Ruy et Domingos Isabelinho) :
    • A Lei da Selva (versions N&B et couleurs)
    • Bodas Indias, avec Black Elk (co-scénario)

Illustration[modifier | modifier le code]

Collection "Ginástica infantil"[modifier | modifier le code]
  • O Conto-Lição de Ginástica infantil , Livre 1, de Alberto Feliciano Marques Pereira (texte), avec Álvaro Duarte de Almeida (dessin), 1947 (préface de José Salazar Carreira).
  • A Música na ginástica infantil, Livre 2, de Alberto Feliciano Marques Pereira (texte) et Nina Marques Pereira Ayres (musique), avec Álvaro Duarte de Almeida (dessin), 1947.
  • A Lição de ginástica na própria aula, Livre 3, de Alberto Feliciano Marques Pereira (texte), avec Álvaro Duarte de Almeida (dessin), 1947 (préface de Ayala Botto).
  • A Lição de ginástica por meio de jogos, Livre 4, de Alberto Feliciano Marques Pereira (texte), avec Álvaro Duarte de Almeida (dessin), 1948 (préface du Prof. Doutor Mendes Correia).
  • O Valor Moral da Educação Física, A lição de ginástica com aparelhagem, Livre V, de Alberto Feliciano Marques Pereira (texte), avec Álvaro Duarte de Almeida (dessin), Bertrand, 1949 (préface de Marcello Caetano).
Autres travaux[modifier | modifier le code]
  • Corso Dickson de Arte Comercial, avec Álvaro Duarte de Almeida (dessin), 194?
  • A Volta ao mundo (dessin), traduit de Arnould Galopin et Henry de La Vaulx, Ed. O Mosquito, 1946
  • Cortejo Histórico de Lisboa, 800 ans de la conquête de Lisbonne, avec José Leitão de Barros (texte), Edição Sociedade Astória, 1947 (programme du cortège illustré notamment par Coelho).
  • Essência do judo (jiu-jitsu), Arte de agir com eficácia máxima (dessin) de António Correia Pereira (sous le pseudo. de Minuro), Sociedade Tipográfica, 1950.
  • Dom Quixote de la Mancha (dessin), adapté et traduit de Miguel de Cervantès par Maria Ponce, Biblioteca dos Rapazes, Ed. Portugália, 1953.
  • Contos para as crianças (dessin), traduit de Hans Christian Andersen par Luisa Derouet, Ed. Portugália, 195?
  • A Nossa Pátria (dessin), auteur inconnu, Ed. Século, 195? (19 illustrations).
  • As Capas de Eduardo Teixeira Coelho para "O Mosquito", mise en forme de Manuel Caldas, éditions Emecê, septembre 1994 (avec une préface de António Dias de Deus).
  • A Arte de Bem Navegar - Navios Europeus do Século XIV ao Início do Século XVI, livre bilingue portugais - anglais, Edições Época de Ouro, 2000.
  • José Padinha - Um grande novelista d'O Mosquito de Jorge Magalhães, recueil des nouvelles de José Padinha illustrées par Eduardo Coelho, Cadernos de Banda Desenhada, juin 2006.

Bibliographie brésilienne[modifier | modifier le code]

  • A Torre de D. Ramires, adapté de Eça de Queirós, Aventuras Heróicas no 1, Editora La Selva, avril 1954 (couverture de Jaime Cortez).
  • O Defunto, adapté de Eça de Queirós, Aventuras Heróicas no 7, Editora La Selva, décembre 1954 (couverture de Jaime Cortez).
  • O Suave Milagre, adapté de Eça de Queirós, Aventuras Heróicas no 8, Editora La Selva, janvier 1955 (couverture de Jaime Cortez).
  • O Tesouro, adapté de Eça de Queirós, Aventuras Heróicas no 9, Editora La Selva, février 1955 (couverture de Jaime Cortez).
  • A Aia, adapté de Eça de Queirós, Aventuras Heróicas no 10, Editora La Selva, avril 1955 (couverture de Jaime Cortez).

Bibliographie anglaise[modifier | modifier le code]

  • The Adventures of Tom Thumb, A Jack and Jill Book no 10, Fleetway, 1962.
  • The Magical Adventures of Aladdin, A Jack and Jill Book no 17, Fleetway, 1962.

Bibliographie italienne[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Marino, il Santo del Titano (dessin), avec Gianfranco Angeli (texte), Ediciones AIEP, 1996.

Illustration[modifier | modifier le code]

  • L"Arte dell"Armatura in Italia (illustration), avec Lionello Giorgio Boccia (texte), Bramante Editrice, 1967.
  • Armi Bianche Italiane (illustration), avec Lionello G. Boccia (texte), Bramante Editrice, 1975.

