Camorra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camorra (homonymie).
Camorra
Image illustrative de l'article Camorra
Localisation de la Campanie (en rouge) sur la carte d'Italie

Date de fondation XIXe siècle
Lieu Naples, Italie
Territoire Italie (essentiellement Campanie), Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Espagne, Chine, Maroc, France, Colombie, Vénézuela, Brésil
Année active XIXe siècle à nos jours
Ethnies présentes Napolitains
Nombre de membres entre 4 500 et 7 000
Activités criminelles multiples
Naples, berceau de la Camorra.
Camorristes à Naples, 1906.

La Camorra ou Bella Società RiformataSocietà dell’UmirtàOnorata Società ou encore mafia napolitaine, est une organisation mafieuse italienne clanique implantée essentiellement à Naples et en Campanie. À la différence des autres organisations mafieuses italiennes, elle se caractérise par ses origines urbaines et son absence de hiérarchie.

Apparue à Naples en Italie au début du XIXe siècle, la Camorra est la plus vieille organisation criminelle d'Italie. Très intégrée dans la population, surtout dans les milieux les plus pauvres, elle est définie, dès 1863 par l'érudit Marco Monnier, comme « l’extorsion organisée, une société secrète populaire dont la finalité est le mal »[1].

Elle s’est diffusée dans d'autres provinces de Campanie, notamment dans la voisine province de Caserte, avant que ses activités criminelles s'étendent plus largement en Italie puis de manière internationale.

Au début du XXIe, suivant les sources, le nombre total de ses membres oscille entre 4 500 et 7 000 dans la région de Campanie, organisés autour d'une centaine de familles ou clans. Son chiffre d'affaires annuel est lui évalué dans une fourchette comprise entre 3,8 et 12,5 milliards d'euros.

L'absence de structure hiérarchique de la Camorra amène régulièrement les clans à se livrer à des luttes sanglantes qui peuvent occasionner plusieurs dizaines de morts par an.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Si l'on trouve une première mention du terme au XIVe pour désigner une association de marchands[2], l'étymologie du nom est plus qu'incertaine et donne lieu à plusieurs hypothèses.

La première utilisation officielle du terme « Camorra » semble remonter à 1735, quand un décret royal autorise l'établissement de huit maisons de jeu dans Naples dont une Camorra avanti palazzo (« Camorra devant le palais ») qui était en activité depuis plusieurs siècles[3]. Le terme serait alors une association des termes italiens capo (chef) et morra (mourre), un jeu de rue[4]. Parmi d'autres hypothèses, son nom pourrait aussi provenir soit de la chamarra qui signifie veste de bandit, soit de camorra qui signifie rixe.

Genèse et croissance[modifier | modifier le code]

Des origines aux années 1950[modifier | modifier le code]

L'histoire de la Camorra comme organisation criminelle n'est pas linéaire et ses origines ne sont pas claires[2].

Certains auteurs ont fait descendre la Camorra d'une société secrète espagnole - la Garduna - qui aurait été importée lors du règne des Bourbon-Siciles[5], recrutant ses membres au sein des détenus[2]. D'autres évoquent une société secrète criminelle connue comme la Società Omertà qui, dès le tournant du XIXe siècle, bien qu'elle pratiquait la contrebande, le chantage, la corruption, le vol et le meurtre, constituait la seule expression du peuple et son unique régulation[2].

La Società se développe particulièrement à la suite de la révolution avortée de 1799, pendant la tourmente que connait l'Italie lors de son combat pour l'unification entre 1799 et 1815, dans une des villes alors les plus peuplées d'Europe, après Londres et Paris[6]. Naples n'a à l'époque pas connu de révolution industrielle et la ville, surpeuplée et sans ressources, dont l'activité est basée sur le luxe et les services offrant peu de travail à la main-d'œuvre faiblement qualifiée, abrite les classes populaires en son cœur qui, rejointes par les paysans pauvres, se soulèvent régulièrement[7].

