Fleetwood Mac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleetwood.
Fleetwood Mac
Description de cette image, également commentée ci-après
Fleetwood Mac en 2009. De gauche à droite : John McVie, Stevie Nicks, Lindsey Buckingham, et Mick Fleetwood.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Pop rock[1], soft rock[2], blues rock[3], art pop[4], British blues[1]
Années actives 19671995, depuis 1997
Labels Blue Horizon Records, Reprise Records Warner Bros. Records, LMJS Productions
Site officiel www.fleetwoodmac.com
Composition du groupe
Membres Mike Campbell
Mick Fleetwood
John McVie
Stevie Nicks
Christine McVie
Neil Finn
Anciens membres Voir plus bas

Fleetwood Mac est un groupe de rock américano-britannique, originaire de Londres, au Royaume-Uni. Fleetwood Mac est formé par le guitariste Peter Green, le batteur Mick Fleetwood et le guitariste Jeremy Spencer en . Pendant les premiers mois, ils engagent un premier bassiste, Bob Brunning, avant l'arrivée de John McVie qui établit ainsi la première formation stable du groupe, qui enregistrera alors son premier album.

Brunning a joué sur une chanson de leur premier album, Long Grey Mare, avant de joindre les rangs de Savoy Brown et ensuite il a opté pour une carrière d'enseignant. Danny Kirwan se joint comme troisième guitariste en , et la claviériste Christine Perfect, en session pour leur deuxième album, épouse par la suite John McVie et se joint au groupe en . À cette période, le groupe se consacre principalement au British blues, publiant le hit Albatross[5] et d'autres singles comme Oh Well et Black Magic Woman. Des problèmes internes mènent au départ des guitaristes Green et Spencer, remplacés par Bob Welch et Bob Weston. Cependant, Welch et Weston partent aussi en , laissant le groupe dépourvu de guitariste et chanteur. Jusqu'en alors que le guitariste Lindsey Buckingham et la chanteuse Stevie Nicks, tous les deux américains, font leur entrée au sein du groupe.

À l'origine formation de blues rock, il évolue au fil des départs et arrivées de ses membres et connaît son apogée commercial à la fin des années 1970 dans un registre pop rock. Le batteur Mick Fleetwood et le bassiste John McVie sont les seuls à avoir toujours fait partie du groupe. Le nom Fleetwood Mac est issu de la combinaison de leurs noms de famille. Le groupe est notamment connu pour son album Rumours, sorti en , vendu à ce jour à 40 millions d'exemplaires, ce qui en fait un des albums les plus vendus au monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première période (1967–1970)[modifier | modifier le code]

Peter Green en 1970.

Le Fleetwood Mac britannique est un des plus célèbres groupes ayant participé au British Blues Boom à la fin des années 1960. Il se constituait en 1967 autour de trois anciens membres des Bluesbreakers de John Mayall : le bassiste John McVie, le batteur Mick Fleetwood et le guitariste et chanteur Peter Green. Ces trois hommes sont rejoints par Jeremy Spencer à la guitare slide[6],[7]. Le groupe s'appelle alors officiellement Peter Green's Fleetwood Mac.

Guitariste virtuose (il a remplacé Eric Clapton au sein des Bluesbreakers) et compositeur, Peter Green est le véritable leader d'un groupe qui joue un blues rock tout en introspection, à contre-courant des autres groupes majeurs du British blues (Cream, Ten Years After, Jeff Beck Group, Yardbirds ou Led Zeppelin), dont la surenchère technique et sonore est en train de donner naissance au hard rock. À côté des reprises de standards du blues, les compositions originales de Green telles que Black Magic Woman (reprise par la suite par le groupe Santana), Albatross ou Man of the World témoignent du style particulier de Fleetwood Mac.

Le premier album de Fleetwood Mac, Fleetwood Mac, est axé blues, et publié en février 1968 au label Blue Horizon[8]. L'album est un succès au Royaume-Uni qui se classe 4e, sans aucun single publié. Le groupe sort peu après deux singles, Black Magic Woman et Need Your Love So Bad[9].

Leur deuxième album, Mr. Wonderful, est publié en août 1968. Comme le premier, il s'agit d'un album intégralement blues. L'album est enregistré en live en studio avec des amplificateurs[10].

À partir de 1969, Fleetwood Mac est rejoint par un troisième guitariste en la personne de Danny Kirwan et profite de sa structure inhabituelle à trois guitaristes pour quitter les chemins balisés du blues[11]. La tournée américaine programmée au début de l'année 1970 (immortalisée sur l'album Live in Boston) permet aux spectateurs d'entendre d'extraordinaires improvisations de blues rock, dans lesquelles il est difficile de ne pas percevoir l'influence de certaines drogues hallucinogènes auxquelles les membres du groupe ont été initiés par le Grateful Dead, croisé en chemin.

