Crime organisé marocain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crime organisé marocain
Image illustrative de l’article Crime organisé marocain
Photographie satellite du Maroc.

Date de fondation fin du XIXe siècle
Lieu Tanger, Tétouan, Nador, Al Hoceïma, Casablanca, Settat, Melilla, Ceuta, Algésiras, Costa del Sol, Bruxelles, Anvers, Amsterdam, Utrecht, Rotterdam, Avignon, Milan,Île-de-France,Avignon,Montpellier,Lille
Territoire
Ethnies présentes Marocains
Activités criminelles

La mafia marocaine (en arabe : « مافيا مغربية » ; en berbère : « ⵍⵎⵖⵔⵉⴱ ⵎⴰⴼⵉⴰ ») ou crime organisé marocain, est le terme général utilisé pour désigner les diverses organisations criminelles basées au Maroc et à l'étranger et dont les membres sont Marocains ou d'origine marocaine. Le crime organisé marocain comprend plusieurs parties, voire plusieurs bandes alliées ou rivales. Certaines font partie de la diaspora marocaine, d'autres, natives du Maroc, commettent leur crime dans le royaume. Très actives à l'étranger, elles sont plus particulièrement formées et actives à Amsterdam aux Pays-Bas[1] et à Anvers[2] en Belgique.

Répartition géographique du crime organisé marocain[modifier | modifier le code]

Les plus connus et les plus importants sont :


Activités[modifier | modifier le code]

Localisation du Rif, premier lieu de production et de transformation de haschich au monde[6].

Des criminels marocains sont implantés aux Pays-Bas et en Belgique où de nombreux réseaux appelés en général « Mocro Maffia », divisé en plusieurs bandes rivales serait impliqué dans plusieurs assassinat et règlement de compte.

Au Maroc :

En Europe :

  • Trafic de drogue
  • Vol de voiture[13]
  • Vandalisme[14]
  • Contrat d'assassinat
  • Blanchiment d'argent[15]
  • Braquages[16]
  • Trafic d'armes[17]
  • Homicides
  • Attentat[18]

Localisation[modifier | modifier le code]

Maroc[modifier | modifier le code]

Champs de cannabis dans le Rif, au Maroc.

Le Maroc est depuis de longues années le premier producteur de cannabis au monde[19]. Avec sa région montagneuse du Rif, des milliers de trafiquants se mettent en activité pour transporter la drogue vers l'Europe via les ports de Tanger, Ceuta et Melilla.

Étalés officiellement sur une superficie de 47 400 hectares, les champs de cannabis s’étendent environ d’Al Hoceïma à Tanger. Au Moyen Âge, déjà, les agriculteurs cultivaient ces plantes dans cette région pour en extraire du cannabis ou du haschich. En 1958, le Roi Mohamed V a confirmé l’interdiction de planter du cannabis, introduite auparavant par les occupants français. Après des révoltes infructueuses des Rifains entre 1958 et 1959, le roi a finalement encouragé les agriculteurs à cultiver plus de cannabis. Il a ensuite motivé les Marocains à aller travailler à l’étranger. Du coup, une bonne partie de l’Europe a découvert le cannabis, “kif” en marocain. Les cultures et le commerce de cette plante ont évolué à un tel point que le Maroc est désormais le plus grand exportateur de haschich au monde. Dans les années 1990, énormément d'Espagnols, de Français, de Belges et de Néerlandais issus de la diaspora marocaine feront le choix de gagner leur vie en transportant la drogue de Gibraltar jusqu'à Amsterdam en passant par les grandes villes telles que Madrid, Marseille, Paris, Bruxelles, Anvers ou encore Rotterdam. Ils travailleront en alliance avec les trafiquants rifains issus des montagnes où a lieu la production.

La majeure partie du haschich est exportée vers l’Europe, mais aussi vers les États-Unis, qui font pression depuis des années sur le Maroc pour qu’il lutte contre la culture de cannabis. Le pays nord-africain soutient également qu’il le fait. Les autorités marocaines déclarent qu’elles poursuivent des centaines de milliers de cultivateurs de haschich et qu’elles s’attaquent durement aux membres de la mafia de la drogue. Selon elles, la superficie des champs de cannabis a diminué de 60 % en dix ans. Or, la production de haschich a augmenté de 7 % au cours de la même période. Ces chiffres contradictoires soulèvent bien des questions sur la scène internationale. Entre 2015 et 2016, le royaume a produit quelque 700 tonnes de cannabis, d'après un rapport publié début mars par le département d’État américain[20], estimé à 100 milliards de dollars, une fois transformé en haschich, selon le même rapport.