La Camorra fait office, sous le règne de Ferdinand Ier de Bourbon, de police occulte, dans une véritable « cogestion » de l’ordre public réparti entre police et criminels[8]. Elle s'allie ensuite - « la Camorra n'a pas d'opinion »[9] - avec les forces du patriote italien Giuseppe Garibaldi et aide à l'expulsion des Bourbons d'Italie. Après l'unification de l'Italie en 1870, le régime de la droite historique italienne l'utilise pour réprimer ses opposants politiques[8].

Procès Cuocolo, Le Petit Journal 26 mars 1911

Mais une véritable structuration de la Camorra s'opère dans la dernière partie du XIXe siècle, avec l'apparition du suffrage capacitaire (1882) et l'émergence d'une nouvelle classe bourgeoise accédant aux sphères politique et administrative[2] : à côté de la « basse » Camorra historique qui regroupait voleurs, maîtres chanteurs et tueurs, apparaît une « haute » Camorra qui a recours au crime organisé pour faire fructifier ses affaires[10]. Une « Camora administrative » émerge également qui s'immisce progressivement dans les rouages de la ville[11] : le clientélisme et les détournements - notamment à la suite de l'épidémie de choléra de 1885 - se généralisent tandis que les scandales se multiplient à tel point qu'une Commission royale d'enquête sur Naples est mise en place en 1900, dirigée par Giuseppe Saredo, qui met en lumière la véritable prédation[12] que la Camorra exerce sur la ville.

Il faut attendre 1911 et le procès Cuocolo pour voir la première offensive judiciaire importante contre la Camorra : une dizaine de camorristes sont condamnés pour un meurtre interne au milieu, sur base de témoignages qui préfigurent les repentis[13]. Différents facteurs contribuent en outre au déclin de l'organisation : l'émigration massive vers les Amériques, l'impact d'une loi spéciale pour l'industrialisation de 1904, l'amélioration des conditions socio-économiques urbaines, le droit de vote ouvert aux analphabètes en 1912[14]...

L'influence Camorra s'amoindrit tant auprès des couches populaires que des couches supérieures, provoquant une marginalisation[14] du phénomène cammoriste, accentuée, à partir de 1922, par la politique répressive du nouveau pouvoir fasciste de Benito Mussolini[2]. Cette quasi-disparition perdure jusqu'au sortir de la Seconde Guerre mondiale[14].

De 1945 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, la Camorra entame sa mutation pour devenir ce qu'elle est aujourd'hui. Le séjour forcé à Naples de Lucky Luciano, Capo de la Cosa nostra américaine, faisant suite à son expulsion du territoire américain, contribuera à ranimer le phénomène criminel local qu'est la Camorra, notamment en passant des trafics illicites locaux aux trafics internationaux. La Camorra s'allie avec des clans marseillais pour la contrebande de cigarettes. Mais la Camorra n'a plus la structure verticale qui la caractérisait dans les siècles précédents. Ce qui l'affaiblit dans sa prise de décision pour la direction des affaires face à la Cosa Nostra sicilienne. Elle se constitue d'une constellation de clans plus ou moins liés entre eux.

Dans les années 1970, Raffaele Cutolo, (surnommé 'O Professore), incarcéré pour meurtre à la prison de Poggioreale[15], tente de réaliser ses projets. Il veut structurer la Camorra comme une organisation rattachée à un lieu géographique pour réguler le nouveau business du marché de la drogue. Ainsi naît la Nuova Camorra Organizzata (NCO)[15]. Mais cette organisation connaît une forte opposition qui se structure autour de la Nuova Famiglia (NF). Cette dernière fait la guerre à la Camorra de Cutolo. La guerre entre les deux organisations est impitoyable et se conclut en 1983 par la défaite de la NCO[15]. Les victimes se comptent par centaines et parmi eux beaucoup d'innocents. Peu de temps après, la NF disparaît d'elle-même n'ayant plus de raisons d'exister. En 1981, Raffaele Cutolo fait pression auprès des Brigades rouges afin qu'elles acceptent de libérer un de leurs prisonniers, Ciro Cirillo (un politicien important membre de la Démocratie chrétienne).