Bibliographie espagnole[modifier | modifier le code]

  • La Torre de los Ramires, adapté de Eça de Queirós par Raul Correia, 3 volumes, coll. "Maestros de la Historieta", Club Vallisoletano de Amigos del Tebeo :
    • La Torre de los Ramires - 1, "Maestros de la Historieta" no 9, 1989
    • La Torre de los Ramires - 2, "Maestros de la Historieta" no 10, 1990
    • La Torre de los Ramires - 3, "Maestros de la Historieta" no 11, 1990
  • E.T. Coelho : Un Jinete del Oeste, coll. "Heroes de Papel" no 48, Ediciones J.M.P., 1994 (préface de Juan Miguel Pascual)
    • Un Jinete del Oeste
    • El Hechicero de los Matabeles
    • Jim West

Annexes[modifier | modifier le code]

Collaborations scénographiques et cinématographiques[modifier | modifier le code]

  • Camões (pt), film de José Leitão de Barros (pt), 1946 (sélectionné au 1er festival de Cannes[N 4]).
    • Décors[8], avec José Ruy (non crédité).
  • Cortejo Histórico de Lisboa, cortège historique à l'occasion des 800 ans de la conquête de Lisbonne, 1947[N 5]
    • Scénographie[8], avec José Ruy et Domingos Saraiva, sous la direction de José Leitão de Barros.
  • Vendaval Maravilhoso, film de José Leitão de Barros, 1949.
    • Décors[8], avec José Ruy (non crédité).

Expositions[modifier | modifier le code]

  • (pt) Eduardo Teixeira Coelho, José Ruy, 1a Exposição portuguesa de histórias aos quadradinhos e ilustração infantil (organisation), Palais de l'Indépendance à Lisbonne, 1952[8]
    • Pour cette exposition, Eduardo Coelho réalise spécialement les bandes dessinées Fátima et Peregrinação de Fernão Mendes Pinto. José Ruy réalise la colorisation de planches de O Caminho do Oriente.
  • (pt) Leonardo De Sá, António Dias de Deus, E.T. Coelho, A arte e a vida [E.T. Coelho : à l'art et à une vie], rétrospective de sa carrière, IXe festival International de la Bande Dessinée d'Amadora, Galerie des Palais de Concelho d'Amadora (Portugal), 23 octobre - 8 novembre 1998.
  • (pt) A Arte de Bem Navegar, peintures et dessins d'Eduardo Coelho, XIe festival International de la Bande Dessinée d'Amadora, 2000[9] ; puis au Museu Regional de Beja (Portugal), mars-juin 2001[10].
  • (pt) O Western na BD, exposition collective sur le thème du western avec des planches de Falcão Negro, Xe salon international de la bande dessinée de Moura, 11 - 25 novembre 2000[11].
  • (it) L'Acciar de' cavalieri : dall'armamento all'armatura nell'Italia dal XII al XV secolo [L'Acier chez les chevaliers : de l'armement à l'armure dans l'Italie du XIIe au XVe siècle], 100 panneaux illustrant un appareil didactique, église Saint-Dominique (it) de Narni (Italie), 2005.
  • (pt) Instituto Cervantes de Lisbonne, Biblioteca Nacional, Ilustradores do Quixote na Biblioteca Nacional, exposition collective, Biblioteca Nacional de Portugal à Lisbonne, 2005.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Récompenses collectives[modifier | modifier le code]

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

  • Série de 49 affiches sur le thème des contes, illustrations parues dans Playhour (en) (1956-1957), collection d'éditeur, Bridgeman Art Library (en).
    • L'Histoire de Tom Pouce (38 affiches)
    • L'Histoire du Chat Botté (10 affiches)
    • Aladdin (1 affiche)
  • Figurines latex Pipolin[N 6], Ex.In.Co., fin des années 1950
    • Pipolin
    • Nouche
    • Jo
  • Porte-manteau Pif et Pipolin, L'Humanité, fin des années 1950
  • La Pêche miraculeuse de Pipolin, film fixe couleurs de Pipolin, Vaillant.
  • Diplome Pipolin, Vaillant, 1959 (ou avant ?)
  • Pipolin s'anime, supplément au Pipolin no 14, 1958 (également disponible en supplément au Roudoudou no 101, 1959).
  • Disques souples, 45 t, Les Éditions Spéciales Sonores, 1959[N 7]
    • Pipolin voyage, ESS I
    • Pipolin et le cirque, ESS IV
  • Buvard Pipolin[N 6], Vaillant, 1960.
  • Chapeau de plage Pipolin[N 6], Vaillant, 1960's.
  • Carte postale Pipolin[N 6], Service abonnement Vaillant, 1960 (?).
  • Gadget : la bourse de Robin des Bois, Pif gadget no 59, 1970[N 8] (différentes versions existent[N 9]).
  • Carte postale Robin des Bois[N 10], série de cartes postales Pif gadget, 1974-1977.
  • Gadget : la dague de Robin, Pif gadget no 405 bis (n° spécial), 1976[N 11].
  • Poster : Ragnar der Vikinger, supplément au Yps n°83, 1977.
  • Bricolage : Die Burg von Ritter Gerfried [Le château du chevalier Gerfried] (en 4 parties), Yps n°101 à 104, 1977[14]
  • Bricolage : Das Comic-Quartett mit Yps & Co [jeu de 7 familles] : 4 cartes illustrées Ragnar der Vikinger, Yps n°247 et 248, 1980
  • Timbre à l'effigie de Simão Infante (personnage de O Caminho do Oriente, 1946), édité par la poste portugaise dans la collection "Heróis portugueses de banda desenhada" en 2004[N 12].

