Base aérienne 172 Fort-Lamy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La base aérienne 172 Fort-Lamy, créée en 1939, est un site opérationnel de l'Armée de l'air, situé sur le territoire de la ville de N'Djamena, au Tchad.

Histoire[modifier | modifier le code]

La base aérienne est occupée par un détachement permanent d’avions de l'armée de l'air française de 1939 jusqu’à son abandon en 1975 puis de nouveau par un détachement permanent depuis 1986 . Le 20 septembre 1940, les Alliés ouvrent la route aérienne entre Takoradi au Ghana et Le Caire en Égypte. Les avions provenant souvent des États-Unis via le Brésil font escale à Fort-Lamy grâce au ralliement du Tchad à la France libre le 26 août 1940[1].

La base aérienne 172 « Sergent chef Adji Kosseï » est située actuellement à N'Djamena, au Nord-Ouest de l'Aéroport international de Ndjamena. Une seconde base est le camp Capitaine Croci à Abéché, dans l'est du pays. Un détachement est également stationné à Faya-Largeau, au nord[2].

Le dispositif Épervier présent depuis 1986 comprend[Quand ?] un groupement de l'armée de l'air, composé de plus de 300 aviateurs, de Mirage 2000 C RDI, de trois avions de transport tactique (deux Transall C160 et un CASA CN 235), et un appareil de ravitaillement en vol C-135.

Les quatre Mirage F1 CR, qui réalisaient des missions de présence et de reconnaissance, ont quitté définitivement le territoire tchadien début juin 2010 pour passer le flambeau aux Mirage 2000 C RDI de Cambrai. Par ailleurs, le 31 mars 2010, un Casa CN 235 de l'escadron de transport 1/62 «Vercors» de Creil s'est posé sur le tarmac de la base aérienne de Kosseï pour commencer sa nouvelle mission. Cet avion de transport a remplacé l'un des trois C-160 Transall d'Orléans déployés sur le théâtre. Un premier déploiement du Casa s'était déroulé en décembre 2009 sur la base de Kosseï pour vérifier son aptitude à remplir une partie des missions dévolues au groupement de transport opérationnel (GTO), au sein de l'opération Épervier. Ce séjour lui a donné la possibilité de réaliser avec succès un large éventail de missions comme des posers en terrains sommaires, des aéro-largages, des avitaillements ou encore, des évacuations sanitaires. Les aptitudes associées à de bonnes performances à forte température font du Casa CN 235 un vecteur complémentaire des C160, tant sur le plan opérationnel que technique. Le dispositif Épervier a été mis en place en février 1986 afin de contribuer au rétablissement de la paix et au maintien de l'intégralité territoriale du Tchad. Il contribue actuellement à la stabilité du pays et de la sous-région.

Les éléments français au Tchad (EFT) de la force Épervier assurent deux missions permanentes. Ils garantissent la protection des intérêts français, et tout particulièrement la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad. Conformément à l'accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad, ils apportent également un soutien logistique (ravitaillement, carburant, transport, formation) aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes, ainsi qu'un appui renseignement. En outre, sur une base volontaire, ils apportent une aide médicale à la population.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Mantoux, Les guerres du Tchad 1969-1987, Lemme edit, 107 p. (ISBN 978-2-917575-49-9), p. 21.
  2. Opérations extérieures, sur defense.gouv.fr