En 1992, le capo Alfieri tenta à nouveau de structurer la Camorra de manière verticale avec la création de la Nuova Mafia Campana (NMC). Mais cette nouvelle organisation disparut peu de temps après, à la suite de l'arrestation d'Alfieri et le fait qu'il devienne un pentito (repenti pour le gouvernement). De nos jours, la Camorra est une organisation horizontale avec plusieurs clans qui luttent entre eux.

Le , plusieurs milliers de manifestants se sont retrouvés dans les rues de Naples, pour protester contre la mafia locale Camorra. En 2004, les règlements de compte entre bandes mafieuses rivales ont fait 139 morts, surtout dans les quartiers défavorisés de Scampia et de Secondigliano de cette même ville. Cette guerre mafieuse n’a pas encore atteint l’ampleur de celle qui avait fait 273 morts pour la seule année 1981 [réf. incomplète][16].

Activités[modifier | modifier le code]

La Camorra est présente dans tous les secteurs de l’économie régionale napolitaine. Ses clans gèrent des trafics divers, la prostitution et les extorsions de fonds[17].

Ils sont également présents dans les offres publiques de chantiers, les adjudications et les activités liées à la dépense publique. Le chef de la protection civile a ainsi reconnu qu’« en matière de gestion des déchets, la seule réalité gagnante est celle de la Camorra »[18].

Ces activités sont très nombreuses :

  • Extorsion : les autorités estiment que la Camorra reçoit de l’argent de la part d'un grand nombre d'industries et entreprises de Naples et de ses environs sous forme d'un impôt appelé le pizzo. De plus, elle a investi dans des activités légales et contrôle totalement le commerce local des fleurs, de la viande[19].
  • Contrebande[19] : contrebande d’objets volés, ou de contrefaçon.
  • Trafic de cigarettes : le trafic de cigarettes, quasiment disparu depuis près de vingt ans, est réapparu à Ercolano dans la banlieue de Naples après les hausses des prix du tabac en Europe.
  • Trafic de drogue : en provenance du Maghreb (cannabis), de la Turquie (héroïne, opium) et des pays d’Amérique du Sud (cocaïne), mais principalement la cocaïne[19].
  • Fraude aux subventions européennes : toutes les mafias du Sud de l'Italie, la Camorra en particulier, essayent de détourner les subventions européennes[19].
  • Jeux clandestins
  • Production de béton en Campanie : après le séisme de 1980 en Irpinia, la Camorra a détourné des millions (en provenance de l'UE essentiellement) grâce aux contrats de reconstruction[19].
  • Corruption de fonctionnaires, comme des policiers, carabiniers ou encore des élus locaux ou bien du gouvernement italien.

Le trafic de déchets[modifier | modifier le code]

La Camorra a longtemps détenu le monopole du ramassage des ordures en Campanie, et contrôle de nombreuses décharges. Leur fermeture progressive ainsi que la présence de déchets illégalement enfouis dans les sols est en partie à l'origine de la crise des déchets dans la région de Naples. La gestion des ordures est d'ailleurs gérée par état d'urgence depuis 1994[20].

Depuis des décennies, la Camorra a aussi pour habitude d'envoyer ses déchets en Roumanie dans des gropi, un mot qui veut dire « fosses » en roumain. La Camorra via des sociétés-écrans ouvre une multitude d'agences de traitement des déchets originaire de Campanie. Depuis 2009, la mafia a décidé de faire de la décharge de Glina en Roumanie, surnommée Ochiul Boului (« Œil de bœuf », en roumain), la plus grande d'Europe. Les clans camorristes sont très implantés dans le nord-ouest du pays, Bucarest et sa région. De plus, l'Union européenne finance le système de modernisation du système roumain de traitement des ordures. Les fonds sont en partie détournés par la Camorra qui fait disparaître les déchets pour deux à trois fois moins cher en les mélangeant à d'autres, ce qui est impossible en Italie. Depuis l'entrée de la Roumanie dans l'Union européenne en janvier 2007, le crime organisé s'est emparé du « secteur écologique » qui s’avère plus profitable que le trafic de drogue avec, de son point de vue, un triple avantage : les investissements sont faibles, des masses d'argent générés par l'ensemble des activités de la Camorra peuvent être blanchis par ce biais sous une apparence légale et les peines encourues en cas de poursuites judiciaires, causées par les irrégularités, sont minimes. Les déchets transitent par voies routières et maritimes. Les principales décharges identifiées sont à Glina, Baicoi, Plolesti, Mures, Constanța et Tulcea en Roumanie[21].