En 1970, Peter Green, chanteur du groupe, n'est pas en bonne santé. Il consommera du LSD à Munich, ce qui aurait contribué à l'apparition de symptômes de schizophrénie[12]. Le réalisateur allemand Rainer Langhans mentionne dans son autobiographie que lui et Uschi Obermaier ont rencontré Peter Green à Munich. Ils ne s'intéressaient pas réellement à Green, mais plus en un contrat avec Mick Taylor : Langhans et Obermaier souhaitaient organiser un « Woodstock bavarois ». Ils avaient simplement besoin de Green pour un contrat avec The Rolling Stones par le biais de Mick Taylor. Très fragile psychologiquement, et supportant mal le statut du « guitar-hero » que la presse et le public tentent de lui imposer, Peter Green quitte brutalement le groupe au mois de mai 1970. En proie à des crises de plus en plus aiguës, il finit par se faire interner dans un hôpital psychiatrique.

Période intermédiaire (1970–1974)[modifier | modifier le code]

Privé de son leader emblématique, Fleetwood Mac tente malgré tout de survivre et accueille l'arrivée de la claviériste chanteuse Christine McVie, ex musicienne du groupe de blues Chicken Shack, et épouse du bassiste John McVie. Mais le groupe continue de se désagréger. Après Peter Green, les deux autres guitaristes quittent successivement le groupe dans des circonstances troubles. Jeremy Spencer part rejoindre une secte en 1971, tandis que Danny Kirwan, miné par des problèmes d'alcool, s'en va à son tour en 1972[13].

En une période de trois albums, le groupe fait face à des changements de formation. En septembre 1972, le groupe recrute le guitariste Bob Weston et le chanteur Dave Walker, ex-Savoy Brown et Idle Race[14].

Entre 1971 et 1974, Fleetwood Mac compte dans ses rangs un guitariste américain, Bob Welch, et publie cinq albums avec lui : Future Games (1971), Bare Trees (1972) dernier album avec Danny Kirwan, Penguin (1973) voit l'arrivée de Bob Weston à la guitare et la participation de Dave Walker au chant et à l'harmonica, Mystery to Me (1973) et finalement Heroes Are Hard to Find (1974), pour lequel le groupe est réduit à 4 musiciens après le départ de Weston.

Mystery to Me comprend le morceau Hypnotized, le plus souvent diffusé à la radio et l'un des plus gros succès US du groupe en date. Le groupe se retrouve satisfait de ce succès. Mais, les choses ne se passent pas comme prévu. Le mariage des McVies à cette période causera beaucoup de stress, ce qui aggravera les relations en studio, et l'alcoolodépendance de John McVie[15].

Succès commercial (1975–1987)[modifier | modifier le code]

Le Fleetwood Mac américain prend naissance en 1975 quand les Californiens Lindsey Buckingham et Stevie Nicks s'y sont joints. Cette édition « classique » s'est fixée aux États-Unis et est devenue une des formations les plus populaires de son temps, un véritable poids lourd de l'industrie du disque, grâce à une musique pop-rock très efficace, parfois qualifiée avec un certain mépris de « rock FM ».

C'est Mick Fleetwood qui le premier fait la rencontre du couple formé par Lindsey Buckingham (guitariste et chanteur) et Stevie Nicks (chanteuse). Séduit par le premier album du couple, Buckingham Nicks (1973), notamment par la chanson Frozen Love, Fleetwood invite Buckingham à rejoindre son groupe qui est alors dans de sérieuses difficultés ; il accepte à contre-cœur la présence de Nicks, que Buckingham lui impose. Le premier album de cette nouvelle formation, Fleetwood Mac (1975) est un énorme succès, mais sans comparaison avec le raz-de-marée qu'est Rumours en 1977, véritable usine à tubes qui se vend à plus de 40 millions d'exemplaires (plus de 100 millions au total pour le groupe) et consacre Fleetwood Mac comme l'un des plus grands groupes de sa génération.

Les membres du groupe reconnaissent que le tumulte de leurs vies personnelles des années 1975 et 1976 explique en bonne partie la dynamique et la créativité qui allait mener, au lieu de l'éclatement de la formation, à la naissance de Rumours. En effet, en l'espace d'environ un an, pendant l'enregistrement de Rumours, les cinq membres du groupe se sont séparés : Buckingham et Nicks, Christine et John McVie, mariés depuis huit ans, et le batteur Mick Fleetwood et sa femme (cette dernière ne faisant pas partie du groupe).

