Boeing-Sikorsky RAH-66 Comanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
RAH-66 Comanche
Image illustrative de l'article Boeing-Sikorsky RAH-66 Comanche
Vue de l'hélicoptère.

Rôle Hélicoptère de reconnaissance et d'attaque légère
Constructeur Drapeau des États-Unis Boeing/Sikorsky
Premier vol
Nombre construit 5
Équipage
2 (1 pilote, 1 tireur)
Motorisation
Moteur LHTEC T800
Nombre 2
Type Turbomoteurs
Puissance unitaire 1 452 ch
Nombre de pales 5
Dimensions
Diamètre du rotor 11,90 m
Longueur 13,22 m
Hauteur 3,39 m
Masses
À vide 3 402 kg
Avec armement 4 560 kg
Maximale 7 790 kg
Performances
Vitesse de croisière 306 km/h
Vitesse maximale 324 km/h
Plafond 4 566 m
Vitesse ascensionnelle 432 m/min
Distance franchissable 485 km
Distance de convoyage 2 335 km
Armement
Interne Canon XM301 tritube de 20 mm
+ 6 missiles Hellfire ou Stinger
Externe 8 missiles Hellfire ou 16 Stinger ou 56 roquettes Hydra 70

Le RAH-66 Comanche était un hélicoptère destiné à la reconnaissance armée, à l'attaque légère et au combat air-air, qui devait rejoindre les rangs de l'US Army Aviation. Le projet a été abandonné en 2004.

Origines[modifier | modifier le code]

En 1982, l'US Army annonça qu'elle allait remplacer ses hélicoptère de reconnaissance-attaque-assaut UH-1 Huey, AH-1 Cobra, OH-6 et OH-58 Kiowa par un hélicoptère léger. Au départ, la commande devait porter sur 5 000 exemplaires, mais ce nombre baissa régulièrement au fil des années pour se situer aux alentours de 600, jusqu'à l'abandon du programme.

L'équipe Boeing/Sikorsky obtint le contrat pour trois appareils de démonstration et de validation le .

Le premier prototype vola le .

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Sa furtivité avait été particulièrement étudiée : emport des armes en soute, canon rétractable de 20 mm construit par GIAT industries, rotor anticouple de queue caréné et incliné utilisant le principe du fenestron développé par Sud-Aviation au milieu des années 1960, fuselage à plans inclinés, suppresseur de chaleur dans la poutre de queue, matériaux composites, rotor à cinq pales, train d'atterrissage rétractable, équipement défensif comprenant des détecteurs lasers, infrarouges et d'émissions radar. Un tiers de la flotte devait être équipée d'un radar Longbow miniaturisé.

Résultat : par rapport à un AH-64 Apache, la signature radar était 600 fois plus faible, la signature infrarouge quatre fois plus faible et le niveau sonore deux fois plus faible. En pratique, le Comanche aurait pu s'approcher quatre fois plus près d'une cible sans être repéré.

Abandon du programme[modifier | modifier le code]

Le projet Comanche a été annulé par l'armée américaine en février 2004 en raison de son coût exorbitant, soit après que 14,6 milliards de dollars aient été investis dans celui-ci. Le budget prévisionnel avait été dépassé de 30 % et le prix unitaire final de l'appareil approchait les 60 millions de dollars ; de plus, la mise en service n'était planifiée que pour 2009, soit avec trois ans de retard.

Un autre point important était le fait que le Comanche ne répondait plus aux besoins actuels : sa furtivité était intéressante pendant la guerre froide, mais dans les conflits impliquant les Américains depuis les années 1990 (Afghanistan, Irak…), les hélicoptères ne rencontrent pas ou très peu d'armements antiaériens contre lesquels la furtivité serait utile. Ainsi, la plupart des appareils abattus en Afghanistan et en Irak l'ont été par des armes légères et des lance-roquettes RPG-7.

Resté au stade de prototype, seuls cinq exemplaires furent construits.