Économie de la Camorra[modifier | modifier le code]

Les revenus illégaux de la Camorra sont évidemment difficiles à estimer, parce qu'outre qu'ils sont illicites, leur réalité est mouvante, provenant de multiples activités, au profit de multiples clans[22]. Un institut de données économiques italien appelé Eurispes a estimé, en 2008, qu'annuellement l'économie mafieuse de la Camorra générait une somme annuelle de 12,5 milliards - comme d'autres qui donnent des chiffres très importants sans avancer d'avantage de méthodologie[22],[23] - mais ces chiffres ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur, leur globalisation de réalités différentes et leurs erreurs, bien qu'ils soient largement repris par la presse voire par des responsables politiques[22].

Une étude datée de 2013[24] relativise ces chiffres, estimant l'ensemble de l'activité illégales en Italie à 25 milliards annuels - soit 1,7% du PIB italien - mais pour lesquelles les mafias ne sont impliquées que pour 31% à 51%, soit 8 à 13 milliards d'euros. Selon cette approche, les revenus annuels de la Camora - les plus importantes d'Italie avant la 'Ndrangheta calabraise - s'élèveraient plutôt à 3,7 milliards d'euros[25] dont environ 60% proviennent directement de ses activités en Campanie[26].

L'« indice de présence mafieuse » (IPM) montre ainsi la profonde implantation de Camorra sur le territoire campanien, devançant toutes les autres régions, avec un indice de 101 pour la ville de Naples (à comparer par exemple avec les indices de 58 pour Palerme, 21 pour Rome ou encore 5,5 pour Florence)[27].

L'économie mafieuse est un frein au développement économique de la Campanie que cela soit au niveau industriel, ou urbain. De plus, le trafic extrêmement lucratif du retraitement des ordures ménagères entraîne une pollution massive des sols et de l'air extérieur. À titre d'exemple, les communes d'Acerra, Marigliano et Nola, autrefois considérées comme les plus fertiles sont aujourd'hui appelées « le triangle de la mort ».

En 2011, l'éco-criminalité et détournements afférents organisés par la Camorra étaient estimés à 16,6 milliards d'euros[28].

Structure[modifier | modifier le code]

Les chiffres concernant la Camorra, tant pour ses membres que pour ses revenus, donnent lieu à des fluctuations, vu la nature illicite des activés de l'organisation qui n'est, en outre, pas centralisée et dont les membres sont souvent assez jeunes[29]. Selon les sources, le nombre total de ses membres oscille entre 4 500[30] et 7 000[29] camorristes dans la région de Campanie, est organisée autour d'une centaine de familles ou clans[30].

Rien qu'à Naples, on dénombrait, en 1993, 67 familles avec 2 542 camorristes. Ces familles ont une grande facilité à s'unir ou à se séparer. Elles n'ont pas une structure verticale, comme chez Cosa Nostra, mais plutôt horizontale. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les deux seules tentatives de structurer la Camorra verticalement se sont soldées par des échecs, et elles n'ont été que temporaires. La première occasion s'est déroulée au début des années 1980 quand la Nuova Camorra Organizzata (NCO) luttait contre la Nuova Famiglia (Nouvelle Famille) et la seconde s'est effectuée dix ans plus tard pendant la réorganisation de la Camorra en NMC. Chaque clan est indépendant l'un de l'autre et il ne se soumet qu'à son propre capo ou parrain. C'est pour cela qu'il est malvenu de parler de la Camorra comme d'un phénomène criminel unitaire et organique. La Camorra, dans son fonctionnement, est extrêmement fragmentée et chaotique. Elle est souvent comparée à une hydre, car lorsqu'un clan est dissous sur un territoire, dix sont prêts à le remplacer aussitôt[31]. À la tête d'une famille, se trouve un « chef-en-tête » (un capintesta), tandis que le consigliere (conseil chez Cosa Nostra) se nomme contaiuolo (le Conteur).