En avril 2017, les autorités marocaines ont saisi près de Nador (nord-est du Rif) environ 15 tonnes de haschich (résine de cannabis) et arrêté un homme de 46 ans pour liens présumés avec "un réseau criminel de trafic international de drogue". Cette opération a également permis la saisie de six voitures portant de fausses plaques d'immatriculation servant pour le transport et le trafic de drogue, ont-elles précisé dans un communiqué cité par l'agence marocaine MAP. Malgré ses efforts pour réduire les plantations de cannabis sur son territoire, le Maroc demeure le premier producteur mondial de haschich et l'un des plus importants exportateurs de résine de cannabis, écoulée pour l'essentiel en Europe, selon l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Au Maroc, les trafiquants belgo-marocains et néerlando-marocains investissent plusieurs milliards d'euros par an dans les immeubles, les complexes hôteliers restaurants et sociétés de location de voitures et pénètrent également le monde de la politique et de la justice, menant à la corruption politique.

Mohamed El Kharaz, le puissant baron de la drogue[modifier | modifier le code]

Mohamed El Kharaz alias Chérif Bin Alouidane, est réputé pour être un trafiquant de drogue de calibre mondial, présenté comme le plus influent de l’histoire du Maroc, son arrestation a fait couler beaucoup d’encre et éclater l’une des plus spectaculaires affaires de drogue que le Maroc ait jamais connu. Mondialement connu chez les Colombiens, les Italiens, ou encore chez les nombreuses mafias internationales. Véritable milliardaire marocain, il disposait d'un pouvoir incroyable dans la justice, la police, la corruption.

El Kharraz également connu pour avoir participé à une réunion avec d'importants barons de la drogue dont le très célèbre Pablo Escobar entre 1986 et 1988 qui s'était rendu au Maroc pour rencontrer les barons de la drogue marocains. C'est entre 1980 et 2004 que le Maroc a connu le fleuron du trafic de drogue, avec un chiffre d'affaires de plusieurs milliards. Les "cartels marocains" étaient durant plusieurs années en association avec les cartels Colombiens de Medellín et de Cali, faisant du Maroc un pays de transit à l'échelle internationale, ce qui poussera la DEA américaine à s'impliquer aux frontière du Maroc, dans le but de traquer les trafiquants marocains ainsi que Pablo Escobar.

À l'époque de Mohamed El Kharaz, les trafiquants marocains se servaient de la corruption de juges, avocats, policiers, au Nord du Maroc pour échapper aux Américains et à l'état marocain.

Ben Ziane Berhili, le roi du haschich[modifier | modifier le code]

Activement recherché depuis plusieurs années, Ben Ziane Berhili, entrepreneur de 57 ans et gérant d’une pâtisserie employant une soixantaine de personnes au Maroc, a été arrêté en 2016 à Casablanca pour trafic de drogue international. « Berhili est indiscutablement l’un des plus gros trafiquants de haschich au monde », a dit Francesco Mazotta, le chef de la Guardia di Finanza, la police financière italienne qui a mené l’enquête à Palerme. « Sa capture a été une bataille acharnée conduite par le police européenne en Méditerranée », a-t-il précisé. Il faut dire que le trafiquant de drogue importait, chaque année en Europe, environ 400 tonnes de haschich. L’enquête a notamment permis à la police italienne de perquisitionner, au large des côtes siciliennes, sept bateaux transportant 120 tonnes de drogue, représentant 1,2 milliard d’euros. Depuis 2013, plus de 280 tonnes de haschich ont été interceptées en Méditerranée[21].

Espagne[modifier | modifier le code]

Dans les années 2010, un nombre important de narcotrafiquants marocains s'est implanté dans le sud du territoire espagnol. Selon la police espagnole, le marché du haschich et de la cocaïne seraient largement entre les mains des trafiquants marocains. l'Espagne se verra classé deuxième pays européen après les Pays-Bas comme principal importateur de cocaïne en provenance de l'Amérique du Sud. Contrairement à la Mocro Maffia aux Pays-Bas, les criminels marocains se penchent plus vers une alliance entre trafiquants, coopérant très souvent avec leur confrères albanais et des criminels serbe.

