Nathan (maison d'édition)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise image illustrant français image illustrant une maison d'édition
Cet article est une ébauche concernant une entreprise française et une maison d'édition.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nathan.
logo
Logo de Nathan.
Repères historiques
Fondée par Fernand Nathan
Fiche d’identité
Forme juridique Autre SA à conseil d'administration
Statut Éditeur élément d'un groupe d'édition
Siège social Paris  (France)
Dirigée par Catherine Lucet
Société mère Editis
Site web www.nathan.fr

Nathan est une maison d'édition française (appelée, jusqu'aux années 2000, « Fernand Nathan »), qui appartient au groupe Editis, et qui regroupe plusieurs marques.

Historique[modifier | modifier le code]

Fernand Cahen, dit Fernand Nathan[1],[2], crée, à l'âge de 23 ans, à la fin du XIXe siècle une maison d'édition, au 16, rue de Condé, dans le 6e arrondissement. L'apparition de la Librairie Fernand Nathan va de pair avec la promulgation des lois scolaires dites de « Jules Ferry » (1881-1882) qui représente le progrès des valeurs démocratiques de l'époque. Fernand Nathan se spécialise d'emblée dans la production d'ouvrages destinés à l'enseignement primaire et de matériels éducatifs pour les plus jeunes enfants. Il conçoit aussi des ouvrages destinés à former les nouveaux jeunes enseignants de l'époque ainsi que des livres de lecture pour continuer, à la maison les cours dispensés en classe. De plus, de nombreux livres destinés à aiguiller de façon pratique le plus de personnes possible seront publiés par Fernand Nathan: guide pour les femmes d'entretien avec des conseils juridiques et pratiques, guide sur la correspondance des employés de mairie, etc.[3].

Le "Cours d'instruction civique et morale" du député Jules Steeg publié en 1881 et la "Pédagogie" de Vincent seront les tout premiers succès de la maison dont il y aura 10 éditions en l'espace de 3 ans.

Ancien logo de Nathan

En 1913, la petite entreprise déménage pour s'installer au 16, rue des Fossés-Saint-Jacques. En 1916, elle s'implante au 9, rue Méchain, dans le 14e arrondissement.

De la fin de la Première Guerre mondiale jusqu'en 1939, la société connaît une très forte expansion sous la conduite de Pierre Nathan, le fils de Fernand né en 1892.

Il va favoriser le développement des collections pour la jeunesse et les revues pédagogiques mais aussi lancer les jeux éducatifs Nathan. Il promeut alors dans les établissements scolaires le concept d'« apprendre en s'amusant ». De plus, Pierre Nathan encourage l'introductions des couleurs dans les livres jeunesse, persuadé que l'image complète indispensablement le texte. La maison Nathan s'impose alors comme une référence majeure dans l'univers de l'édition.

La Seconde Guerre mondiale est une période difficile qui aurait pu provoquer la disparition de l'entreprise : les autorités allemandes imposent un administrateur puisque le propriétaire est Juif. André Gillon des Éditions Larousse mène un groupe d'éditeurs parisiens qui va administrer et reprendre les Éditions Nathan durant l'occupation. L'entreprise sera restituée à Fernand Nathan et à son fils à la Libération de Paris[4]. Les ouvrages publiés à cette époque le sont sous l'appellation « Ancienne Librairie Fernand Nathan ».

Après le décès de Fernand Nathan en 1947 et la Libération, les Éditions Nathan relancent peu à peu avec succès une politique active de développement et de grande diversification. La maison lance notamment en 1950 une collection de livres de vacances qui sera élargie, durant les années 1960, par des outils parascolaires tel que les ABC du Bac ou encore les ABC du BEPC. À cette époque, se développe également le collection Nathan-Université qui sera présente dans l'enseignement supérieur des sciences humaines, de la gestion et des lettres. Les héritiers agrandiront la gamme avec de beaux livres et des encyclopédies vendues à moindre prix, ce qui facilitera leur succès. Parallèlement, les livres jeunesse prennent leur essor: des collection anciennes tel que « Contes et Légendes » sont développées, de nouvelles séries sont crées ainsi que des albums pour les plus petits.

La maison d'édition exporte aussi ses articles dans les anciennes colonies françaises ainsi que dans d'autres pays francophones. Elle crée notamment des collections telles que Nathan Madagascar et Nathan Afrique. Nathan est aussi la première maison d'édition à aller en Polynésie après avoir affirmé sa présence en Nouvelle-Calédonie ainsi qu'aux Antilles.

