Mocro Maffia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mocro Maffia
(ar) مافيا مغربية

(ber) ⵎⴰⴼⵢⴰ ⵜⴰⵎⵓⵔⴰⴽⵓⵛⴰⵏⵜ
Image illustrative de l’article Mocro Maffia
Amsterdam, territoire principal de
la Mocro-maffia.

Date de fondation XXe siècle
Lieu Amsterdam, Rotterdam, Utrecht, Nimègue, Amstelveen, Almere, Rosendael, Anvers, Bruxelles, Dublin, Costa del Sol, Algésiras, Taza, Almería, Tanger, Tétouan, Al Hoceïma, Berkane, Ketama, Nador, Oujda, Chefchaouen, Casablanca, Marrakech, Dubaï, Medellín, Paramaribo
Territoire
Ethnies présentes Marocains
Nombre de membres Au moins 20 clans et familles
(liste incomplète)
Activités criminelles
Alliés Caloh Wagoh
Gouvernement d'Iran[14]
Cartel de Medellín[15]
Cartel de Sinaloa[16]
Camorra[17]
Mafia irlandaise[18]

Mocro Maffia (également orthographié Mocro-maffia), Mocro-oorlog et Mocro War[19] sont des appellations données aux organisations mafieuses marocaines, spécialisées dans le trafic de cocaïne et de drogue de synthèse et basées aux Pays-Bas et en Belgique.

Ces réseaux mafieux, actifs depuis les années 1990, consistent en plusieurs groupes criminels, composés pour la majorité de Marocains issus de l'immigration en Belgique ou aux Pays-Bas. Ces groupes ont une relation privilégiée avec les cartels colombiens, ils importent régulièrement la drogue en Europe par les ports d'Anvers, Rotterdam et Algésiras avec l'aide de certains policiers, douaniers et politiciens corrompus.

Le vol en 2012 d'une énorme quantité de cocaïne au port d'Anvers par le groupe des Turtles entraînera une guerre criminelle entre organisations rivales, dont la plus célèbre opposant l'organisation criminelle de Benaouf Adaoui à celle de Gwenette Martha.

On compte depuis pas moins de 100 personnes assassinées dans des fusillades.

Plus récemment, Ridouan Taghi devient le principal chef du plus grand groupe de la Mocro Maffia, contrôlant une grande partie de la cocaïne en Europe, commettant attentats et des assassinats. Il est actuellement en détention dans l'attente de son procès. Son bras-droit Saïd Razzouki est emprisonné à Bogota en Colombie avant d'être extradé le aux Pays-Bas.

À Anvers (Belgique), le terme Borgerokko maffia est plus souvent utilisé à cause de l'impact important de l'économie illégale dans le district de Borgerhout. Ce trafic prend ses origines dans les gangs d'origine marocaine à Amsterdam et Anvers comme décrit dans le livre de Raf Sauviller publié en 2014 Borgerokko Maffia ou encore Mocro Maffia de l'auteur et spécialiste en criminologie Marijn Schrijver.

En , le politicien néerlandais d'extrême-droite Geert Wilders, dans le but de convaincre le gouvernement de s'attaquer aux trafiquants de drogue, a demandé son ajout officiel à la liste noire des organisations criminelles les plus dangereuses en activité sur le sol néerlandais, à la suite notamment de la décapitation de Nabil Amzieb, l'attentat contre De Telegraaf, l'assassinat du journaliste Martin Kok, celui de l'avocat Derk Wiersum et plus récemment, le meurtre de Peter R. de Vries.

Étymologie[modifier | modifier le code]

  • Mocro-maffia (« Wie praat die gaat », « Celui qui parle mourra ») : le nom par lequel les autorités néerlandaises et belges néerlandophones désignent les organisations marocaines du Benelux[20]. Le terme a été rendu public par le Néerlandais Marijn Schrijver en 2013 à la suite de la publication de son célèbre livre Mocro Maffia sorti en 2014[21],[22]. Le terme « Mocro » était déjà existant depuis la fin des années 1990 pour désigner un Marocain issu de l'immigration aux Pays-Bas ou en Belgique[23]. Cependant, le terme Mocro-maffia ne fait aucune distinction entre les différents réseaux qui s'entre-tuent, mais désigne bel et bien un réseau marocain actif dans le Benelux, bien qu'une minorité soit d'origine surinamaise ou antillaise[24].
  • Mocro-oorlog ou Mocro War (guerre marocaine)[25] : le nom par lequel les médias et journalistes désignent le conflit Mocro-maffia qui débute en 2012[26].
  • Borgerokko Maffia : le nom par lequel les politiciens, médias et journalistes désignent les réseaux marocains actifs à Anvers[27]. Le terme adopté par l'écrivain belge Raf Sauviller, est très vite apparu à la Une des journaux belges, notamment après son ouvrage, un livre sorti en 2017 avec comme nom Borgerokko maffia[28]. Le terme comprend des mots composés entre Borgerhout et Marokko. Raf Sauviller dit avoir choisi Borgerokko pour le nombre important de familles marocaines actives dans le trafic anversois dans le lieu en question[29].

Origines et contexte[modifier | modifier le code]

Historique (1960-1995)[modifier | modifier le code]

Les Marocains (principalement issus du Rif) ont émigré en groupe dans le Benelux[30]. Cette émigration compacte et assez tardive des années 1960 et 1970 ne s'est jamais arrêtée[31]. Elle provient d'une des régions les plus pauvres du Maroc, rurale, très peu urbanisée, avec pendant longtemps peu d'écoles, que ce soit en arabe ou en français[lp 1]. Cette société paysanne et montagnarde méditerranéenne est assez comparable à la Corse, la Sicile, la Sardaigne ou les Aurès. Elle se caractérise par des rapports communautaires très forts, un esprit d'omerta et d'autosurveillance[32]. Ses montagnes sont durablement incontrôlables[Information douteuse]. Après la décolonisation, des dizaines de milliers de Rifains ont perdu leur emploi dans les vignes et les fermes d'Algérie, puis, à partir des années 1970, dans les mines et la sidérurgie européennes. Cette main-d'œuvre s'est reconvertie massivement dans le commerce, formel ou informel, et notamment dans la contrebande de cannabis[lp 2]. L'argent est réinvesti dans des cafés, des petits commerces, dans l'immobilier au Maroc et, pour les plus riches, dans l'économie de la Costa del Sol, en Espagne. La diaspora rifaine a ainsi essaimé son système économique dans toute l'Europe. Dans les années , la Belgique et les Pays-Bas, qui n’ont aucun passé colonial arabo-berbère, accueillent une immigration marocaine massive en provenance du Rif, pour travailler dans les mines et la sidérurgie de Wallonie, puis dans les Flandres et aux Pays-Bas en plein boom économique[33]. Le commerce de drogue suit les communautés en exil, du Maroc aux Pays-Bas, en passant par l'Espagne, la France et la Belgique[lp 3].

Dans les années 1980, les quartiers De Pijp et Bos en Lommer sont les quartiers d'Amsterdam qui abritent le plus d'immigrés marocains[34]. Des Néerlando-Marocains organisent l'exportation du haschich des montagnes de Ketama vers les Pays-Bas à bord de leurs voitures, souvent d'anciennes Mercedes Classe S. C'est à cette époque que les organisations mafieuses modernes débutent et commencent à évoluer au milieu des années 1980 avant de se structurer au fil du temps[35]. Ce trafic représente 10 à 12 milliards de dollars de chiffre d’affaires par an depuis 40 ans[36]. Les trafiquants, habitués à passer les frontières et avoir des armes, sont réputés au Maroc pour être très violents[lp 4]. L’État marocain a abandonné la région du Rif pendant de nombreuses années en refusant d’y investir dans les infrastructures, ce qui a poussé la plupart des Marocains originaires des villes comme Al Hoceïma et Nador à se consacrer entièrement à la commercialisation du haschisch[lp 5]. Dans les années 1980, la cocaïne est la drogue des hommes d'affaires et des commerçants boursiers. Ce sont également les années où l'organisation criminelle Penose (en) inspire la jeune communauté marocaine à entrer dans le business de drogue dure, rapportant énormément plus d'argent que le haschich[lp 6].

Naissance de réseaux de drogue ultra-communautaires (1995-2006)[modifier | modifier le code]

Quartier De Pijp, lieu où débute le conflit Mocro-maffia.

Dans les années 1990, les grands barons d'Amérique du Sud choisissent le Ghana et le Sénégal grâce à l'absence des contrôles douaniers dans les ports les plus importants du pays. Au fil du temps, les cartels sud-américains créent une ligne avec l'Afrique du Nord pour l'exportation vers l'Europe. Le Maroc connait une importante diaspora dans les pays les plus importants d'Europe, c'est ce qui le distingue des autres pays du continent africain[37]. Pendant qu'au Maroc, on compte plus souvent sur les montagnes du Rif et les villes portuaires comme Tanger ou Tétouan, en Europe, c'est Anvers qui devient la plaque tournante européenne avec l'Espagne. Avec Anvers et son port, c'est toute la Belgique qui devient géographiquement une plaque tournante[38]. L'importation et le trafic de drogue deviennent inséparables, et ces activités pallient les licenciements qui touchent massivement mineurs, sidérurgistes et salariés du textile[39],[lp 7]. Dans un tel contexte, les vieilles mœurs et habitudes et leurs codes traditionnels de conduite, d'honneur, de justice et de méfiance face à l'autorité se sont transplantés dans les quartiers de Bruxelles, Amsterdam et Anvers où ils ont pu croître et se multiplier[40], avec notamment l'établissement d'une relation d'amitié avec l'organisation néerlandaise Penose (en), à cette époque l'une des plus grandes organisations mafieuses en Europe[lp 8]. Injustement ou non, les autorités belges et néerlandaises caractérisent les communautés par leur « dysocialité » et par une « culture tribale plus agressive» , qui les distinguent des autres communautés immigrées[41]. Le 4 mars 1992, l'une des premières fusillades en rapport avec les premiers réseaux marocains des Pays-Bas éclate dans une discothèque d'Amsterdam opposant le gang marocain de Mohammed Chekhchar à celle du gang surinamais et antillais de Gwenette Martha. L'une des premières victimes est Giovanni Martha qui est le grand frère de ce dernier. Mohammed Chekhchar est condamné à huit ans de prison, en même temps que la libération de Willem Holleeder.

À Amsterdam, le taux de criminalité va s'accroître dans le quartier au cours des années. Dans un tel contexte, un grand nombre de Néerlandais « de souche » décident de quitter le quartier pour résider ailleurs dans la banlieue où le calme règne ou dans les campagnes en dehors de la ville[42]. En 1995, une pétition est mise en place dans certains quartiers pour loger les immigrés marocains en dehors de la ville, sans succès. La place de Diamantbuurt, quartier de De Pijp, se voit très vite avoir une réputation négative due à la criminalité[43]. Elle est rapidement surnommée The Bronx of Amsterdam ou encore South-Central Los Amsterdam[44]. En 2000, Mohammed Chekhchar est libéré de prison. En 2003, le nom d'un certain Omar alias « le criminel » devient populaire à De Pijp pour ses vols à l'arraché et sa détention d'armes. Il forme une bande de jeunes délinquants appelé Van Wougroep, composée de 28 jeunes néerlando-marocains issus du même quartier. Gwenette Martha va intégrer ce groupe en compagnie des frères Balserang avec pour but de venger son grand frère assassiné il y a plus d'une décennie. Le 14 octobre 2003, Mohammed Chekhchar est abattu dans un coffeeshop à Amsterdam-West. Clyde Lewis, un bras-droit de Gwenette Martha aurait préparé l'assassinat. La criminalité règne pendant de longues années dans le quartier De Pijp, allant jusqu'à une intensification des règlements de compte. En , Europol estimait que les gangs marocains constituaient un milieu criminel en perpétuelle expansion en Europe[45]. Dans la même année, Omar El H. se retrouve devant la juge d'instruction pour avoir tenté de liquider plusieurs personnes du quartier voisin qui compte une importante communauté surinamaise, également impliquées dans des histoires de trafic de cocaïne. Le jeune Omar déclare à la juge : « Mon but était juste de livrer de la cocaïne aux blancs. Les Surinamais espéraient nous voler notre territoire et nos clients. Il fallait qu'ils aient des conséquences car personne ne leur a donné l'autorisation de vendre là-bas. Les anciens, c'est nous. ». Cette « mini-guerre » de quartier finit par s'établir lorsque les deux communautés cohabitent ensemble au fil du temps dans certains quartiers d'Amsterdam dont De Pijp[46].

Dans le quartier, Gwenette Martha grandit et passe son enfance sur la place Van der Helstplein[47]. Il joue régulièrement au football avec ses amis Najeb Bouhbouh, Houssine Ait Soussan, Harvey Esajas et les frères Balserang. Alors que ces trois derniers finissent par intégrer l'académie de football de l'Ajax Amsterdam, Gwenette Martha choisit avec Najeb Bouhbouh et Houssine Ait Soussan de changer d'objectifs de vie et de mener une vie de gangster, pour « gagner des millions ». Étant encore jeune adolescent, Gwenette Martha se détache du Van Wougroep pour former sa bande Groep-Martha en 2005, ayant pour but de gagner énormément d'argent en prenant contact avec des jeunes belgo-marocains issus des quartiers d'Anvers en Belgique[48]. Cependant, le kick-boxeur Badr Hari, ancien ami de Gwenette Martha, affiche fièrement son soutien au criminel le 31 décembre 2006 lors d'un tournoi de K-1 ayant lieu à Tokyo au Japon, entrant sur le ring sous un maillot où il est inscrit Gwenette For Ever[49].

L'assassinat de Paul Epskamp marque le début des violences marocaines aux Pays-Bas[50]. En janvier 2005, le trafiquant néerlandais doit se présenter à Nibbixwoud chez des trafiquants marocains pour avoir commis un vol de trois tonnes de haschisch appartenant à Hassan A. et aux frères amstellodamois Rachid et Hassan El Kaldi[51]. Le 30 décembre 2004, lors d'un premier rendez-vous près de la A4 à Schiphol, il nie avoir commis quelconque vol[52]. Lors d'un deuxième rendez-vous, il est conduit vers Rosendael en campagne. Il est déposé dans un endroit où il est accueilli par plusieurs criminels entourant la voiture munis de battes de baseball. Il est menotté et emmené dans un conteneur où il est attaché à une chaise à l'aide de cordes. Questionné sur le vol, il nie avoir des rapports avec le vol commis. Un jour plus tard, les tueurs à gages brisent les côtes de l'individu attaché et percent son genou à l'aide d'une perceuse. Paul Epskamp endure plusieurs jours de torture avant de décéder à la suite d'une crise cardiaque[53]. Son corps est jeté à Vinkeveen avant que les frères El Kaldi prennent directement la fuite au Maroc[54]. Quelques années plus tard, les enquêtes finissent par révéler que Paul Epskamp n'avait réellement rien à voir avec le vol[55]. Les auteurs ne sont jamais retrouvés[56].

Premiers règlements de compte (2007-2012)[modifier | modifier le code]

Proportion de Marocains par communes et quartiers aux Pays-Bas en 2007. Le rouge vif désigne le maximum, 24 %.

Entre 2007 et mi-2008, Samir Bouyakhrichan, le « dit » successeur de Mohammed Chekhchar quitte les Pays-Bas pour opérer son réseau à partir de l'Espagne à Marbella.

Le 24 septembre 2008, Said Amhaouch et Redouan Boutaka, bras-droit de Gwenette Martha, assassinent Hassan Aït Khouda à Amsterdam. Hassan Aït Khouda sortait de la mosquée en plein ramadan et se dirigeait au domicile de ses parents. Il est abattu devant sa maison. Hassan était le petit frère de Mohammed Aït Khouda, un membre du groupe du défunt Mohammed Chekhchar, qui avait un conflit avec Najeb Bouhbouh.

Le 5 février 2009, les Pays-Bas connaissent une tournure à la suite d'un double assassinat commis à Amsterdam. Les deux assassinés sont Yassin Chakor et Boneka Belserang, deux membres du groupe de Martha. Les auteurs sont selon Martha les hommes de mains de Mohammed Chekhchar, qui ont répliqué à l'assassinat de Hassan Aït Khouda. Les auteurs du double assassinat ne sont jamais retrouvés. Dans la même année, Redouan Boutaka commet le 4 octobre l'assassinat de Abdel El Faddil à Amsterdam.

Le 12 février 2010, le corps de Said Amhaouch est retrouvé enterré dans le parc Flevo d'Amsterdam. L'homme était l'auteur de l'assassinat de Hassan Aït Khouda en septembre 2008. Au fil des années, le Fayrouz Lounge du quartier De Pijp ouvre ses portes. Considéré par les habitants du quartier comme étant un lieu de non-droit, la cave de la chicha rassemble un nombre important de criminels marocains impliqués dans le trafic de cocaïne depuis de nombreuses années[57]. Avec le rifain ou le darija comme langue principale, les criminels passent leurs soirées à la chicha à jouer au pachisi, aux jeux de cartes ainsi qu'à regarder les matchs de football et de boxe à la télévision. La cave de la chicha devient très vite un endroit de réunion pour les trafiquants marocains. Au fil du temps, les jeunes néerlando-marocains finiront par établir un contact avec des trafiquants de drogue colombiens, mexicains et dominicains pour les importations auxquelles les trafiquants participent[58]. En 2012, Houssine Ait Soussan est à la tête du club futsal ZVV 't Knooppunt ayant comme dirigeant Souhail Laachir (surnommé De Lange), également dans le trafic[59].

Trahison à Anvers : début d'une guerre marocaine à Amsterdam (2012-2014)[modifier | modifier le code]

En février 2012, alors qu'un groupe marocain importe un chargement de cocaïne au port d'Anvers destiné à la bande du Fayrouz Lounge, d'autres trafiquants marocains issus d'Anvers, membres de l'organisation The Turtles, au courant de l'importation, volent la drogue au port d'Anvers. Gwenette Martha trahit la bande Fayrouz et enfreint les règles de la mafia, en collaborant avec The Turtles. Martha aurait également demandé un pourcentage de la cargaison. Houssine Ait Soussan et Benaouf, très vite au courant, se séparent de Martha et forment un groupe à part. À la suite de cela, Benaouf envoie son tueur à gages Rida Bennajem pour assassiner le comptable de Gwenette Martha, Redouan Boutaka, le 22 avril 2012 à Amsterdam. Rida entre dans une chicha d'Amsterdam et tire en rafale à la kalachnikov RPK. Premier coup réussi pour Benaouf, pendant que les autorités néerlandaises ignorent encore la raison de cet assassinat. Entre-temps, le double assassinat d'un couple italien est commis à Saint-Nicolas en Belgique. Le couple avait joué un énorme rôle dans le vol du port d'Anvers, en collaborant avec les Turtles. Quant à Najeb Bouhbouh, il refuse de quitter le clan de Martha et est assassiné pour cette raison par Rida Bennajem, le 12 avril 2012, à la sortie de l'hôtel Crowne Plaza à Anvers. Le Curacien, ayant perdu deux hommes forts de son organisation, riposte et envoie trois tueurs à gages (Adil Abouchdak, Anouar Benhadi et Hamza Belhadj) au bord d'une Audi RS4 volée pour abattre Benaouf à Amsterdam. La fusillade de Staatsliedenbuurt a lieu le 29 décembre 2012, causant la mort de deux personnes : Youssef Lkhorf et Saïd El Yazidi. Benaouf, présent lors de la fusillade avec Rida Bennajem, parvient à prendre la fuite en sautant dans un lac glacial. C'est désormais une guerre sans merci que se livre l'organisation de Benaouf (bras-droit : Ait Soussan) contre celle de Martha (bras-droit : Naoufal Fassih).