Le 1er mai 2017, la police nationale espagnole a annoncé l’arrestation de 30 narcotrafiquants de nationalités marocaines et espagnoles. L'enquête a démontré que les membres de ce réseaux marocains appartenaient à un gang criminelle dénommée "Los Castañas", considérée comme "le plus grand réseau de trafic de drogue opérant dans la zone de Campo de Gibraltar (Sud de l’Espagne).

Le chef présumé du réseau, qui possédait un faux passeport, et son fils ont été interpelés au Maroc, alors qu’ils faisaient l’objet de deux mandats d’arrêt internationaux.

Le 28 novembre 2017, Abdellah El Haj Sadek Membri, âgé de 34 ans, surnommé le Messi du haschich et originaire de Tanger sera arrêté à Algésiras par la Guardia civil dans le cadre d'une opération menée dans la région de Campo de Gibraltar[22]. L'homme gérait un important réseau de trafic de drogue entre l'Espagne et le Maroc. Abdellah était un ancien détenu de la prison de Tanger, s'étant évadé avant de monter en Espagne.

El Nene, le roi du haschisch en Espagne[modifier | modifier le code]

Mohamed Taieb El Ouazzani, alias El Nene (le gamin) est l’un des plus grands narcotrafiquants marocains au monde, actif au Maroc ainsi qu'en Espagne. C'est une grosse tête d'affiche dans la mafia marocaine ayant le trafic de drogue comme activité principale. Un joint sur 10 fumé en Espagne serait acheminé par El Nene. En août 2014, il est assassiné par un gang rival au large du Marina Smir (au nord du Maroc) à la suite d'un règlement de comptes[23].

En Espagne, les fumeurs disent qu’un joint sur dix consommés dans la péninsule est fourni par « El Nene » qui signifie « le gamin ». Et la police estime sa fortune à 30 millions d’euros. Ce que l’intéressé a confirmé à la presse espagnole avec un certain sens de la formule : « J’ai plus de millions que d’années. » El Nene possèderait de nombreuses propriétés au Maroc et en Espagne, notamment à Playa Benitez, le coin chic de Ceuta. Non loin de Jado, où il a grandi. Un quartier de logements sociaux avec vue sur le détroit de Gibraltar.

El Nene a commencé, comme les autres, à jouer les petites mains, puis il s’est hissé à coups de poing et d’audace dans la hiérarchie du trafic. À 14 ans, il aurait travaillé pour Mohamed Echeeri, dit El Indio, un des plus grands narcotrafiquants marocains. El Nene traversait alors les 14 kilomètres du détroit sur des scooters de mer volés et chargés de shit. Deux ans plus tard, il pilotait lui-même des Gomas, ces Zodiac dotés de quatre moteurs de 250 chevaux, capables de filer à 50 nœuds, pour livrer les tonnes de fumette sur les plages espagnoles.

En 1998, à 23 ans, El Nene est considéré par les autorités espagnoles comme le plus gros convoyeur de haschich, avec plus de 50 tonnes par an. Il est surtout devenu son propre patron, à la tête d’une flottille de Gomas. À Sebta, il est une légende, paradant au volant de bolides rutilants et distribuant les billets de 200 euros aux gamins de Jado.

En France, les groupes marocains participent activement au trafic de cannabis en gros et aux réseaux de blanchiment d'argent vers le Maroc, ils participent au trafic de drogue dure au niveau français d'ailleurs, pour les drogues dures, ils s'approvisionnent souvent chez leurs compatriotes aux Pays-Bas ou en Belgique, parfois en Espagne mais surtout pour le cannabis.

"Laca", le parrain marocain de la cocaïne à la Costa del Sol[modifier | modifier le code]

Abdelkader Benali Mohamedi, alias "Laca" est née en 1945 à Bni Chiker dans la province de Nador. Il démarra par le trafic de cannabis en fournissant les militaires espagnoles à Melilla puis après s'être installé sur la Costa del sol dans les années 1970 poursuivi son trafic de cannabis cette fois ci à grande échelle avant de se reconvertir dans le trafic de cocaïne à la tonne depuis des années 2000 en travaillant directement avec les cartels de Cali et à Medellín. Il fut arrêté à l'aérodrome d'Algésiras où fut découvert 960 kg de cocaïne dans des ananas provenant du Costa Rica.

