Thorey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Thorey-Lyautey.

Thorey
Thorey
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Tonnerrois
Intercommunalité CC Le Tonnerrois en Bourgogne
Maire
Mandat
Régis Nicolle
2014-2020
Code postal 89430
Code commune 89413
Démographie
Population
municipale
31 hab. (2016 en diminution de 31,11 % par rapport à 2011)
Densité 4,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 15″ nord, 4° 07′ 23″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 336 m
Superficie 6,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thorey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thorey

Thorey est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mélisey Trichey Rose des vents
N Rugny
O    Thorey    E
S
Saint-Martin-sur-Armançon Tanlay

Toponymie[modifier | modifier le code]

Torreio (965), Torreovilla (1137), Tourey (1127-1168).

Du nom d'homme latin Taurius, issu du mot latin taurus (« taureau »), avec le suffixe possessif –acum.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier seigneur connu de Thorey est Odon de Thorey qui eut des démêlés avec les moines de l'abbaye de Quincy en 1178.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
    Jean Marlin[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 31 habitants[Note 1], en diminution de 31,11 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
281306304279291273263258272
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
250231215188180167157152127
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
128117101828081676571
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
645660545556544533
2016 - - - - - - - -
31--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La première mention du château date de 1398 : Simon de La Palus vend le château et baronnie de Thorey à Régnier Pot, chambellan du duc de Bourgogne Philippe le Hardi. le château et tour de Thorey était jurable et rendable dans la châtellenie de Cruzy au comte de Tonnerre, tandis que la basse-cour, les hommes et les terres relevaient du comte de Champagne. En 1414, Louis de Chalon, comte de Tonnerre, en lutte contre le duc de Bourgogne et allié des Armagnacs prend Thorey et le détruit. en 1440 Jacques Pot hérite la seigneurie de son père. Le château était reconstruit en 1472, car il est occupé à cette date par les troupes de Louis XI et repris par les Bourguignons, commandées par Antoine de Luxembourg et Pierre de Hagenbach à la fin de la même année. Jacques Pot décède en 1473 et c'est son frère Guyot qui recueille la seigneurie, puis son fils Régnier, mort en 1502. Le château passa à la sœur de ce dernier, Anne et à son mari Guillaume de Montmorency, puis à leur fils Anne de Montmorency, connétable de France. De la famille de Montmorency, la baronnie passe aux Luxembourg vers 1640, puis en 1704 aux Thévenin de Tanlay. Le château n'est plus occupé que par des régisseurs et en 1803 l'un d'eux vendit les pierres du château. Vers 1868 le château ne possède plus que les tours du nord, les autres tours et les courtines ont servi de carrière de pierre. A l'abandon, étouffé par la végétation, Thorey meurt lentement. Sources : BITON (Robert) Le château de Thorey in Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Tonnerrois N°32, Tonnerre. 1979. BITON (Robert) Les Châteaux forts du Tonnerrois, essai de reconstitution, Société d'Histoire et d'Archéologie du Tonnerrois, Ahuy. 2013

Il y a un château en ruine difficile d'accès (il reste une tour et une partie de l'entrée), château qui a la particularité d'être construit dans une position cachée (une petite vallée protégée par un étang). La légende locale dit qu'on y battait monnaie et que c'est la raison pour laquelle il est « discret ». Proche du château se trouve une église romane encore en usage (une ou deux fois tous les deux ou trois ans) avec un carillon interne.

On trouve aussi le reste d'une abbaye disposant d'un grand pressoir (propriété privée) et un lavoir ancien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.