Baon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baon
Image illustrative de l'article Baon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Tonnerrois
Intercommunalité CC Le Tonnerrois en Bourgogne
Maire
Mandat
Damien Roussel
2014-2020
Code postal 89430
Code commune 89028
Démographie
Population
municipale
78 hab. (2014)
Densité 9,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 35″ nord, 4° 08′ 01″ est
Altitude Min. 162 m – Max. 280 m
Superficie 8,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Baon

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Baon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baon

Baon est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Baon partage les plateaux calcaires avec la région naturelle de Champagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Baon est situé dans la pointe Est du département de l'Yonne[1] ; à 9 km à l'est se trouve le nord de la Côte-d'Or, et à 7,5 km au nord se trouve le sud de l'Aube. Le village est à 1 km au nord de la D965 qui relie Auxerre (49 km Ouest), Tonnerre (14 km Ouest) dans l'Yonne et Châtillon-sur-Seine (36 km Est) en Côte-d'Or, et au-delà à Chaumont (94 km Nord-Est) en Haute-Marne par la D67[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rugny Rose des vents
N Cruzy-le-Châtel
O    Baon    E
S
Tanlay Pimelles

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Baon est arrosé par le ruisseau des Froides Fontaines[3], petit affluent de l'Armançon qui prend source à cheval entre Villon et Cruzy-le-Châtel et traverse la commune dans le sens nord-est/sud-ouest. Il prend le nom de ru de Baon en aval du village et conflue avec l'Armançon à Tanlay. À 1,7 km en amont du pont de la D116 sur le ruisseau il reçoit en rive gauche le ru de Bouteillier, cours d'eau saisonnier provenant de Stigny à l'Est puis qui passe à Gland et Pimelles où il traverse la D965[2].

Relief, géologie[modifier | modifier le code]

Les reliefs sont notablement marqués : Baon, à 168 m d'altitude, s'appuie au nord sur une hauteur qui domine le village à 256 m d'altitude soit un dénivelé de presque 100 m ; les 300 premiers mètres (linéaires) du coteau sont particulièrement abrupts, grimpant de 30 à 50 m sur tout le versant nord-ouest de la vallée du ruisseau.

La carte géologique[4] montre les profondes entailles des cours d'eau dans le plateau du Jurassique supérieur. Sur le plateau se trouvent des calcaires du Tithonien (J7) ; sur les coteaux, du Kimméridgien supérieur (J6b)[5]. Dans les fonds de vallée s'est déposé un étroit ruban d'alluvions modernes de sables, limons et argiles datant de l'Holocène (Fz), déposé à partir de Béon et vers l'aval dans une couche dénudée du Ptérocérien ou étage Oxfordien supérieur (J6a)[5]. Disséminées sur les plateaux et coteaux, sont des formations périglaciaires faites de grouines (ou grèzes ou graveluches) (GP, matrice argileuse et éclats de petits cailloux[6]).

Baon sur la carte de Cassini

Topologie[modifier | modifier le code]

Sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle), Baon est noté « Ban »[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de France en 1180 - comté de Champagne en jaune à l'est.

Baon, comme tout le Tonnerrois, sert longtemps de zone-tampon entre le comté de Nevers, le duché de Bourgogne et le comté de Champagne auquel il appartient.

La carte de Cassini montre le territoire de Tanlay, soit environ 960 ha, comme une « enclave de Bourgogne » dont les limites sur le terrain sont marquées par une trentaine de bornes, hormis une partie du périmètre sud dont les bornes ont déjà disparu à l'époque de l'établissement de la carte (vers 1745)[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
2008 en cours Damien Roussel[8]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 78 habitants, en diminution de -6,02 % par rapport à 2009 (Yonne : -0,46 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
240 243 244 252 256 260 260 252 234
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
197 187 175 172 188 180 193 201 172
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
186 164 154 128 121 122 114 120 94
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
91 84 60 57 43 67 74 83 78
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune partage avec Baon l'un des derniers marais alcalins de l'ouest de la Bourgogne. Ce marais est visé par le site d'intérêt communautaire (SIC) du « Marais alcalin et prairies humides de Baon »[13], un site Natura 2000 selon la directive Habitat d'une surface totale de 21 ha. Ce SIC s'étire en longueur dans le fond de la vallée au long du ru de Baon, à partir de 365 m en aval du lavoir à l'ouest de Baon (sur la D356), jusqu'à sa confluence plus un aval avec le ruisseau de Mélissay au pont de la Demi-Lune 250 m après l'ancien moulin du May, sur la commune de Tanlay. Sa largeur varie de 30 m (rétrécissement vers le moulin du May) à 215 m pour inclure une source le long de la D56.

Au-delà en aval du pont de la Demi-Lune, le SIC est prolongé sur le cours du ru de Baon par la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) continentale de type 1 du « Marais de Baon, vau d'Arvau et allée de Tanlay »[14] : comprenant 675,81 ha uniquement sur Tanlay, cette ZNIEFF inclut le ru de Baon et la continuation du marais alcalin, à partir de l'entrée du ru sur la commune jusqu'à sa rencontre avec la ligne électrique à très haute tension au sud-est de la commune de Tanlay. Sont compris tous les coteaux du ru sur ce parcours, y compris ceux des vallons adventifs. Cette zone inclut également le ruisseau de Mélissay depuis la fontaine du Rocher près de l'ancienne abbaye de Quincy (aussi incluse ainsi que l'ancien moulin de Quincy) jusqu'à sa confluence avec le ru de Baon. Cet ensemble comprend l'allée de Tilleuls de Tanlay et sa faune remarquable, la combe boisée du Vau d'Arvau, et des friches calcaires au sud et au nord de cet endroit. Le sud de cette ZNIEFF inclut de plus l'essentiel de la forêt communale de Saint-Vinnemer, plateau et coteau.

Ces deux zones, par leur habitat particulier, abritent des espèces végétales et animales rares et menacées en Bourgogne[13],[14]. Elles sont toutes deux incluses dans la ZNIEFF continentale de type 2 du « Massif calcaire du Tonnerrois oriental et Armançon »[15] qui couvre un total de 30 001,77 hectares sur 44 communes[13].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Baon sur la carte de google.fr.
  2. a et b Baon, cartes IGN interactives sur geoportail.fr. Couches « Cartes IGN classiques » et « Limites administratives » activées. Vous pouvez moduler, désactiver ou supprimer chaque couche (= carte) dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau des Froides Fontaines (F3409300) » (consulté le 18 août 2017).
  4. Baon, carte géologique, cartes IGN interactives sur geoportail.fr. Couches « Cartes géologiques », « Hydrographie » et « Limites administratives » activées.
  5. a et b « Échelle des temps géologiques », sur sigespoc.brgm.fr (consulté le 19 août 2017).
  6. M. Donsimoni, « Carte géologique harmonisée du département de la Meuse - notice technique », sur infoterre.brgm.fr, BRGM, (consulté le 17 août 2017), p. 40.
  7. a et b Baon, carte de Cassini - cartes IGN interactives sur geoportail.fr. Couche « Carte de Cassini » activée.
  8. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 15 décembre 2013.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. a, b et c « Marais alcalin et prairies humides de Baon » - FR2600996. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  14. a et b « Marais de Baon, vau d'Arvau et allée de Tanlay » - 260014963. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  15. « Massif calcaire du Tonnerrois oriental et Armançon » - 260014961. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.