BB 63500

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
BB 63500
Description de cette image, également commentée ci-après
La BB 64066 au dépôt de Longueau.
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation 040 DE 501-790
puis BB 63501-64080 SNCF
puis BB 400 VFLI et Akiem
Surnom BB Brissonneau et Lotz
Type locomotive
Motorisation Diesel-électrique
Couplage UM pour:
BB 63721 à 63750,
BB 63811 à 63885,
BB 63981 à 64020
Construction 580 locomotives
Constructeur(s) BL, SACM
Mise en service de 1956-1971
Effectif 44 au
Affectation - Infra
- Intercités
- Matériels
- Auto-train
- TER
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard (1 435 mm)
Carburant gazole
Moteur thermique 1 moteur SACM MGO V12 SH
Moteurs de traction 4 * 453 29 BL
750 V ventil. forcée
Puissance continue 450 kW
Capacité en carburant 3 000 L
Consommation 3 L/km
Masse en service 68 t
Longueur 14,680 m
Largeur 2,800 m
Hauteur 3,980 m
Empattement 7,500 m
Bogies Y 201
Empattement du bogie 2,600 m
Diamètre des roues Ø1 050 mm
Vitesse maximale 90 km/h

[1],[2],[3],[4]

Les BB 63500 sont des locomotives diesel de la SNCF, similaires aux BB 63400. Elles reprennent, avec quelques différences mineures, les caisses des BB 63000, faisant ainsi partie de l'importante famille des BB Brissonneau et Lotz.

Certaines machines ont été transférées aux filiales de la SNCF Voies ferrées locales et industrielles (VFLI) et Akiem, et renumérotées BB 400 après modernisation[5].

Description[modifier | modifier le code]

Moteur MGO V12 de la BB 63854 (Saint-Pierre-des-Corps).

Pour pallier le manque de puissance des BB 63000, la SNCF décide d'utiliser un autre moteur, le 12 cylindres français MGO, qui est déjà utilisé depuis 1952 dans l'autorail Renault ADP X4983 et qui donne toute satisfaction ; il est plus puissant, plus compact et plus léger. La première locomotive ainsi équipée sort le 20 février 1956 sous la numérotation 040 DE 501.

L'architecture de la locomotive est identique à celle de leurs ainées, les BB 63000. Quelques aménagements ont toutefois été réalisés, liés au nouveau moteur diesel : ainsi, la génératrice principale est d'un type nouveau, l'agencement des panneautages du grand capot a été adapté, le compresseur d'air est d'un type plus puissant, etc.

Elle aura une grande descendance puisque 580 machines sont livrées à la SNCF, la dernière en 1971. Elles furent transformées, pour 23 d'entre elles, en BB 64700 afin d'assurer des manœuvres dans les triages, et pour 26 autres en BB 64600 pour la branche Infra du groupe SNCF.

Lignes desservies[modifier | modifier le code]

  • Bellegarde - La Cluse - Bourg-en-Bresse (service voyageurs et marchandises)
  • La Rochelle-Ville - La Rochelle-Pallice (service marchandises)
  • Alès - Le Teil et antenne de Bessèges (service marchandises)

Parc[modifier | modifier le code]

Au 7 juin 2021, le parc de 44 locomotives est réparti de la façon suivante :

STF Désignation Dépôt Nombre de locomotives
SLA STF Infrarail Longueau 19
SLB STF Infrarail Bordeaux 6
SLI STF Infrarail Chalindrey 5
SLN STF Lignes Normandes Achères 5
SVI STF Voyages - Intercités Villeneuve-Saint-Georges 9

Modélisme[modifier | modifier le code]

On trouve en HO chez Roco et chez Piko une reproduction de la BB 63500 et en N chez Roco.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978
  2. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 229, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  3. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  5. [PDF] Fiche sur les BB 400, sur akiem.com, consulté le 4 août 2014.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, "Le matériel moteur de la SNCF", N.M. La Vie du Rail, 1969 et réédition 1978
  • Denis Redoutey, "Le matériel moteur de la SNCF", Paris, La Vie du Rail, , 5e éd., 399 p. (ISBN 978-2-915034-65-3)
  • « Les diesels de ligne », dans revue Rail Passion, n° Hors Série, novembre 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]