En 1979, Nathan est vendu par les héritiers Nathan à CEP Communication, filiale du groupe Havas et cesse donc d'être une entreprise à caractère familial bien que Jean-Jacques Nathan demeure le véritable patron jusqu'en 1986, date à laquelle il transmet la direction à Bertrand Eveno. Cette passation va favoriser le développement d' ouvrages en collaboration avec Larousse (une autre filiale de la CEP). En 1990, « Les Entretiens Nathan », débats annuels entre des enseignants et des chercheurs, sont initiés par la maison. Conjointement, la section jeunesse se développe avec des collections tels que « Lune », « T'choupi », « Kididoc », « Mega » et « Nathanscope ».

Depuis les années 2000[modifier | modifier le code]

Après avoir fait partie du groupe Havas (via CEP Communication), puis de la branche Publishing du groupe Vivendi Universal, Nathan, ainsi que Bordas, Plon, Perrin, Julliard, La Découverte, 10/18, Fleuve noir, etc., sont repris, en 2004, par le fonds familial Wendel Investissement qui, en mai 2008, cède de nouveau cet ensemble (devenu Editis) au groupe espagnol Planeta.

À l'occasion de la création d'Editis, Lagardère reprend une partie de l'ancienne division Publishing du groupe Vivendi Universal, c'est le cas de plusieurs éditeurs (Larousse, Dalloz, Dunod, Armand Colin...) mais aussi du fonds universitaire de Nathan. La marque Nathan Université est arrêtée et Armand Colin récupère plusieurs des collections anciennement publiées par Nathan Université au cours de l'année 2004 (128, fac. ou Lettres sup. par exemple) [5],[6].

Le siège social de Nathan est aujourd'hui situé 25, avenue Pierre-de-Coubertin, dans le 13e arrondissement.

Catherine Lucet est la présidente de Nathan. Delphine Dourlet et Marie-Hélène Tournadre dirigent Nathan scolaire, et Marianne Durand est la directrice générale de Nathan jeunesse.

Politique éditoriale[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, Nathan poursuit une politique éditoriale axée sur l'innovation. Après avoir expérimenté le « cartable électronique » dès 2000, il a développé de très nombreux sites internet, dont des sites contributifs mis à disposition des enseignants.

En 2006, Nathan a édité le premier Manuel d'histoire commun franco-allemand avec l'éditeur allemand Emst Klett, au contenu identique pour les lycéens de France et d'Allemagne et disponible dans les deux langues.

Nathan, toujours très soucieux de mettre la technologie au service de la pédagogie a développé très tôt des manuels numériques qui inaugurent de nouvelles pratiques de classe. Hier simples manuels vidéo-projetables, les manuels numériques sont aujourd'hui des ressources enrichies de nombreux documents animés (vidéos, cartes, bandes son) sur lesquels interagissent les enseignants et les élèves. Un enseignant peut modifier son manuel, l'enrichir de documents adaptés plus précisément à sa classe. Dès 2013 Nathan lance une offre de manuels numériques Multi supports pour les élèves. Désormais les élèves peuvent retrouver leurs manuels sur n'importe quel ordinateur ou tablette, ... moins de poids dans le cartable et moins d'oublis !

En 2014 Nathan participe à la construction de ViaScola, une plateforme pédagogique numérique mise à disposition des enseignants pour rendre la classe vraiment interactive. Associée à une bibliothèque de ressources, ViaScola permet à l'enseignant de s'adresser à chacun de ses élèves pour l'accompagner dans sa progression.

Nathan est présent aussi dans le domaine de la littérature jeunesse, avec un catalogue où se retrouvent les collections historiques des « Contes et légendes »[7], le très célèbre Tchoupi et des séries cultes comme Divergente. Nathan a connu un immense succès avec le livre de John Geen Nos étoiles contraires. Nathan jeunesse a été le premier éditeur à intégrer la réalité augmentée dans ses ouvrages documentaires (Dokeo).

Collection « Contes et Légendes »[modifier | modifier le code]

C'est en 1916 que la Librairie Fernand Nathan crée cette collection de textes littéraires sous le nom de « Contes et Légendes ». Elle a pour objet le rassemblement de récits issus du folklore de divers pays et régions. Nathanoutremanche1922

C'est donc avec cette optique là que sont publiés les premiers ouvrages: Contes populaires russes, Contes et Récits d' Outre-Manche, Épopée et Légendes d'Outre-Rhin et Légende et Contes d'Alsace.Fernand Nathan et son fils conçoivent des livres avec de petits formats, illustrés de photographies, à couverture colorée mais sans illustration, au dos ornés de lettres dorées et à un prix modique.

La collection prendra son essor à partir de 1927. elle développera de plus en plus des sujets locaux. Ainsi, en 30 ans, une vingtaine d'ouvrages sur les contes des régions de France seront publiés.

