Base aérienne 110 Creil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Base aérienne 110 Creil
Vue aérienne de la BA 110 en juillet 2012
Vue aérienne de la BA 110 en juillet 2012
Cocarde Cocarde 2
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Ville Creil
Date d'ouverture 1954
Coordonnées 49° 15′ 12″ nord, 2° 31′ 09″ est
Superficie 428 ha
Altitude 89 m (291 ft)

Géolocalisation sur la carte : Oise

(Voir situation sur carte : Oise)
CSF
CSF

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
CSF
CSF

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
CSF
CSF
Pistes
Direction Longueur Surface
07/25 2 399 m (7 871 ft) revêtue
Informations aéronautiques
Code AITA CSF
Code OACI LFPC
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire Armée de l'air

La base aérienne 110 Creil « Lieutenant-colonel Guy de La Horie[1] » de l'Armée de l'air française est située sur le territoire de la commune de Creil, dans le département de l'Oise.

La base aérienne 110 a fermé sa plateforme aéronautique le 31 août 2016. La décision ministérielle de 2014 exécute le plan de transformation des armées qui vise à réduire les emprises militaires nationales et à concentrer l’activité aéronautique par un nombre réduit d’aérodromes. Il demeure sur le site de Creil des unités opérationnelles.

Unités actuelles[modifier | modifier le code]

La base abrite un escadron de transport :

Autres unités de l'armée de l'air stationnées sur la base aérienne :

Organismes interarmées stationnés sur la base de défense de Creil :

  • Certains moyens de la Direction du renseignement militaire (DRM)
  • Unité française de vérification (UFV)
  • Établissement géographique interarmées (EGI)
  • Équipe de marque interarmées de l'espace (EMIE) qui est intégrée au Commandement interarmées de l'espace (CIE)

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1910 : poser du biplan de Georges Lecagneux[2]
  • 1914 : activités aériennes de reconnaissance
  • 1938 : terrain utilisé par l'aviation de tourisme[réf. nécessaire]
  • 18 novembre 1939 : installation des unités de mise en place de l'aérodrome militaire
  • 1940-1944 : réquisition des parcelles et création du terrain par l'Armée de l'Air allemande[3]
  • 1951 - 1958 : construction d'une base aérienne moderne pour l'Armée de l'Air[3]
  • 1er juin 1954 : installation de la 10e Escadre de Chasse sur Vampire. Création de la base aérienne 110
  • 13 juillet 1955 : mise en service des Mystère IIC à la 10e Escadre de Chasse
  • 1er mars 1956 : création de l'EC 1/10 Valois
  • Décembre 1957 : arrivée des Mystère IVA à la 10e EC
  • 28 mai 1958 : le 1/10 passe sur SMB.2
  • décembre 1958 : SMB.2 pour le 2/10 Seine
  • octobre 1959 novembre 1961: service militaire à la SP classe 59/3
  • 26 août 1961 : le colonel Jean Fournier, qui s'apprêtait à prendre le commandement de la base aérienne, meurt dans un accident aérien[4]
  • octobre 1961 : l'ECN 1/30 Loire sur Vautour IIN arrive à Creil et est rattaché à la 10e Escadre de Chasse
  • juillet 1962 : le 1/30 passe sous le commandement de la 30e Escadre de Chasse de Reims
  • juin 1965 : affectation de l'Escadron de bombardement 3/91 Beauvaisis sur Mirage IVA
  • 24 janvier : les premiers Mirage IIIC du 2/10 se posent à Creil
  • juillet 1974 : les derniers SMB.2 quittent la BA 110
  • 1er août 1974 : le 1/10 vole à son tour sur Mirage IIIC
  • juin 1976 : dissolution du 3/91
  • novembre 1978 : départ pour Djibouti des Mirage IIIC du 3/10
  • 28 septembre 1981 : arrivée des premiers Mirage F1C du 1/10
  • 29 mars 1985 : le 1/10 Valois quitte Creil pour Reims où il devient le 1/30 valois
  • 27 juin 1985 : cérémonie officielle de dissolution de la 10e Escadre de Chasse
  • 1er juillet 1985 : fermeture de la base, phase de gardiennage, utilisation pour des manœuvres (printemps 1987, par exemple)
  • 1er mars 1990 : réouverture de la base
  • octobre 2014 : annonce de la fermeture de la plateforme aéronautique en 2016
  • 2015 : transfert des Escadron de transport 1/62 Vercors et Escadron de transport 3/62 Ventoux, vers la Base aérienne 105 Évreux-Fauville ; ainsi que d'une partie de la Direction du Renseignement militaire vers le Site Balard
  • 2016 : fermeture de la plateforme aéronautique, et du Dépôt des essences Air de Creil (appartenant au SEA). Sa réutilisation comme aérodrome d'affaires est évoquée par la presse régionale[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Fanneau de la Horie né à Paramé (Ille et Vilaine), le 23 août 1905. Admis à l'École Polytechnique en 1924- Chef du GC 1/4 à Dakar c’est lui qui fait échouer la tentative de la prise de contrôle par les troupes gaullistes en 1941 de l'aérodrome d'Ouakam. Nommé chef d'état-major de l'Air en AOF, puis désigné en 1942 comme officier supérieur chargé de l'emploi de la chasse à l'État-major de l'air à Alger. Il est promu au grade de Lieutenant-colonel, le 25 juin 1943. Guy Fanneau de La Horie, pilote au groupe de chasse Navarre est abattu le 25 août 1944 dans son Republic P-47 Thunderbolt au-dessus de Malataverne (Drôme)
  2. http://www.anciens-aerodromes.com/illustrationsterrains/Creil.htm
  3. a et b http://www.anciens-aerodromes.com/?p=24917
  4. https://www.ordredelaliberation.fr/fr/les-compagnons/353/jean-fournier
  5. Article du Parisien du 27 janvier 2015