"Laca" est considéré par la police espagnole comme le plus grand trafiquant de cocaïne d'Espagne et d'Afrique du Nord. "Laca" a réussi, en quarante années de trafic prospère, à introduire en Espagne des tonnes de cocaïne et d’autres drogues dures placées dans des cargaisons de fruits tropicaux, depuis des pays d’Amérique Latine. Il avait investi avec des hommes d'affaires espagnols en Afrique de l'ouest plus précisément en Guinée pour faciliter le transport de la drogue par voie maritime.

Au fil des années, le narcotrafiquant a tissé son réseau et est devenu une référence dans le monde de la drogue à Marbella[24],[25].

Los Suecos, le contrôle sur la Costa del Sol[modifier | modifier le code]

La bande Los Suecos fait pour la première fois son apparition dans les médias à la fin de 2018[26]. Cette mafia ayant Malaga et Malmö comme villes principales est composé de plusieurs binationaux néerlando-marocains, maroco-suédois et hispano-marocains dont plusieurs jeunes qui sont issus des quartiers d'Amsterdam et Malmö[27]. Ayant assassinés deux personnes en Espagne en 2018, les autorités espagnoles estiment un nombre plus important d'assassinats. Les deux personnes liquidés sont Marco Avila Ramos à Malaga et Soufian Mohammed , surnommé El Zocato à Estepona. En 2018, au moins 10 personnes ont été arrêtées en Suède pour des affaires de bande organisée[28].

Selon El País, la bande, étant la plus dangereuse de la Costa del Sol[29], entretient d'importants contacts avec les cartels colombiens qui laissent croire que le réseau serait lié à l'importation de cocaïne vers l'Europe.

Belgique[modifier | modifier le code]

Criminalité « Maroxelloise »[modifier | modifier le code]

Molenbeek, la commune à forte communauté marocaine.

Les groupes marocains à Bruxelles sont spécialisés dans les braquages de grandes envergure et le trafic d'armes. Pour le trafic de drogue, c'est dans une moindre mesure que leurs compatriotes du nord de la Belgique et des Pays-Bas. Parmi les braquages de grandes envergures, on note les bandes belgo-marocaines ayant commis leur crimes au Maroc, notamment dans la ville de Tanger[30] ainsi qu'à Rabat[31]. Le groupe qui opérait à Tanger[32] est aussi impliqué dans des assassinats[33] à Tanger. Ils possédaient de moyens logistiques très sophistiqués, chose courante dans le banditisme en Europe, mais pas au Maroc. Si le Maroc est habitué aux trafic en tous genres, ils ne sont pas habitué au braquages au contraire de leurs ressortissant vivants en Europe. Le grand banditisme marocain de Bruxelles est l'un des plus compétent en Europe et la majorité des attaques commises en Belgique et aux Pays-Bas ainsi qu'au Luxembourg, dans le long de la frontière allemande et dans le nord[34] de la France sont d’après une statistique de la police perpétré par des groupes bruxellois en grande majorité d'origines marocaines. La police belge est souvent prévenue quand se passe une casse d'importance dans les zones géographiques citées. Chaque semaine, au moins un braquage est commis dans la région bruxelloise[35].

Bruxelles est également une des plaques tournantes du trafic d'armes en Europe, notamment à Molenbeek-Saint-Jean et Schaerbeek où plus d'une dizaines d'armes ont servi à des terroristes islamistes pour préparer les attentats de Madrid du 11 mars 2004, l'attentat du Musée juif de Belgique en 2014, les attentats du 13 novembre 2015 en France ou encore les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles.

Aujourd'hui, la commune de Molenbeek connait une très mauvaise réputation due au crime organisé marocain qui règne dans les secteurs[36]. Ayant un des plus grands banditismes en Europe, le taux de criminalité et le chômage à Molenbeek se retrouve en tête des pires endroits en Belgique[37].

Les évasions spectaculaires ont été monnaie courante dans le milieu criminel marocain du grand banditisme bruxellois évasion en hélicoptère[38] à plusieurs reprises[39], à l'échelle ou à l'explosif et à l'arme lourde mené par des commandos venus de l’extérieur.