Mais, des récits qui sortent un peu du cadre « géographique » comme des récits historiques ou des mythes fondateurs vont peu à peu faire leur apparition. Cette seconde génération de «Contes et Légendes » a, contrairement à la première, une couverture illustrée. À l'intérieur, les illustrations sont en deux teintes ou en noir et blanc. Le dos est dorénavant rond mais les dorures perdurent. Ce format sera le plus pérenne de la collection.

La collection est très fortement orientée vers les enfants et propose ses livres en étrenne.[1] La maison Nathan respecte les désirs intellectuels de la société de l'époque en fournissant des ouvrages proposant une lecture éducative et présentant la culture classique de l'époque aux enfants tout en faisant découvrir les horizons internationaux comme régionaux.

Nathan recrute parmi les auteurs solides de l'époque. Ceux-ci par leurs voyages, leurs régions natales ou leurs œuvres précédentes ont une certaine expérience du thème du livre. Les auteurs intervenaient généralement une ou deux fois dans la collection. Néanmoins, certains auteurs tels que le duo Quinel et de Montgon ont écrit de nombreux livres pour la collection et dans des domaines très différents tels que le Corse ou le far-west.

Les livres sur des sujets mythologiques et internationaux sont généralement complétés de lexiques, de cartes et de glossaires.

Durant les années 1930, une quinzaine de titres qui resteront des classiques et seront souvent réédités constituent la collection. Durant la seconde guerre mondiale de 1940 à 1946, le renouvellement de la collection est arrêté et le programme de publication restera identique jusqu'à la libération. À partir de 1948, la production de nouveaux titres reprend peu à peu.[2]

À partir de 1963, l'identité visuelle de la collection est changée. La nouvelle couverture est blanche et dotée d'une illustration en quadrichromie ainsi que d'une nouvelle typographie. Cette nouvelle formule rencontrera beaucoup de succès et sera la plus emblématique de la collection. Durant les années 1980 et pendant l'essor des collections de poche, Nathan abandonne petit à petit les couvertures cartonnées et à cette occasion modifie et réécrit entièrement les textes. Ceux-ci seront complétés d'un mini-dossier documentaires.

Toutefois, en 1996, la collection réinvestit le classicisme de la version blanche en donnant une nouvelle vie au format relié. Les récits historiques continuent à être adaptés aux jeunes lecteurs par de nouveaux auteurs nourris aux anciennes éditions comme Christian Grenier Yves Pinguilly ou encore Christian Jacq. Les textes régionaux vont, quant à eux, peu à peu disparaîtrent de la série pour laisser place aux « mythologies » contemporaines tels que les Contes et les Récits de la conquête du Ciel et de l'Espace.[3]

Au tournant du siècle, la collection commence à exploiter des thématiques transversales: sorcières, mondes et cités, ogres et géants… Gudule et d'autres auteurs de renom de la littérature jeunesse vont alors apporter leur contribution à la collection.

En parallèle à l'évolution du catalogue, le principe graphique change aussi. La couverture adopte des teintes acidulé et est presque entièrement illustrée pour attirer le regard des jeunes lecteurs. À l'intérieur du livre, les illustrations en noir et blanc remplacent celles en couleurs.

À partir de 2010, la collection fait peau neuve. Nathan fait appel à François Roca pour illustrer toutes les couvertures. Ces nouvelles couvertures conservent comme éléments structurels les filets dorés et l'univers colorés. Le nom de la collection est davantage mis en valeur sur la couverture grâce à la typographie qui met en avant le poids des sujets historiques. En août de cette année-là, Nathan réédite dix titres dont les Contes et Légendes de la mythologie grecque et les Contes et Légendes de la Table ronde qui sont les deux plus grands best-sellers de la collection.

Maisons d'édition liées[modifier | modifier le code]

Auteurs publiés[modifier | modifier le code]

  • Ch.Quinel et A. de Montgon
  • Laura Orvieto
  • G. Perron-Louis
  • Claude Pouzadoux
  • Jean Martin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur le site histoire-education.
  2. Fictions et journaux pour la jeunesse au XXe siècle, Raymond Perrin, L’Harmattan, 2009, p. 110.
  3. http://www.nathan.fr/en/histoire_2.asp
  4. « Éditions NATHAN », sur www.nathan.fr (consulté le 7 mai 2016)
  5. Lagardère, « Document de référence 2004 », p. 127
  6. Armand Colin, « La collection 128 »
  7. Les « Contes et Légendes de tous les Pays », collection lancée en 1923 avec comme illustrateur Joseph Kuhn-Régnier.

Lien externe[modifier | modifier le code]