Documentation[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • (fr) Henri Filippini, Histoire du journal et des éditions Vaillant, Glénat, 1978.
  • (pt) O Mosquito - 60º Aniversário, Edições Época de Ouro, 1996.
  • (pt) O Mosquito - Aventuras e Curiosidades, Edições Época de Ouro, 1997.
  • (fr) Joâo Paulo Paîva Bolio & Carlos Bandeiras Pinheiro, Le Portugal en bulles, Bedetheque de Lisbonne, 2001.
  • (fr) Richard Medioni, Pif Gadget, La véritable histoire des origines à 1973, éditions Vaillant collector, 2003.
  • (fr) Hervé Cultru, Vaillant, 1942-1969 la véritable histoire d'un journal mythique, éditions Vaillant collector, 2006.
  • (es) [Collectif], Chicos, Semenario Infantil 1938-1956, Ediciones Sins Entido.
  • (pt) Jorge Magalhães, O “Western” na BD Portuguesa, Câmara Municipal de Moura, 2007[15].
  • (fr) Richard Medioni, «Mon camarade», «Vaillant», «Pif Gadget». L'Histoire complète. 1901-1994. Les journaux pour enfants de la mouvance communiste et leurs BD exceptionnelles, Éditions Vaillant Collector, 2012.

Ouvrages sur l'auteur[modifier | modifier le code]

  • (pt) Leonardo De Sá, António Dias de Deus, E.T. Coelho, A arte e a vida, coll. "NonArte, Cadernos do Centro Nacional de Banda Desenhada e da Imagem", Edições Época de Ouro, 1998.
  • (pt) Jorge Magalhães, Carlos Bandeiras Pinheiro, Eduardo Teixeira Coelho - quadriculografia portuguesa ilustrada, n° spécial de la revue Biblioteca n°1 et 2, Conseil municipale de Lisbonne, 1998.

Articles en français sur l'auteur[modifier | modifier le code]

  • Claude Le Gallo, « Ragnar », avec un dessin de Coelho (reprise ?) et une bibliographie, dans Phénix no 10, juillet 1969.
  • Patrick Gaumer et Claude Moliterni, « Eduardo Coelho », dans le Dictionnaire Mondial de la Bande Dessinée, Larousse, 1994.
  • Henri Filippini, « Eduardo Teixeira Coelho », dossier sur l'auteur dans Ragnar, coll. "Patrimoine BD", Glénat, 2004.
  • Louis Cance, « Coelho », rubrique "Remember", dans Hop ! no 106, juin 2005.
  • Hervé Cultru, « Eduardo Teixeira Coelho » dans Vaillant, 1942-1969 la véritable histoire d'un journal mythique, chap. 12 : Le passé recomposé, éditions Vaillant collector, 2006.
  • Robin Carini, « Les Orgues du diable de Robin Carvel, illustrés par Martin Sièvre », dans Période Rouge no 9, janvier 2009.
  • Hop ! no 142, spécial Coelho, juin 2014 :
    • Louis Cance, « Dossier Coelho », p. 5–8.
    • Gérard Thomassian, « Interview Coelho » (réalisée en juillet 2001), p. 9–10.
    • Louis Cance (avec Gérard Thomassian, Marc-André Dumonteil et José Tardieux), « Essai de bibliographie » (Grande-Bretagne, France, Allemagne), p. 11–20.
  • Carlos Pessoa (trad. Yves Frémion), « Eduardo Teixeira Coelho - La face moins connue de Martin Sièvre », dans Papiers nickelés no 40, 2014.
  • Henri Filippini, «Hop ! no 142 : le mystère Coelho», sur BDZoom.com, 15 août 2014 (consulté le 28 août 2014).