L'aéroport de Zaventem en 2013.

Les bandes organisées marocaines à Bruxelles ont mené des casses de grande envergure, notamment les diamants du tarmac de l'aéroport de Zaventem ou celui de Luxembourg ville ou encore le très impressionnant casse du siège de la Brink's à Amsterdam ou le très rapide hold-up du casino de Bruxelles, un record en la matière, tous ces gros casses ont été commis par des bandes marocaines du grand banditisme bruxellois[40]. Mais ce n’est pas tout, le braquage qui a été commis sur le tarmac de l´aéroport de Bruxelles ou 50 millions de dollars de diamants ont été volés sois 37 millions[41] d’euros de diamants bruts envolés en moins de dix minutes mais un journal flamand et des enquêteurs étrangers évoquent un montant huit fois supérieur[42]. Ils seraient commis par des criminels marocains[43]. Il s’agirait donc pour certains du second plus gros braquage de l’histoire ou pour d’autre la casse du siècle[44].

Le , un convoi Mercedes et Audi S8 forcent sans difficulté la clôture et se parquent derrière des baraquements de chantier[45]. À l’intérieur des deux véhicules se trouvent huit hommes lourdement armés cagoulés[46], munis d’uniformes de la police et de fusils d’assaut. Des AK-47 pour certains, des P-90 pour d’autres[47]. Les hommes s’emparent des 121 colis chargés dans la soute et dans le fourgon de la Brink’s. La manœuvre dure 3 minutes 20. Après des recherches policières, la majorité des braqueurs seraient des Marocains dont plusieurs ont été interpellés en Suisse[48] et au Maroc. Les quatre Marocains interpellés sont accusés de « tentatives d’homicide volontaire, braquages armés contre des dépôts de sociétés de transport de fonds, vol d’un important lot de bijoux dans un aéroport européen » et « attaque armée contre un hôpital belge pour organiser l’évasion d’un détenu »[49],[50]. Marc Bertoldi[51],[52],[53] et l'un des principaux suspects du casse détenu à Metz en France, arrêté grâce au Maroc, a été également aperçu à Casablanca avec des criminels marocains impliqués dans ce braquage[54],[55]. L’homme nie encore tout rapport avec le vol de diamants, au même titre que les 19 autres personnes arrêtées pour leur présumée implication dans cette affaire[56]. Tarek Bouazza[57],[58], un belgo-marocain, présumé cerveau de cette opération, a été placé sous mandat d’arrêt en 2013[59].

Le suspect se trouvait sur le tarmac de l’aéroport de Bruxelles le , jour du casse, avec d’autre criminels marocains comme Bajadi Hussein[60], Nordine El Hoffadi[61], Hassan Baghli[62] et le Français Marc Bertoldi. En seulement cinq minutes, tous les diamants se sont volatilisés, sans faire de victimes. Ce braquage est entré dans l’histoire des plus grands casses du siècle.

Outre les braquages, le trafic d'armes et de stupéfiants, les Marocains à Bruxelles sont connus pour faire partie des plus grands blanchisseurs d'argent.

En 2016[63], le plus gros réseau de blanchiment d'argent de l'histoire de l'Europe est démantelé entre l'Europe et le Maroc qualifié de réseau hors norme ou encore qualifié par le patron d’Europol de jamais vus. Les commanditaires sont membres d'une famille marocaine de Bruxelles originaire de la région du Rif et résidents à Dubaï. Les auteurs du blanchiment d'argent sont des marocains, résidents au Maroc, aux Pays-Bas et en Belgique. Les transporteurs étaient des algériens. De nombreuses arrestations ont eu lieu en France, principalement à Marseille (Bouches-du-Rhône)[64].

Braquage du siècle au Brink's d'Amsterdam[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Mocro-maffia, la guerre entre clans rivaux marocains[modifier | modifier le code]

Plofkraak-maffia, réseau de braquages explosifs[modifier | modifier le code]

Braquage explosif commis à Berlin.