Clans camorriste principaux à Naples[modifier | modifier le code]

Municipalità et quartiers de Naples[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est divisé en 10 Municipalità, elles-mêmes subdivisées en quartiers (31 au total) :

Les dix Municipalità de Naples.
  • Municipalità 1 - San Ferdinando - Chiaia - Posillipo
  • Municipalità 2 - San Giuseppe - Montecalvario - Avvocata - Mercato - Pendino - Porto
  • Municipalità 3 - Stella - San Carlo all'Arena
  • Municipalità 4 - Vicaria - San Lorenzo - Poggioreale - Zona Industriale
  • Municipalità 5 - Vomero - Arenella
  • Municipalità 6 - Ponticelli - Barra - San Giovanni a Teduccio
  • Municipalità 7 - Miano - Secondigliano - San Pietro a Patierno
  • Municipalità 8 - Chiaiano - Piscinola - Marianella - Scampia
  • Municipalità 9 - Soccavo - Pianura
  • Municipalità 10 - Bagnoli - Fuorigrotta
Quartiers de Naples Clans de la Camorra
Ponticelli Sarno, De Luca, Bossa
Barra Aprea, Celeste
San Giovanni a Teduccio Mazzarella, Rinaldi
Piazza Garibaldi (it) Mazzarella
Quartiers Espagnols Di Biase, Lo Russo, Lepre
Pallonetto di Santa Lucia Elia, Mazzarella
Mergellina (it) Frizziero, Piccirillo
Vomero Cimmino, Caiazzo, Totaro, Varriale
Fuorigrotta, Soccavo und Bagnoli Bernardo, Sorrentino, Puccinelli
Rione Traiano (it) Cutolo-Perrella, Grimaldi, Scognamillo-Troncone
Pianura Lago, Marfella
Secondigliano Licciardi, Di Lauro, Contini-Bosti
Rione Sanità (it) Misso, "Scissionisti" di Salvatore e Nicola Torino
Scampia Di Lauro
Forcella Giuliano

(Données: novembre 2006)

Clan des Casalesi[modifier | modifier le code]

Le clan des Casalesi est une structure particulière au sein de la Camorra. Constitué par le regroupement de sept familles à l'organisation semblable à la Cosa nostra sicilienne, c'est le clan mafieux le plus puissant d'Italie. Son chiffre d'affaires annuel serait de 30 milliards de dollars selon le parquet anti-mafia de Naples. Il contrôle la province de Caserte à partir de son fief de Casal di Principe, et serait responsable de 686 meurtres entre 1985 et 2004.

Liste partielle des administrations des municipalités dissoutes pour infiltration de la Camorra (depuis 1978)[modifier | modifier le code]

Internationalisation[modifier | modifier le code]

Très décentralisée, la Camorra est restée longtemps à l’écart des grands marchés internationaux criminels. Depuis plusieurs années, la Camorra a cependant développé des activités criminelles significatives en Espagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Chine[32]. Dans son livre Gomorra, Roberto Saviano évoque également l’internationalisation vers la France, l'Écosse et le Maroc[33], auxquels il faut rajouter, dans une moindre mesure, la Colombie, le Vénézuela et le Brésil[34].

Espagne[modifier | modifier le code]

L'Espagne serait le pays le plus lié à la Camorra. Dans une interview au quotidien espagnol El Pais, Roberto Saviano[35],[36] explique que Nuvoletta, Michele Zaza et d’autres membres de la Camorra recyclent massivement leurs gains illicites dans l’industrie touristique andalouse, acquérant hôtels, restaurants et night-clubs. À tel point que les camorristes auraient rebaptisé la Costa del Sol, la « Costa Nostra », allusion à la Cosa Nostra.