Après un troisième album beaucoup moins vendeur, le double Tusk (1979), le groupe sans se dissoudre officiellement, connaît trois ans d'inactivité pendant lesquels Buckingham, Nicks et Fleetwood enregistrent chacun leur premier album solo (Christine McVie fait de même en 1984). Le succès revient en 1982 avec Mirage, suivi cinq ans plus tard de Tango in the Night, dernier album avant le départ de Buckingham.

Départs de Buckingham et Nicks (1987–1995)[modifier | modifier le code]

Behind The Mask sort en 1990, avec deux guitaristes en remplacement de Buckingham, Rick Vito et Billy Burnette. En 1995, paraît Time, album réalisé en l'absence de Nicks et de Buckingham.

Toutefois, un événement remarquable s'était produit lors de la campagne présidentielle américaine de 1992 quand Bill Clinton a choisi comme thème de sa campagne Don't Stop, l'un des grands succès de Fleetwood Mac, ramenant le groupe sur le devant de la scène médiatique.

Pause et départ de Christine (1997–2007)[modifier | modifier le code]

Stevie Nicks et Lindsey Buckingham à la tournée Say You Will en 2003.

Cet événement fait dire aux membres du groupe qu'ils avaient encore le goût de jouer ensemble. Ils feront donc une série de concerts menant à la sortie de l'album The Dance en 1997 et il est décidé qu'un nouvel album de Fleetwood Mac verrait le jour.

Il faut pour cela attendre 2003 avec la parution de Say You Will contenant 18 nouvelles chansons, neuf par Buckingham et neuf par Nicks. En fait, Say You Will est né d'un projet d'album solo de Buckingham que ce dernier caressait depuis quelques années déjà.

Unleashed Tour et Extended Play (2008–2013)[modifier | modifier le code]

Fleetwood Mac, pendant la tournée 2013 à la Philips Arena d'Atlanta.

Le 14 mars 2008, Associated Press annonce une collaboration entre Sheryl Crow et Fleetwood Mac en 2009. Crow et Stevie Nicks ont conclus un contrat ensemble, Nicks ayant été une grande inspiration pour Crow[16]. Dans un entretien avec Buckingham, il explique qu'après discussions entre Crow et le groupe, la potentielle collaboration avec Crow a « perdu de son momentum »[17]. Cependant, en juin 2008, Nicks refuse l'idée selon laquelle Crow se joindrait à Fleetwood Mac pour remplacer Christine McVie. Selon Nicks, « le groupe recommencera les enregistrement d'ici octobre[18]. » Le 7 octobre 2008, Mick Fleetwood confirme à l'émission The One Show de la BBC, un tournée pour 2009.

Pendant leur tournée du 20 juin 2009 à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, Stevie Nicks joue une nouvelle chanson qu'elle a écrite sur l'ouragan Katrina[19]. Elle est ensuite incluse sous le titre New Orleans dans le nouvel album de Stevie Nicks, In Your Dreams avec Mick Fleetwood à la batterie. En octobre 2009, le groupe commence à tourner en Europe dès début novembre, suivi par une tournée en Australie et en Nouvelle-Zélande en décembre. Toujours en octobre, The Very Best of Fleetwood Mac est réédité en format double disque version longue. Le 1er novembre 2009, un nouveau documentaire d'une durée d'une heure, Fleetwood Mac: Don't Stop, est diffusé sur la BBC One[20].

La tournée Unleashed Greatest Hits de Fleetwood Mac commence le 1er mars 2009 à Pittsburgh et a pris fin le 26 mars à Toronto, totalisant 16 dates. Cette tournée était la première que le groupe faisait sans présenter un nouvel album. Le groupe avait alors laissé entendre qu'un nouvel album pourrait naître avant longtemps. Toutefois, la parution en 2011 des nouveaux albums solo de Lindsey Buckingham (Seeds We Sow) et de Stevie Nicks (In Your Dreams) pourrait retarder la réalisation de cette promesse.

Le bassiste Bob Brunning meurt le 18 octobre 2011, à l'âge de 68 ans[21]. L'ancien guitariste et chanteur Bob Weston est retrouvé mort le 3 janvier 2012, à 64 ans[22]. L'ancien chanteur et guitariste Bob Welch est retrouvé mort, suicidé par balles, le 7 juin 2012, à l'âge de 66 ans[23]. Une lettre d'adieu est trouvée dans sa résidence (Tennessean Music Team). Le musicien souffrait de problèmes de santé et de dépression. Son épouse est la première à avoir découvert son corps inanimé[24].