Depuis 2016[65], un important réseau criminel surnommé les Audi Bende (Le réseau des Audis) se met en activité aux Pays-Bas, plus précisément dans la ville d'Utrecht[66]. Selon la police néerlandaise, il s'agirait d'un nombre d'environ 250 personnes[67] âgés entre 18 et 30 ans, pour la majorité des Néerlandais d'origine marocaine ayant pour but d'attaquer les banques à l'aide d'explosifs aux Pays-Bas ainsi qu'à l'étranger, notamment en Belgique et plus particulièrement en Allemagne[13].

Les Pays-Bas enregistrent en 2016 un total de 79 braquages explosifs, en 2017 un nombre de 65 braquages explosifs. Des nombres à voir nulle part ailleurs dans le continent européen. Connus pour voler des voitures de marque Audi et n'hésitant pas à tirer sur la police, le réseau criminel fut considéré en 2018 comme étant l'un des plus actifs au monde dans le domaine de braquages explosifs par Europol[68]. Cagoulés, ils sont souvent 2 à 4 personnes à agir plus particulièrement dans les villes des Pays-Bas, de Belgique et surtout en Allemagne où plus de 20 faits ont été reconnus avoir été perpétré par un réseau néerlando-marocain[69]. Difficile pour la police de démanteler le réseau, ils enregistrent chaque mois des voitures allant à des 250 km/h sur les autoroutes allant d'Utrecht en Allemagne. En avril 2017, la police de Düsseldorf arrête un Néerlando-Marocain âgé de 28 ans, jugé avoir commis un total de 17 braquages explosifs en Allemagne.

En février 2016, deux braqueurs néerlando-marocains originaires d'Utrecht trouveront la mort après un gofast à vive allure entre la frontière allemande et néerlandaise[70]. La police allemande découvrira un butin de plus de 600 000 euros dans le lieu du crash[71].