La Camorra aurait également pris le contrôle des importations en Europe de cocaïne colombienne par des filières installées à Madrid et Barcelone. Selon lui[35], l’Espagne serait « envahie par l'argent de la Camorra », mais « la classe politique locale n'en aurait pas encore pris conscience ».

France[modifier | modifier le code]

Michele Zaza a eu d’importantes activités dans le trafic de cigarettes autour du port de Marseille. Au cours de son arrestation du , des soupçons de trafic de cocaïne pèsent également sur lui[37]. La Camorra est présente dans le 12e arrondissement de Paris (textile), à Nice, Lyon, Marseille, Montpellier et Bordeaux[38].

Quelques arrestations notables de camorristes en France :

Quelques membres notables[modifier | modifier le code]

Quelques membres célèbres : Raffaele Cutolo, Lorenzo et Angelo Nuvoletta, Pasquale et Salvatore Lo Russo, Pasquale Galasso, Lorenzo Dominici, Edoardo Contini, Tino Liniere, Carmine Alfieri, Michele Zaza, Paolo Di Lauro, Carmine Sorrentino, Antonio Bardellino, Francesco Schiavone (« Sandokan »), Michele Zagaria, Antonio Iovine, Vicenzo Crevelli et Carmine Ferrara.

Menaces sur des personnalités[modifier | modifier le code]

La Camorra a menacé de mort plusieurs juges, policiers ou journalistes, dont Roberto Saviano, l'auteur du livre Gomorra, dénonçant dans son ouvrage ses agissements. Giulio Cavalli, acteur de théâtre, est actuellement menacé par la Camorra pour s'être moqué de celle-ci dans ses pièces.

Faide[modifier | modifier le code]

En 1978, Raffaele Cutolo a fondé la Nuova Camorra Organizzata (it) (NCO). Ses opposants ont fondé la Nuova Famiglia et la guerre entre les deux organisations fit 264 morts pour la seule année 1982[39].

Dix ans après, Carmine Alfieri tenta d’organiser la Camorra au niveau de la Campanie. Cette nouvelle guerre totale fit 673 morts de 1989 à 1991, dont plus de 500 à Naples même.

Fin 2004 et début 2005, une tentative de sécession à l’intérieur du clan de Paolo Di Lauro a déclenché, dans les quartiers Scampia et Secondigliano, un conflit meurtrier qui fit 134 morts[40].

Fin octobre 2006, une vague de crimes fait dix-huit morts. Ces crimes résulteraient d’une modification des équilibres dans l’aire napolitaine, avec la constitution de deux cartels : les clans Misso-Mazzarella-Sarno contre l’alliance de Secondigliano (Di Lauro, Licciardi)[41].

Le , six Africains sont criblés de balles à Castel Volturno par le clan des Casalesi, sur fond de lutte de pouvoir entre ce clan camorriste et le milieu criminel africain.

Films[modifier | modifier le code]

  • Il Camorrista (1986), réalisé par Giuseppe Tornatore. Vaguement inspiré par l'histoire vraie du parrain de la NCO, Raffaele Cutolo. Cutolo est joué par Ben Gazzara avec le doublage de l'acteur italien Mariano Rigillo (it).
  • Gomorra film italien réalisé par Matteo Garrone en 2008 sur la Camorra, adaptation du livre homonyme de Roberto Saviano.
  • Gomorra série italienne de 2014, adaptation du livre homonyme de Roberto Saviano et du film homonyme de Matteo Garrone.
  • Fortapàsc (2009), réalisé par Marco Risi.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

