Base aérienne 110 Creil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Armée de l'air française
Cet article est une ébauche concernant l’Armée de l'air française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Base aérienne 110 Creil
Vue aérienne de la BA 110 en juillet 2012
Vue aérienne de la BA 110 en juillet 2012
Cocarde Cocarde 2
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Ville Creil
Date d'ouverture 1954
Coordonnées 49° 15′ 12″ nord, 2° 31′ 09″ est
Superficie 428 ha
Altitude 89 m (291 ft)

Géolocalisation sur la carte : Oise

(Voir situation sur carte : Oise)
CSF
CSF

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
CSF
CSF

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
CSF
CSF
Pistes
Direction Longueur Surface
07/25 2 399 m (7 871 ft) revêtue
Informations aéronautiques
Code AITA CSF
Code OACI LFPC
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire Armée de l'air

La base aérienne 110 Creil « Lieutenant-colonel Guy de La Horie[1] » de l'Armée de l'air française est située dans la commune de Creil, dans le département de l'Oise.

La base aérienne 110 a tourné une page de son histoire avec la fermeture de sa plateforme aéronautique devenue effective le 31 août 2016. Cette fermeture est la conséquence d’une décision ministérielle rendue en 2014. Elle s’inscrit clairement dans le plan de transformation des armées qui vise à rationaliser les emprises militaires sur le territoire national et à concentrer l’activité aéronautique sur un nombre réduit d’aérodromes en optimisant les ressources et en constituant des pôles capacitaires spécialisés.

Toutefois, il demeure des unités opérationnelles et pérennes.

Unités actuelles[modifier | modifier le code]

La base abrite aujourd'hui un escadron de transport :

Autre unité stationnée :

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1938 : terrain utilisé par l'aviation de tourisme
  • 1939-1940 : terrain utilisé par l'Armée de l'Air
  • 1951 - 1958 : construction d'une base aérienne moderne pour l'Armée de l'Air
  • 1er juin 1954 : installation de la 10e Escadre de Chasse sur Vampire
  • 13 juillet 1955 : mise en service des Mystère IIC à la 10e Escadre de Chasse
  • 1er mars 1956 : création de l'EC 1/10 Valois
  • Décembre 1957 : arrivée des Mystère IVA à la 10e EC
  • 28 mai 1958 : le 1/10 passe sur SMB.2
  • décembre 1958 : SMB.2 pour le 2/10 Seine
  • octobre 1959 novembre 1961: service militaire à la SP classe 59/3
  • octobre 1961 : l'ECN 1/30 Loire sur Vautour IIN arrive à Creil et est rattaché à la 10e Escadre de Chasse
  • juillet 1962 : le 1/30 passe sous le commandement de la 30e Escadre de Chasse de Reims
  • juin 1965 : affectation de l'Escadron de bombardement 3/91 Beauvaisis sur Mirage IVA
  • 24 janvier : les premiers Mirage IIIC du 2/10 se posent à Creil
  • juillet 1974 : les derniers SMB.2 quittent la BA 110
  • 1er août 1974 : le 1/10 vole à son tour sur Mirage IIIC
  • juin 1976 : dissolution du 3/91
  • novembre 1978 : départ pour Djibouti des Mirage IIIC du 3/10
  • 28 septembre 1981 : arrivée des premiers Mirage F1C du 1/10
  • 29 mars 1985 : le 1/10 Valois quitte Creil pour Reims où il devient le 1/30 valois
  • 27 juin 1985 : cérémonie officielle de dissolution de la 10e Escadre de Chasse
  • 1er juillet 1985 : fermeture de la base, phase de gardiennage, utilisation pour des manœuvres (printemps 1987, par exemple)
  • 1er mars 1990 : réouverture de la base
  • octobre 2014 : annonce de la fermeture de la plateforme aéronautique 2016
  • 2015 : transfert en cours des Escadron de transport 1/62 Vercors et Escadron de transport 3/62 Ventoux, vers la Base aérienne 105 Évreux-Fauville ; ainsi que d'une partie de la Direction du Renseignement militaire vers le Site Balard
  • 2016 : fermeture de la plateforme aéronautique, et du Dépôt des essences Air de Creil (appartenant au SEA). Une réutilisation de la base comme aérodrome d'affaires est évoqué par la presse régionale[2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Fanneau de la Horie né à Paramé (Ille et Vilaine), le 23 août 1905. Admis à l'Ecole Polytechnique en 1924- Chef du GC 1/4 à Dakar c’est lui qui fait échouer la tentative de la prise de contrôle par les troupes gaullistes en 1941 de l'aérodrome d'Ouakam. Nommé chef d'état-major de l'Air en AOF, puis désigné en 1942 comme officier supérieur chargé de l'emploi de la chasse à l'État-major de l'air à Alger. Il est promu au grade de Lieutenant-colonel, le 25 juin 1943. Guy Fanneau de La Horie, pilote au groupe de chasse Navarre est abattu le 25 août 1944 sur son Republic P-47 Thunderbolt au-dessus de Malataverne (Drôme)
  2. Article du Parisien du 27 janvier 2015