Depuis 2018, le réseau attaque la Belgique dans la région flamande. Ils auraient commis depuis début 2018 au moins une vingtaine de braquage explosif[72]. Le 4 juin 2018, ce sont 400 000 euros qui ont été volatilisé à Kinrooi par ce même réseau basé à Utrecht. Quelques jours plus tard, la banque Bpost de Lommel explose à son tour.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mocro-maffia - Nieuws over Mocro-maffia », sur Bladna.nl (consulté le 9 mars 2019)
  2. (nl) https://sceptr.net/2018/06/antwerpen-12-huiszoekingen-in-onderzoek-naar-marokkaanse-drugsbende/
  3. « Le crime organisé marocain en Allemagne » (consulté le 21 octobre 2019)
  4. « Le gouvernement déclare la guerre à la mafia de l’immobilier », sur fr.le360.ma (consulté le 27 mars 2019)
  5. « Saisie de 2,5 tonnes de cocaïne près de Oued Cherrat: 15 trafiquants de drogue écroués », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 27 mars 2019)
  6. « Maroc, le premier producteur de cannabis au monde », sur MO* (consulté le 15 juillet 2020).
  7. BFMTV, « Maroc: saisie record de 2,5 tonnes de cocaïne brute », sur BFMTV (consulté le 9 mars 2019)
  8. « Immigration clandestine: plus de 4.000 migrants marocains arrivés en Italie en six mois », sur fr.le360.ma (consulté le 9 mars 2019)
  9. H24info, « Prostitution de luxe à Marrakech: des VIP koweïtiens interpellés en flagrant délit dans une villa », sur H24info, (consulté le 9 mars 2019)
  10. « Le Maroc continue sa dégringolade dans le classement Transparency », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 9 mars 2019)
  11. « Le Maroc, champion du monde de la contrefaçon de montres suisses », sur Bladi.net (consulté le 9 mars 2019)
  12. « Mafia: Arrestation de cybercriminels marocains », sur fr.le360.ma (consulté le 9 mars 2019)
  13. a et b (nl) « Ze stelen Audi's, blazen pinautomaten op, schieten op de politie: de plofkraak-maffia », sur panorama.nl, (consulté le 9 mars 2019)
  14. « 22 policiers blessés suite aux échauffourées dans le centre de Bruxelles samedi soir », sur RTBF Info, (consulté le 9 mars 2019)
  15. « Blanchiment de l'argent de la drogue: une organisation internationale démantelée », sur RTBF Info, (consulté le 9 mars 2019)
  16. « Bruxelles: 35 ans de prison pour les braqueurs de la bande “ Scarface ” », sur sudinfo.be (consulté le 9 mars 2019)
  17. « Trafic illégal d'armes : une vingtaine de perquisitions menées partout en Belgique, 56 armes retrouvées », sur BX1, (consulté le 9 mars 2019)
  18. R. T. L. Newmedia, « "Attentat" à Amsterdam: une voiture fonce dans la façade vitrée d'un grand journal, le suspect toujours recherché (photos) », sur RTL Info (consulté le 9 mars 2019)
  19. « Maroc, le premier producteur de cannabis au monde », sur MO* (consulté le 9 mars 2019)
  20. « Maroc: le trafic de drogue a représenté près d’un quart du PIB en 2016 », sur Sahara Press Service, (consulté le 9 mars 2019)
  21. « Un des trafiquants de haschich les plus recherchés au monde arrêté au Maroc », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 9 mars 2019)
  22. « Le "Messi du haschich" arrêté à Algésiras », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 9 mars 2019)
  23. « "El Nene", le plus grand narcotrafiquant marocain, aurait été assassiné », sur Bladi.net (consulté le 9 mars 2019)
  24. « Ce trafiquant d'origine marocaine cachait de la cocaïne... dans des ananas », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 9 mars 2019)
  25. Achraf, « Actualité – Après des décennies, Laca, le plus vieux Baron de la drogue marocain, tombe enfin dans les filets de la police espagnole (Vidéo + photos) », sur Article19.ma, (consulté le 9 mars 2019)
  26. (es) « Suecia-Costa del Sol-Marruecos: irrumpe un nuevo eje criminal con bandas muy violentas », sur El Confidencial, (consulté le 5 mars 2019)
  27. (nl) « Marokkaans-Zweedse bende 'Los Suecos' regeerde met ijzeren vuist », sur panorama.nl, (consulté le 5 mars 2019)
  28. (es) « Detenidos los sicarios suecos que mataban en Málaga a las órdenes de quien más pagaba », sur El Español, (consulté le 5 mars 2019)
  29. (en) Patricia Ortega Dolz et Nacho Sánchez, « How police brought down the most dangerous gang on the Costa del Sol », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le 5 mars 2019)
  30. La Libre.be, « Deux braqueurs belgo-marocains mis sous les verrous à Tanger » (consulté le 19 septembre 2017)
  31. « Tanger: la perpétuité pour deux des braqueurs d'un convoyeur de fonds en 2014 », sur fr.le360.ma (consulté le 9 mars 2019)
  32. R. T. L. Newmedia, « Tanger: deux Belgo-Marocains arrêtés suite à plusieurs braquages », sur RTL Info (consulté le 9 mars 2019)
  33. « Braquage de Tanger : De nouvelles arrestations », Bladi.net (consulté le 19 septembre 2017)