  • (en) Felia Allum, Camorristi, Politicians and Businessmen : The Transformation of Organized Crime in Post-War Naples, Routledge, (ISBN 9781351196499, lire en ligne)
  • (it) Francesco Benigno, La mala setta : alle origini di mafia e camorra, 1859-1878, Torino, Einaudi, (ISBN 978-88-06-22441-7)
  • (en) John Dickie, Mafia Republic : Italy's Criminal Curse. Cosa Nostra,'Ndrangheta and Camorra from 1946 to the Present, Sceptre, , 544 p. (ISBN 978-1444726411, lire en ligne)
  • (en) Letizia Paoli, The Oxford Handbook of Organized Crime, Oxford University Press, (ISBN 9780199730445, lire en ligne)
  • (it) Collectif, Progetto Pon sicurezza 2007-2013 : Gli investimenti delle mafie, Milano-Trento, Centro di ricerca interuniversitario Transcrime, (lire en ligne)
  • Jacques de Saint Victor, Un pouvoir invisible : Les mafias et la société démocratique (XIXe - XXIe siècles), Gallimard, (ISBN 9782072309489, lire en ligne)
  • (en) Frank M. Snowden, Naples in the Time of Cholera, 1884-1911, Cambridge University Press, (ISBN 9780521483100, lire en ligne)
  • (en) Tom Behan, See Naples and Die : The Camorra and Organised Crime, Tauris Parke Paperbacks, (ISBN 9781860647833)
  • (it) Isaia Sales, La camorra le camorre, Rome, Editori Riuniti, (ISBN 978-8835937104)
  • Marc Monnier, La Camorra : Mystères de Naples, Paris, M. Lévy frères,