Leur tournée de 2013, qui comprend 34 dates, est lancée le 4 avril à Columbus. Le groupe joue deux nouveaux morceaux (Sad Angel et Without You)[25]. Leur premier disque en huit ans, Extended Play, est publié le 30 avril 2013[26]. L'EP débute 48e des charts US, et engendre un single, Sad Angel. Les 25 et 27 septembre 2013, les deuxième et troisième nuits du groupe au London O2, Christine McVie les rejoint sur scène pour jouer Don't Stop[27]. Le 27 octobre, le groupe annonce que John McVie a été diagnostiqué d'un cancer, et qu'il annulerait ses concerts australiens et néo-zélandais juqu'à la fin de son traitement[28]. Selon The Guardian du 22 novembre 2013, Christine McVie explique qu'elle reviendra au sein de Fleetwood Mac s'il le souhaitaient, et que le pronostic de John McVie était « plus que bien »[29].

Changements de formation (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Le groupe se réunit en 2014 pour une tournée aux États-Unis et pour quelques dates en 2015 en Grande-Bretagne avec la présence de Christine McVie.

En janvier 2015, Buckingham annonce un nouvel album du groupe et une dernière tournée avant 2015[30]. En août 2016, Fleetwood annonce que le groupe a déjà enregistré « des tonnes de morceaux »[31].

En avril 2018, Buckingham quitte le groupe une seconde fois suite à un désaccord sur la prochaine tournée du groupe[32]. Il est remplacé par Mike Campbell de Tom Petty and the Heartbreakers et par Neil Finn de Crowded House[32]. Le même mois, le groupe annonce une tournée mondiale débutant en octobre 2018[33].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Peter Green - guitare, harmonica, chant (1967-1970, 1971)
  • Jeremy Spencer - guitare, piano, chant (1967-1971)
  • Bob Brunning - basse (1967)
  • Danny Kirwan - guitare, chant (1968-1972)
  • Bob Welch - guitare, chant, vibraphone (1971-1974)
  • Bob Weston - guitare, chant (1972-1974)
  • Dave Walker - chant (1972-1973)
  • Lindsey Buckingham - guitare, chant (1975-1987, 1993-2018)
  • Billy Burnette - guitare, chant (1987-1995)
  • Rick Vito - guitare, chant (1987-1991)
  • Bekka Bramlett - chant (1993-1995)
  • Dave Mason - guitare, chant (1993-1995)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Live
  • 1985 : Live in Boston
  • 1992 : Live at the Marquee 1967
  • 1995 : Live at the BBC
  • 1997 : The Dance
  • 1998 : London Live 1968
  • 1999 : Shrine '69
  • 2004 : Fleetwood Mac Live In Boston

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1969 : English Rose
  • 1969 : The Pious Bird of Good Omen
  • 1971 : Black Magic Woman
  • 1971 : The Original Fleetwood Mac
  • 1971 : Greatest Hits
  • 1975 : Vintage Years
  • 1978 : Man of the world
  • 1987 : The Collection
  • 1988 : Greatest Hits
  • 1990 : The Hits of Fleetwood Mac
  • 1991 : Original Fleetwood Mac: The Blues Years
  • 1992 : 25 Years - The Chain (coffret 4 CD)
  • 1996 : The Best of Fleetwood Mac
  • 1997 : Madison Blues
  • 1998 : The Vaudeville Years
  • 1999 : The complete Blue Horizon Sessions (1967-1969)
  • 2001 : Show-Biz Blues
  • 2002 : The Best of Peter Green's Fleetwood Mac
  • 2002 : The Very Best of Fleetwood Mac
  • 2002 : Jumping at Shadows: The Blues Years
  • 2003 : Green Shadows
  • 2007 : The Essential Fleetwood Mac
  • 2013 : Opus Collection

Album blues-session[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Fleetwood Mac In Chicago Vol 1 (enregistré à Chicago avec des musiciens blues américains tels que Otis Spann au chant et au piano, les guitaristes David « Honeyboy » Edwards et Buddy Guy, Walter « Shakey »Horton à l'harmonica, J. T. Brown au saxophone ténor, le contrebassiste Willie Dixon et le batteur S.P. Leary)
  • 1970 : Fleetwood Mac In Chicago Vol 2 (suite du premier avec les mêmes musiciens)

Ces deux volumes sont aussi parus sous le titre Blues Jam at Chess réunis en un seul volume en 1969, ainsi que sous le titre In Chicago en 1975 aussi réunis en un seul volume. Voir références en bas de page.

