Gare des Sables-d'Olonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Sables-d'Olonne
Image illustrative de l'article Gare des Sables-d'Olonne
Bâtiment voyageurs vu côté cour.
Localisation
Pays France
Commune Les Sables-d'Olonne
Adresse rue de la Bauduère
85100 Les Sables-d'Olonne
Coordonnées géographiques 46° 29′ 59″ nord, 1° 46′ 53″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV Atlantique
TER Pays de la Loire
Caractéristiques
Ligne(s) Les Sables-d'Olonne à Tours
Voies 3
Quais 2
Altitude 4 m
Historique
Ouverture 29 décembre 1866

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Les Sables-d'Olonne

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Les Sables-d'Olonne

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Les Sables-d'Olonne

La gare des Sables-d'Olonne est une gare ferroviaire française de la ligne des Sables-d'Olonne à Tours, située sur le territoire de la commune des Sables-d'Olonne, dans le département de la Vendée, en région Pays de la Loire.

Elle est mise en service en 1866 par la Compagnie des chemins de fer de la Vendée. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des TGV Atlantique en provenance de la gare de Paris-Montparnasse, et par des trains TER Pays de la Loire circulant entre Nantes et les Sables-d'Olonne, via La Roche-sur-Yon.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 4 mètres d'altitude, la gare des Sables-d'Olonne est à l'origine de la ligne des Sables-d'Olonne à Tours, située au point kilométrique (PK) 0,082. La gare suivante est la gare d'Olonne-sur-Mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création d'une ligne de chemin de fer reliant Napoléon-Vendée (La Roche-sur-Yon) aux Sables-d'Olonne fait l'objet d'une enquête publique en 1861, et la ligne est concédée le 28 février 1863 à des hommes d'affaires, le comte de Monthiers, Thomas Savin, de Puyberneau, Pope Hennessy, Benjamin Oliveira, Bonnin, Paul Margetson, James Morrish, E.-P. de Colquhoun, Richard Kyrke-Penson, et le marquis de Ripert de Monclar.

Ceux-ci formeront la Compagnie des chemins de fer de la Vendée pour la construire et l'exploiter la ligne des Sables-d'Olonne[1], ainsi que la ligne Napoléon-Vendée - Gare de Bressuire.

Bâtie avec la ligne durant l'année 1866 par la Compagnie des chemins de fer de la Vendée, une première gare est ouverte à la fin de l'année, le 29 décembre[2] lors de l'inauguration de la ligne se dirigeant alors jusqu'à La Roche-sur-Yon.

Mais faute de moyens financiers suffisants (la compagnie étant déclarée en faillite en 1877 et rachetée par l'État en 1878[3]), cette première gare faite de planches tombera rapidement en ruines et les travaux de construction de la nouvelle gare, correspondant au bâtiment actuel, menés par les chemins de fer de l'État dureront de 1880 et 1883. Dans les années 1900, le trajet vers Paris prend alors 9 heures par le rail[2].

De 1989 à 1925, la gare est desservie par le tramway des Sables-d'Olonne, et, de 1902 à 1949, par une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique des tramways de la Vendée la reliant à Talmont et au Champ-Saint-Père, puis, de 1925 à 1949, à La Barre-de-Monts par Croix-de-Vie et Saint-Gilles-sur-Vie.

La gare fera l'objet de divers aménagements, dont la modernisation demandée par la municipalité des Sables à la SNCF, chargée de son exploitation depuis la nationalisation de 1938, et opérée au début des années 1990[2].

La gare des Sables-d'Olonne devient en outre « gare TGV » à compter du [2], laissant la station balnéaire vendéenne à moins de 4 heures de la capitale. Les TGV sont d'ailleurs tractés par locomotive Diesel au départ de Nantes[4] jusqu'en décembre 2004. À cette date, la Région jette l'éponge (subvention demandée par la SNCF sans cesse plus importante et service néanmoins peu fiable)[5], et la gare perd son statut de gare TGV.

Les TGV ne reviendront aux Sables-d'Olonne que le 14 décembre 2008, à la suite de l'électrification de la ligne.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

TGV Atlantique en gare.

Accueil[modifier | modifier le code]

C'est une gare SNCF, qui dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours et équipé de distributeurs automatiques de titres de transport[6]. Elle est équipée de parkings pour vélos et véhicules routiers[6].

Desserte[modifier | modifier le code]

TGV Atlantique[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de la gare, au centre.

La gare des Sables-d'Olonne est desservie par deux allers-retours quotidiens (trois en été) du TGV Atlantique circulant depuis la Gare de Paris-Montparnasse, via Nantes et La Roche-sur-Yon[7].

TER Pays de la Loire[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par des trains TER Pays de la Loire à destination de la gare de La Roche-sur-Yon[7]. La plupart de ces trains continuent vers ou sont en provenance de la gare de Nantes[7].

Depuis l'été 2013, la gare est également desservie par un aller-retour TER circulant jusqu'en gare de Saumur les samedis et dimanches de juillet et août, afin de permettre de passer l'après-midi ou le week-end dans la station balnéaire des Sables-d'Olonne (« train des plages »)[8],[9],[10].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par la plupart des lignes de bus urbains du réseau Oléane de la communauté de communes des Olonnes[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'arrivée du chemin de fer aux Sables d'Olonne », Lettre des Sables, no 97,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c et d « Les gares des Sables d'Olonne », Lettre des Sables, no 83,‎ (lire en ligne)
  3. Loi du 18 mai 1878 autorisant le rachat par l'État de lignes concédées à diverses compagnies secondaires, dont la compagnie de la Vendée, citée par Annuaire des Chemins de fer et des Tramways (ancien Marchal) : Édition des réseaux français, Paris, , 43e éd., 1334 p., p. 95
  4. Nicolas de la Casinière, « Le TGV des Sables-d'Olonne sera lent et sans électricité. Afin d'éviter aux vacanciers un changement de train, Villiers exige une solution aberrante. La SNCF renâcle. », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. Sophie Le Miller, « Dossier de presse des 100 premiers jours de mandature de Jacques Auxiette » [PDF], Région Pays de la Loire, (consulté le 24 janvier 2014), p. 8
  6. a et b Informations pratiques sur la gare des Sables d'Olonne, sur le site SNCF TER Pays de la Loire, consulté le 21 septembre 2013.
  7. a, b et c Fiche horaire TER no 8, des Pays de la Loire, valable du 7 juillet au 29 septembre 2013.
  8. « Bressuire. Le Train des plages revient en gare », article du Courrier de l'Ouest du 3 juillet 2013, consulté le 17 août 2013.
  9. « Un train des plages entre Saumur et Les Sables cet été », article de Ouest-France du 19 février 2013, consulté le 17 août 2013.
  10. Fiche horaire TER no 14 des Pays de la Loire, valable du 7 juillet au 14 décembre 2013, consultée le 17 août 2013.
  11. [PDF] Plan du réseau Oléane, hiver 2013/2014, consulté le 21 septembre 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Montparnasse La Roche-sur-Yon TGV Terminus Terminus
Nantes Olonne-sur-Mer
ou La Mothe-Achard
ou La Roche-sur-Yon
TER Pays de la Loire Terminus Terminus
La Roche-sur-Yon Olonne-sur-Mer
ou La Mothe-Achard
TER Pays de la Loire Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Pays de la Loire
(saisonnier : l'été)
La Roche-sur-Yon
ou La Mothe-Achard
Saumur