Dans les mois qui suivent, le 16 mars 2013, Rida Bennajem est abattu en même temps que l'arrestation du tueur à gages de Martha. La police retrouve dans les poches de Rida Bennajem du cash et un minuscule coran. Côté Martha, Adil Abouchdak est arrêté par les forces spéciales néerlandaises après une course-poursuite, finissant sur des échanges de tirs avec la police. Quant au troisième tueur à gages de Martha, Hamza Belhadj, il est arrêté quelques mois plus tard à l'aéroport de Tanger avec de faux documents. Il est condamné à 20 ans de prison au Maroc. En mai 2013, alors que Souhail Laachir, financier du club de futsal ZVV 't Knooppunt appartenant à Houssine Ait Soussan, se rend dans un musée à Amsterdam, il est assassiné de plusieurs balles au torse par le camp de Martha.

La police néerlandaise confirme en juin 2013 avoir très peu d'informations sur les organisations qui opèrent à Amsterdam à cause de l'omerta qui règne chez les gangsters, après un procès qui a lieu au tribunal en présence de Gwenette Martha et trois complices. À la suite de cela, la police néerlandaise décide d'attirer l'attention des jeunes dans le quartier Bos en Lommer à Amsterdam, en leur proposant une énorme somme d'argent en échange d'informations sur « les grands du quartier », et notamment sur le trafiquant Anouar Benhadi. Fin juin 2013, ces mêmes jeunes dévalisent une voiture appartenant à des enquêteurs néerlandais, stationnée dans une rue ayant une vue sur la chicha Fayrouz sur la Amstelveenseweg. Ils y retrouvent des photos de criminels se trouvant dans la chicha Fayrouz, comme Anass El Ajjoudi (assassiné en 2018), connu dans le circuit criminel avec le surnom Boeloeloe, ou encore Souhail Laachir dans le milieu sportif. Entre-temps, Benaouf est arrêté par les forces spéciales néerlandaises à Amsterdam en juin 2013, donnant les commandes à Houssine Ait Soussan et Omar Lkhorf, le frère de Youssef Lkhorf, décédé en 2012 dans la fusillade de Staatsliedenbuurt. Profitant de la succession, Martha frappe un grand coup et abat Tarik El Idrissi (ami de Benaouf) à Amsterdam en janvier 2014 et Alex Gilis (tueur à gages de Benaouf) à Zaandam en février 2014. Omar Lkhorf reste silencieux et discret, préférant prendre son temps.

Pendant que le bras-droit Naoufal Fassih délaisse l'organisation de Martha pour fonder son propre réseau en alliance avec la mafia irlandaise pour l'internationaliser en Espagne, Najib Himmich, son homme de confiance, prend l'organisation de Martha en main lorsque ce dernier est emprisonné. Il trahit Gwenette Martha en intégrant les rangs du milliardaire Samir Bouyakhrichan opérant dans la Costa del Sol. Le 22 mai 2014 est un jour historique aux Pays-Bas : le gangster Gwenette Martha est abattu par 84 balles de kalachnikov à Amstelveen. Deux mois plus tard, Omar Lkhorf échappe à la mort. Stefan Eggermont, une mauvaise cible, est assassiné à sa place par le camp Martha, les deux hommes roulant en Fiat Punto. Pendant que tout le monde parle d'une vengeance d'Omar Lkhorf, c'est finalement Bouyakhrichan qui est soupçonné d'être derrière l'assassinat de Martha, afin de protéger son nouveau venu Najib « Ziggy » Himmich d'une éventuelle vengeance de Martha.

Naoufal Fassih apprend très vite la nouvelle, depuis l'Irlande. Le 29 août 2014, il se rend à Benahavís en Espagne pour un rendez-vous avec Bouyakhrichan dans un bar au bord de la plage autour d'une table composée de Naoufal Fassih, Samir Bouyakhrichan, Najib Himmich et Jayjay, un jeune rappeur néerlandais également dans le milieu criminel. Lorsque Najib Himmich assène un coup de poing au visage de Bouyakhrichan, des tueurs à gages pénètrent dans le bar et abattent Samir Bouyakhrichan. L'assassinat est orchestré par Naoufal Fassih et Ridouan Taghi, un criminel encore inconnu au bataillon. Najib Himmich est soupçonné d'avoir présenté ses excuses à son ancien clan, en échange de livrer des informations sur Bouyakhrichan, mais Naoufal Fassih le trahit. Le 8 décembre 2014, les autres membres de Martha décident de frapper un grand coup à la suite de la trahison de Najib Himmich. sa femme Luana Luz Xavier est abattue devant ses enfants à Zeeburg. Quant à Najib Himmich, il est porté disparu et présumé mort.

Martha vs Benaouf : Les successeurs se livrent la suite d'une guerre sans fin (2014-2017)[modifier | modifier le code]

La suite du conflit a lieu à Paramaribo en Suriname où Marchano Pocorni est abattu[60]. Il est soupçonné d'avoir été le deuxième tueur à gages aux côtés de Rida Bennajem pour l'assassinat de Najeb Bouhbouh à Anvers[61]. Le 7 novembre 2015, près d'un an et demi après l'assassinat de Gwenette Martha, Omar Lkhorf réplique dans la guerre « Benaouf vs Martha » et envoie Hicham B. pour assassiner Eaneas Lomp, un membre de l'organisation Martha[62]. Omar Lkhorf a comme but de venger son frère Youssef Lkhorf assassiné en 2012 par le camp Martha et organisé par deux frères connus sous le nom de Yakhlaf. Omar Lkhorf passe à l'acte et envoie deux tueurs à gages pour abattre les frères Chahid et Chafik Yakhlaf. Les deux victimes membres du groupe de Martha parviennent à s'enfuir. La scène est filmée par une caméra de surveillance. Le 31 décembre, lors du soir du nouvel an, il parvient quand même à abattre Chahid Yakhlaf. Les Pays-Bas voient alors Omar Lkhorf comme l'un des plus grands tueurs en série. Cependant, cela a peu d'importance pour certains politiciens qui trouvent que « tant qu'ils se tuent entre eux, cela a peu d'impact sur la société ». Noureddine A. (surnommé Hitler) est le deuxième homme qui a organisé la fusillade à Staatsliedenbuurt en 2012 dans le camp de Martha[63]. Le 3 avril 2016, Omar Lkhorf envoie Mohamed H. et Zakaria Z. pour abattre Noureddine A. à Amsterdam. À la suite de messages Pretty Good Privacy décryptés par une université canadienne, les autorités néerlandaises accusent Omar Lkhorf d'être derrière la tentative d'assassinat à la suite de son message : « Je le cherche depuis des années. Ce pédé a aussi organisé la fusillade Staatsliedenbuurt »[64] Le 15 avril 2016, Naoufal Fassih est arrêté à Dublin en Irlande, soit un jour avant l'assassinat de Pjotr R., préparé en collaboration avec Ridouan Taghi, encore inconnu dans le milieu criminel néerlandais[65]. Naoufal Fassih fait confiance à Ridouan Taghi et lui prête ses hommes. Les autorités néerlandaises accusent Naoufal Fassih d'avoir assassiné Mohammad-Reza Kolahi, un membre de l'Organisation des moudjahiddines du peuple iranien et auteur de l'attentat de Hafte Tir, le 15 décembre 2015 à Almere[66]. Les enquêtes s'avèrent vraies, et n'ayant pas été extradé vers les Pays-Bas, il est condamné à perpétuité en Irlande[67].

L'organisation de Benaouf, Houssine Ait Soussan et Omar Lkhorf ont toujours le contrôle sur le club de futsal ZVV 't Knooppunt. L'équipe évolue en D1 néerlandaise et la police enquête sans arrêt sur les staffs ainsi que les supporters régulièrement présents dans les tribunes, dont un grand nombre ont leur nom gravé dans des listes noires des bandes de Mocro-maffia à Amsterdam, dont Khalid Jaafar (assassiné en 2015 au Panama) et Isham B. (blessé en 2015 dans une fusillade)[68]. Après un événement tragique ayant causé la mort de Khalid Jaafar au Panama, Houssine dont le nom est également cité sur plusieurs listes noires, décide de prendre la fuite au Maroc pour échapper à la Mocro-oorlog[69]. Le 26 juillet 2015, Houssine Ait Soussan est arrêté par la BCIJ à Tanger. Omar Lkhorf adopte sous les ordres de Houssine Ait Soussan le bras-droit Adil El Manti, un policier bruxellois corrompu opérant à Bruxelles et Anvers[70]. Adil El Manti est derrière un réseau d'enlèvement et est affilié au grand banditisme français, pouvant diriger un commando français pour les enlèvements et évasions de prison. En Belgique, le réseau d'Adil El Manti, commandité par Houssine Ait Soussan, enlève Abdelkader Bouker (présumé mort), un proche de la mafia israélienne et Younes El Ballouti, un proche du clan The Turtles à Anvers[71]. Pendant qu'El Ballouti parvient à s'échapper d'un local de séquestration, le corps d'Abdelkader Bouker n'est jamais retrouvé[72]. Le 9 janvier 2017, la police belge arrête Abdelkader A. à Schaerbeek. Il est soupçonné d'être un membre du réseau d'enlèvement que contrôle Houssine Ait Soussan depuis sa cellule via Adil El Manti. Quant à Younes El Ballouti, il est enlevé le 15 novembre 2016 à Anvers et séquestré dans une cave à Saint-Josse-ten-Noode à Bruxelles, avant d'être transféré dans une seconde cave à Nanterre en France. Le 22 décembre 2016, Younes El Ballouti parvient à s'échapper[73]. Pendant que les frères Echargui sont assassinés à Nimègue, à Amsterdam, la tête de Nabil Amzieb est retrouvée décapitée devant la chicha Fayrouz[74]. Il s'agit d'un message fort de l'organisation de Martha pour les hommes de Benaouf. Le 9 mars 2016, le bourgmestre d'Amsterdam ferme définitivement les portes de la chicha Fayrouz[bm 1]. Entre-temps, la mafia domine les terrains et le club mafieux ZVV ’t Knooppunt est champion des Pays-Bas, parvenant à se qualifier en Ligue des champions de futsal[75]. La Fédération royale néerlandaise de football fait appel à des enquêteurs pour lancer des recherches approfondies sur les sources financières du club et des joueurs. En mai 2016, Benaouf Adaoui est condamné à douze ans de prison pour l'assassinat de Najeb Bouhbouh[bm 2]. La police découvre en fin 2016 que l'argent payé aux footballeurs était en réalité de l'argent provenant d'un réseau Mocro-maffia, notamment celui de l'organisation de Houssine Ait Soussan.

Lors de la même période, le journaliste Martin Kok est assassiné à Laren[76]. Le journaliste était à la tête d'un site relayant régulièrement des informations sur les affaires criminelles aux Pays-Bas et relayant quotidiennement le nom de Ridouan Taghi. Le journaliste est l'un des premiers à être au courant de l'organisation de Taghi qui est jusque-là inconnue aux Pays-Bas. Étant conscient que citer le nom de Taghi est tabou, le journaliste prend l'organisation à la légère, écrit beaucoup sur Taghi et dévoile plusieurs photos du criminel avant la découverte d'une bombe placée en dessous de son véhicule. Lorsqu'il est interviewé par les médias sur le lieu du crime, le journaliste se moque de Taghi et menace d'écrire beaucoup plus sur son site web. Martin Kok échappe à deux tentatives d'assassinats avant d'être abattu, dans un attentat à la voiture piégée.

Le 5 juillet 2017, Omar Lkhorf, recherché par Interpol, est arrêté à Bruxelles[77]. Il est condamné à perpétuité et tente de s'évader de prison en janvier 2020 via le réseau d'enlèvement que possède Houssine Ait Soussan[78]. Le camp Benaouf et Martha finissent par trouver un accord pour établir un wapenstilstand (cessez-le-feu). Malgré l'assassinat d'Anass El Ajjoudi (membre de Benaouf) le 17 janvier 2018 à Amsterdam, il n'y aura aucune suite dans le conflit.

Cessez-le-feu du conflit Martha-Benaouf et apparition du dominant Ridouan Taghi (2017-2019)[modifier | modifier le code]

« Tous ceux qui parlent, mourront »

Taghi dans une lettre envoyé aux autorités néerlandaises en 2018[79].

Grâce au cessez-le-feu du conflit Martha vs Benaouf, l'étoile montante du milieu criminel Ridouan Taghi en profite pour monter son propre réseau criminel issu d'Utrecht, afin de mettre fin à un cycle et marquer son territoire dans le trafic international basé aux Pays-Bas[80]. Naoufal Fassih, bon ami de Ridouan Taghi, se met d'accord avec Taghi pour l'assassinat de Mustapha El Fechtali, patron du café La Crème à Marrakech, un bras-droit du criminel assassiné Samir Bouyakhrichan, ennemi juré de Taghi. Le 2 novembre 2017, Taghi envoie deux tueurs à gages à Marrakech pour abattre Mustapha « Mous » El Fechtali. Les deux tueurs à gages abattent la mauvaise cible. Contrairement aux criminels de la Mocro-maffia précédents, Ridouan Taghi possède l'organisation Mocro-maffia la mieux structurée, ayant des tueurs à gages dans les quatre coins du monde. Ayant joué un rôle avec Naoufal Fassih dans l'assassinat de Mohammad-Reza Kolahi à Almere, il s'offre une coopération avec les services secrets iraniens pour rester sous les radars d'Interpol[81]. Côté Amsterdam, la KNVB décide d'exclure définitivement le club de la Mocro-maffia ZVV 't Knooppunt des championnats professionnels[82].

Nabil Bakkali est un tueur à gages d'Utrecht engagé par Ridouan Taghi dans le coffeeshop Sahara à Utrecht en 2010. Lorsque Taghi l'emmène en Espagne pour faire connaissance avec Saïd Razzouki, son bras-droit, le feeling passe et le jeune criminel commet deux assassinats en juin et décembre 2016. Lorsque Taghi donne le feu vert à Nabil Bakkali pour assassiner le journaliste Martin Kok, ce dernier abat par accident Hakim Changachi, un ancien ami à lui qui conduisait le même véhicule que le journaliste Martin Kok, ce qui a entraîné la colère de Taghi, opérant son réseau à partir d'un appartement à Bruxelles en Belgique. Nabil Bakkali préfère prendre ses distances du réseau de Taghi et se rend de lui-même à la police en janvier 2017. Bakkali propose un deal aux autorités néerlandaises : il promet de parler sur l'organisation de Taghi, en échange d'une peine d'emprisonnement réduite. Bakkali décide de se repentir et d'aller présenter ses condoléances à la famille Changachi[83]. Taghi, au courant de l'information qui est relayée par la presse néerlandaise, envoie deux tueurs à gages à Amsterdam qui abattent Reduan Bakkali, son frère, en mars 2018[84].

Lorsque les médias relayent les informations sur Taghi, révélés par Nabil Bakkali, le siège social de Panorama est pris d'un attentat à la lance-roquette. Cinq jours plus tard, le siège social de De Telegraaf est la cible d'un attentat à la voiture bélier. Lorsque le journaliste John van den Heuvel donne son avis sur les incidents qu'eut lieu au micro du journal De Telegraaf en évoquant le nom de Ridouan Taghi, quelques jours plus tard, des individus tirent avec une Kalachnikov en direction de son domicile pour passer un message de menace. Il reçoit également une lettre de la part de Ridouan Taghi, lui prévenant qu'il figure sur une liste noire, ayant une énorme prime d'argent placée sur sa tête. Un mois plus tard, Jamal M., un membre de la bande Bouyakhrichan est assassiné par Taghi à Barcelone. Le 27 octobre 2018, l'Utrechtois Hamza Ziani, ayant opéré avec Bouyakhrichan est assassiné à son tour à Marbella[85]. Ridouan Taghi devient le criminel le plus recherché d'Europe avec une récompense de 100 000  promise par les autorités néerlandaises aux personnes qui seront prêtes à livrer des informations qui pourraient aider à l'arrestation du gangster. En décembre 2018, une bombe est placée sous la voiture de la sœur du Belge Samir El Bartali liquidé en 2017[86].

« Tu reçois minimum 70 000 euros et Taghi te livre les voitures et les armes pour passer à l'acte. »

— Déclaration de Tony de G., un témoin clé dans le documentaire saison 2 de De Jacht op de Mocro-Maffia sur Videoland.

Cependant, Taghi est soupçonné de se trouver à Kich en Iran, protégé par le gouvernement iranien[87]. Une chose est sûre, Taghi a déjà quitté Bruxelles depuis longtemps. Le 5 mai 2019, Ridouan Taghi assassine Dennis G., un ami de Mustapha F. à Paramaribo en Suriname. Quelques jours plus tard, les trois tueurs à gages de Taghi opérants en Suriname sont arrêtés par les forces spéciales dans la capitale surinamaise. Le 18 septembre 2019, l'avocat de Nabil Bakkali, Derk Wiersum est abattu devant son domicile à Amsterdam par Ridouan Taghi[88]. Cet assassinat a nécessité l'angoisse de plusieurs politiciens néerlandais dont Geert Wilders et le premier ministre Mark Rutte qui n'ont pas hésité à organiser une conférence au parlement national des Pays-Bas dans la chambre basse. Un mois plus tard, l'organisation de Taghi enlève Naima Jillal, la compagne de Mustapha F. à Amsterdam. Ridouan Taghi termine son année en assassinant Rachid Kotar, le comptable du baron Samir Bouyakhrichan, le 12 décembre 2019 à Amstelveen devant les yeux de son fils âgé de quatre ans[note 1].

Arrestations : Taghi à Dubaï, son bras-droit Razzouki à Medellín (2019-2020)[modifier | modifier le code]

Le 16 décembre 2019, Ridouan Taghi est arrêté à Dubaï par les forces spéciales émiraties[89]. Il est extradé aux Pays-Bas en jet privé et est en détention dans le centre fermé de Vught en attente du procès Marengo[90]. Selon des sources belges, le criminel contrôlait l'entièreté du trafic de cocaïne aux Émirats arabes unis[91]. Un mois plus tard, le 18 janvier 2020, Papkind, membre de l'organisation de Gwenette Martha et Naoufal Fassih, est arrêté à Dubaï et extradé vers les Pays-Bas[92].

Le 19 janvier 2020, une tentative d'évasion de prison a lieu à Zutphen[93]. Il s'agit du criminel Omar Lkhorf qui a fait appel à un commando franco-néerlandais pour commettre un attentat contre la prison[94]. Une attaque à la voiture bélier a lieu à l'entrée de la prison[95]. La porte en métal n'a pas pu s'ouvrir. À la suite de cette évasion ratée, les auteurs prennent la fuite et Omar Lkhorf est transféré dans le centre fermé de Vught[96]. Omar Lkhorf avait pour but de reprendre l'organisation en main afin de reprendre le contrôle, géré jusqu'à maintenant par l'organisation de Taghi[97]. Les quatre complices français : Alberic G., Bilal L., Foulet N. et Hatime O. sont condamnés à quatre ans et demi de prison[98].

Le 7 février 2020, le bras-droit de Ridouan Taghi, Saïd Razzouki, est arrêté à Medellín en Colombie par le FBI et l'armée colombienne dans un appartement appartenant au Clan del Golfo[99]. La presse colombienne souligne que Razzouki collaborait régulièrement avec le Cartel de Sinaloa[100]. Razzouki est actuellement incarcéré dans la prison de Bogota, en attente d'une extradition vers les Pays-Bas[101]. À la suite des arrestations de Taghi et Razzouki, les autorités néerlandaises estiment que l'organisation aurait à l'heure actuelle déjà un successeur[102].

