Poggiomarino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poggiomarino
Avenue principale de Poggiomarino dans les années '50.
Avenue principale de Poggiomarino dans les années '50.
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Campanie Campanie 
Ville métropolitaine Provincia di Napoli-Stemma.svg Naples 
Code postal 80040
Code ISTAT 063055
Code cadastral G762
Préfixe tel. 081
Démographie
Gentilé poggiomarinesi
Population 21 353 hab. (31-12-2010[1])
Densité 1 608 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 48′ 00″ nord, 14° 33′ 00″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 47 m
Superficie 1 328 ha = 13,28 km2
Divers
Saint patron San Antonio da Padova
Fête patronale 13 juin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Campanie

Voir sur la carte administrative de Campanie
City locator 14.svg
Poggiomarino

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Poggiomarino

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Poggiomarino
Liens
Site web http://www.comune.poggiomarino.na.it/

Poggiomarino est une commune italienne de la ville métropolitaine de Naples dans la région de Campanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à la limite orientale de la vallée du Sarno, au pieds du Vésuve, le territoire de la commune a une forme polygonale semblable à celle d'une botte, plutôt plat et une légère inclinaison de l'ouest vers l'est et la fleuve Sarno.

Elle est bordée au nord par les communes de Palma Campania et San Giuseppe Vesuviano, à l'est par Striano, au sud par Scafati, San Valentino Torio et Boscoreale , à l'ouest par Terzigno.

Histoire[modifier | modifier le code]

La population indigène du territoire actuel de Poggiomarino étaient les Sarrastes. Les premières implantations remontent à l'âge du bronze moyen (environ 1350 av.J-C.) jusqu'au début du VIe siècle av. J.-C., comme en témoignent les extraordinaires découvertes de l'an 2000 lors de la construction de la station d'épuration sur le fleuve Sarno : dans le village de « Longola » a été découvert accidentellement un village datant du Bronze moyen avancé. Construit sur un réseau d'îlots et de canaux artificiels navigables, dont les berges étaient renforcées par des poteaux plantés sur le fond des marécages et des planches de chêne. Les Sarrastes se déplaçaient grâce à des bateaux longs et étroits taillés dans des troncs : un dock a été identifié avec au moins deux pirogues encore amarrées aux poteaux. Ce village, fouillé dans les années 2000 par l'archéologue française Claude Albore Livadie, s'est révélé être un des plus ancien et des mieux conservés mis au jour en Italie[2]. Un parc archéologique a été inauguré le 10 février 2018.

L'histoire moderne de la ville est inextricablement liée à celle de Striano, l'ancien chef-lieu. L'origine de la Poggiomarino moderne est due à la construction, à la fin du XVIe siècle, du « Canal comte de Sarno », une œuvre d'ingénierie hydraulique, commandée par le noble comte de Sarno Muzio Tuttavilla. En 1553, le comte acheta le fief de Torre Annunziata et décida d'y porter les eaux du Sarno pour alimenter les moulins de la région. Les travaux commencèrent en 1592 [3] et les ouvriers engagés dans la construction construirent des maisons, précaires au début, plus stables ensuite, autour d'une taverne, la « Taverna Penta », qui donna son nom au village[4].

Au cours de l'éruption du Vésuve de 1631, la population des villages proches du volcan fut forcée à déménager dans une zone plus sûre, contribuant ainsi à accroitre la population du village[4]. En 1726 l'auberge était entourée de quelques maisons et d'une chapelle dédiée à Saint-Antoine de Padoue, sous la juridiction du pasteur de l'église de Saint-Jean-Baptiste de Striano [5].

En 1738 le bourg prit le nome de Poggio Marino, du nom de Giacomo de Marinis, un riche marchand génois qui avait racheté la principauté de Striano et le marquisat de Genzano[6]. Dans la même période, le prince de Marinis fit construire en ville le palais qui porte aujourd'hui son nom et invita grand nombre de paysans pour cultiver ses vastes terres de Longola, leur offrant les maisons qu'il avait fait édifier dans les campagnes : en peu de temps, le bourg augmenta rapidement sa population jusqu'à compter 2000 habitants en 1804[5],[7].

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
30/05/2011 en cours Pantaleone Annunziata Parti démocrate maire
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Flocco, Fornillo.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Boscoreale, Palma Campania, San Giuseppe Vesuviano, Scafati, Striano, Terzigno.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it) C. Cicirelli et C. Albore Livadie, Nuove ricerche archeologiche nella area vesuviana (scavi 2003-2006) [« Nouvelles recherches archéologiques dans la région du Vésuve (fouilles 2003-2006) »], L'Erma di Bretsschneider, , « Stato delle ricerche a Longola di Poggiomarino: quadro insediamentale e problematiche », p. 473-487.
  3. (it) Manifatture in Campania: dalla produzione artigiana alla grande industria, vol. 57, Naples, Guida Editori, coll. « La Spirale », (ISBN 8870422372, lire en ligne), p. 154.
  4. a et b (it) « Poggiomarino (Taverna Penta fino al 1738; Podio Marino) », sur dct.unipa.it, Università degli studi di Palermo (consulté le 21 janvier 2018).
  5. a et b (it) Nicol'Andrea Siani, Memorie storico-critiche sullo stato fisico ed economico antico e moderno della città di Sarno e del suo circondario, (lire en ligne), p. 184
  6. (it) « Storia », sur www.comune.poggiomarino.na.it, Mairie de Poggiomarino (consulté le 21 janvier 2018).
  7. (it) Lorenzo Giustiniani, Dizionario geografico ragionato del Regno di Napoli, (lire en ligne), p. 219