Essais[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Monnier, La Camorra : Mystères de Naples, Paris, M. Lévy frères,
  2. a, b, c, d, e et f (en) Felia Allum, Camorristi, Politicians and Businessmen: The Transformation of Organized Crime in Post-War Naples, Routledge, (ISBN 9781351196499, lire en ligne), p. 45
  3. (en) Tom Behan, See Naples and Die: The Camorra and Organised Crime, Tauris Parke Paperbacks, (ISBN 9781860647833, lire en ligne), p. 18
  4. La morra est un jeu typiquement napolitain où deux joueurs principaux déterminent, avec leurs deux mains, un nombre de doigts que doivent deviner en même temps et le dire en chœur à haute voix, d'autres joueurs rassemblés autour. Cette activité était prohibée par le pouvoir local et des personnes faisaient payer les joueurs pour les protéger des passages de la police. Cette étymologie à l'avantage de s'attacher à la nature illicite de la Camorra.
  5. (en) Tom Behan, See Naples and Die: The Camorra and Organised Crime, Tauris Parke Paperbacks, (ISBN 9781860647833, lire en ligne), p. 17
  6. (ar) Anne Véron, Des femmes dans la mafia, Nouveau Monde éditions, , 131 p. (ISBN 9782369421443, lire en ligne)
  7. (ar) Anne Véron, Des femmes dans la mafia, Nouveau Monde éditions, (ISBN 9782369421443, lire en ligne), p. 132
  8. a et b Francesco Saggiorato, « Francesco BENIGNO, La mala setta: alle origini di mafia e camorra, 1859-1878 », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 52,‎ , p. 210–212 (ISSN 1265-1354)
  9. Alexandre Dumas, « La Camorra, II », La Presse,‎ (lire en ligne)
  10. Jacques de Saint-Victor, Un pouvoir invisible : Les mafias et la société démocratique (XIXe - XXIe siècles), Gallimard, (ISBN 9782072309489, lire en ligne), p. 86
  11. Jacques de Saint-Victor, Un pouvoir invisible : Les mafias et la société démocratique (XIXe - XXIe siècles), Gallimard, (ISBN 9782072309489, lire en ligne), p. 99
  12. (en) Frank M. Snowden, Naples in the Time of Cholera, 1884-1911, Cambridge University Press, (ISBN 9780521483100, lire en ligne), p. 213
  13. Pascale Quincy-Lefebvre, La violence et le judiciaire du Moyen Âge à nos jours : Discours, perceptions, pratiques, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753530546, lire en ligne), p. 393
  14. a, b et c Maria-Luisa Cesoni, « Camorra et politique : démystification du rôle de la drogue », Cultures & conflits, no 03,‎ (ISSN 1157-996X, DOI 10.4000/conflits.107)
  15. a, b et c (en) « La Nuova Camorra Organizzata By Mike La Sorte », sur www.americanmafia.com, (consulté le 29 mai 2010)
  16. Le Monde,
  17. Jean-Jacques Bozonnet, « Enquête La Camorra : Naples sous l'empire du crime », Le Monde, 11 novembre 2006.
  18. Jean-Jacques Bozonnet, « Enquête La Camorra : Naples sous l'empire du crime », Le Monde, 11 novembre 2006.
  19. a, b, c, d et e (fr) « Mafias et organisations criminelles, La Camorra », sur www.bancpublic.be, (consulté le 29 mai 2010)
  20. Roberto Saviano, Gomorra, coll. « Connaissance », Paris, octobre 2007
  21. Courrier international no 1055 du 20 au 26 janvier 2011 : « Naples-Constanza : des croisières qui puent » p. 24-25
  22. a, b et c (en) Letizia Paoli, The Oxford Handbook of Organized Crime, Oxford University Press, (ISBN 9780199730445, lire en ligne), p. 133
  23. Progetto PON Sicurezza 2007 - 2013 : Gli investimenti delle mafie, Milano-Trento, Centro di ricerca interuniversitario Transcrime, , p. 38-41
  24. (it) Progetto Pon sicurezza 2007-2013 : Gli investimenti delle mafie, Milano-Trento, Centro di ricerca interuniversitario Transcrime, (lire en ligne)
  25. Progetto PON Sicurezza 2007 - 2013 : Gli investimenti delle mafie, Milano-Trento, Centro di ricerca interuniversitario Transcrime, , p. 12-13
  26. Ernesto U. Savona, L’espansione ed il peso dell’economia criminale  : Materiali dalla ricerca PON-sicurezza 2011-2013 sugli investimenti delle mafie, Transcrime, 08/11/2013
  27. Progetto PON Sicurezza 2007 - 2013 : Gli investimenti delle mafie, Milano-Trento, Centro di ricerca interuniversitario Transcrime, , p. 28
  28. (en) Marco Armiero et Lise Sedrez, A History of Environmentalism: Local Struggles, Global Histories, A&C Black, (ISBN 9781441170514, lire en ligne), p. 171
  29. a et b (en) Howard Abadinsky, Organized Crime, Cengage Learning, (ISBN 1285401573, lire en ligne), p. 122-123
  30. a et b (it) Nello Lauro, « L'esercito della camorra: in Campania 114 clan e 4500 affiliati », sur www.ilgiornalelocale.it, (consulté le 3 janvier 2018)
  31. Behan, Camorra, p. 184
  32. Progetto PON Sicurezza 2007 - 2013 : Gli investimenti delle mafie, Milano-Trento, Centro di ricerca interuniversitario Transcrime, , p. 214,225-228
  33. Roberto Saviano (trad. de l'italien par Vincent Raynaud), Gomorra. Dans l'empire de la camorra, Paris, Gallimard, , 367 p., broché, 14 × 20,6 (ISBN 978-2-07-078289-5, présentation en ligne)
  34. Progetto PON Sicurezza 2007 - 2013 : Gli investimenti delle mafie, Milano-Trento, Centro di ricerca interuniversitario Transcrime, , p. 228,229
  35. a et b (fr) Adriano Farano, « Gomorra : la mafia italienne au cinéma », Cafebabel.com, (consulté le 2 janvier 2009)
  36. (es) « L'Espagne est envahie par l'argent de la Camorra », sur www.elpais.com, (consulté le 29 mai 2010)
  37. (fr) « Un pavé dans la coca article publié dans l'édition du 19 avril 1990 de [[L'Humanité]]. »
  38. (fr) « Saviano, la vie blindée d'un écrivain. Article paru dans Le Jour dimanche », sur www.robertosaviano.com, (consulté le 29 mai 2010)
  39. (fr) « Italie : Guerre mafieuse à Napoli paru dans le journal Le Monde », sur www.interet-general.info, (consulté le 29 mai 2010)
  40. (fr) « La mafia napolitaine se déchaîne », sur www.rfi.fr, (consulté le 29 mai 2010)
  41. (de) « Site officiel du journal tagesspiegel. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres groupes mafieux en Italie