Cruzy-le-Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatel.
Cruzy-le-Châtel
Blason de Cruzy-le-Châtel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Tonnerrois
Intercommunalité CC Le Tonnerrois en Bourgogne
Maire
Mandat
Thierry Durand
2014-2020
Code postal 89740
Code commune 89131
Démographie
Population
municipale
279 hab. (2012)
Densité 4,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 24″ N 4° 12′ 46″ E / 47.8567, 4.212847° 51′ 24″ Nord 4° 12′ 46″ Est / 47.8567, 4.2128  
Altitude Min. 175 m – Max. 342 m
Superficie 59,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cruzy-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cruzy-le-Châtel

Cruzy-le-Châtel est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villon Arthonnay Channay
(Côte-d'Or)
Rose des vents
Rugny
Baon
Pimelles
N Nicey
(Côte-d'Or)
O    Cruzy-le-Châtel    E
S
Gland Sennevoy-le-Haut Gigny

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Cruzy-le-Châtel signifierait le château de la roche ou du creux-vallon[1]. Cruzy pouvait être écrit Creusy, Cruseium ou Cruzeyum[2].

Au XIIIe siècle, Cruzy dépendait du duché de Bourgogne. Charles d'Anjou et Marguerite de Bourgogne, comtesse de Tonnerre, reconnurent tenir en fief de Robert, duc de Bourgogne, les seigneuries de Cruzy et Griselles, faisant partie du comté de Tonnerre[3].

En 1297, Robert de Bourgogne ordonne la restitution de Cruzy au duché de Bourgogne. En 1371, alors que le duché de Bourgogne a été rattaché à la couronne de France, Philippe le Hardi, au travers de son terrier de Châtillon-sur-Seine, confirme que Cruzy, Griselles et Laignes sont des arrière-fiefs du duché. En 1393 et 1399, Louis de Chalon, comte de Tonnerre, rend hommage pour ces terres au duc de Bourgogne. La seigneurie de Cruzy à changée de main à la fin du XIVe siècle ou au début du XVe siècle. Louis de Chalon, comte de Tonnerre de 1398 à 1422, marié à Marie de La Trémoille, étaient les parents de sept enfants dont Jean, qualifié de seigneur de Cruzy et de Ligny[4]. Jean meurt à la bataille d'Azincourt en 1415 et Cruzy revient à Hugues de Châlon, devenu comte de Tonnerre à la mort de son frère Louis[5]. Toutefois, même qualifiés de seigneurs de Cruzy, en 1411, cette terre, celles de Laignes, Griselles et la Garde de Pothières sont confisqués à Louis de Chalon en faveur du comte de Charolais, Philippe III de Bourgogne. En 1416, Jean Ier de Bourgogne, fait don de la terre de Cruzy à Régnier Pot. Ce don n'aura pas d'effet et Cruzy reste l'apanage des comtes de Charolais. En 1453, il apparait que Cruzy soit revenu aux Chalon, ce que confirme une lettre de Philippe Le Bon, qui ordonne que Guillaume de Chalon puisse jouir de ses terres de Cruzy, Laignes et Griselles. En 1493, Louis de Châlon rend hommage au duc de Bourgogne pour Cruzy, alors même que les Châlon ne sont plus comtes de Tonnerres et que les Husson leur ont succédé. En 1539, Anne de Husson, donne son dénombrement au roi pour sa seigneurie de Cruzy. En 1604, le successeur d'Anne, Charles-Henri de Clermont rend hommage au roi pour Cruzy. En 1620 la seigneurie est érigée en marquisat en faveur de Roger de Clermont. En 1684, après que les Clermont lui cédèrent un certain nombre de terres François Michel Le Tellier de Louvois fait enregistrer sa reprise du fief de Cruzy, sans pour autant reprendre le titre de marquis. C'est sa femme, Anne de Souvré qui termina la transaction commencé entre son mari et les Clermont et reprit le marquisat en 1699[6]?

Au moins au XIXe siècle s'y trouvait une verrerie[7].

Au cours de la Révolution française, la commune fut renommée Cruzy-le-Sec[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cruzy-le-Châtel Blason De gueules à la bande d'or chargée de deux clefs d'argent passées en sautoir à plomb, au chef brochant d'azur chargé de trois lézards aussi d'argent.
Détails Le gueules à la bande d'or est pour la Maison de Châlon, le chargé de trois lézards pour celle des Le Tellier. Les clefs sont en souvenir des Clermont-Tonnerre, seigneurs de Cruzy[9]
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Denise Savie    
mars 2008 en cours Thierry Durand[10]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 279 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 229 1 262 1 356 1 223 1 342 1 279 1 330 1 200 1 196
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 046 1 009 987 927 872 838 856 829 772
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
721 716 669 506 549 579 463 521 490
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
437 423 351 281 274 269 256 254 279
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mémoire pour le procureur du Roi (...) contre Messire François-César Le Tellier, marquis de Courtanvaux, 1770

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires de la Société académique d'agriculture, des sciences arts et belles-lettres du département de l'Aube, Tome XXV, 1861
  2. Le diocèse de Langres, Charles François Roussel, 1878
  3. Mémoire pour le procureur du Roi (...) contre Messire François le Tellier, Marquis de Courtanvanx, 1770
  4. L ̓église et les campagnes au Moyen Âge, Gustave Amable Prevost, 1857
  5. Histoire et règne de Charles VI, Nicolas Baudot de Juilly Tome VIII, 1753
  6. Texte issu de : voir Bibliographie
  7. Dictionnaire géographique de la France, Briand de Verzé, 1839
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Cruzy-le-Châtel », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 27 novembre 2012)
  9. Explication du blason sur le site de la commune de Cruzy
  10. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 17 décembre 2013.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  13. « Château de Maulnes », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Église Saint-Barthélémy de Cruzy-le-Châtel », base Mérimée, ministère français de la Culture