Henry de La Vaulx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henry de La Vaulx
La Vaulx.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
Nationalité
Activité
Le Voyage en Patagonie d'Henry de La Vaulx

Henry François Joseph, "comte" de La Vaulx, né le à Bierville et mort le près de Jersey City aux États-Unis, est un aéronaute et explorateur français, également auteur de romans d'aventures.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entreprend un voyage équestre en Patagonie, au cours duquel il séjourne dans des tribus locales indiennes, de mars 1896 à mai 1897.

En 1900, des épreuves d'aérostation sont organisées à Paris, car les courses de ballons deviennent le sport à la mode et constituent même "l'Événement" des Jeux olympiques d'été de 1900, et plus particulièrement des Sports de l'Exposition Universelle de 1900 elle-même. Parti le 30 septembre dans la course de distance sans handicap, porté par les vents d'ouest, Henry de La Vaulx se pose en Pologne près de Varsovie. Mais, au terme d'une troisième course de distance au départ de Paris, Henry de La Vaulx et son compagnon Georges de Castillon de Saint-Victor parviennent à poser leur ballon le 10 octobre à Korostichev près de Kiev : ils ont parcouru 1 925 km en 35 heures. Il tente également la construction d'un aéroplane avec l'ingénieur Tatin, détruit à son premier essai à Saint-Cyr-l'École (cf. « aérodrome de Saint-Cyr-l'École »). Disciple de Jules Verne, compagnon de Mermoz, il est l'un des fondateurs de l’Aéro-club de France et également l'un des initiateurs, le , puis le président de la Fédération aéronautique internationale.

Auto-ballon d'Henry de La Vaulx en 1906

Il est aussi le cofondateur (avec Maurice Mallet) de la société Zodiac, qui construit à l’époque des dirigeables, avant de s’orienter vers la fabrication de bateaux gonflables que l’on connaît aujourd’hui sur le marché nautique.

Le 11 mai 1911, il réalise le premier vol du dirigeable hollandais « Duindigt » construit par la société Zodiac, qui est le plus petit dirigeable militaire au monde à cette époque (900 mètres cubes)[1].

Pour se reposer entre ses périples, Henry de La Vaulx résidait dans sa propriété, un château situé à Rozoy-Bellevalle dans le canton de Condé-en-Brie, dans le sud du département de l’Aisne.

Il trouve la mort le près de Jersey City, alors qu’il effectue une tournée aérienne internationale de promotion au profit de la FAI. L'avion qui le transportait, obligé de voler à basse altitude en raison d'un plafond très bas, heurte une ligne à haute tension et s'écrase, tuant tous ses occupants[2]. Selon sa volonté, il est enterré dans le cimetière de Rozoy-Bellevalle.

Outre des ouvrages sur l'aéronautique, il a publié en 1925 le roman Cent mille lieues dans les airs, et auparavant, en collaboration avec Arnould Galopin, de nombreux romans d'aventures de la série Le Tour du monde de deux gosses (1911), dont plusieurs ont été réédités l'année de sa mort dans la collection Les Chevaliers de l'Aventure de la Librairie Jules Tallandier.

Une médaille Henry de la Vaulx est toujours décernée aujourd'hui par la FAI.

L'un de ses ballons, le Méditerranée fut recyclé en tant que ballon captif à l'aérodrome de la Porte Maillot [3].

Au 122, avenue des Champs-Élysées à Paris 8e arrondissement

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Romans écrits en collaboration avec Arnould Galopin[modifier | modifier le code]

  • Le Tour du monde de deux gosses ; le chemin des nuages, Paris, Tallandier, 1908
  • Le Tour du monde en aéroplane, tragiques aventures d'un gamin de Paris, 1910
  • Le Tour du monde de deux gosses, feuilleton hebdomadaire de 44 fascicules, Paris, Tallandier, 1911 ; réédition dans la collection Les Chevaliers de l'Aventure, Tallandier, 1930

Ouvrages sur l'aéronautique[modifier | modifier le code]

  • Joseph et Étienne de Montgolfier, Paris, Annonay, 1926
  • L’Aéronautique des origines à 1922, Paris, Henri Floury, 1922 (lire en ligne)
  • L’Emploi des ballons à ballonnet d’après la théorie du général Meusnier, Paris, Gauthier-Villars, 1903
  • L’Aérostation, Paris, Larousse, 1906
  • Le Triomphe de la navigation aérienne : aéroplanes, dirigeables, sphériques, Paris, Tallandier, 1911
  • Les Vainqueurs de l’air ; histoire de l’aéronautique: ses débuts sportifs, son application militaire, sa réalisation commerciale, Paris, Hachette, 1921
  • Un Tour du monde en aéroplane, Paris, Albin Michel, 1930

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Voyage en Patagonie ; ouvrage contenant quarante illustrations d’après les photographies de l’auteur, et une carte hors texte, Préf. José-Maria de Heredia, Paris, Hachette, 1901
  • La Montagne d'amour : tableau de la vie Araucane, [S.l.s.n.], 1902
  • Les Anciens habitants des rives du Colhué Huapi (Patagonie), Paris, Leroux, 1902
  • Bibliothèque de feu M. le comte Henry de La Vaulx, Paris, Bosse, 1930

Distinctions[4][modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jacques de La Vaulx, Croire et oser : la vie ardente et passionnée du comte Henri de La Vaulx, pionnier de l'aéronautique, 1870-1930, Versailles, J. de La Vaulx, , 202 p. (présentation en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]