Articles en portugais sur l'auteur[modifier | modifier le code]

Le référencement de ces articles, jusqu'en 2000, est extrait de Comic Art of Europe through 2000: An International Bibliography, Vol. 2, de John A. Lent, Greeenwood, 2003 (p. 717-719).

  • Ercilio de Azevedo, « Eduardo Teixeira Coelho - Um Grande criador da banda desenhada », dans O Coméricio do Porto, 13 novembre 1970.
  • João Constantino, « Um Desenhador português de renomme : Eduardo Teixeira Coelho », dans Tecnologia Educativa, janvier 1974.
  • « Eduardo Teixeira Coelho : Açoriano em Itália ilustra "Robin dos Bosques" », dans A Capital (pt), 4 mars 1974.
  • José Antunes, « Coelho, Eduardo Teixeira », dans Visum—Enciclopedia Prática, vol.3, Editorial Verbo, 1974.
  • José de Matos-Cruz, « Eduardo Teixeira Coelho », dans Mundo de Aventuras (pt), 27 janvier 1977.
  • António Dias de Deus, « Eça de Queirós visto por E.T. Coelho », série de 6 articles dans Especial Quadradinhos, A Capital, 1980.
  • Lino Geraldes, « E.T. Coelho : O Talento que passou a fronteira » dans Mundo de Aventuras, 5 et 11 février 1981.
  • António Dias de Deus, « As Metamorfoses do Mosquito », dans Especial Quadradinhos, A Capital, 20 janvier 1982.
  • António Dias de Deus, « Delitos da Mocidade/2: Eduardo Teixeira Coelho », dans Especial Quadradinhos, A Capital, 28 octobre 1982.
  • António Dias de Deus, « A Anatomia do Coelho », dans Especial Quadradinhos, A Capital, 24 novembre 1983.
  • António J. Ferreira, « Duas Técnicas : Alex Raymond et E.T. Coelho » dans Especial Quadradinhos, A Capital, 19 janvier 1984.
  • António Dias de Deus, « Tiro ao Coelho », dans Especial Quadradinhos, A Capital, 30 mai 1985.
  • Manuel Caldas, « Fátima de Eduardo Teixeira Coelho da Editorial Futura », dans Nemo, octobre 1986.
  • António Dias de Deus, « Eça de Queirós visto por E.T. Coelho », préface de A Torre de D. Ramires, éditions Futura, 1989.
  • Lino Geraldes, « Eduardo Teixeira Coelho : Estilo, talento e cultura » dans Decameron, tome 2, éditions Futura, 1989.
  • António Dias de Deus, « Eduardo Teixeira Coelho, Poeta da linha », dans O Mosquito - 60º Aniversário, éditions Época de Ouro, novembre 1996.
  • Leonardo De Sá, António Dias de Deus, « Coelho, Eduardo Teixeira », dans Dicionário dos Autores de Banda Desenhada e cartoon em Portugal, collana "NonArte, Cadernos do Centro Nacional de Banda Desenhada e da Imagem", Edições Época de Ouro, 1999.
  • José Batista, « Nostalgia : E.T.Coelho eu e "O Mosquito" », dans 9ª Arte Memórias da Banda Desenhada, 6-12 avril 2004.
  • Jorge Silva, « Heróis de calções », sur almanaquesilva.wordpress.com, 3 septembre 2011 (consulté le 1er septembre 2014).
  • Diniz Conefrey, « A Lei da Selva – Eduardo Teixeira Coelho », sur quartodejade.wordpress.com, 30 octobre 2011 (consulté le 28 août 2014).
  • (pt)/(en) Jorge Silva, « Dextrogiras e levogiras » (Dextrorotation and levorotation), sur almanaquesilva.wordpress.com, 25 août 2014 (consulté le 1er septembre 2014).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pif gadget no 345 (06/10/1975)
  2. Sauf un récit sans titre de 9 planches, paru dans Vaillant (du no 769 au 777) en 1960, et qui correspond à la numérotation "Livre 8" de la collection
  3. Erreur communément admise : scénario de Jean Ollivier mais attribué à Roger Lécureux
  4. Site du Festival de Cannes
  5. Vidéo sur Youtube
  6. a, b, c et d Forum Pimpf Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Produits_d.C3.A9riv.C3.A9s » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  7. Forum Pimpf
  8. Couverture sur BDOubliées
  9. Forum Pimpf
  10. Site de Pif-Collection
  11. Couverture sur BDOubliées
  12. Timbre sur comicguide.net

Références[modifier | modifier le code]