EP[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Extended Play Contient les titres Sad Angel, Without You, It Takes Time et Miss Fantasy

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fleetwood Mac », Encyclopædia Britannica, (consulté le 4 août 2015).
  2. Chris Smith, The Greenwood Encyclopedia of Rock History: From Arenas to the Underground, 1974–80, Greenwood Press, , 88, 94–95, 215 p. (ISBN 0-313-32937-0).
  3. Nathan Brackett et Christian Hoard, The New Rolling Stone Album Guide, Fireside, (ISBN 0-394-72107-1), p. 303.
  4. (en) David Bennun, « How Fleetwood Mac Invented Goth », The Quietus, .
  5. « Fleetwood Mac Biography », sur Rolling Stone
  6. Barry Lazell, Rock movers & shakers, Billboard Publications, Inc., (ISBN 978-0-8230-7608-6, lire en ligne)
  7. Rod Stewart, Rod Stewart: Autobiografía, Penguin Random House Grupo Editorial España, , 85– p. (ISBN 978-84-01-34665-1, lire en ligne).
  8. Nielsen Business Media, Inc., Billboard, Nielsen Business Media, Inc., , 4– p. (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  9. Donald Brackett, Fleetwood Mac: 40 Years of Creative Chaos, Greenwood Publishing Group, , 63– p. (ISBN 978-0-275-99338-2, lire en ligne).
  10. Mick Fleetwood, Play On: Now, Then and Fleetwood Mac, Hodder and Stoughton, , 76– p. (ISBN 978-1-4447-5326-4, lire en ligne).
  11. Terry Rawlings, Then, now and rare British Beat 1960–1969, Omnibus Press, (ISBN 0-7119-9094-8), p. 77.
  12. Martin Celmins, Peter Green: Founder of Fleetwood Mac, Castle (ISBN 1-898141-13-4)
  13. Bob Brunning, Fleetwood Mac: Behind the Masks, London, New English Library, (ISBN 0-450-53116-3, OCLC 22242160).
  14. Jason Saulnier, « Dave Walker Interview », Music Legends, (consulté le 6 mai 2013).
  15. « "McVie, John." Encyclopedia of Popular Music, 4th ed. », sur Oxford Music Online (consulté le 20 juillet 2014).
  16. (en) Associated Press, « Sheryl Crow to sing with Fleetwood Mac », CNN, .
  17. Gary Graff, « Sans Crow, Fleetwood Mac To Tour In 2009 », Billboard,
  18. (en) Kiefer, Scott "Stevie Nicks performs tonight in St. Louis", News Democrat, St. Louis, 13 juin 2008.
  19. (en) « The Ledge – View Single Post – New Orleans Arena, NOLA – June 20, 2009 », Ledge.fleetwoodmac.net (consulté le 29 août 2010)
  20. (en) « Fleetwood Mac: Don't Stop – BBC One », sur BBC (consulté le 26 mai 2016)
  21. (en) « Music Memories – Fleetwood Mac'S Original Bassist Dead », Streaming Oldies (consulté le 12 février 2014).
  22. (en) « Official Home Site », Bob Weston (consulté le 29 février 2012)
  23. (en) Piya Sinha, « Former Fleetwood Mac guitar player Bob Welch dies – TODAY Entertainment », Todayentertainment.today.msnbc.msn.com, (consulté le 8 juin 2012)
  24. (en) « Bob Welch, former Fleetwood Mac member, commits suicide in Nashville », Blogs.tennessean.com (consulté le 17 octobre 2014).
  25. « Fleetwood Mac Tour: Band To Start 34-City Tour In April », The Huffington Post, .
  26. (en) Michael Gallucci, « Fleetwood Mac, "Extended Play" Album Review », (consulté le 24 mai 2013)
  27. (en) « Christine McVie Reunites with Fleetwood Mac » (consulté le 23 novembre 2013).
  28. (en) « FLEETWOOD MAC CANCELS AUSTRALIAN/NEW ZEALAND TOUR », Fleetwood Mac, (consulté le 27 octobre 2013).
  29. (en) « Christine McVie: I Want To Rejoin Fleetwood Mac », The Guardian, Londres, (consulté le 23 novembre 2013).
  30. (en) Fleetwood Mac: new album and tour will be our swansong, The Guardian (Londres).
  31. (en) Nick DeRiso, « Fleetwood Mac’s New Album Is Apparently Being Held Up by Stevie Nicks », sur Ultimate Classic Rock (consulté le 5 septembre 2016).
  32. a et b « Fleetwood Mac se sépare de son guitariste Lindsey Buckingham - Rolling Stone », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  33. « Fleetwood Mac Detail New Tour and Talk Life After Lindsey Buckingham », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :