BB 66400

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
BB 66400 (SNCF)
Description de cette image, également commentée ci-après
La BB 66459 Infra à Longueville.
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation BB 66401 à 66506
Type locomotive
Motorisation Diesel-électrique
Couplage UM
Construction 106 locomotives
Constructeur(s) CAFL, Alstom, CEM
SACM, Fives-Lille
Mise en service de 1968 à 1971
Effectif 13 ()
Affectation Infra
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
Carburant gazole
Moteur thermique

1 * MGO V16 BSHR SACM

1 030 kW à 1 500 tr/min
Moteurs de traction 4 * TA 648 H2
560 V à ventil. forcée
Puissance continue 830 kW
Capacité en carburant 3 000 L
Consommation 3 L/km
Masse en service 70 t
Longueur 14,972 m
Largeur 2,980 m
Hauteur 4,260 m
Empattement 8,460 m
Bogies Y 216
Empattement du bogie 2,600 m
Diamètre des roues Ø1100
Vitesse maximale 120 km/h

[1],[2],[3],[4]

BB 69449 en tête d'une RRR à Amiens.

Les BB 66400 constituent une série de locomotives diesel de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

Description[modifier | modifier le code]

Bien qu'inspirée largement de la 3e sous-série des BB 66000, avec même caisse et même moteur, les BB 66400 sont fondamentalement différentes au niveau de la conception de leur fonctionnement. Construites par les usines Alsthom de Belfort, ces locomotives sont aptes à circuler en unités multiples (UM) avec les véhicules de la même série, mais absolument pas avec les BB 66000.

  • 1re série avec les BB 66401 à BB 66440 livrées de à
  • 2e série avec les BB 66441 à BB 66475 livrées de à
  • 3e série avec les BB 66476 à BB 66506 livrées de à

Les BB 66400 ont la même particularité que les BB 67400, c'est-à-dire qu'elles disposent d'un alternateur triphasé, qui peut chauffer les rames, sans le fourgon chaudière traditionnel.

Services effectués[modifier | modifier le code]

Dessertes voyageurs[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Dessertes marchandises[modifier | modifier le code]

  • Creil - Beauvais
  • Chalindrey - Langres
  • Langres - Vittel
  • Langres - Contrexéville
  • Caffiers - Dunkerque
  • Saint-Dizier - Langres
  • Chalindrey - Epinal
  • Epinal - Remiremont
  • Epinal - Gérardmer
  • Gray - Auxonne
  • Achères - Saint-Germain-en-Laye

(liste non exhaustive)

dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

Situation de 1968 à 1997[modifier | modifier le code]

  • Chalindrey (dès )
  • La Plaine (dès , puis cession à Lens)
  • Lens (avec les 10 premiers engins au 3e trimestre 1968)
  • Limoges (dès )
  • Longueau (dès 1997 avec réception des 12 engins en provenance de Sotteville-lès-Rouen)
  • Nantes (dès )
  • Nevers (dès 1995 avec réception des 3 engins en provenance de Toulouse)
  • Sotteville-lès-Rouen (dès 1981 avec 12 engins, puis transfert en 1997 à Longueau)
  • Toulouse (dès 1982, avec réception de 3 engins en provenance de Limoges, puis transfert en 1995 à Nevers)
  • Vénissieux (dès , et par la suite affectation de la BB 66466)

Situation après 1998[modifier | modifier le code]

  • Seuls 3 dépôts regroupent les BB 66400 à savoir Chalindrey avec 47 engins, Longueau 36 et Nevers 23.

Situation en janvier 2005[modifier | modifier le code]

  • Seuls 3 dépôts regroupent les BB 66400 à savoir Chalindrey avec 93 engins, Longueau 9 et Nevers 4.

Situation en 2009[modifier | modifier le code]

Certaines d'entre elles ont été modernisées en BB 69400.

  • Chalindrey : 5 engins
  • Dijon Perrigny : 18 engins
  • Longueau : 4 engins

Situation au 24 octobre 2019[modifier | modifier le code]

Répartition des 13 locomotives

STF Désignation Ville Nombre de machines
SLF STF Infrarail Nevers & Tours 13 machines

Engins particuliers[modifier | modifier le code]

  • La BB 66466 fut choisie pour être équipée d'un attelage automatique monté aux Ateliers de Nevers et fut mutée au dépôt de Vénissieux.
  • La BB 66480 du dépôt de Lens fut mise à disposition de GEC-Alsthom pour tester une chaîne de traction asynchrone pour l'exportation. Elle circula sur le Chemin de Fer de l'Est de Lyon (CFEL) en où elle resta jusqu'en où elle fut mutée au dépôt de Nevers pour la poursuite de ses essais. Elle passa même sur le banc d'essais de Vitry en 1991.

Informations particulières[modifier | modifier le code]

Machine préservée[modifier | modifier le code]

Modélisme[modifier | modifier le code]

Les BB 66400 ont été reproduite en modélisme ferroviaire :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978
  2. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 237, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  3. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  5. Locomotives Diesel, sur agrivap.fr. Consulté le 6 juin 2014.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, "Le matériel moteur de la SNCF", N.M. La Vie du Rail, 1969 et réédition 1978
  • Denis Redoutey, "Le matériel moteur de la SNCF", Paris, La Vie du Rail, , 399 p. (ISBN 978-2-915034-65-3)
  • Revue : "Le Train", avec article d'Olivier Constant "Les BB 66000" (et les autres du même type dont les BB 66400), spécial 44 - 4/2005.
  • Revue : "Rail Passion", n° Hors Série sur "Les diesels de ligne", paru en .
  • Revue Le Train, article d'Olivier Constant dans "l'encyclopédie du matériel moteur, tome 7, les locomotives diesels" dont les BB 66400 paru en , ISSN 1296-5537.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]