Les technologies développées serviront toutefois aux prochaines versions des AH-64 et pour les programmes ultérieurs d'hélicoptères de combat.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu vidéo ARMA III le RAH-66 apparaît en tant qu'AH-99, il est pilotable.
  • Dans le jeu vidéo Command and Conquer: Generals, le Comanche est un hélicoptère de soutien aérien polyvalent. Puisque le jeu est sorti en 2003 et qu'il envisageait un futur dans les années 2020, l'aéronef y a été inclus. Dans son extension Heure H, le Comanche peut être amélioré pour devenir furtif, exactement comme l'original.
  • Le RAH-66 Comanche fut l'objet d'une série de jeux vidéo, intitulés Comanche à Comanche IV, jeux de simulation de pilotage d'hélicoptère.
  • Dans le jeu Jungle Strike, l'hélicoptère que l'on pilote est un Comanche.
  • Dans le film Hulk (2003), Banner est attaqué par des hélicoptères Comanche.
  • Dans le jeu vidéo Dino Crisis 2, vers la moitié du jeu, les personnages principaux (David et Regina) échappent à une embuscade tendue par des raptors grâce à un ami pilotant un Comanche.
  • Dans le jeu Call of Duty Black Ops II Le RAH-66 apparait en tant que bonus de série d'éliminations (Scorestreaks) en tant que "Aéronef furtif".
  • Les jeux Enemy Engaged Comanche vs Hokum sorti en 2000 et toujours supporté par une équipe de moddeurs, et Enemy Engaged 2 sorti en 2007, permettent de piloter des RAH-66 Comanche en simulation et lors de missions de campagne.
  • Dans le jeu Act of War: Direct Action et son extension High Treason, le Comanche est l'hélicoptère furtif de combat de la Task Force Talon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles
  • (en) « Comanche EMD Signed », Reed Business Information, Londres, vol. 157, no 4732,‎ , p. 6 (ISSN 0015-3710, lire en ligne).
  • (en) Lewis, Paul, « Digital Domain », Reed Business Information, Londres, vol. 155, no 4680,‎ 9–15 juin 1999, p. 112–116 (ISSN 0015-3710, lire en ligne).
  • (en) Ramon Lopez, « Paying its way », Reed Business Information, Londres, vol. 157, no 4723,‎ , p. 29 (ISSN 0015-3710, lire en ligne).
  • (en) Stephen Trimble, « US Army calls time on Comanche », Reed Business Information, Londres, vol. 165, no 4923,‎ 2–8 mars 2004, p. 4 (ISSN 0015-3710, lire en ligne).
Ouvrages
  • (en) The Encyclopedia of Modern Military Aircraft, Londres, Amber Books, (ISBN 1-904687-84-9).
  • (en) Ray and David Miller Bonds, Illustrated Directory of Modern American Weapons, Grand Rapids, Michigan, Zenith Imprint, (ISBN 0-7603-1346-6, lire en ligne), chap. Boeing Sikorsky RAH-66 Comanche.
  • (en) Frederick Brooks, The Design of Design: Essays from a Computer Scientist, Upper Saddle River, New Jersey, Addison Wesley, (ISBN 0-201-36298-8).
  • (en) Steve Crawford, Twenty-First Century Military Helicopters, St. Louis, Minnesota, MBI Publishing, (ISBN 0-7603-1504-3).
  • (en) Gerard Frawley, The International Directory of Military Aircraft, Fyshwick, ACT, Aerospace Publications, (ISBN 1-875671-55-2).
  • (en) Government Accountability Office, Defense Acquisitions: Termination Costs are generally not a Compelling Reasons to continue Programs or Contracts that otherwise Warrant Ending, Darby, Pennsylvania, DIANE Publishing, (ISBN 978-1-4379-0335-5, lire en ligne).
  • (en) Stephen Harding, U.S. Army Aircraft Since 1947, Atglen, Pennsylvania, Schiffer Publishing, (ISBN 0-7643-0190-X), chap. Boeing-Sikorsky H-66 Comanche.
  • (en) Jane's All the World's Aircraft, 2007–2008, Coulsdon, UK, Jane's Information Group, (ISBN 0-7106-2792-0), chap. Boeing Sikorsky RAH-66 Comanche.
  • (en) William D Siuru, Future Flight: The Next Generation of Aircraft Technology, New York, McGraw-Hill Professional, (ISBN 0-8306-4376-1, lire en ligne), chap. Boeing Sikorsky RAH-66 Comanche.
  • (en) Cindy Williams, Holding the line: U.S. defense alternatives for the early 21st century, Cambridge, Massachusetts, MIT Press, (ISBN 978-0-262-73140-9).<
  • (en) James W Williams, A History of Army Aviation: From its Beginnings to the War on Terror, Bloomington, Indiana, iUniverse, (ISBN 0-595-36608-2, lire en ligne).
  • (en) Stewart Wilson, Combat Aircraft since 1945, Fyshwick, ACT, Aerospace Publications, (ISBN 1-875671-50-1).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]