BB 60000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
BB 60000 (SNCF)
Description de cette image, également commentée ci-après
La 460018 à Hendaye le 6 juin 2007
Exploitant(s) SNCF, ETF
Désignation BB 60001-60175
Type locomotive
Motorisation Diesel-électrique
Couplage UM 2
Construction 175 locomotives
Constructeur(s) Vossloh
Livraison de 2006 à 2011
Effectif 169 au
Affectation - Fret
- Infrastructure
- ETF
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
Carburant gazole
Moteur thermique 1 x Caterpillar CAT 3508 B (thermique) 4 moteurs 6 FRA 3055A (électrique) puissance 1 000 kW
Moteurs de traction 2 moteurs 6 FRA 3055 A AT
1 400 V à ventil. forcée
Transmission unilatérale
Puissance continue 700 kW
Capacité en carburant 3 000 L
Masse en service 76 t
Longueur 15,050 m
Largeur 2,834 m
Hauteur 4,185 m
Empattement 8,150 m
Empattement du bogie 2,300 m
Diamètre des roues Ø1 000
Vitesse maximale 100 km/h

[1],[2],[3]

Les BB 60000 sont des locomotives diesel commandées par la SNCF pour le Fret. Engins de puissance intermédiaires, elles sont destinées à remplacer, au moins en partie, la série des BB 63400 / BB 63500. La direction de la SNCF a eu à choisir entre trois modèles : le G 1000 de Vossloh, le D 146 Trenitalia de Firema, et un dérivé de l'Am 841 des CFF proposé par Alstom-Espagne. C'est la proposition d'Alstom qui est retenue.

Conception[modifier | modifier le code]

Les 60000 sont des engins de technologie triphasée asynchrone. Ils dérivent directement de la série 311.1 et du prototype MABI de la Renfe. À la différence de ces séries de base, le constructeur a souhaité remplacer le moteur MTU par un Caterpillar. Par ailleurs, le souhait de la société française de disposer d'un engin muni d'accès par portes frontales a entraîné une nouvelle étude de la cabine. Ces locomotives sont équipées des systèmes RSO, VA, KVB, Daat, RST, bimode, Atess, radio de manœuvre et pré-équipement de la télécommande. L'usine Alstom de Valence (ex-Meifensa, ex-MACOSA) ayant été rachetée par Vossloh en 2005, les premiers engins sont sortis des chaînes munis des plaques de ce constructeur. Mais la partie management du projet est toujours pilotée par Alstom.

Les locomotives 460000 peuvent être utilisées en unité multiple (UM).

Service[modifier | modifier le code]

Arrivées fin 2006, les premières unités connaissent des difficultés de mise au point en matière de shuntage et de système hydrostatique. Ce système de shuntage a été mis en cause dans l'accident mortel du 27 octobre 2012 au passage à niveau n°40 a Amilly: les barrières se sont levée deux voitures sont passées ont été heurtées par le convoi ferroviaire. [1]

Leur autorisation de mise en exploitation commerciale est soumise à l'arrêté sécurité ferroviaire d'octobre 2006 et à l'arrêté du 1er juillet 2004. Son dossier de sécurité est analysé par un organisme indépendant de la maîtrise d'œuvre et de la maîtrise d'ouvrage.

Les premières 460000 ont été affectées à l'EMM de Normandie pour services sur Le Havre, Sotteville et Mantes. Elles ont ensuite essaimé sur la région parisienne. Leur affectation sur d'autres régions est encore sujette à caution en raison de leur charge à l'essieu et de la situation déplorable en matière d'entretien de la plupart des lignes secondaires françaises.

Depuis le début 2008, les BB 60000 font leur apparition au dépôt des locomotives de Villeneuve-Saint-Georges, depuis décembre 2008 sur Achères et depuis 2009 elles sont mises en service au dépôt de Rennes. Au départ utilisées pour les dessertes locales, elles sont appelées à remplacer les BB 63500 au service de la manœuvre sur les triages de Villeneuve-Saint-Georges et Valenton.

Le , la 100e unité de la série a été réceptionnée au dépôt de Sotteville-lès-Rouen.

Depuis 2011, toutes les locomotives ont été affectées au Technicentre Ferroviaire SNCF Normandie (dépôt de Sotteville).

Depuis février 2015, toutes les locomotives ont été affectées au Technicentre Haute Picardie (dépôt de Longueau).

En novembre 2017, la SNCF vend 6 locomotives (60015, 20, 72, 86, 93 et 105) à l'entreprise ETF[4] ce qui est effectif depuis le 12 décembre.

Lignes parcourues[modifier | modifier le code]

  • Le Havre - Sotteville - Mantes
  • Rennes - Redon - Nantes
  • Villeneuve-Saint-Georges - Brétigny- Tolbiac
  • Villeneuve-Saint-Georges - Malesherbes
  • Villeneuve-Saint-Georges - Nemours via Montargis
  • Le Bourget - Amiens
  • Le Bourget - Sotteville-lès-Rouen
  • Le Bourget - Troyes
  • Bobigny - Les Aubrais
  • Sotteville - Noisy le Sec
  • St Pierre-des-Corps - Connerré
  • Rennes - St Jacques de la Lande
  • Le Mans - Château-Gontier
  • Rennes - Rosporden
  • Mulhouse-Nord - Thann
  • Dijon - Nevers
  • Engenville - Pithiviers - Orléans

(Liste non exhaustive)

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

Répartition des 169 locomotives au 3 janvier 2018

STF Désignation Ville Nombre de machines
SLA STF Infrarail Longueau 20 machines
SLT STF Locomotives thermiques fret Longueau+Sotteville 149 machines

Galerie Photos[modifier | modifier le code]

Modélisme[modifier | modifier le code]

Ces engins ont été reproduit par la firme Piko en 2018, en livrée Fret SNCF, Infra SNCF, E-Genie et ETF.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 221, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  2. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  3. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  4. a b c d e f et g On Liguide! via La lettre du cheminot

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Redoutey, "Le matériel moteur de la SNCF", La Vie du Rail, (ISBN 978-2-915034-65-3)
  • Marc Caremantrant, Les BB 75000 en service in Rail Passion no 117 p. 12–15., La Vie du Rail, Paris, juillet 2007.
  • Patrick Laval, Les BB 75000 prennent la relève in La Vie du Rail no 3102 p. 14–17, Paris, 9 mai 2007.
  • Théo Stolz, Les BB 475000, version diesel "Prima" de Fret SNCF in Chemins de fer no 506 p. 28-34, AFAC, Paris, octobre 2007. ISSN 1252-9907
  • Laurent Charlier, Les BB 75000 d'Alstom/Siemens in Rail Passion Hors-série "Les diesels de ligne" p. 64–65., La Vie du Rail, Paris, novembre 2007.
  • Revue : "Rail-Passion", État annuel du matériel moteur SNCF, no 139 - Mai 2009.
  • Meillasson Sylvain : La BB 460000 de Fret SNCF. In Rail Passion no 113, 03/2007.
  • Revue Le Train, article d'Olivier Constant dans "l'encyclopédie du matériel moteur, tome 7, les locomotives diesels" dont les BB 60000 paru en septembre 2010, (ISSN 1296-5537).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]