  34. lacapitale.be, « Abderrahim Bekhti, complice de l’ex-ennemi public N.1 Hassam Maâche, a été arrêté à Paris et extradé vers Bruxelles », lacapitale (consulté le 19 septembre 2017)
  35. DH.be, « Reconnaissez-vous cet homme, auteur d'un braquage dans un Ladbrokes à Bruxelles ? », sur www.dhnet.be (consulté le 9 mars 2019)
  36. DH.be, « À Molenbeek, la criminalité ne baisse pas partout et prend une forme différente », sur www.dhnet.be (consulté le 9 mars 2019)
  37. La Libre.be, « Taux de chômage le plus élevé à Bruxelles: Saint-Josse et Molenbeek », sur www.lalibre.be (consulté le 9 mars 2019)
  38. RTL Newmedia, « Évasion en hélicoptère à la prison de Bruges : 3 hommes dont un habitué », RTL Info (consulté le 19 septembre 2017)
  39. DH.be, « Un hélico pour faciliter l'évasion de Benallal ! » (consulté le 19 septembre 2017)
  40. DH.be, « 19 personnes poursuivies dans l'affaire du vol de diamants à Zaventem », sur www.dhnet.be (consulté le 9 mars 2019)
  41. « Retour minute après minute sur le "casse du siècle" de Zaventem », sur Moustique.be, (consulté le 9 mars 2019)
  42. « «Casse du siècle»: 18 acquittements », sur Le Soir Plus (consulté le 9 mars 2019)
  43. « Braquage à Zaventem: le principal suspect avoue le recel de diamants », sur RTBF Info, (consulté le 9 mars 2019)
  44. « Le procès du "casse du siècle" démarre à Bruxelles : ils avaient braqué un avion à l'aéroport de Zaventem et dérobé 37 millions de diamants », sur RTL Info (consulté le 15 juillet 2020).
  45. « Braquage à l'aéroport de Zaventem: Marc Bertoldi absent, mais le procès a bien lieu », sur RTBF Info, (consulté le 9 mars 2019)
  46. « Le "casse du siècle" à Zaventem, toujours un mystère cinq ans plus tard », sur L'Echo, (consulté le 9 mars 2019)
  47. « Privacy settings », sur myprivacy.persgroep.net (consulté le 9 mars 2019)
  48. « Début du procès du «casse du siècle» sur le tarmac de Zaventem », sur Édition digitale de Bruxelles (consulté le 9 mars 2019)
  49. « Quatre personnes arrêtées dans le cadre d’un braquage à Brussels Airport », sur Le Soir (consulté le 9 mars 2019)
  50. « Privacy settings », sur myprivacy.persgroep.net (consulté le 9 mars 2019)
  51. « Marc Bertoldi, pilote de grosses caisses poursuivi pour un gros casse », sur Libération.fr, (consulté le 9 mars 2019)
  52. Le Vif, « Braquage à Zaventem : le butin du vol de diamants pourrait être dix fois plus élevé », sur www.levif.be, (consulté le 9 mars 2019)
  53. « Privacy settings », sur myprivacy.persgroep.net (consulté le 9 mars 2019)
  54. La Libre.be, « Jusqu'à 8 ans requis dans l'affaire du vol de diamants à l'aéroport de Zaventem », sur www.lalibre.be (consulté le 9 mars 2019)
  55. Le JDD, « Le "grand Marco" et les diamants belges », sur lejdd.fr (consulté le 9 mars 2019)
  56. « "Casse du siècle" à Zaventem: 19 suspects acquittés faute de preuves, le suspect n°1 reste poursuivi », La Dernière Heure/Les Sports,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  57. « Privacy settings », sur myprivacy.persgroep.net (consulté le 9 mars 2019)
  58. La Libre.be, « Judiciaire en bref », sur www.lalibre.be (consulté le 9 mars 2019)
  59. « Braquage du siècle à l'aéroport de Bruxelles, un Marocain arrêté », sur Bladi.net (consulté le 9 mars 2019)
  60. DH.be, « Le cerveau du casse du siècle… libéré », sur www.dhnet.be (consulté le 9 mars 2019)
  61. « Christel, l'ex-fliquette, se défend: "Je suis tombée sur de mauvaises personnes, au mauvais moment" », sur sudinfo.be (consulté le 9 mars 2019)
  62. DH.be, « Le super-truand Hassan Baghli arrêté au Maroc », sur www.dhnet.be (consulté le 9 mars 2019)
  63. « Marseille : un système «hors norme» de blanchiment d'argent sale démantelé », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2017)
  64. « Marseille: Un réseau hors norme de blanchiment d’argent sale démantelé », sur www.20minutes.fr (consulté le 19 septembre 2017)
  65. « Cookies op AD.nl | AD.nl », sur www.ad.nl (consulté le 9 mars 2019)
  66. « Cookies op AD.nl | AD.nl », sur www.ad.nl (consulté le 9 mars 2019)
  67. (nl) « 'Nederlandse bende zit achter tientallen plofkraken Duitsland' », sur Trouw (consulté le 9 mars 2019)
  68. (nl) « Twee Nederlanders gepakt voor Duitse plofkraak », sur www.crimesite.nl (consulté le 9 mars 2019)
  69. « Het Dagblad van het Noorden maakt gebruik van cookies », sur toestemming.ndcmediagroep.nl (consulté le 9 mars 2019)
  70. « Utrechtse inbrekers rijden zich dood in Duitsland », sur RTV Utrecht (consulté le 9 mars 2019)
  71. (nl) « Weer Nederlandse plofkraker dood », sur Telegraaf, (consulté le 9 mars 2019)
  72. « Privacy settings », sur myprivacy.persgroep.net (consulté le 9 mars 2019)