Base aérienne 101 Toulouse-Francazal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Francazal et Base aérienne 101 Niamey.

Base aérienne 101 Toulouse-Francazal
BA 101 le 9 juin 1963 lors d'une journée portes ouvertes
BA 101 le lors d'une journée portes ouvertes
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Date d'ouverture 1934-2009
Coordonnées 43° 32′ 57″ nord, 1° 21′ 26″ est
Superficie 292 hectares
Altitude 163 m (535 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Base aérienne 101 Toulouse-Francazal
Base aérienne 101 Toulouse-Francazal
Informations aéronautiques
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire Armée de l'air

La base aérienne 101 Toulouse-Francazal « Général Lionel de Marmier » est une ancienne base de l'Armée de l'air française (1934-2009) située en Haute-Garonne à une dizaine de kilomètres du centre de la ville de Toulouse basée sur aéroport de Toulouse-Francazal.

Historique[modifier | modifier le code]

Officiers de l'Escadron Aérien de Recherches et de Sauvetages n°99, en 1964 (au centre - tête nue - Le Lieutenant-Colonel Henri Monsarrat - commandant la base)
Un Lockheed Constellation sur le tarmac de Francazal, 1964

La BA 101 a été officiellement créée en 1934, à l'occasion de la création de l'armée de l'air. Du au , le groupe II/51 y resta en stationnement avec interdiction de vols.

En février 1962 l'Escadron Aérien de Recherches et de Sauvetages N°99 (EARS 99 ou SAR: Section Aérienne de Recherche) s'y installe dans le cadre du rapatriement des unités aériennes dû à la fin de la guerre d'Algérie, jusqu'à sa dissolution en 1969[1].

Le est organisé un meeting aérien ouvert au public toulousain dans le cadre d'une journée portes ouvertes.

En 1989, l'affaire des paras de Francazal implique quatre parachutistes déserteurs, reconnus coupables en 1991 d'homicides volontaires, viols, actes de barbarie et tortures.

Unités stationnées en 2008[2] :

  • Centre d'instruction des équipages de transport (CIET 00.340)
  • Escadron du soutien technique spécialisé 2E.340
  • Ensemble équipe technique et d’instruction spécialisée (EETIS 63.560)
  • Multinational Entry Into Service Team A400M 01.338

Dans le cadre de la réforme de la carte militaire annoncée en juillet 2008, la BA 101 est dissoute le [3] pour devenir jusqu'à fin août 2010 le Détachement air 101[4].

Le , l'aérodrome est ouvert à la circulation aérienne publique.

Le , la société américaine Hyperloop annonce la création sur le site d'un centre de recherche pour son train ultrarapide[5].

En 2020, devrait y être opérationnel un "Pôle national des opérations aéroportées"[6]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Le Meur, Francazal, histoire d'une base aérienne, Toulouse, Éditions Privat, , 194 p. (ISBN 978-2-7089-9220-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]