« Pour localiser Razzouki, nous avons eu besoin des techniques utilisées il y a 30 ans pour traquer Pablo Escobar car Razzouki appliquait les mêmes mécanismes afin de rester sous les radars et échapper à chaque contrôle des autorités colombiennes. Razzouki n'a pas utilisé ni de technologies, ni de réseaux sociaux depuis huit ans, à tel point qu'il n'a plus donné de nouvelle à sa famille aux Pays-Bas. Nos enquêteurs ont enquêté sur ses traces à l'aide des avions de renseignement qui ont régulièrement survolé la ville de Medellín, avec pour but de le localiser. La dernière fois que l'Unité de l'élite de la police colombienne était intervenue pour une telle affaire, c'était lors de l'opération menée le 2 décembre 1993 pour traquer et abattre Pablo Escobar. Razzouki est suspecté de trafic, fabrication et possession de drogue, d'homicides et de terrorisme. Il avait changé son apparence physique à l'aide d'une chirurgie esthétique pour paraître plus vieux. Razzouki appartenait à l'organisation criminelle européenne Mocro-maffia et était à la tête d'un groupe de trafiquants du Clan del Golfo dans l'exportation de cocaïne à l'international, mais surtout vers l'Espagne et le Portugal[103]. »

— Jorge Ramírez, directeur général de la police colombienne, le 10 février 2020 à Bogota, après l'arrestation de Saïd Razzouki.


Le 31 mai 2020, l'avocat Khalid Kasem est accusé d'avoir livré des informations précises au baron Ridouan Taghi[104]. C'est ce qu'interceptent des informaticiens canadiens dans des messages PGP déchiffrés provenant de Ridouan Taghi, présageant une affaire de corruption[105]. À la suite de cela, Peter R. de Vries, travaillant dans le cabinet d'avocats de Khalid, se retire et se lance en tant qu'homme de confiance pour le témoin-clé Nabil Bakkali, jusque-là, sans avocats depuis l'assassinat de son ex-avocat Derk Wiersum[106]. Peter R. de Vries voit sa demande refusée par les autorités néerlandaises pour cause de risque d'attentat ou d'assassinat[107]. Quelques jours plus tard, Peter Schouten est nommé nouvel avocat de Nabil Bakkali[108].

Le 3 juin 2020, le comptable de l'organisation Taghi Amir Faten Mekki est arrêté à Dubaï[109]. Le jeune homme opérait une organisation violente en Suède ainsi que dans la Costa del Sol, causant en Espagne la mort de Flamur Beqiri de la mafia albanaise, David Avila ainsi que Sofian Mohammed alias « Zocato »[110].

Le 18 juin 2020, Interpol capture en coopération avec l'ambassadeur des Émirats arabes unis un baron de la drogue des Turtles, Nordin El Hajjioui (alias Dikke Nordin van Den Dam) à Dubaï[111]. Nordin serait derrière les nombreuses fusillades et explosions qui ont fait trembler Anvers entre 2017 et 2020[112]. Entre ces années, des grenades explosives sont retrouvées devant le domicile de sa mère, le véhicule de sa mère est incendié et son frère est victime d'une tentative d'assassinat à la kalachnikov[113]. Il est le plus dangereux criminel belge de l'histoire à être arrêté à Dubaï[114]. Quelques jours plus tard, il est relâché en échange d'une caution colossale.

Dans le week-end du 22 au 24 août 2020, quatre bombes explosent chacune à leur tour à Anvers devant quatre domiciles[115]. Aucun blessé n'est à déplorer. Les autorités belges soupçonnent les auteurs de faire passer un message de menace sur fond de trafics de drogue. Un des quatre domiciles appartient à la famille El Bartali. Samir El Bartali fuit la Belgique après que des hommes cagoulés aient tenté de l'abattre devant son domicile. Il est assassiné le 27 décembre 2017 à Rotterdam. Quelques semaines après son assassinat, le véhicule de la sœur de Samir explose à Deurne. Selon le bourgmestre d'Anvers, la famille serait toujours active dans le trafic international de cocaïne.

En octobre 2020, huit Néerlando-Marocains sont arrêtés en Espagne dans le cadre de l'opération Cetil[116],[117]. Les huit hommes font selon Europol partie du réseau de cocaïne le plus actif d'Europe, reliant une collaboration criminelle entre la Galice et les Pays-Bas. La police espagnole met la main sur 188 kilos de cocaïne en Espagne ainsi que 6 tonnes de cocaïne dans les ports de Marín, de Valence, de Rotterdam et du Panama[118]. Grâce à une collaboration avec la DEA, la police espagnole est parvenue à avoir les hommes dans leur radar grâce au démantèlement d'un réseau international d'armes dans la province de Pontevedra et de la découverte d'un narco-sous-marin. Le chef du réseau reste toujours en fuite et se trouve selon les autorités espagnoles à Dubaï[119]. Les deux bras-droits du chef Mohamed « Gordo » Maadouri et Faysal El Ouardani ont quant à eux été arrêtés. Fouad Hammoudi, Mohamed « Mo » Yasin, Brain « Colombiano » et Johnny de Keijzer sont les autres hommes incuplés.

Attaques contre la liberté de presse (2020-2022)[modifier | modifier le code]

Le 3 mai 2020, Omar Essalih, âgé de 23 ans et surnommé Soesie dans le milieu criminel en rapport avec ses origines au Maroc, est abattu de plusieurs balles dans la tête à Amsterdam-Oost[120]. Le criminel, ayant opéré pour Najeb Bouhbouh (assassiné en 2012) est soupçonné d'avoir joué un rôle dans l'assassinat d'Anass El Ajjoudi en 2018[121]. Omar Essalih avait auparavant échappé à deux tentatives d'assassinats[122].

Le 22 juin 2020, la police néerlandaise découvre grâce au craquage d'un serveur EncroChat en collaboration avec la police française, une prison souterraine et une salle de torture à Wouwse Plantage, situé à quelques kilomètres de Rosendael entre les Pays-Bas et la Belgique[123]. Le constructeur est Robin van O., arrêté en juin 2020 à La Haye dans un penthouse[124]. Le Néerlandais de 40 ans faisait partie de l'organisation de Mustapha El Fechtali (emprisonné au Maroc), principal rival de Ridouan Taghi[125],[126]. Robin van O. engageait des ravisseurs pour torturer les hommes travaillant pour Ridouan Taghi sur le sol néerlandais et belge[127],[128]. L'un des membres de l'organisation El Fechtali est Hamza Ziani (assassiné en 2018 à Marbella)[129]. La police néerlandaise, au courant des messages envoyés entre criminels, a rapidement averti les cibles principales menacées d'être assassinées ou enlevées[130]. Quant à Robin van O., il figurait sur la liste noire de Ridouan Taghi avant son arrestation en décembre 2019[131]. Ridouan Taghi avait engagé deux tueurs à gages membres des Caloh Wagoh pour abattre Robin van O. Dans cette même enquête, la police espagnole arrête deux autres truands dans la province de Malaga[132].

Le 24 août 2020, le Néerlando-Marocain Jamal Bouaouiouich, en compagnie de sa femme et de ses cinq enfants, est arrêté au volant de sa Mercedes Mansory et kidnappé par un commando français de huit hommes vêtus d'uniforme de la police nationale. Les kidnappeurs ne laissent aucune trace de Jamal Bouaouiouich derrière eux. La police découvre en dessous de la Mercedes Mansory une balise de tracking[133].

Le 11 novembre 2020, une importante collaboration entre les autorités néerlandaises et la Guardia Civil espagnole a lieu en Espagne, en Belgique et aux Pays-Bas, permettant d'arrêter quatre ravisseurs marocains à Fuengirola ainsi que Nora Ouaali, une tueuse à gages de 20 ans, soupçonnée d'être derrière l'assassinat de Omar Essalih[134]. La jeune femme est soupçonnée de faire partie de la bande de Houssine Ait Soussan et Benaouf Adaoui. Le groupe opérant en Espagne est derrière l'enlèvement d'un Belgo-Marocain et d'un Néerlando-Marocain. Les deux hommes, faisant partie de la même bande, ont été séquéstrés, torturés, brûlés et mutilés[135].

Le 12 novembre 2020, la police belge fait une saisie de 367 millions d'euros à Bruxelles. Dans le dossier, le parquet fédéral renvoie vingt suspects en procès devant le tribunal correctionnel, dont neuf femmes, pour participation à l'organisation criminelle Mocro-maffia[136].

Le 11 janvier 2021, une importante livraison de kalachnikovs est retrouvée dans une forêt à Utrecht. Elle serait destinée à une organisation de la Mocro-maffia[137]. Dans la même semaine, à la suite du refus de coopérer avec la justice, le téléphone du témoin-clé Nabil Bakkali est envoyé aux autorités néerlandaises pour déchiffrer les messages PGP dans les universités canadiennes[138].

Le 30 avril 2021, l'Unité spéciale de la police belge (FAST-team) capture le tueur à gages Youssef Ben Hamou à Anderlecht en Belgique. L'homme de 26 ans est derrière l'assassinat de Ray Tensaini le 21 décembre 2019 à Almere aux Pays-Bas. Son co-tueur à gages Younes El M. est arrêté quelques jours après l'assassinat. Younes Ben Hamou est aussi derrière la tentative d'assasinat de Hensley B. en 2017[139].

Le 16 mai 2021, une femme de 27 ans est abattue à 19h45 au bord d'une Mercedes-AMG dans le quartier de Slotervaart à Amsterdam[140]. Le lieu compte quatorze impacts de balles. Une voiture en feu est retrouvée à quelques rues du quartier. La fuite des auteurs est filmée en direct à l'aide du smartphone d'un témoin. Le passager Anis B. est la principale cible de cette fusillade[141]. Une semaine plus tard, deux attentats ont lieu dans le domicile des suspects arrêtés par la police[142]. Aucun mort n'est déploré. Il s'agit du réseau de Piet Costa qui a envoyé deux tueurs à gages pour venger l'assassinat du Marocain Ibrahim Azaim le 10 mai 2020 à Rotterdam. Ce dernier était un pilier de l'organisation Piet Costa, le successeur de Samir Bouyakhrichan (assassiné en 2014) et Mustapha El Fechtali (arrêté en 2017). Anis B. est un membre d'un nouveau réseau amstellodamois dirigé par Ali B.. Côté Piet Costa (arrêté en juin 2020), Hassan M. (arrêté en octobre 2020) et Bilal « Baardje » reprennent l'organisation en main après l'arrestation du dirigeant du réseau.

Le 22 juin 2021, à l'occasion d'un passage au tribunal du criminel condamné à perpétuité Iliass K. (33 ans), il livre plusieurs informations sur ses motivations sous l'organisation de Gwenette Martha. Il avoue avoir assassiné trois personnes ainsi que d'avoir joué un rôle dans l'assassinat de Derkaoui « Pirki » van der Meijden, assassiné en 2014[143].

Le 6 juillet 2021, à la sortie d'une émission de télé sur la chaîne RTL Nederland, le journaliste Peter R. de Vries est abattu de plusieurs balles dont une à la tête[144]. La presse et les autorités néerlandaises soupçonnent l'organisation de Ridouan Taghi d'être derrière cet assassinat[145]. Peter R. de Vries est l'homme de confiance du témoin-clé de la justice néerlandaise, l'ancien tueur à gages Nabil Bakkali[146]. Peter R. de Vries décède neuf jours plus tard à l'hôpital[147].

Dans la soirée du 16 juillet 2021, Jeffrey S., un des tueurs à gages de Benaouf/Hoes est arrêté par la Garde civile à Torremolinos en Espagne[148].

« La Mocro Maffia est passée d'une organisation de rue à une compagnie financière holding, à cause du système néerlandais qui est pour eux un paradis pour l'argent narco (...) Aujourd'hui, tout le monde cherche à travailler avec la Mocro Maffia. Ils ont le contrôle du port de Rotterdam. On parle désormais d'une mafia qui a su corrompre le président Desi Bouterse et qui assassine des journalistes[149]. »

— Roberto Saviano, écrivain du roman Gomorra, en juillet 2021 dans une interview avec NRC, après l'assassinat de Peter R. de Vries.

Le 27 septembre 2021, le premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte est placé sous haute protection après que des spotters de la Mocro Maffia aient été aperçus autour de son domicile[150]. Le Parquet national, à la tête de l’enquête, garde lui le silence sur les mesures mises en place afin d’assurer la protection du politicien[151]. L’unité d’élite du Service de protection royale et diplomatique lui a été confiée, confirmant que les menaces sont prises très au sérieux[152]. Le coordinateur de la politique antiterroriste s’est abstenu de tout commentaire[153].

Le 15 janvier 2022, le grand baron néerlando-marocain Ebrahim Buzhu est abattu à Cadix en Espagne. L'homme avait porté plainte contre Ridouan Taghi en 2015 avant de prendre la fuite à l'étranger en raison des multiples menaces de mort[154].

Le 23 mars 2022, Akram El Idrissi est abattu dans le quartier de Rivierenbuurt à Amsterdam[155]. Le jeune homme de 21 ans était un grand supporter de l'ancien club de futsal ZVV 't Knooppunt[156]. Les auteurs n'ont pas été identifiés[157].

Intensifications des attentats et fusillades à Anvers (depuis 2022)[modifier | modifier le code]

Le 9 janvier 2023, Firdaous E.J., âgée de onze ans et nièce d'Othman El Ballouti, décède lors d'une fusillade qui éclate à Merksem en Belgique dans le domicile familiale du criminel, lui, en fuite aux Emirats arabes unis[158].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La Belgique (vert) et les Pays-Bas (orange), pays où naît la Mocro Maffia.

Le Rif est une région du Maroc qui a longtemps été pauvre et oubliée de sa métropole continentale. Sa société traditionnelle clanique possède une culture des armes et du clientélisme, a un sens de l'honneur et un orgueil exacerbé et recèle des individus soupçonnés d'activités criminelles mais très bien intégrés au tissu socio-économique. Le fonctionnement de la Mocro-maffia est familial et clanique communiquent en une langue rifaine méconnue, le crime est organisé autour de membres d'une même famille ou d'individus originaires d'une région commune même quand les individus sont nés sur le sol européen. Ils pratiquent la loi du silence[159]. Cette mafia qui part des montagnes du Rif et qui a comme principale ressource le trafic de drogue est aux mains de quelques familles marocaines qui fonctionnent comme des mafias corses ou siciliennes, qui se méfient toujours de l’extérieur, qui érigent le zwijgplicht[160], autrement-dit l’omerta et le code d’honneur en règle[161], un peuple très renfermé et qui communiquent dans une langue berbère que les polices occidentales ne maîtrisent pas[162]. Chaque organisation possède une hiérarchie méga-structurée dont un bras droit, un adjudant, des logisticiens, des informateurs, des guetteurs, des tueurs à gages et des policiers et politiciens corrompus. Un tueur à gages gagne entre 60 et 70 000 euros par assassinat[163]. Les débutants du milieu commencent souvent par être des dockers, des récupérateurs de cocaïne dans les conteneurs des ports, par n'importe quel moyen. Les chefs de réseaux négocient souvent avec les travailleurs du port pour faciliter le vidage du conteneur, avant que celui-ci passe par les scanners de détection[164]. Ce sont souvent les plus jeunes et les personnes sans expérience qui se lancent dans le milieu criminel en tant que dockers. En cas d'arrestation, les punitions sont peu conséquentes[165]. Les dockers s'en sortent avec une simple amende pour présence sur un lieu privé, bien que la police et les douaniers soient au courant qu'il s'agit de récupérateurs de drogue. Les dockers risquent la prison seulement s'ils sont arrêtés en possession de drogue[166].

Ce milieu habitué à brasser de l’argent, à trouver des planques et des armes, de Gibraltar à Amsterdam en passant par Paris ou Bruxelles, était prédisposé à nicher des cellules terroristes. Les polices d’Europe les connaissent depuis longtemps mais ils ont laissé faire, en pensant acheter la paix sociale dans la jeunesse issue de l’immigration[167].

Les réseaux blanchissent souvent leur argent au Maroc, dans le sud de l'Espagne ou encore à Dubaï. L'argent circule souvent par le système de hawala, un système bancaire parallèle, d'origine arabe souvent utilisé par le crime organisé. Interpol parle aussi d'une grosse implication dans le marché des drogues de synthèse notamment dans leur fabrication. Il joue aussi un rôle important dans le trafic de cannabis (haschich) en provenance de la région du Rif au Maroc. Dans l'ouvrage de Wouter Laumans sur la mafia marocaine, il cite que 80 % du nord du Maroc, est construit grâce à de l'argent illégal, provenant majoritairement du blanchissement d'argent des Pays-Bas vers le Nord du Maroc[lp 9].

Structure pyramidale[modifier | modifier le code]

Communication aux messages cryptés[modifier | modifier le code]

Les réseaux Mocro-maffia communiquent à la manière PGP pour éviter que les serveurs soient facilement déchiffrés.

La communication chez les réseaux Mocro-maffia s'exercent à l'aide des e-mails smartphone Blackberrys munies d'une technologie PGP.

Le 19 avril 2016, les autorités canadiennes interviennent dans une entreprise d'hébergement avec comme but de décrypter le serveur de télécommunication néerlandais Ennetcom. Les serveurs contiennent en moyenne des millions de messages envoyés via Ennetcom. Les enquêteurs informatiques du Nederlands Forensisch Instituut (nl) parviennent finalement à déchiffrer les messages au Canada[wr 1]. Une fois les messages déchiffrés, les enquêteurs s'aperçoivent que les messages sont tous écrits dans un langage berbère méconnu et les surnoms remplacent les prénoms des criminels[168]. Entre 2016 et 2018, la police néerlandaise a longuement enquêtée sur les surnoms afin d'identifier les commanditaires ainsi que les tueurs à gages. À la suite du démantèlement du réseau, plusieurs organisations se fixent sur d'autres serveurs qui vaudront aux autorités néerlandaises de nombreuses années pour décrypter à nouveau[wr 2].

Certains criminels dont Saïd Razzouki ont évité les communications via les appareils électroniques. Pour Razzouki, cela lui a valu huit ans d'activités avant d'être arrêté à Medellín par le FBI. Les commanditaires se trouvent rarement en Europe. Ils logent souvent au Maroc, en Amérique latine, dans les États arabes du Golfe et la Thaïlande.

Contrôle du port d'Anvers[modifier | modifier le code]

Drogue interceptée au port d'Anvers
Année Quantité
2009 3,6 tonnes
2010 5,5 tonnes
2011 6,5 tonnes
2012 17,5 tonnes
2013 16 tonnes
2014 19 tonnes[169]
2015 15,7 tonnes[170]
2016 31 tonnes[171]
2017 46 tonnes[172]
2018 50,1 tonnes[173]
2019 62 tonnes[174]
2020 65,5 tonnes[175]
2021 90 tonnes[176]
2022 110 tonnes[177]

Les Sud-Américains et les réseaux marocains entretiennent de bonnes relations pour les transports en cargaisons de milliers de conteneurs et ce, depuis la découverte colombienne des ports du Maroc dans les années 1980[178]. Avec une immigration marocaine dans les années 1970 et 1980 aux Pays-Bas et en Belgique, la relation criminelle s'agrandit lorsque les ports de Rotterdam et d'Anvers sont pris à partie par les narco-trafiquants du cannabis marocains, après la légalisation du cannabis aux Pays-Bas. Pouvant se faire un chiffre d'affaires astronomique, les dealers de haschich et de cannabis se tournent rapidement vers le trafic de cocaïne dans les années 2000. Une grande partie des trafiquants sont originaires du Nord du Maroc, ce qui explique leur facilité à s'exprimer en espagnol. Avec l'arrivée des nouvelles technologies de communication, la tâche est facilitée et les contacts sont établis entre trois continents.

La cocaïne est quotidiennement livrée par conteneurs au port d'Anvers, avant que celle-ci soit distribuée à travers toute l'Europe par les organisations marocaines [179]. Considéré comme le plus grand port pour la cocaïne en Europe, les bandes de la Mocro Maffia dominent et contrôlent littéralement le port d'Anvers dans l'importation de grosses quantités de cocaïne vers le continent[180]. Avec une superficie qui rassemble 18 000 terrains de football[181], les bandes choisissent plus particulièrement la destination d'Anvers pour la malveillance qui y règne ainsi que pour l'ouverture du port le soir, ce qui n'est pas le cas pour le port de Rotterdam qui est quotidiennement fermé et sous haute surveillance[lp 10]. Dans une cargaison, il est possible de placer plus de 15 000 conteneurs. Les douaniers sont munis d'un scanner qui peut contrôler qu'un seul conteneur en 5 minutes, ce qui rend le contrôle complet impossible,facilitant la tâche aux bandes criminelles néerlandaises et belges. Il arrive qu'il y ait des histoires de corruption entre douaniers et bandes criminelles comme ce fut le cas en 2007[182].Le chiffre a plus que doublé en deux ans (2015-2017). En octobre 2017, Tim Deelen, douanier au port d'Anvers est arrêté par la police belge pour avoir travaillé avec les organisations anversoises ainsi que le grand baron Samir Bouyakhrichan[bm 3]. En , la direction de la police fédérale d'Anvers tire la sonnette d'alarme sur l'augmentation du trafic de cocaïne dans la cité portuaire, générant une économie parallèle et un niveau de corruption jusque-là jamais observés[183]. Les douaniers, policiers et contrôleurs de drogue reçoivent très souvent une grosse somme d'argent (généralement 50 000 euros pour une heure de travail) par les bandes criminelles anversoises et néerlandaises pour en échange, faire parvenir la drogue sans qu'elle soit interceptée[184]. En , ce sont 7 tonnes de cocaïne, destinée aux Pays-Bas, qui seront encore retrouvées par les douaniers[185].

Le Ministère de la Justice des Pays-Bas dément que 95 % de la cocaïne qui arrive au port d'Anvers est transportée aux Pays-Bas et partagée entre plusieurs bandes de la Mocro Maffia néerlandaise[186]. Cependant, l'écrivain et criminologue Teun Voeten publie en 2020 un livre intitulé Drugs, prouvant à l'aide d'interviews anonymes dans les prisons belges et les quartiers d'Anvers, que la quantité destinée aux Pays-Bas est bien de 90 %[187]. Il y explique que les Anversois sont les syndicaux, pendant que les Néerlandais sont les distributeurs[188]. Beaucoup de trafiquants marocains ont anonymement déclaré que le fonctionnement du trafic dans le port d'Anvers serait d'une facilité impressionnante pour les jeunes des quartiers d'Amsterdam et d'Anvers[189]. Les trafiquants corrompent très souvent la police pour garder le trafic en bon fonctionnement en échange d'une grosse somme d'argent[190]. « Certains font en sorte de ne rien voir, de tourner avec la voiture de patrouille autour des quartiers d'Anvers. Pas pour recevoir une somme d'argent, mais pour ne pas avoir de problèmes et rester en sécurité. Ils pensent à leurs enfants et à leur femme » déclare un Belgo-Marocain anonymement à propos de la police de Borgerhout au média Pano[191].

Bart De Wever déclare que des dizaines de caméras de surveillance sont quotidiennement détruites par des jeunes des quartiers d'Anvers, âgés entre 13 et 15 ans qui reçoivent en échange des trafiquants, une somme allant jusqu'à 5 000 euros pour empêcher les policiers d'enquêter sur le trafic qui a lieu dans les quartiers[192].

« Faut faire attention, beaucoup de jeunes vont dans le Port pour voir comment tout se passe. Tu dois connaitre les issues par cœur au cas où tu te fais poursuivre par des ennemis ou les surveillants. »

Douglas de Conink, rédacteur De Morgen[193].

La mafia marocaine aux Pays-Bas et en Belgique domine aujourd'hui le marché de la cocaïne, du cannabis et des drogues de synthèse aux côtés de la 'Ndrangheta et la mafia albanaise. Les gangs marocains d'Amsterdam, d'Utrecht et de Rotterdam ont un pied ferme dans l'importation de la cocaïne depuis l'Amérique du Sud, notamment depuis la Colombie où les cartels colombiens font confiance aux narcotrafiquants marocains néerlandais et belges à Anvers[167].

L'enquêteur néerlandais Pieter Tops fait une étonnante découverte en  : la totalité des trafiquants aux Pays-Bas rassemblent facilement 20 milliards d'euros grâce à des drogues synthétiques telles que l'XTC ou encore l'amphétamine[194]. Environ 1 tonne de cocaïne qui est transportée d'Amérique du Sud, valant à peine 1 million d'euros, rapporte facilement 180 millions d'euros en Europe. Pieter Tops avertit les autorités belges que les trafiquants possèdent tellement d'argent qu'ils l'investissent dans des entreprises légales, ce qui infecte gravement les communautés et quartiers d'où proviennent ces trafiquants, Bart De Wever demande également des renforts pour enquêter sur la Mocro-oorlog d'Anvers afin d'intercepter un maximum de personnes actives dans ce trafic[195].

Grands noms[modifier | modifier le code]

Principaux de la Mocro-oorlog[modifier | modifier le code]

Répartition des organisations de la Mocro Maffia

(Ordre chronologique basée sur les noms relayés par la presse)

Autres clans[modifier | modifier le code]

Clan Noffel[modifier | modifier le code]

Le clan Noffel, appartenant à Naoufal Fassih, est fondé après que ce dernier ait pris ses distances avec Gwenette Martha pour s'approcher de l'organisation de Ridouan Taghi. Naoufal s'installe en Espagne en compagnie de son cousin Abdelhahi « Marco » Yaqout, une sommité dans le trafic international de cocaine, opérant en Espagne, au Portugal, au Maroc, aux Pays-Bas et en Belgique. À cette période, il est l'une des personnalités les plus riches de Marbella, habitant déjà dans le pays. Naoufal s'allie avec Rico Le Chilien, Ridouan Taghi, la mafia irlandaise et quelques membres de l'organisation Martha, pour assassiner le mafieux milliardaire Samir Bouyakhrichan en 2014. L'homme semblait avoir assez d'informations sur Gwenette Martha à cause de la trahison de Najib Himmich, un ancien membre de l'organisation Martha lui ayant tourné le dos dès son incarcération. Naoufal Fassih passe plus de temps en Irlande qu'en Espagne. Sa relation avec la mafia Kinahan d'Irlande est tellement forte qu'ils partagent le même domicile. C'est d'ailleurs dans un appartement du groupe mafieux irlandais que Naoufal Fassih est arrêté par les forces spéciales à Dublin, avant que ce dernier soit condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Abdelhahi « Marco » Yaqout est un homme d'affaires multi-millionnaire originaire de Khouribga, au sud de Casablanca, où il passe une partie de son enfance. Il émigre en Espagne et devient un entrepreneur très prospère de Marbella. Il était le propriétaire de plusieurs clubs et bars à Puerto Banús, notamment le « Rotana Shisha Lounge », le bar « Portside » et la boîte de nuit « Tibu », fréquenté par des princes arabes, des hommes d’affaires russes et des célébrités internationales. Yaqout était également un ami de l'homme d'affaires anglo-égyptien Mohamed Al-Fayed, ancien propriétaire du club de football de Fulham FC.

Yaqout blanchissait l'argent pour le cartel de Kinahan, et était partenaire de Daniel Kinahan (fils de Christy Kinahan, chef du clan irlandais), avec qui il entretenait d'excellentes relations selon les autorités espagnoles. Yaqout aurait également été lié à l'arnaque des appartements de vacances en temps partagé du gangster britannique John « Goldfinger » Palmer (retrouvé assassiné chez lui en 2015), qui a trompé 20 000 clients et empoché 400 millions d'euros. Il serait impliqué dans le trafic de cocaïne, avec des figures de la Mocro Maffia, comme son cousin Naoufal Fassih et Ridouan Taghi.

Yaqout est assassiné dans la nuit du dimanche au lundi dans sa voiture, dans le quartier de Las Petunias à San Pedro Alcántara, par au moins un tueur à gages, criblant le côté conducteur avec plus de 20 balles. À bord de sa Bentley, Yaqout attendait que le portail électrique s'ouvre. Il aurait tenté d'échapper à l'assassinat en rampant sur le côté passager, mais a été retrouvé mort à mi-chemin sur le siège[196]. Il est enterré dans sa ville natale à Khouribga, au Maroc. Le groupe de Samir Bouyakhrichan est le principal suspect de cet assassinat.

Clan Rocky[modifier | modifier le code]

Port de Constanta, lieu où a été saisi 2,5 tonnes de cocaïne.

Mimoun Kaabouni « Rocky », surnommé en Afrique l'« Escobar marocain »[197], est né à Ben Taïeb, un village de la province de Nador. Il grandit à Hoensbroek aux Pays-Bas où il dispose d'un coffeeshop connu sous le nom de « Happy Days », avec son frère aîné. Montant régulièrement à Amsterdam, il fait la connaissance de grands noms de la Mocro Maffia avec qui il entretient régulièrement des contacts. Mimoun quitte les Pays-Bas pour le sud de l'Espagne et la Roumanie où il fonde sa propre organisation criminelle composée de Lituaniens et de Colombiens[198]. Mimoun, connu pour faire rentrer des tonnes de cocaïne par les ports d'Anvers, Rotterdam, d'Amsterdam et Algésiras, a avoué avoir voulu créer une nouvelle route vers Roumanie via le port de Constanța pour fournir l'Europe de l'Est où il purge actuellement une peine de 19 ans de prison pour une saisie record de 2,5 tonnes de cocaïne (soit la plus grosse saisie de cocaïne du pays)[199].

Les autorités roumaines ont placé des caméras dans l'entrepôt où a été déchargé la cocaïne et ont ainsi enregistré la très secrète réunion pour l'achat de la drogue. Pourtant, Mimoun Kaabouni avait utilisé des brouilleurs satellite devant le lieu du rendez-vous[200]. En 2016, Mimoun Kaabouni est interpellé par la police espagnole alors qu'il tentait de quitter l'Espagne par l'aéroport de Malaga après la saisie de 2,5 tonnes de cocaïne, d'une valeur de 600 millions d'euros en provenance de Colombie[201]. C'est la plus grosse saisie de l'histoire de l'Europe de l'Est[202].

Clan De Mixers[modifier | modifier le code]

« De Mixers » alias « Sebabti » est une famille marocaine composée de cinq frères natifs de Borgerhout et originaires de Berkane au nord-est du Maroc[203]. Le réseau De Mixers est soupçonné d'avoir travaillé avec l'un des plus dangereux cartels colombiens pour le compte des réseaux marocains des Pays-Bas principalement le réseau Montana dirigé par Hassan Abbadi alias Montana à Rotterdam pour fournir plusieurs groupes venus de toute l'Europe. Les Mixers se sont aussi lancés dans le conditionnement de la cocaine dans les laboratoires de la région de Malines. Le réseau devient actif dès le début des années 2000. La famille Sebabti est considérée comme étant parmi les réseaux de drogue les plus anciens d'Anvers[204]. Les Mixers sont vus par les politiciens belges comme étant l'un des réseaux belges les plus dangereux du pays dû à leur effectif criminel et d'un grand nombre de personnes engagées.

En 2017, alors que le port d'Anvers bat à nouveau un record de drogue interceptée, la famille De Mixers fait partie des principaux suspects. Les services spéciaux belges s'allient avec la BCIJ pour enquêter sur cette famille au Maroc. La police marocaine intercepte à Tanger 10,2 millions d'euros en cash dans un appartement et 19 millions dans deux villas à Berkane et Saïdia ainsi que plusieurs bateaux de luxe sur la côte de Saïdia. À la suite de cette découverte, les autorités belges collaborent avec les autorités marocaines pour traquer les membres du réseau, potentiellement au Maroc. En été 2018, l'un des De Mixers a été repéré à Tanger au volant d'une Bentley Continental GT exclusive. Une personne est également arrêtée en Grande-Bretagne dans une affaire qui était en relation avec la famille De Mixers[205].

En 2019, un nombre important de bombes sont déclenchées dans les quartiers d'Anvers, visant à faire passer des menaces envers les bandes rivales. Selon le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever, les malfrats seraient des hommes travaillant pour la bande De Mixers pour le compte des seigneurs de la drogue marocains des Pays-Bas[206] .

Le 15 juillet 2020, Aziz Sebabti, en fuite depuis plus de huit ans, est arrêté aux Pays-Bas avant d'être extradé en Belgique. Lors d'une opération policière menée en janvier 2017 par les forces spéciales belges, Aziz Sebabti ne se trouvait pas à son domicile et était potentiellement en fuite au Maroc[207].

Clan Bananenbende[modifier | modifier le code]

En 2015, la police belge démantèle le clan belgo-marocain Bananenbende à Anvers de Karim Alami, Nabil Alami, Khalid Oulad Haddou et Moussa Meziane après une saisie de 3,4 tonnes de cocaïne à Anvers[208]. La drogue était répartie dans deux conteneurs de bananes en provenance de Colombie ayant transité par l’Équateur. Sa valeur était estimée à près de 100 millions d'euros. Les enquêteurs considèrent que le réseau importait des chargements de ce type depuis de nombreuses années et qu'il avait d'importants liens avec plusieurs réseaux marocains des Pays-Bas. Quatorze personnes sont arrêtées dont le gérant d'une chicha d'Anvers ainsi que le propriétaire d'un concessionnaire automobile. Les services de renseignement belges estiment que le réseau générait environ 300 millions d'euros par an avec pas moins de 10 tonnes qui arrivaient en provenance d'Amérique du Sud.

Mounir N., originaire de Genk, est un membre du réseau qui est arrêté en par les autorités colombiennes. Il menait un grand train de vie qu'il postait sur ses réseaux sociaux[209].

En 2019, Hilal Makhtout, un membre du réseau, est enlevé par sept personnes originaires des Pays-Bas[210]. Il est séquestré, torturé avant d'être brûlé[211].

Clan El Ballouti[modifier | modifier le code]

Le baron de la drogue, Othman El Ballouti, natif d'Anvers et originaire d'Al Hoceïma, grandit à Borgerhout dans le quartier de Groeningerplein[212]. Dès son plus jeune âge, il se rend régulièrement au port d'Anvers. Ayant comme objectif de ne jamais être pris par la police, il livre chaque jour des milliers d'euros. Le journal De Volkskrant décrit : « Othman grimpait les conteneurs, savait très bien calculer et a très vite arrêté de grimper en fondant sa propre bande et ses propres hommes qu'il payait cash pour grimper les conteneurs ».

N'ayant pas payé de dette à son fournisseur néerlandais Houssine Ait Soussan, son frère Younes El Ballouti est enlevé par un réseau franco-bruxellois dirigé par Houssine Ait Soussan. L'enlèvement a lieu à la sortie de son club de sport Basic Fit à Anvers[213]. La police belge découvre en 2016 un appartement délaissé à Saint-Josse-ten-Noode avec une chaise électrique et des tickets de parkings d'Amsterdam et d'Anvers chiffonnés au sol. Ils soupçonnent Houssine Ait Soussan d'avoir enlevé et séquestré Abdelkader Bouker, mais également Younes El Ballouti, frère de Othman. Younes parvient à s'enfuir à l'aide d'une cuillère dans la pièce dans laquelle il était resté enfermé à Nanterre. Lorsqu'il s'échappe par la fenêtre, il se retrouve dans un champ. Dénudé et blessé, il est remarqué par des passants qui font appel à la police. Un jour plus tard, Younes El Ballouti est livré en Belgique par les autorités françaises[214]. La prise d'otage de Younes El Ballouti aura durée 37 jours. Le commando français dirigé par Houssine Ait Soussan (Mohamed Kanouté, Abou Sako, Hacene Salmi et Rachid Belarbi) est condamné à douze ans de prison[215].

Othman part vivre à Dubaï où il acquiert 4 villas. Il achète également un appartement de la célèbre Residence Sky View d'une valeur de 1,5 million d'euros et est propriétaire de six autres maisons de luxe d'une valeur totale d'environ 8,5 millions d'euros. Ces informations ont été publiées par l'OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project) après qu'il a échappé à son arrestation dans l'aéroport de Zaventem à Bruxelles en 2016. La police belge découvre une somme de 100 millions d'euros sous son nom, un chiffre qui le classe parmi les Belges les plus riches du pays[216].

En 2016, Othman est ciblé par deux hommes qui cherchent à le liquider. Ayant pris conscience du risque qu'il encourait d'être ciblé, Othman El Ballouti fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter l'assassinat en impliquant des innocents, ce qui explique la rafale de fusillade ayant eu lieu à Brecht et sur la rive gauche d'Anvers[217]. Deux Néerlandais connus sous le nom de Frank Vermeulen et Jorn Reynaert, ayant été sommés par Othman El Ballouti, sont alors pris d'assaut. La cocaïne d'Othman El Ballouti est alors prise du conteneur. D'autres tirs ont eu lieu à Anvers ce même jour sans faire de blessés et sans qu'il soit connu de quels gangs il s'agissait.

Clan De Visboeren[modifier | modifier le code]

Détenteurs de la célèbre poissonnerie De Antwerpse Visser dans le district de Borgerhout, à Kiel et à Anvers, les frères Mohamed, Rachid et Hassan Achoukhi font vite leur apparition dans le trafic international de cocaïne. Les Visboeren (en français : les poissonniers) forment dans les années 2010 leur clan à Anvers et prennent le contrôle de cocaïne dans toute la Flandre. Des dizaines de conteneurs provenant des cartels colombiens ont été pris en charge par les Visboeren[218]. La bande des Visboeren est très vite concurrencée par d'autres bandes de la Mocro Maffia. Les Visboeren tentent d'assassiner en Hakim El Makhloufi, alias Zotte Hakim, un trafiquant belgo-marocain connu de la justice belge, se rendant quotidiennement au Maroc[219].

En 2018, la Kali-team, une organisation anti-Mocro Maffia, fait une étonnante découverte à Tanger au nord du Maroc. Il s'avère que les Visboeren seraient les principaux propriétaires de l'hôtel Hilton près de la gare de Tanger-Ville[220]. En mars 2020, les trois frères Achoukhi ainsi que le père Mohamed (73 ans) sont condamnés à huit ans de prison[221].


Liquidations et assassinats[modifier | modifier le code]

À l’instar des derniers meurtres, d’autres truands de la « Mocro Maffia » pourraient bien s’être réfugiés au Maroc, en Suriname, au Mexique ou encore à Dubaï. Beaucoup parlent notamment de membres des fameuses Tortues , réseau belgo-marocain extrêmement violent opérant à Anvers, qui pourraient se trouver dans la province de Nador, dont la plupart des trafiquants et membres de la Mocro Maffia sont originaires[222]. Jusqu'à aujourd'hui, on compte plus d’une centaine de règlements de compte liés à la Mocro Maffia et à la communauté marocaine. Du jamais vu encore dans un pays comme les Pays-Bas depuis l'époque de Penose (en)[223].

Plusieurs ex-gangsters ou membres de famille de gangsters sont victimes de fusillade après s'être confiés à la police néerlandaise et belge en donnant plusieurs informations sur les criminels les plus recherchés des Pays-Bas mais également d'Europe, notamment Ridouan Taghi et Saïd Razzouki. Lorsque ceux-ci ne respectent pas la devise érigeant l'omerta, les tueurs à gages, qui reçoivent une énorme somme d'argent, passent à l'action lorsque les chefs de réseaux le souhaitent. « Wie praat die gaat » (« Tous ceux qui parlent, mourront »), telle est la célèbre devise de la Mocro Maffia qui fait des dizaines de morts par balle chaque année[224]. Les assassinats n'ont pas lieu seulement aux Pays-Bas et en Belgique mais également en Amérique du Sud, au Maroc et en Espagne[225]. Les rivaux d'Amsterdam et Anvers trouvent souvent des accords pour effectuer le wapenstilstand (l'armistice) qui consiste à faire un break dans les liquidations[226]. Cela a été le cas en 2013 lors de la cérémonie de mariage du trafiquant Benaouf qui s'est vu confronté à son plus grand rival le jour de son mariage. Les deux personnes, têtes de réseaux et rivaux, s'étaient donnés un accord pour éviter la catastrophe. Le wapenstilstand est plus souvent respecté à Anvers qu'à Amsterdam, de là où le peu de nombre d'assassinats à Anvers contrairement à Amsterdam.

  • Le , Nabil Amzieb, surnommé Lange, né en 1993 à Amsterdam et originaire de Rabat au Maroc[wr 3], venant de terminer une formation en tant que mécanicien dans sa ville natale, est décapité et brûlé le soir dans sa ville natale. Sa tête est déposée devant une chicha et son corps est retrouvé calciné dans une voiture de police carbonisée à Amsterdam-Zuid[227]. La tête est remarquée le matin par des passants[228]. Nabil Amzieb n'est pas un baron de la drogue mais avait plusieurs amis actifs dans l'organisation Benaouf. Il était un ami proche des frères Omar et Youssef Lkhorf (assassiné en 2012). Une caméra de surveillance filme l'auteur prendre la fuite en vélo après avoir lancé une grenade dans la voiture de police[229].

Quelques mois plus tard, les enquêteurs décryptent des messages BlackBerry Pretty Good Privacy et des e-mails de Nabil Amzieb, datant de 2015, lors de l'assassinat de Eaneas Lomp à Krommenie. Nabil Amzieb reçoit le message : « Il est tout seul frère. Tirez partout dans le magasin. Tirez sur sa tête, dans ses testicules, sur son cou, dans ses bras, ses jambes, ses orteilles, ses doigts, il faut du sang partout. Il a un gilet par balle ». Des réponses violentes et à caractère raciste seront envoyées en retour par Nabil Amzieb à une personne non-décryptée : « Il a de la chance, on a pas pu tirer sur sa tête frère, wallah, il s'enfuyait et criait. Il a fini par s'écrouler dans le jardin d'une maison. Je pense qu'il est mort. Ce singe est fort, il n'arrêtait pas de courir. »[230] Nabil Amzieb est alors considéré comme un tueur à gages opérant pour l'organisation de Benaouf sous commandes d'Omar Lkhorf. Un autre Néerlando-Marocain du nom de Hicham M. est également lié à l'assassinat d'Eaneas Lomp, un rival de Benaouf, travaillant pour le réseau de Gwenette Martha[231] ;

  • Le , Abdelkader Bouker, surnommé « le juif », né à Anvers, est enlevé dans sa ville natale par l'organisation de Houssine Ait Soussan. Bouker n'est pas un inconnu des services de police. L'homme jouait un rôle important dans un clan israélien d'Anvers depuis 30 ans. Il faisait de l'import-export des drogues de synthèse XTC au niveau international, allant des États-Unis jusqu'au Japon. Il était surnommé le "juif" pour avoir été désigné comme le fournisseur en XTC du groupe criminel maroco-israélien des frères juifs marocains Abergil, une des plus grandes familles criminelles de la mafia israélienne. Les Américains et la DEA avaient remonté la filière qui fournissait les Abergil, les menant à un groupe anversois, commandé par Abdelkader Bouker, actif dans la production de drogue de synthèse et l'import-export de cocaïne. Il est arrêté en 2015 avec 322 kilos de cocaïne en présence de deux autres personnes dans un hôtel de Borgerhout. En , Abdelkader Bouker[232] est enlevé en pleine rue à Anvers. La police retrouve son corps dans une cave, dissous dans de l'acide. Abdelkader Bouker était en conflit avec Houssine Ait Soussan et Benaouf Adaoui qui l'accusaient d’être à l'origine d'une perte importante de cocaïne. Abdelkader Bouker était l'un des plus grands importateurs de cocaïne en Belgique et aux Pays-Bas[233] ;
  • Le , Mustapha El Fechteli, surnommé « Moes », né à Amsterdam, apparaît dans un règlement de compte qui finit en homicide volontaire dans le quartier Guéliz à Marrakech[234]. Après l'incident, il quitte Marrakech pour se réfugier avec son frère, Mohammed, et quatre autres acolytes à l’appartement qu’il possédait au boulevard Zarktouni à Casablanca. Les deux auteurs en question, ayant pris la fuite avec une moto, cherchaient à liquider Mustapha « Moes » sur ordre de Ridouan Taghi. Ils assassinent un jeune Marocain d'une balle dans la tête alors qu'il buvait son thé au Café La Crème. La fusillade a fait également état de deux blessés dont une fillette[235]. D'après la police, les commanditaires du meurtre de La Crème seraient des Néerlando-Marocains connus de la mafia sous le nom de Ridouan Taghi et Said Razzouki[236]. Les deux tueurs à gages envoyés par la bande de Taghi et Razzouki étaient deux Néerlandais d'origine surinamaise et dominicaine[237]. Les enquêtes révèlent que la jeune victime, tuée d'une balle dans la tête, n'était pas la cible voulue des deux auteurs. Le propriétaire du café La Crème, Mustapha, serait un ancien lieutenant de Samir Bouyakhrichan. Après la mort de ce dernier, Moes a créé sa propre organisation criminelle. Il aurait importé d'importantes quantités de cocaïne depuis l'Amérique latine vers les Pays-Bas. « Moes », comme on l’appelle simplement, est une figure connue de la « Mocro Maffia », qui aurait été la cible souhaitée de Ridouan Taghi et Said Razzouki le soir du . Les deux auteurs sont condamnés à mort[238] ;
  • Le , Reduan Bakkali, frère de Nabil Bakkali, est abattu à Amsterdam. Nabil Bakkali, surnommé Le repenti dans les médias néerlandais et Chekkam (en marocain : balance) dans les listes noires de la Mocro-maffia, natif d'Amsterdam et originaire de Chefchaouen au Maroc, est un ancien membre de l'organisation de Ridouan Taghi et Saïd Razzouki. Le surnom Chekkam lui est adopté pour le non-respect de l'omerta qui lui est ordonné par son chef de réseau.

À la suite de sa décision de tourner le dos à son organisation pour se repentir, il se rend au commissariat d'Utrecht et décide de parler à la police en échange d'une peine d'emprisonnement réduite. Le , son avocat Derk Wiersum est à son tour froidement abattu. À la suite de ce dernier assassinat, le monde politique néerlandais est sous le choc. Le Premier ministre Mark Rutte décrit l'incident comme étant un attentat contre l'État[239] ;

  • Le , le corps de Hilal Makhtout est retrouvé par la police de Rochefort dans le village de Forzée. Ce Belgo-Marocain de 33 ans, originaire de Genk, aurait refusé de payer une rançon de 15 000 euros liée au trafic de cocaïne, à une organisation criminelle néerlandaise, et aurait également été l'auteur de la disparition d'un paquet de cocaïne de trois kilos, pour une valeur à la revente de près de 100 000 euros. Les rivaux ont fait le déplacement jusqu'en Belgique pour en découdre en l'enlevant, le torturant, et en le brûlant vif dans un gîte[240].

Selon un témoin qui a vu l'enlèvement se dérouler en direct, il raconte avoir vu des hommes cagoulés s'exprimant en français et d'autres en néerlandais avec un accent hollandais, ce qui laisse présager que l'enlèvement aurait un lien avec la mafia néerlando-marocaine[241]. La cérémonie d'adieu est organisée à la mosquée marocaine de Winterslag à Genk.

Attentats[modifier | modifier le code]

Attentat au lance-roquette contre Panorama[modifier | modifier le code]

Le média Panorama réalise régulièrement des reportages sur les bandes de la Mocro Maffia révélant de nombreux noms et informations sur les fonctionnements des bandes criminelles, a été pour cela plusieurs fois pris pour cible.

Le vers 20h30 à Anvers, Mohamed Taouil, âgé de 26 ans, ayant fait son apparition sur un reportage à propos de la Mocro Maffia, où il livrait plusieurs informations anonymement, visage flouté, échappera à la mort devant les yeux de son fils âgé de 2 ans[242]. Il est la cible de plusieurs balles tirées par un homme cagoulé qui prend très vite la fuite dans une voiture de type Golf. Mohamed Taouil s'en sort avec 3 blessures par balle à la jambe. L'homme se trouve depuis début 2018 sur une liste noire des bandes criminelles anversoises.

Durant le soir du , un attentat a eu lieu à Amsterdam dans le siège social de Panorama (Nederlands tijdschrift) (nl), un média néerlandais publiant quotidiennement des informations aux Pays-Bas. Il n'y a eu aucune victime mais les dégâts étaient importants[243]. Le média néerlandais avait publié la veille de l'attentat, un article révélant plusieurs informations concernant la Mocro Maffia[244]. Les enquêtes révéleront que l'auteur de l'article Marie Claire, qui n'était à ce moment pas présente, était la cible essentielle de l'attentat. Vers 23h00, l'auteur, sans doute un membre d'une bande de la Mocro Maffia, mettra le feu au siège social avant de prendre la fuite[245].

Une semaine plus tard, le , Panorama publie dans sa rédaction le sujet Qui est le principal dirigeant de la Mocro Maffia ?. L'article est supprimé quelques heures plus tard, considéré comme très risqué, pouvant entraîner l'affaire à un nouvel attentat, voir liquidation d'un membre de la rédaction.

En , Panorama annonce officiellement la fin de la collaboration avec le site Boevennieuws.nl qui livraient toutes les informations concernant les réseaux de la Mocro-maffia par risque d'être victime d'un nouvel attentat[246].

Attaque à la camionnette bélier contre De Telegraaf[modifier | modifier le code]

Le siège social de De Telegraaf à Amsterdam.

Quatre jours plus tard, le [247], un autre média néerlandais, De Telegraaf, écrit un article racontant qu'un membre connu de la Mocro Maffia du nom de Ridouan Taghi, ainsi que son bras-droit Saïd Razzouki et le reste du grand réseau, pourraient se retrouver implantés au Mexique. Le lendemain matin, le vers h du matin, le siège social est pris pour cible par un attentat à la voiture bélier. L'auteur cogne violemment sa Volkswagen Caddy contre le bâtiment du média néerlandais avant de mettre le feu à la camionnette[248]. Le jour même de l'attentat, l'enquête révèle qu'il s'agissait sans aucun doute des bandes criminelles marocaines implantées à Amsterdam. Le journaliste John van den Heuvel déclare : « Ridouan T. est le criminel le plus recherché des Pays-Bas. Le lendemain matin de l'article, le siège social de De Telegraaf sera encore pris pour cible. À chaque fois que l'on écrit ou que l'on dit quelque chose sur lui, il y a des conséquences comme des attentats, des liquidations ou des menaces. Même quand les rédacteurs écrivent leur article à propos d'eux, ils prennent entre autres une grande prise de risque, pouvant entraîner l'affaire à la mort. »

Le lendemain, la rédaction de De Telegraaf mettra sur la Une de la page une illustration où il est écrit : « Nous ne demeurerons jamais silencieux ! »[249]. Le , la justice néerlandaise prendra la décision de sécuriser tous les médias néerlandais en mettant en place un grand périmètre de sécurité, des patrouilles tard le soir ainsi que de nouvelles caméras de surveillance autour de chaque siège social de médias pour éviter une nouvelle attaque.

En 2019, le journaliste John van den Heuvel du journal De Telegraaf est enlevé et mis dans le coffre d'une voiture avant d'être attaché et torturé dans un appartement à Amsterdam. Il est libéré grâce à son collègue journaliste Bas van Hout qui paye une énorme rançon aux criminels qui étaient à ce moment tous cagoulés[250].

Série d'explosions à la grenade à Anvers[modifier | modifier le code]

Borgerhout, lieu à Anvers où l'on compte le plus d'explosions à la grenade.
« L'Europe entière porte une image d'Anvers comme étant le lieu principal des réseaux tel que Sodom ou Gomorra. Tous les Anversois attendent de voir des arrestations. Nous avons donné tous les moyens à la Kali-team pour effectuer un bon travail concernant la Mocro-oorlog. »

Bart De Wever, bourgmestre d'Anvers[251].

En 2019, une longue série d'explosions à la grenade fait son apparition dans plusieurs districts d'Anvers[252]. À la suite de recherches effectuées par les enquêteurs belges de la police fédérale, plusieurs noms ayant des rapports avec les réseaux marocains font leur apparition dans le système[253]. Les trafiquants belgo-marocains utilisent vaguement des grenades explosives pour faire passer un message de menace auprès de l'entourage d'une famille marocaine dans le trafic de cocaïne[254]. Les explosions ont souvent lieu dans des commerces ou des véhicules[255].

Les clans The Turtles et De Mixers sont les principaux réseaux de la Mocro-maffia qui contrôlent le trafic de cocaïne à Anvers[256]. À la suite de ces problèmes difficilement gérables à cause d'une omerta discrète, la police belge décide d'investir 600 000 euros, mettant en place le service Kali-team qui a pour but de combattre la Mocro-maffia à Anvers[257]. Composé de 35 agents locaux et 40 agents de la police fédérale, le nombre d'explosions à la grenade n'a fait qu'augmenter[258]. En fin d'année 2019, le nom de Gabriel Chérif (surnommé Lange Vingers) fait pour la première fois son apparition dans les médias belges[259]. Le baron de la drogue serait au cœur d'une énorme polémique dans le milieu anversois. Il est actuellement en fuite[260].

Lutte contre la Mocro-maffia[modifier | modifier le code]

  • Procès Marengo : procès juridique de la police fédérale néerlandaise ayant pour but de démanteler le réseau de Ridouan Taghi[261].
  • Kali-team : organisation policière belge ayant pour but de traquer les trafiquants qui opèrent autour des conteneurs du port d'Anvers pour la récupération de drogues[262].
  • Opération Sky : opération de cyberpolice menée par la justice belge et néerlandaise ayant pour but de démanteler le réseau The Turtles à l'aide de messages PGP au sein du réseau de communication Sky ECC[263].

« En matière de trafic de stupéfiants, nous disposons d’une base de données internationale grâce aux renseignements fournis par nos partenaires étrangers. Chaque fois qu’il y a un problème lié au trafic de drogue ou au terrorisme, qui concerne un ressortissant marocain ou d’origine marocaine, nous sommes avisés pour mener nos propres enquêtes au Maroc. À partir de là, toutes les personnes impliquées directement ou qui font l’objet de recherche ou d’avis de diffusion par Interpol sont de facto dans notre radar. Si la Mocro Maffia existe, il est faux de prétendre que le trafic de drogue est uniquement tenu par des individus originaires du Maroc car ces mafias sont cosmopolites et d’essence internationale[264]. »

— Abdelhak Khiame, directeur général du BCIJ, le 5 janvier 2019 dans une interview.

Réactions politiques[modifier | modifier le code]

Geert Wilders évoque la mafia marocaine dans la chambre basse du parlement néerlandais en 2019.

Durant les années 2010, la mafia marocaine fait également parler d'elle dans la politique néerlandaise et belge. Le système néerlandais a démasqué plusieurs politiciens qui auraient des relations avec les plus grands barons de la drogue, notamment Ridouan Taghi ou encore Saïd Razzouki[265]. Après l'assassinat de Derk Wiersum, avocat ayant des informations sur Ridouan Taghi, Geert Wilders a fait part de son mécontentement dans la chambre basse du Parlement néerlandais[266] :

« Nous ne sommes plus patrons dans notre pays et il n'y a plus d'autorité. Le désordre, la violence, la terreur, c'est ce qui touche Amsterdam et plusieurs autres endroits du pays. Un avocat brutalement assassiné, le frère d'un témoin-clé tué, un attentat au lance-roquette contre nos médias, des grenades qui explosent dans nos rues, des têtes décapitées devant nos coffee-shops. La mafia marocaine est devenue la patronne dans ce pays. Et elle devient chaque jour plus forte et plus violente. Tout le monde dans la rue en a marre de la présence des Marocains. Cette mafia à Amsterdam ne vient pas de Norvège, elle vient du Maroc. Ne me contredites pas quand je vous dis que les Pays-Bas ont un problème de Marocains[267]. »

— Geert Wilders, dirigeant du Parti pour la liberté (PVV), le 19 septembre 2019 au parlement national des Pays-Bas, après l'assassinat de Derk Wiersum.

 

« Je suis d'accord avec Wilders s'il dit qu'il y a un problème de mafia marocaine aux Pays-Bas. Je suis également d'accord avec lui s'il dit que les Marocains sont majoritairement présents dans les listes des criminels aux Pays-Bas. Mais je me demande ce que vous insinuez avec “un problème de Marocains aux Pays-Bas”. Les autres Marocains qui sont droits dans leurs bottes, qui entendent de leurs oreilles “un problème de Marocains”, ça peut les toucher très profondément. Personnellement, en tant que libéral, en tant que membre de cette société démocrate, je trouve qu'on doit juger via les comportements individuels et pas via le groupe ethnique auquel ils font partie. Chaque Marocain qui veut construire un avenir aux Pays-Bas en suivant notre système, a totalement son droit. »

— Réponse du premier ministre néerlandais Mark Rutte à Geert Wilders, le 19 septembre 2019 au parlement national des Pays-Bas.

« J'ai beaucoup de personnes qui viennent se plaindre chez moi en me disant qu'ils voient beaucoup de Marocains traîner dans les ruelles avec un gilet pare-balles en dessous de leur veste. Ce sont sans doute des hommes qui ont des relations avec la Mocro-Maffia. On ne doit pas prendre en compte les menaces de mort. Cela ne changera rien. Ces hommes peuvent apparaître à n'importe quel moment et vous tirer dessus. C'est inévitable[268]. »

— Jos van Gennip (nl), Ministre des affaires étrangères, après l'assassinat de Reduan Bakkali.

« Bien sûr, les Pays-Bas ne sont pas encore au même niveau que le Mexique. Nous n'avons pas 14 400 assassinats. Mais si vous regardez l'infrastructure, le montant d'argent récolté par le crime organisé, l'économie noire ... Oui, nous avons un narco-état[269]. »

— Jan Struijs (nl), président du plus grand syndicat de police des Pays-Bas, après l'assassinat de Derk Wiersum.

John van den Heuvel est la cible de Ridouan Taghi à la suite d'une déclaration en direct à la télévision.

Face à la Mocro-maffia et Ridouan Taghi, le journaliste des affaires criminelles John van den Heuvel, est également évoqué dans les organisations de la Mocro-maffia à la suite de ses nombreuses déclarations sur la mafia marocaine aux Pays-Bas[270]. En juin 2018, un attentat à la voiture bélier a lieu au siège social de De Telegraaf[271]. Ayant lui-même travaillé dans ce média, il livre son avis personnel à la télévision néerlandaise en évoquant le nom du criminel au micro de ce même média :

« Ridouan Taghi est le criminel le plus recherché des Pays-Bas. À chaque fois que l'on dit ou que l'on écrit quelque chose sur lui, il y a des conséquences, des attentats et des menaces. Au moment où tu es journaliste et que t'écris sur lui, tu prends des risques de te faire assassiner[272]. »

— John van den Heuvel, le 26 juin 2018 après l'attentat commis sur le siège social de De Telegraaf

À la suite de cette déclaration osée, des tirs de kalachnikovs visent son domicile en novembre 2018[273]. La police retrouve au domicile de l'auteur Yassine A. un lance-roquette prêt à être déchargé contre le domicile de John van den Heuvel[274]. Il décline pour cette raison son émission à laquelle il devait participer en tant que présentateur sur RTL Boulevard. Un an plus tard, il reçoit des messages de la part de Ridouan Taghi, en fuite, le prévenant qu'il figure sur sa liste noire. Une énorme prime est placée sur la tête de John van den Heuvel. La justice néerlandaise suspecte le club de motard No Surrender de passer à l'attaque sous commande de Ridouan Taghi. En décembre 2019, Ridouan Taghi est arrêté à Dubaï. John van den Heuvel livre à nouveau une déclaration :

« Je suis tellement soulagé. J'ai même du mal à y croire. Il y a exactement deux ans, on m'a obligé à me sécuriser au maximum suite à des menaces. Depuis, je n'ai jamais marché tout seul dans la rue. C'était lourd. Heureusement, je pouvais quand même faire mon travail. Çà a été un moment difficile dans ma carrière. Quant tu entends une telle nouvelle, c'est un soulagement incroyable[275]. »

— Journaliste John van den Heuvel, le 16 décembre 2019 après l'arrestation de Taghi à Dubaï.

En 2017, l'écrivain Raf Sauviller publie son ouvrage Borgerokko Maffia, distribué dans toutes les bibliothèques de Flandre (Belgique) et des Pays-Bas. Dans son ouvrage, il évoque la corruption dans les douanes du port d'Anvers et chez les agents de police. Selon une recherche effectuée en 2018, la commune de Borgerhout à Anvers aurait une économie majoritairement illégale à cause des revenus des bandes de la Mocro Maffia. Questionné par le quotidien De Morgen sur ce livre, le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever avoue avoir du mal à intercepter les grands noms de la mafia à Anvers[276]. Il déclare également :

« La Mocro-maffia sait facilement s'infiltrer dans la politique belge. Ils font plus de dégâts que la drogue en elle-même. Je trouve ça injuste pour les chefs de partis politiques qui voient leur parti dégringoler. Je préfère déjà les prévenir que mon parti politique ne sera potentiellement pas collaborateur. Ces organisations se contentent d'un chiffre d'affaires hallucinant pouvant figurer parmi les plus riches au Maroc. Nous avons créé cette semaine la Kali-team. L'équipe est composée de 40 agents pour combattre la Mocro-maffia dans le port[277]. »

— Bourgmestre d'Anvers Bart De Wever, le 3 septembre 2018

Peines de mort[modifier | modifier le code]

Liste de criminels Mocro-maffia condamnés à mort[278]
Nom Nationalité(s) Affaire Prison
Shardyone Ulises Girigorio Semerel condamné en 2019
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Surinamais
Fusillade de Marrakech en 2017
Décès : Hamza Chaib
Prison de Salé
Edwin Gabriel Robles Martínez condamné en 2019
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Dominicain
Fusillade de Marrakech en 2017
Décès : Hamza Chaib
Prison de Salé

Condamnations à perpétuité[modifier | modifier le code]

Liste de criminels Mocro-maffia condamnés à la prison à vie
Nom Nationalité(s) Affaire Prison
Anouar B. condamné en 2018
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Marocain
Fusillade de Marrakech en 2017
Décès : Hamza Chaib
Complexe pénitentiaire de Loudaya
Naoufal Fassih condamné en 2019
(Chef de son propre réseau)
Néerlandais
Marocain
Multiples assassinats dont Samir Bouyakhrichan en 2014 Prison Wheatfield
Omar Lkhorf condamné en 2019
(Membre de l'organisation Benaouf Adaoui)
Néerlandais
Marocain
Multiples assassinats dont Gwenette Martha en 2014 Extra Beveiligde Inrichting
Hicham Marrabou condamné en 2019
(Membre de l'organisation Benaouf Adaoui)
Néerlandais
Marocain
Multiples assassinats dont Eaneas Lomp Prison de Zutphen
Anouar Benhadi condamné en 2021
(Membre de l'organisation Gwenette Martha)
Néerlandais
Marocain
Fusillade de Staatsliedenbuurt en 2012
Décès : Youssef Lkhorf et Saïd El Yazidi
Extra Beveiligde Inrichting
Adil Abouchdak condamné en 2021
(Membre de l'organisation Gwenette Martha)
Néerlandais
Marocain
Fusillade de Staatsliedenbuurt en 2012
Décès : Youssef Lkhorf et Saïd El Yazidi
Extra Beveiligde Inrichting
Iliass K. condamné en 2021
(Membre de l'organisation Gwenette Martha)
Néerlandais
Marocain
Trois assassinats
Décès : Alex Gillis, Stefan Regalo Eggermont et Massod Amin Hosseini
Extra Beveiligde Inrichting
Ridouan Taghi condamné en 2022
(Chef de son propre réseau)
Néerlandais
Marocain
Multiples assassinats dont Derk Wiersum et Martin Kok Extra Beveiligde Inrichting
Saïd Razzouki condamné en 2022
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Marocain
Multiples assassinats dont Derk Wiersum et Martin Kok Prison de La Modelo (fév. 2020 - déc.2021)
Extra Beveiligde Inrichting (depuis déc.2021)
Mohammed Razzouki condamné en 2022
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Marocain
Contrats d'assassinats Extra Beveiligde Inrichting
Achraf B. condamné en 2022
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Marocain
Assassinats Extra Beveiligde Inrichting
Mario R. condamné en 2022
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Surinamien
Assassinats Prison du CPI Paramaribo (mai 2020)
Extra Beveiligde Inrichting (depuis mai 2021)
Delano R. condamné en 2022
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Surinamien
Multiples assassinats sous Caloh Wagoh Extra Beveiligde Inrichting
Feno D. condamné en 2022
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Surinamien
Multiples assassinats sous Caloh Wagoh Extra Beveiligde Inrichting
Jermaine B. condamné en 2022
(Membre de l'organisation Ridouan Taghi)
Néerlandais
Surinamien
Multiples assassinats sous Caloh Wagoh Extra Beveiligde Inrichting

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Les assassinats de la Mocro-maffia constituent un tournant du journalisme criminel[279]. Même si la Mocro-maffia n'est pas le premier phénomène criminel aux Pays-Bas, c'est le premier à recevoir une couverture médiatique à la fois internationale et intensive[280]. Les réformes fiscales virtuelles néerlandaises des années 2010 favorisèrent l'émergence de médias écrits peu coûteux, qui pouvaient donc être largement diffusés et relayés. Ces diffusions furent les précurseurs d'une tendance qui prit de l'ampleur après l'assassinat du journaliste Martin Kok en 2016. Un journal, De Telegraaf, profita largement de l'engouement du public pour la guerre criminelle qui a lieu dans sa capitale, qui reçut ainsi une couverture médiatique sans précédent.

Après les attentats commis contre De Telegraaf et Panorama en 2017, fin juin, l'avocate Christien Wildeman déclare au quotidien De Telegraaf : « L'impact est pesant vis-à-vis des rédacteurs, du journalisme et de la société, mais nous ne demeurerons jamais silencieux. Près de mille personnes travaillent dans le siège social. Nous sommes loin d'ignorer leur sentiment d'insécurité dans leur lieu de travail. Notre démocratie de droits sociaux se trouve dans une pression insupportable, et nous devons tous la combattre, ensemble. De ces attentats, nous avons appris beaucoup de choses, notamment qu'on doit toujours rester vigilants »[281]. Pendant que certains médias néerlandais décident de censurer leur nom et prénom dans les articles publiés quotidiennement, De Telegraaf, lui, ne cède pas à la panique, encore moins aux censures. John van den Heuvel, un journaliste néerlandais ayant précédemment écrit pour De Telegraaf est pris pour cible quelques jours plus tard à son domicile. Après l'arrestation du commanditaire de ces deux attentats, il déclare : « Je suis tellement soulagé. Il y a exactement deux ans, on m'a obligé à me sécuriser au maximum suite à des menaces. Depuis, je n'ai jamais marché tout seul dans la rue. C'était lourd ».

« Amsterdam c'est pire que Naples. Si vous me demandez quel est l'endroit le plus corrompu que j'ai visité dans ma vie, ma réponse ne sera ni Naples, ni Lagos mais Londres et Amsterdam. Je ne parle pas au niveau de la corruption de rue. Chez vous (Pays-Bas), ce ne sont pas les politiciens ni les agents qui sont corrompus mais le système. Plus particulièrement votre système financier. Il est vrai que la criminalité de rue aux Pays-Bas est dominée par les Marocains et les Serbes, mais il ne faut pas se tromper : le blanchiment est Néerlandais. Le système financier néerlandais propose une certaine ombre fiscale dans laquelle les criminels peuvent prospérer. Amsterdam est beaucoup plus importante que Naples. Des clans du monde entier y sont présents, car les Pays-Bas sont l'un des ports de transit les plus importants. Ils savent tous : qui possède les Pays-Bas possède l'une des artères du marché mondial de la drogue. En outre, vous continuez de prétendre que ce type de flambée de violence est à blâmer pour les Marocains qui se trouvent être très actifs aux Pays-Bas. Mais ça ne marche pas comme ça. Ils sont tous actifs ici parce que le système néerlandais leur est si bénéfique. Ils sont ici parce que vous leur permettez[282]. »

— Roberto Saviano, auteur du roman Gomorra, en septembre 2019 dans une interview avec De Volkskrant.

Au fil des années 2010, les médias étrangers reprennent également l'appellation Mocro Maffia, notamment en Belgique[283], en Allemagne[284], en Espagne, en Italie[285], au Danemark[286], en Tchéquie[287], en Grèce[288], en Hongrie[289], en Slovaquie[290], en Ukraine[291], en Israël[292], en Roumanie[293], au Brésil[294],[295], en Colombie, au Pérou[296], au Chili[297], au Maroc ainsi qu'en Grande-Bretagne où le média BBC estime que les Pays-Bas est en passe de devenir un état de narco-trafiquant[298]. Cependant, en France, le sujet reste dans l'ombre et est rarement évoqué.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • « Violences urbaines et trafic de drogue au Mexique, aux Pays-Bas et en Suède », France Info,‎ (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Joyce Azar, « Le drame social derrière le trafic de cocaïne à Anvers », RTBF,‎ (lire en ligne)
  • Stéphane Joahny, « Anvers, capitale européenne de la coke », Le JDD,‎ (lire en ligne)
  • Gilbert Dupont, « Un dirigeant de la Mocro Mafia, le nouveau crime organisé marocain, vit actuellement en Belgique! », La Dernière Heure,‎ (lire en ligne)
  • Samir El Ouardighi, « Trafic d'ecstasy: La Mocro Maffia revient à ses origines et cible le Maroc », Médias 24,‎ (lire en ligne)
  • Samira Sitail, « Mocro-maffia : Récompense pour l’arrestation des suspects de l’attaque du café La Crème », 2M,‎ (lire en ligne)
  • Christian Vandermeulen, « Tout sur les mafias en Belgique: voici où elles sévissent (carte) », Lacapitale.be,‎ (lire en ligne)
  • Eric Steffens, « De Wever : les Pays-Bas ont une dette envers l’Europe en matière de trafic de drogue », VRT,‎ (lire en ligne)
  • Malik Hadrich, « La mocro-maffia a encore tué: un avocat abattu en pleine rue à Amsterdam », 7sur7,‎ (lire en ligne)
  • Nicolas Gillard, « Mafia marocaine: ce que l'on sait sur son implantation en Belgique », RTBF,‎ (lire en ligne)
  • Jean-Pierre Stroobants, « Meurtres, attentats et décapitation : la sanglante guerre entre trafiquants de coke aux Pays-Bas », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • Harrold Nottet, « Anvers dépassée par les trafiquants et leur violence », Moustique.be,‎ (lire en ligne)
  • Anne Rovan, « Pays-Bas: Mark Rutte dans le viseur de la «Mocro Maffia» », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Thomas Saintourens, « Derrière les menaces d’attentat contre Mark Rutte, premier ministre néerlandais, l’ombre de la « Mocro Maffia » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • David Gormezano, « La "Mocro Maffia", ces narcotrafiquants qui distillent la peur aux Pays-Bas », France 24,‎ (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « 'Mocro war', la guerra entre bandas marroquíes que conmociona a Ámsterdam », sur elconfidencial.com, (consulté le ).
  2. (es) « "Mocro war": La guerra de mafias donde participó "El Rico" que aterroriza por sus brutales crímenes », sur 24Horas.cl, (consulté le ).
  3. (nl) « Antwerpen nieuwe draaischijf Mocromaffia », sur De Tijd, (consulté le ).
  4. (nl-BE) Patrick Lefelon, « "Mocro-maffia neemt Borgerhout over" », sur hln.be (consulté le ).
  5. (nl) « Kinahan Cartel wilde kopstuk Mocro-maffia helpen ontsnappen in Ierland », sur Blik op nieuws, (consulté le ).
  6. (es) « Países Bajos-Costa del Sol-Marruecos: así domina la mafia holandesa el narco europeo », sur elcïonfidencial.com, (consulté le ).
  7. (nl) Redactie Panorama, « Marokkaanse godfathers: hoe de Mocro Maffia de Nederlandse drugshandel overneemt », sur panorama.nl, (consulté le ).
  8. (nl) Redactie Panorama, « ‘Zwijgrecht? Hahaha, welkom in Marokko!’ », sur panorama.nl, (consulté le ).
  9. (nl) Patrick Lefelon, « Na arrestatie kopstuk Nederlandse Mocro-maffia: Antwerps gerecht wil nu ook in Dubai achter drugsverdachten aan », sur pzc.nl (consulté le ).
  10. (nl) « ‘Nederlandse leider van ‘Europa’s meest actieve cocaïnebende’ verstopt zich in Dubai’ », sur ad.nl (consulté le ).
  11. (nl-BE) « Kopstuk Mocro-maffia opgepakt in Colombia », sur De Standaard (consulté le ).
  12. (nl) « Verdachten ’Mocro-maffia’ gepakt in Suriname », sur Telegraaf, (consulté le ).
  13. https://tpo.nl/2020/09/17/waarom-is-de-mocromaffia-zo-sterk-vanwege-ernstige-corruptie-bij-de-politie/
  14. (nl) Vugts Paul, « ‘Noffel’ krijgt levenslang voor aansturen liquidatie Ali Motamed », sur ad.nl (consulté le ).
  15. (nl) « Saïd Razzouki opgepakt in Colombia », sur crimesite.nl (consulté le ).
  16. (es) « Uno de los narcotraficantes más buscados en Holanda cayó en Sabaneta, Antioquia », sur Noticias Caracol, (consulté le ).
  17. (nl) « Werkt Ridouan Taghi samen met deze drugshandelaren? », sur parool.nl (consulté le ).
  18. (en) Conlon Owen, « Dutch baron Daniel Kinahan arrested Dubai extradited Netherlands », sur thesun.ie (consulté le ).
  19. « Oorlog » et « war » signifient « guerre », respectivement en néerlandais et en anglais.
  20. (nl) Naïm Derbali, « Hoe het woord 'Mocro' zijn onschuld verloor », sur Trouw, (consulté le ).
  21. (nl) Önder Kaya, « Marokkaanse Nederlanders zijn grootste slachtoffers van mocromaffia », sur de Volkskrant, (consulté le ).
  22. (nl) Redactie Spraakmakers, « 'De term mocromaffia is stigmatiserend' », sur NPO Radio 1 (consulté le ).
  23. (en-GB) Anna Holligan, « What is the 'Mocro Mafia'? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. (nl-BE) VRT NWS, « De mocromaffia in Amsterdam: wie zijn ze? En staan ze bekend voor liquidaties? 5 vragen en antwoorden », sur vrtnws.be, (consulté le ).
  25. (es) « 'Mocro war', la guerra entre bandas marroquíes que conmociona a Ámsterdam », sur El Confidencial, (consulté le ).
  26. (nl) Commissaris Media, « De mocro-oorlog », sur Criminologie In Actie, (consulté le ).
  27. (nl) Jonas Naeyaert, « "Borgerokko Maffia": Waarschuwing De Wever niet uit lucht gegrepen », sur SCEPTR, (consulté le ).
  28. (nl-BE) Patrick Lefelon, « Borgerokko Maffia: zo verstrengeld is de Marokkaanse drugsmisdaad in Antwerpen », sur hln.be (consulté le ).
  29. (nl-BE) « ‘Borgerokko Maffia’: een ontluisterend verhaal over geld en drugs in Borgerhout », sur nieuwsblad.be (consulté le ).
  30. Stéphane Detaille, « En 1964, la Belgique est inconnue au Maroc », sur Le Soir (consulté le ).
  31. admin, « Chômeurs et entrepreneurs aux Pays bas », sur economia.ma, (consulté le ).
  32. « Hollandais du Rif et d’ailleurs – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le ).
  33. Le Courrier de l'Atlas : Yassir GUELZIM, « SIEL 2018 : L'immigration marocaine aux Pays-Bas | Courrier de l'Atlas », sur lecourrierdelatlas.com (consulté le ).
  34. (nl) Lodewijk Dros, « Samenleven in de hel van Bos en Lommer », sur Trouw, (consulté le ).
  35. Pierre Vermeren, « Pour que le Maroc en finisse avec le kif du Rif », sur Libération.fr, (consulté le ).
  36. La Libre.be, « La Belgique et le Maroc collaborent pour saisir les biens des trafiquants de drogue », sur lalibre.be, (consulté le ).
  37. (nl) « MocroMaffia wint DRUGSOORLOG Amsterdam », sur geenstijl.nl (consulté le ).
  38. Maxime Czupryk, « Anvers, plaque tournante du trafic de cocaïne », sur 7sur7.be (consulté le ).
  39. Pierre Vermeren, Comment la Belgique est devenue le sanctuaire du désastre, lefigaro.fr, 16 novembre 2015
  40. (nl) « Marokkaanse criminaliteit blijft probleem », sur Vlaams Belang, (consulté le ).
  41. (nl) Teunis Dokter, « Het Marokkanenprobleem: 1 op de 50 personen Marokkaans, maar in de gevangenis 1 op de 7 », sur De Dagelijkse Standaard, (consulté le ).
  42. (nl) « Bewoners vooral ontevreden over mate van menging in Westelijke Tuinsteden | NUL20 », sur nul20.nl (consulté le ).
  43. (nl) « Jongeren Diamantbuurt zwaar crimineel », sur Het Parool, (consulté le ).
  44. (nl) « Longread: zo werd de Mocro Maffia de baas in Amsterdam », sur revu.nl, (consulté le ).
  45. (en) « Annual Report 2004 », sur Europol (consulté le ).
  46. (nl) Erik Brouwer, « Mocro maffia in De Pijp », sur revu.nl, (consulté le ).
  47. (nl) Erik Brouwer, « Reconstructie: zo werd Gwenette Martha een kopstuk van de Mocro Maffia », sur revu.nl, (consulté le ).
  48. (nl-BE) « Liquidaties Amsterdam: link met moord Crowne Plaza », sur Gazet van Antwerpen (consulté le ).
  49. (nl) « Gwenette Martha: hoe een Ajax-voetballer zware crimineel werd - Elsevier Weekblad », sur Elsevierweekblad.nl, (consulté le ).
  50. (nl) « Marteling niet ongewoon in onderwereld: in knieën boren, dreigen met rottweiler en zout in eigen wonden smeren », sur bd.nl (consulté le ).
  51. (nl) crimebeheer, « Medeverdachte vrijuit in zaak Paul Epskamp », sur Crimesite, (consulté le ).
  52. (nl) Paul Vugts, De strijd tegen de Amsterdamse onderwereld, Nieuw Amsterdam, (ISBN 978-90-468-1071-2, lire en ligne).
  53. (nl) « De favorieten van Paul: ‘Dat Woerden zoveel water heeft, is echt een uitkomst’ », sur indebuurt Woerden, (consulté le ).
  54. (nl) « Gruweldood van Paul Epskamp: het Europese Hof grijpt in », sur Misdaadjournalist Hendrik Jan Korterink, (consulté le ).
  55. (nl) « Paul Epskamp: the last seven days », sur Misdaadjournalist Hendrik Jan Korterink, (consulté le ).
  56. (nl-BE) « Hoger beroep verdachte moord op Epskamp overnieuw: wie doodde in 2005 Schagenaar? », sur noordhollandsdagblad.nl (consulté le ).
  57. (nl) « Fayrouz komt veel voor in politiedossiers: 'Dé stamkroeg van Mocro Maffia' », sur at5.nl (consulté le ).
  58. (nl) « Einde Mocro-oorlog nog niet in zicht », sur nos.nl (consulté le ).
  59. (nl) Maarten van Dun en Paul Vugts, « Voetbalclub 't Knooppunt was een speeltje van criminelen », sur Het Parool, (consulté le ).
  60. (nl) Paul Vugts en Maarten van Dun, « Crimineel Marchano Pocorni doodgeschoten in Suriname », sur Het Parool, (consulté le ).
  61. (nl) « Marchano Pocorni in Suriname geliquideerd », sur moordatlas.nl (consulté le ).
  62. (nl) Paul Vugts, « Justitie: Vermoorde crimineel Eaneas Lomp werd in de val gelokt door vriend », sur Het Parool, (consulté le ).
  63. (nl) Paul Vugts, « Rechtbank: ‘Wie deze berichten typte, heeft Chahid Yakhlaf vermoord’ », sur Het Parool, (consulté le ).
  64. (nl) , « 'Yakhlaf betrokken bij moorden Staatsliedenbuurt' », sur Crimesite, (consulté le ).
  65. (nl) Paul Vugts, « Amsterdamse zware crimineel Naoufal F. gearresteerd in Dublin », sur Het Parool, (consulté le ).
  66. (nl) « Gaf Iran de Mocro-maffia opdracht voor de moord op Ali Motamed? » (consulté le ).
  67. (nl) Paul Vugts, « ‘Noffel’ krijgt levenslang voor aansturen liquidatie Ali Motamed », sur Het Parool, (consulté le ).
  68. (nl) Maarten van Dun en Paul Vugts, « Gemeente verbiedt 'criminele' zaalvoetbalclub 't Knooppunt », sur Het Parool, (consulté le ).
  69. (de) « „Mocro-Krieg“ in Amsterdams Unterwelt », sur tagesspiegel.de (consulté le ).
  70. Le Miraculé, « Anderlecht : Grand criminel présumé et… policier, Adil El M. est toujours employé à la mairie, où il est censé sensibiliser le public sur… la criminalité », sur La Cour des Miracles, (consulté le ).
  71. (nl) « 322 kilo cocaïne kwijtspelen? Dat pikt een drugsbaron niet », sur hln.be (consulté le ).
  72. DH Les Sports+, « Grand criminel présumé et… gardien de la paix à Anderlecht: Adil El Manti écarté », sur dhnet.be, (consulté le ).
  73. (nl-BE) « Gangsters zien in beroep straf gehalveerd voor ontvoeringen in drugsmilieu », sur hln.be (consulté le ).
  74. (nl) « Slachtoffer onthoofding Amsterdamse shishalounge mogelijk dagenlang gemarteld », sur De Dagelijkse Standaard, (consulté le ).
  75. (nl) « 't Knooppunt zonder te spelen Nederlands kampioen zaalvoetbal », sur knvb.nl (consulté le ).
  76. (nl) « De jaren ‘10: tijdperk van Mocromaffia, pillenboeren en Brabantse burgemeesters als crimefighters », sur bndestem.nl (consulté le ).
  77. (nl) Paul Vugts, « Levenslang voor liquidaties Lomp en Yakhlaf », sur Het Parool, (consulté le ).
  78. (nl) Niels Klaassen, « Wie is Omar Lkhorf, die uit de gevangenis wilde ontsnappen? », sur Het Parool, (consulté le ).
  79. (nl) « 'Wie praat, die gaat' : hoe Ridouan Taghi's jeugdbende uitgroeide tot moordploeg », sur parool.nl (consulté le ).
  80. (nl) « Mocro-oorlog in Utrecht », sur panorama.nl, (consulté le ).
  81. (nl) « ‘Iraanse geheime dienst helpt Ridouan Taghi’ », sur nrc.nl (consulté le ).
  82. (nl) « KNVB stopt zaalvoetbalteam 't Knooppunt na misbruik crimineel geld », sur Sportnieuws, (consulté le ).
  83. (nl) « ’Mocro-maffia’ oorlog MOET stoppen », sur Telegraaf, (consulté le ).
  84. (nl) Wil Thijssen, « De 'Mocro War': een aaneenschakeling van 'nieuwe dieptepunten' en 'eerste keren' », sur de Volkskrant, (consulté le ).
  85. (nl) « Utrechtse 'bommenlegger' Hamza Ziani geliquideerd in Torremolinos », sur panorama.nl, (consulté le ).
  86. (nl) Jonas Naeyaert, « Mocromaffia blaast auto zus vermoorde gangster op », sur SCEPTR, (consulté le ).
  87. (nl) « Dit is Kish, het eiland waar Ridouan Taghi zich mogelijk schuil houdt », sur panorama.nl, (consulté le ).
  88. (ar) « اعتقال أحد زعماء أخطر عصابة مافيا مغربية بهولندا بعد تورطه في اغتيال محام معروف », sur akhbarona.com (consulté le ).
  89. (nl) « Kaalslag binnen ’Mocro-maffia’ », sur Telegraaf, (consulté le ).
  90. (nl) « Razzouki en Taghi in de cel: wat betekent dit voor de ’Mocro-maffia’? », sur Telegraaf, (consulté le ).
  91. (nl) Jonas Naeyaert, « Superkartel met mocro-topcrimineel beheert van Dubai cocaïne-markt », sur SCEPTR, (consulté le ).
  92. (nl) cr, « Amsterdamse crimineel Khalid J. opgepakt in Dubai », sur Crimesite, (consulté le ).
  93. (nl) « 'Ontsnapping mocro maffia-Omar L. leek wel Hollywood-film' », sur RTL Boulevard, (consulté le ).
  94. (nl-BE) « Ontsnappingspoging van kopstuk Mocro-maffia uit Nederlandse gevangenis verijdeld: vier mannen opgepakt », sur hln.be (consulté le ).
  95. (nl) « Niet te filmen! Mislukte ontsnappingspoging kopstuk ’Mocro-maffia’ verijdeld », sur De Dagelijkse Standaard, (consulté le ).
  96. (nl) Niels Klaassen, « Wie is Omar Lkhorf, die uit de gevangenis wilde ontsnappen? », sur Het Parool, (consulté le ).
  97. (de) « Boss der „Mocro Maffia“ sollte aus Gefängnis befreit werden », sur nrz.de, (consulté le ).
  98. (nl) cr, « OM eist 4,5 jaar cel voor mislukte bevrijdingspoging Omar L. (UPDATE) », sur Crimesite, (consulté le ).
  99. (es) Nelson Ricardo Matta Colorado, « Así fue la cacería secreta del mafioso holandés detenido en Sabaneta », sur elcolombiano.com, (consulté le ).
  100. (es) Pulzo et Pulzo.com, « Capo holandés obligó a la Policía a aplicar el mismo método que se usó con Pablo Escobar », sur pulzo.com (consulté le ).
  101. (en) Adry Torres, « Moment Colombian cops capture fugitive Dutch narco », sur Mail Online, (consulté le ).
  102. (nl) « Razzouki en Taghi in de cel: wat betekent dit voor de ’Mocro-maffia’? », sur Telegraaf, (consulté le ).
  103. (es) « El más buscado por Holanda, detenido con método que atraparon a Pablo Escobar », sur La Vanguardia, (consulté le ).
  104. (nl) « Advocaat Khalid Kasem beschuldigd van lekken informatie naar organisatie Ridouan T. – Crime Nieuws », (consulté le ).
  105. (nl) « Was Khalid Kasem de ’spion’ van Ridouan Taghi? », sur Telegraaf, (consulté le ).
  106. (nl) « Peter R. de Vries vertrouwenspersoon van Nabil B.? Dit zijn de gevolgen », sur Telegraaf, (consulté le ).
  107. (nl) « Peter R. de Vries vertrouwensman kroongetuige Marengo-zaak, OM niet akkoord », sur nos.nl (consulté le ).
  108. (nl) « Advocaat Peter Schouten gaat kroongetuige Nabil B. verdedigen in megazaak rond Ridouan Taghi », sur Omroep Brabant, (consulté le ).
  109. (nl-BE) « Financiële man achter drugsbaron Ridouan Taghi opgepakt in Dubai », sur hln.be (consulté le ).
  110. (en) Henry Martin, « The Costa Connection: Swedish crime gang linked to Battersea murder », sur Mail Online, (consulté le ).
  111. « Le baron de la drogue anversois Nordin E.H. arrêté à Dubaï », sur Le Soir, (consulté le ).
  112. (nl-BE) « Antwerpse drugsbaron opgepakt in Dubai », sur hln.be (consulté le ).
  113. (nl) , « 'Kopstuk Antwerpse onderwereld aangehouden in Dubai' (UPDATE) », sur Crimesite, (consulté le ).
  114. (nl-BE) « Kopstuk van Antwerpse drugsmaffia opgepakt in Dubai », sur Gazet van Antwerpen (consulté le ).
  115. https://www.gva.be/cnt/dmf20200825_91614174/opnieuw-aanslag-in-deurne-schoten-afgevuurd-in-de-gryspeerstraat
  116. (nl) « Nieuwe cocaïnevangst in Spanje: 'Rol Nederlandse drugscriminelen in Galicië is groter dan ooit' », sur bndestem.nl (consulté le )
  117. (nl) « Nieuwe cocaïnevangst in Spanje: ‘Rol Nederlandse drugscriminelen in Galicië is groter dan ooit’ », sur ad.nl (consulté le )
  118. (es) « El líder de la banda de narcos holandeses desbaratada en Galicia se oculta en Dubái », sur La Voz de Galicia, (consulté le )
  119. (nl) , « ‘Leider Nederlandse drugsorganisatie verblijft in Dubai’ », sur Crimesite, (consulté le )
  120. (nl) « Doodgeschoten man in Amsterdam blijkt Omar Essalih », sur Telegraaf, (consulté le ).
  121. (ar) « رصاص "المافيا" يودي بحياة مغربي على "قائمة الموت" في هولندا », sur Hespress (consulté le ).
  122. (nl) cr, « Crimineel Omar "Centjes" Essalih (29) doodgeschoten in Amsterdam-Oost », sur Crimesite, (consulté le ).
  123. R. T. L. Newmedia, « La police découvre une prison souterraine et une salle de torture à la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas », sur RTL Info (consulté le ).
  124. (nl-BE) « Kopstuk van “martelbende” is spin in web van Nederlandse onderwereld », sur Het Nieuwsblad (consulté le ).
  125. (es) « Los sádicos contenedores de la Mocro Mafia, la peligrosa red delictiva investigada por crímenes en la Costa del Sol », sur ELMUNDO, (consulté le ).
  126. (nl) « Kopstuk ’martelbende’ is sportschoolhouder Robin van O. (40) », sur Telegraaf, (consulté le ).
  127. (es) lainformacion.com, « Cae la 'Mocro-Mafia', los narcos que aterrorizaban de Marruecos a Holanda », sur La Información, (consulté le ).
  128. (nl) « Utrechtse sportschoolhouder verdachte in zaak rond martelcontainer », sur nrc.nl (consulté le ).
  129. (nl) « ‘Martelkamer-brein was aartsvijand Taghi’ », sur Telegraaf, (consulté le ).
  130. (de) n-tv NACHRICHTEN, « Was hinter dem Foltercontainer steckt », sur n-tv.de (consulté le ).
  131. (nl) Yelle Tieleman, « Wie is Robin van O., de man achter de martelkamer van de onderwereld? », sur Het Parool, (consulté le ).
  132. (es) lainformacion.com, « Cae la 'Mocro-Mafia', los narcos que aterrorizaban de Marruecos a Holanda », sur La Información, (consulté le ).
  133. (es) Carlos Quílez | Míriam de Saint-Germain, « Secuestro de Jamal: su coche estaba balizado », sur el taquígrafo, (consulté le )
  134. (nl) « Voetbaltalent Nora O. (20) mogelijk achter aanslag en liquidatie », sur Telegraaf, (consulté le ).
  135. (es) El Mira, « Secuestran a dos personas y piden un rescate millonario en Fuengirola », sur El MIRA, (consulté le ).
  136. DH Les Sports+, « La Mocro Mafia, réseau mafieux ultraviolent, frappe encore: 367 millions d'euros ont transité en Belgique dans une affaire de drogue ! », sur DH Les Sports +, (consulté le ).
  137. (nl) « Partij gevonden kalasjnikovs gelieerd aan Mocro-maffia », sur Telegraaf, (consulté le ).
  138. (nl) 12/01/2021, « Telefoon Mocro Maffia kroongetuige Nabil B. mag worden toegevoegd aan dossier Marengo-proces | Crime Nieuws », (consulté le ).
  139. https://www.crimesite.nl/voortvluchtige-moordverdachte-youssef-ben-hamou-26-opgepakt-in-anderlecht/
  140. (nl) , « Kogelregen in A'dam-Slotervaart, drie verdachten opgepakt (VIDEO) », sur Crimesite, (consulté le )
  141. (nl) 18/05/2021, « Vrouw doodgeschoten met machinegeweren bij liquidatie Amsterdam is 27-jarige Ayla Mintjes | Crime Nieuws », (consulté le )
  142. « DPG Media Privacy Gate », sur myprivacy.dpgmedia.nl (consulté le )
  143. (nl) Wouter Laumans, « Crimineel Iliass K. legt ‘meerdere verklaringen’ af over onderwereldoorlog », sur Het Parool, (consulté le )
  144. « Pays-Bas : le journaliste Peter R. de Vries toujours entre la vie et la mort », sur RTBF Info, (consulté le )
  145. « Aux Pays-Bas, le plus célèbre journaliste d’investigation visé par un attentat », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  146. « Pays-Bas : les menaces de narco-trafiquants ? », sur euronews, (consulté le )
  147. (es) « El narcotráfico acosa a los Países Bajos », sur La Vanguardia, (consulté le )
  148. (es) « Cae un peligroso sicario de la 'Mocromafia' durante su cumpleaños en Torremolinos », sur elconfidencial.com, (consulté le )
  149. https://www.nrc.nl/nieuws/2021/07/30/nederland-is-het-rottende-hart-van-europa-a4053069
  150. (nl) « Extra beveiliging voor Mark Rutte na dreiging mocromaffia », sur De Tijd, (consulté le )
  151. (en) Bruno Waterfield, « Drug gang hit squad targeting Dutch PM Mark Rutte », 27 septembre 2021,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le )
  152. (nl) Redactie Panorama, « Mocro Maffia heeft mogelijk plannen voor ontvoering of aanslag op Rutte », sur panorama.nl, (consulté le )
  153. (nl) « Premier in vizier criminelen », sur Telegraaf, (consulté le )
  154. (nl) « Geliquideerde rivaal van Taghi was laatbloeier in het criminele circuit », sur nrc.nl (consulté le )
  155. « Doodgeschoten Amsterdammer is Akram el Idrissi: 'Betrokken bij drillrapgroep 73 De Pijp' », sur Hartvannederland (consulté le )
  156. (nl) « Man doodgeschoten Amsterdam, 'was lid van drillrapgroep' », sur RTL Nieuws, (consulté le )
  157. (nl) Jesper Roele et Jop van Kempen, « Man (21) overleden na schietpartij in Rivierenbuurt », sur Het Parool, (consulté le )
  158. (nl-BE) « Merksem: Firdaous El J. (11) is nichtje van drugskoning Othman El B. », sur PNWS, (consulté le )
  159. (nl) « ’Wapencontroles uitbreiden in strijd tegen Mocro-maffia’ », sur Telegraaf, (consulté le ).
  160. (nl-BE) « Antwerpen als Europese draaischijf voor cocaïnehandel: “We zijn een hele generatie aan het verliezen” », sur Het Nieuwsblad (consulté le ).
  161. (nl) VRT NWS, « "Pano": Het sociale drama achter de Antwerpse coke », sur vrtnws.be, (consulté le ).
  162. (nl) « 'We hebben helden nodig in de strijd tegen de maffia' », sur fd.nl (consulté le ).
  163. (nl) Paul Vugts, « Rechtbank: ‘Wie deze berichten typte, heeft Chahid Yakhlaf vermoord’ », sur Het Parool, (consulté le ).
  164. (nl) « Grote zorgen over hausse aan ’coke-uithalers’ in Rotterdamse haven », sur Telegraaf, (consulté le )
  165. (nl) « De drugsuithalers hebben nu bijna vrij spel in de Rotterdamse haven », sur nrc.nl (consulté le )
  166. (nl) « Havenpersoneel doodsbang voor drugsuithalers: ‘Een mensenleven is voor die gasten niets waard' », sur Rijnmond (consulté le )
  167. a et b La Libre.be, « La dure loi d’une mafia », sur lalibre.be, (consulté le ).
  168. (nl) Hannah Stöve, « Misdaadjournalisten komen met vervolg op Mocro Maffia », sur Het Parool, (consulté le ).
  169. (nl) VRT NWS, « Douane nam vorig jaar 19 ton drugs in beslag », sur vrtnws.be, (consulté le ).
  170. (nl-BE) « Zoveel ton coke werd in 2015 onderschept in Antwerpse haven », sur Gazet van Antwerpen (consulté le ).
  171. DH Les Sports+, « Record absolu: 30 tonnes de cocaïne en 2016 au port d’Anvers », sur dhnet.be, (consulté le ).
  172. « Anvers, plaque tournante du trafic de cocaïne », sur 7sur7.be (consulté le ).
  173. (nl-BE) « Recordjaar voor drugsvangst in Antwerpse haven », sur De Standaard (consulté le ).
  174. (nl-BE) « Bijna 62 ton cocaïne onderschept in Antwerpen in 2019: daarom beleeft haven alweer recordjaar », sur gva.be (consulté le ).
  175. https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_plus-de-65-tonnes-de-cocaine-interceptees-au-port-d-anvers-en-2020-un-nouveau-record-quels-sont-les-moyens-de-lutte-contre-ces-trafics?id=10666157
  176. https://www.rtbf.be/article/dimportantes-saisies-de-drogues-a-anvers-en-2021-voici-pourquoi-ce-nest-pas-quune-bonne-nouvelle-10910637
  177. « Cocaïne : près de 110 tonnes saisies en 2022 à Anvers, nouveau record », sur RTBF (consulté le )
  178. (nl) « Antwerpen nieuwe draaischijf Mocromaffia », sur De Tijd, (consulté le ).
  179. (nl) « Mocro-oorlog: 'Nederland heeft erfschuld aan Europa' », sur nos.nl (consulté le ).
  180. (nl-BE) Patrick Lefelon, « “Mocro-maffia neemt Borgerhout over” », sur hln.be (consulté le ).
  181. (nl) « Antwerpen nieuwe draaischijf Mocromaffia », sur De Tijd, (consulté le ).
  182. (nl-BE) « Grootschalige corruptie bij Antwerpse douane », sur De Standaard (consulté le ).
  183. (nl-BE) « “Drugsmaffia infiltreert in Antwerpse politie, douane en bedrijven”: Antwerpen dreigt drugsoorlog te verliezen », sur Het Nieuwsblad (consulté le ).
  184. (nl-BE) « Politieagent opgepakt in kader van Antwerps drugsonderzoek », sur hln.be (consulté le ).
  185. Gilbert Dupont, « Saisie record dans le port d'Anvers: 7 tonnes de cocaïne retrouvées... entre des bananes », sur dhnet.be, (consulté le ).
  186. (nl) « Hoe de Marokkaanse cocaïnemaffia Antwerpen veroverde: molotovcocktails, kalasjnikovs, ontvoering en omkoping », sur Humo (consulté le ).
  187. (nl-BE) Patrick Lefelon, « Antwerpse drugshandel wordt beheerst door Marokkaanse clans: “Net de film ‘Patser’ in het echt” », sur hln.be (consulté le ).
  188. (nl) Sacha Kester, « ‘Antwerpse drugshandel uitgegroeid tot industrie van patsers die overal schijt aan hebben’ », sur de Volkskrant, (consulté le ).
  189. (nl) « Mocro-oorlog: 'Nederland heeft erfschuld aan Europa' », sur nos.nl (consulté le ).
  190. (nl) Jonas Naeyaert, « Mocro-oorlog: De Wever hekelt traag gerecht en "wil arrestaties zien" », sur SCEPTR, (consulté le ).
  191. (nl) Patrick Lefelon, « “Mocro-maffia neemt Borgerhout over” », sur hln.be (consulté le ).
  192. (nl-BE) « De Wever na nieuw geweld tegen politie: “We zullen nooit dulden dat Borgerhout no-gozone wordt” », sur Het Nieuwsblad (consulté le ).
  193. (nl) « Een partij verdwenen coke, dat zou wel niet opvallen. 30 lijken later is het einde nog steeds niet in zicht », sur demorgen.be (consulté le ).
  194. (nl) Jean-Pierre Geelen, « ‘Cokeschaamte’ – er is alle reden toe, maar ik zie het niet ‘trending’ worden », sur de Volkskrant, (consulté le ).
  195. (nl) Jonas Naeyaert, « Mocro-oorlog: De Wever hekelt traag gerecht en "wil arrestaties zien" », sur SCEPTR, (consulté le ).
  196. (en) « Nightclub boss shot in Marbella was laundering money for Kinahan cartel », sur The Irish Sun, (consulté le ).
  197. (en-US) « Le Pablo Escobar marocain l'un des plus gros barons de la drogue en Europe arrêté avec plus de 2 tonnes de cocaïne », sur AbidjanTV.net, (consulté le ).
  198. (es) « Kaabouni, el rey 'marbellí' de la coca que escondía la droga entre plátanos », sur El Español, (consulté le ).
  199. (nl) « Negentien jaar cel voor Hoensbroekse drugsbaron », sur 1Limburg | Nieuws en sport uit Limburg, (consulté le ).
  200. (nl) « Hoensbroekse 'Rocky' spil in enorme cocaïnesmokkel », sur 1Limburg | Nieuws en sport uit Limburg, (consulté le ).
  201. (ro) « Mimoun Kaabouni, marocanul care a traficat 2,5 tone de droguri, este la Poarta Albă », Cancan.ro (consulté le ).
  202. (nl) « Marokkaanse drugsbaron voor Roemeense rechter - Crimesite », Crimesite,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  203. « Anvers, plaque tournante du trafic de cocaïne », sur 7sur7.be (consulté le ).
  204. « Cinq hommes accusés de torture avec un fer à repasser », sur 7sur7.be (consulté le ).
  205. (nl) Patrick Lefelon, « Drugsbendes vervolgd tot in Marokko », sur hln.be (consulté le ).
  206. (nl) Jonas Naeyaert, « Antwerpen bomstad: Alweer autobom ontploft », sur SCEPTR, (consulté le ).
  207. (nl) , « Voortvluchtige “Mixer” Aziz S. in Nederland opgepakt », sur Crimesite, (consulté le ).
  208. (nl) « 'Bananenbende' smokkelde minstens 3,4 ton cocaïne | HLN Antwerpen », sur hln.be (consulté le ).
  209. (nl-BE) « Lid ‘Bananenbende’ die uitpakte met vakantiefoto's opgepakt in Colombia », sur Gazet van Antwerpen Mobile (consulté le ).
  210. « Hilal a été enlevé par 7 personnes », Édition digitale de Mons,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  211. « Tué et ligoté dans un gîte à Rochefort: trois jeunes arrêtés! », sur Édition digitale de Liège, (consulté le ).
  212. (nl) Douglas de Coninck, « Hoe Borgerhouts straatjochie Othman El Ballouti een steenrijke drugsbaron werd », sur hln.be (consulté le ).
  213. (nl) « 'Hoes' verdacht van betrokkenheid bij ontvoeringen Antwerpse onderwereld », sur panorama.nl, (consulté le ).
  214. (nl-BE) « ‘El Magico’ duikt op in Frankrijk na ontvoering », sur Gazet van Antwerpen (consulté le ).
  215. (nl) , « 12 jaar cel voor Antwerpse ontvoeringen », sur Crimesite, (consulté le ).
  216. (nl) Douglas de Coninck, « Hoe straatjochie Othman een steenrijke drugsbaron werd », sur ad.nl (consulté le ).
  217. (nl) Patrick Lefelon, « Mocro Maffia zet drugsmilieu op stelten », sur hln.be (consulté le ).
  218. (nl) Jonas Naeyaert, « Drugsoorlog Antwerpen: 12 huiszoekingen bij Marokkaanse bende », sur SCEPTR, (consulté le ).
  219. (nl-BE) « ‘Visboeren’ krijgen veertien jaar cel voor moordpoging op ‘Zotte Hakim’ », sur Gazet van Antwerpen (consulté le ).
  220. (nl) « Appartement verdachte cocaïnesmokkel in Hilton Tanger in beslag genomen – Crime Nieuws », (consulté le ).
  221. (nl-BE) « Celstraffen tot acht jaar voor Antwerpse 'Visboeren' », sur De Standaard (consulté le ).
  222. (nl-BE) « Huurmoordenaars jagen in Marokko op Turtle-bende », sur Gazet van Antwerpen (consulté le ).
  223. (nl) « Een kudtkoekiewall. Omdat dat moet, van de kudtkoekiewet. », sur geenstijl.nl (consulté le ).
  224. (nl) « Liquidatieverdachte Jerrel Z. mishandeld in de gevangenis », sur panorama.nl, (consulté le ).
  225. (nl) « Mocro-gangster: ’ik wil bloed zien’ », sur Telegraaf, (consulté le ).
  226. (nl) « Wie lag er in deze witte tent? Gwenette: de nevenfunctie. Tijd voor wapenstilstand », sur Misdaadjournalist Hendrik Jan Korterink, (consulté le ).
  227. (de) FOCUS Online, « Kopf lag vor Shisha-Lounge: Steckt die Marokko-Mafia dahinter? », sur FOCUS Online (consulté le ).
  228. (de) Anouk van Kampen, « In Amsterdams Unterwelt tobt der Krieg der Marokkaner », DIE WELT,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  229. (nl) ANP et bewerkt door: Redactie, « Lichaam onthoofde Nabil Amzieb zat in politieauto », sur Het Parool, (consulté le ).
  230. (nl) Paul Vugts, « Onthoofde Nabil Amzieb beschuldigd van liquidatie », sur Het Parool, (consulté le ).
  231. (nl) Het Parool, « Wie was Nabil Amzieb en waarvan wordt hij nu verdacht? », sur Het Parool, (consulté le ).
  232. (nl) « 'Cocaïne-zending Bouker waarschijnlijk fataal' - Crimesite », Crimesite,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  233. sudinfo.be, « Trois individus en possession de 320 kilos de cocaïne interpellés à Anvers », sudinfo (consulté le ).
  234. Par Le Parisien avec AFPLe 3 novembre 2017 à 09h05, « Règlement de comptes à Marrakech : un mort et deux blessés, six suspects arrêtés », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  235. Le Figaro, « Maroc: un mort et deux blessés dans une fusillade à Marrakech », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  236. Le 8 novembre 2017 à 13h07, « Assassinat de Marrakech : un baron de la drogue suspecté », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  237. (nl) « Mocro-maffia: politie toont foto's opdrachtgevers Taghi en Razzouki », sur Bladna.nl (consulté le ).
  238. Le Figaro avec AFP, « Maroc: peine de mort pour 2 Néerlandais impliqués dans une fusillade en 2017 », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  239. (nl) Kaya Bouma et Tjerk Gualthérie van Weezel, « Geschokte reacties na moord op Derk Wiersum: ‘Aanslag op advocaat is aanval op rechtsstaat’ », sur de Volkskrant, (consulté le ).
  240. R. T. L. Newmedia, « À Forzée, un homme retrouvé mort dans un gîte après avoir été torturé: on en sait plus sur les circonstances du drame », sur RTL Info (consulté le ).
  241. « Hilal a été torturé, brûlé et tué pour de la drogue à Forzée », sur Édition digitale de Tournai, (consulté le ).
  242. (nl) « Anonieme ‘getuige’ Pano-reportage neergeschoten », sur Misdaadjournalist Hendrik Jan Korterink, (consulté le ).
  243. (nl) « Een kudtkoekiewall. Omdat dat moet, van de kudtkoekiewet. », sur kudtkoekiewet.nl (consulté le ).
  244. (nl) « Panorama-pand met raketwerper beschoten », sur Telegraaf, (consulté le ).
  245. (nl) « Pand Panorama-redactie beschoten met raketwerper, verdachte opgepakt », sur nos.nl (consulté le ).
  246. (nl) « Panorama stopt samenwerking Boevennieuws.nl na beschieting redactiegebouw / Villamedia », sur villamedia.nl (consulté le ).
  247. « Attaque du Telegraaf: la police sur la piste de la mafia amstellodamoise », sur RTBF Info, (consulté le ).
  248. (en) « Mocro-maffia achter aanslag De Telegraaf? », sur dagblad010.nl (consulté le ).
  249. (en) « Van attack on Dutch newspaper could be related to drug gangs, police say », sur Sky News (consulté le ).
  250. (nl) , « Van Hout: 'ik voorkwam liquidatie John van den Heuvel' (VIDEO) », sur Crimesite, (consulté le ).
  251. (nl) « Mocro-oorlog: De Wever hekelt traag gerecht en “wil arrestaties zien” », sur sceptr.net (consulté le ).
  252. (nl-BE) Carl Deconinck, « Mocro-oorlog: Opnieuw granaataanslag in Antwerpen », sur SCEPTR, (consulté le ).
  253. (nl) « Wilders haalt hard uit naar regering: 'De Marokkaanse maffia is hier de baas' », sur hartvannederland.nl (consulté le ).
  254. (nl) Jonas Naeyaert, « Antwerpen: Nieuwe dag, nieuwe autobom », sur SCEPTR, (consulté le ).
  255. (nl-BE) « Opnieuw aanslag met granaten in Antwerpse woonwijk, opnieuw tiental auto’s beschadigd », sur gva.be (consulté le ).
  256. (nl) Jonas Naeyaert, « Drugsoorlog Borgerhout: huis 'Dikke Turtle' onder vuur genomen », sur SCEPTR, (consulté le ).
  257. (nl) Jonas Naeyaert, « 'War on drugs' belabberd: 'Kali-team' Antwerpen valt uiteen », sur SCEPTR, (consulté le ).
  258. (nl-BE) « Antwerps drugsteam valt uit elkaar », sur Het Nieuwsblad (consulté le ).
  259. (nl-BE) « Hoe de ‘Man met de Lange Vingers’ een drugsoorlog ontketende », sur nieuwsblad.be (consulté le ).
  260. (nl) , « Antwerpen: de Man met de Lange Vingers is verdwenen », sur Crimesite, (consulté le ).
  261. (nl) « Marengo-proces gaat verder, Taghi nog niet aan de beurt », sur nos.nl (consulté le ).
  262. (nl) Jonas Naeyaert, « 'War on drugs' belabberd: 'Kali-team' Antwerpen valt uiteen », sur SCEPTR, (consulté le ).
  263. Jeffrey Dujardin, « Des petits revendeurs d’Anvers aux barons à Dubaï: les dessous d’un réseau criminel tentaculaire », sur 7sur7.be (consulté le )
  264. Khiame : "Nous avons porté des coups très durs aux cartels de drogue" medias24.com
  265. (nl) « 'Advocaat Khalid Kasem beschuldigd van lekken naar Taghi' », sur at5.nl (consulté le ).
  266. (nl) « Wilders haalt hard uit naar regering: 'De Marokkaanse maffia is hier de baas' », sur Hart van Nederland (consulté le ).
  267. (nl) Wilders haalt hard uit naar regering: 'De Marokkaanse maffia is hier de baas' hartvannederland.nl
  268. (nl) « Reclassering wil geen veroordeelden begeleiden bij doodsbedreigingen », sur NU, (consulté le ).
  269. (nl) « Dutch gangster case: Shock at murder of lawyer Derk Wiersum », sur BBC, (consulté le ).
  270. (nl) Redactie De Nieuws BV, « John van den Heuvel over de Mocro Maffia: 'Het is gruwelijk fout gegaan' », sur NPO Radio 1 (consulté le ).
  271. (nl) « Mogelijk vergelding vanuit Mocro-maffia », sur Telegraaf, (consulté le ).
  272. (nl) Van den Heuvel: 'Rol Mocro-Maffia niet onmogelijk' metronieuws.nl.
  273. (nl) Paul Vugts, « Amsterdamse crimineel verdacht van moordplan op Van den Heuvel », sur Het Parool, (consulté le ).
  274. (nl-BE) « Misdaadjournalist lijkt ontsnapt aan liquidatie na vondst geladen raketwerper », sur hln.be (consulté le ).
  275. (nl) Geëmotioneerde John van den Heuvel: 'Kon het niet geloven' rtlboulevard.nl
  276. (nl) Jonas Naeyaert, « Mocro-oorlog Antwerpen: “Boven dealers niets aangepakt” », sur SCEPTR, (consulté le ).
  277. (nl) 'De war on drugs berokkent meer schade dan drugs zelf' demorgen.be
  278. « Maroc: peine de mort pour 2 Néerlandais impliqués dans une fusillade en 2017 », sur LEFIGARO, (consulté le )
  279. (nl) Patrick Lodiers, « Het complete verhaal van de Mocro Maffia door de ogen van John van den Heuvel - De Nieuws BV », sur NPO Radio 1 (consulté le ).
  280. (it) Redazione, « Che cos'e la Mocro Maffia? », sur +31mag, (consulté le ).
  281. (nl) « 'Aanslag op Telegraaf heeft averechts effect gehad' », sur dvhn.nl (consulté le ).
  282. Auteur maffiaboek Gomorra: 'Amsterdam is erger dan in Napels' De Volkskrant
  283. (nl-BE) « Kopstuk Nederlandse Mocro-maffia zal volgens zijn advocaat volgende zitting in liquidatieproces bijwonen », sur hln.be (consulté le ).
  284. (de) Martin Lutz, « „Mocro-Mafia“ & Co: Drogenparadies Deutschland. Ein Fahnder berichtet », DIE WELT,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  285. (it) Guido Olimpio, « Caccia alla coppia di padrini della «Mocro-Maffia» olandese », sur Corriere della Sera, (consulté le ).
  286. (da) « Frygt for attentat fører til mandsopdækning af Hollands statsminister », sur DR, (consulté le )
  287. (cs) Jan Šinagl et Marty, « Mocro Maffia, holandská mafie prolévající krev v ulicích Amsterdamu », sur www.sinagl.cz (consulté le )
  288. (el) Capital.gr, « Απειλείται η Ολλανδία να μετατραπεί σε ναρκο-κράτος; », sur Capital.gr (consulté le )
  289. (hu) Népszava, « Kiengedték azt a korábbi holland politikust, akiről azt feltételezték, hogy egy merényletet készített elő Mark Rutte ellen », sur nepszava.hu (consulté le )
  290. (sk) « Holandského premiéra strážia, aby sa nestal obeťou únosu », sur aktuality.sk,
  291. (uk) « Прем'єра Нідерландів хотіли викрасти або вбити: під підозрою лідер партії », sur Апостроф (consulté le )
  292. (he) « ״נארקוס״ גרסת הולנד: ברון הסמים המרוקני שמשליט טרור ברחובות אמסטרדם », sur www.israelhayom.co.il (consulté le )
  293. (ro) « Cameră de tortură cu scaun de stomatologie; Traficanții din Olanda încep să împrumute metodele dure ale mafiei columbiene », sur Jurnal.md (consulté le ).
  294. (pt) Anna Holligan, « A Holanda está se tornando um narco-Estado? », BBC News Brasil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  295. (pt-BR) « Holanda eleva segurança de premiê contra suposta ameaça da Mocro Máfia », sur Folha de S.Paulo, (consulté le )
  296. (es) NOTICIAS GESTIÓN, « Guerra del crimen en Países Bajos: rivales, abogados, testigos y periodistas | MUNDO », sur Gestión, (consulté le )
  297. (es) « El "chileno más peligroso del mundo" enfrentará la justicia esta semana por nexos con mafia marroquí », sur BioBioChile - La Red de Prensa Más Grande de Chile, (consulté le ).
  298. (en-GB) Anna Holligan, « Is the Netherlands becoming a narco-state? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  299. (nl) Menno van Dongen, « In Wraak is de boodschap nog duidelijker: aan de Mocro Maffia ontsnap je enkel in de bak of in een kist », sur de Volkskrant, (consulté le ).
  300. « Pour ou contre la légalisation du cannabis ? », sur myCANAL (consulté le ).
  301. (nl) « John van den Heuvel duikt opnieuw in de Mocro-maffia », sur Telegraaf, (consulté le ).
  302. (nl) « Derde seizoen De Jacht op de Mocro-Maffia op 9 november te zien », sur RTL Boulevard, (consulté le )
  303. « Belgique, Pays-Bas : les nouvelles mafias de la cocaïne », sur 6play (consulté le )
  304. « L'empire des séries. Des "Braqueurs" stylisés au milieu de la Mocro-maffia d'Anvers », sur Franceinfo, (consulté le )

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Mocro Maffia
  1. Mocro Maffia 2015, p. 3, chapitre 10.
  2. Mocro Maffia 2015, p. 7, chapitre 10.
  3. Mocro Maffia 2015, p. 1, chapitre 10.
  4. Mocro Maffia 2015, p. 8, chapitre 12.
  5. Mocro Maffia 2015, p. 6, chapitre 12.
  6. Mocro Maffia 2015, p. 2, chapitre 2.
  7. Mocro Maffia 2015, p. 2, chapitre 12.
  8. Mocro Maffia 2015, p. 1, chapitre 12.
  9. Mocro Maffia 2015, p. 2, chapitre 15.
  10. Mocro Maffia 2015, p. 3, chapitre 12.
  • Wraak
  1. Wraak 2019, p. 1, chapitre 1.
  2. Wraak 2019, p. 2, chapitre 1.
  3. Wraak 2019, p. 2, chapitre 5.
  • Borgerokko Maffia
  1. Borgerokko Maffia 2017, p. 7, chapitre 2.
  2. Borgerokko Maffia 2017, p. 10, chapitre 2.
  3. Borgerokko Maffia 2017, p. 5, chapitre 1.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Saifeddine M., un tueur à gages opérant pour Taghi, est arrêté en novembre 2020 pour son implication dans l'assassinat de Rachid Kotar, voir source

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Mocro Maffia.