Augustins de l'Assomption

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Assomptionniste)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Augustins de l'Assomption
(Assomptionnistes)
Ordre religieux
Type congrégation cléricale
Spiritualité augustinienne
Structure et histoire
Fondation 1845
Fondateur Emmanuel d'Alzon
Abréviation AA
Liste des ordres religieux

Les Augustins de l'Assomption (AA) constituent une congrégation de religieux catholiques (prêtres et frères) fondée à Nîmes par le père Emmanuel d'Alzon en 1845, approuvée par Rome en 1857 (décret de louange), en 1864 (décret d'approbation) et 1923 (décret d'approbation définitive des constitutions). La règle de la congrégation reprend celle de saint Augustin d'Hippone qu'elle complète par ses propres constitutions.

Cette congrégation internationale est propriétaire du groupe de presse Bayard, basé en France mais aussi présent à l'international dont les titres les plus anciens sont le quotidien La Croix et l'hebdomadaire Le Pèlerin. Spécialisée dans l'organisation de pèlerinages depuis sa fondation, elle est en particulier impliquée dans l'organisation du pèlerinage à Lourdes le 15 août.

Les assomptionnistes sont présents sur presque tous les continents et se repartissent en provinces et en vicariats. La Province d'Europe des Assomptionnistes est une des plus anciennes et des plus importantes.

Historique[modifier | modifier le code]

La congrégation des Augustins de l’Assomption a été fondée par le père Emmanuel d'Alzon, vicaire général de Nîmes, dans la nuit de Noël 1845. Elle a obtenu le bref de louange en 1857, le décret d'approbation en 1864 et l'approbation des constitutions en 1923 seulement. En revanche, elle n'a jamais obtenu ni demandé de forme de reconnaissance par les pouvoirs publics en France. Elle est au contraire dissoute en pendant les années d'anticléricalisme d'État et frappée d'exil sous le gouvernement de Pierre Waldeck-Rousseau menant une politique contre les congrégations.

En 1925, les AA ont absorbé la branche anglaise des Pères de Saint-Edme ou Oblats du Sacré Cœur de Jésus et du Saint Cœur Immaculé de Marie fondés en 1843 par le Père Jean-Baptiste Muard.

Trente-deux chapitres généraux ont eu lieu en 1850, 1852, 1855, 1858, 1862, 1868, 1873, 1876, 1879, 1880, 1886, 1892, 1898, 1903, 1906, 1912, 1918, 1921-1922, 1929, 1935, 1946, 1952, 1958, 1964, 1969, 1975, 1981, 1987, 1993, 1999, 2005 et 2011.

Fondateur[modifier | modifier le code]

Le père Emmanuel d'Alzon, fondateur.

Le père Emmanuel d'Alzon, né au Vigan le , a été formé au séminaire de Montpellier (1832-1833), puis a complété sa formation en autodidacte à Rome. Lié à Lamennais, il se démarque de son ancien maître mais en retient quelques leçons de vie. Apôtre généreux et fécond, il lançe de nombreuses initiatives pastorales dans le diocèse de Nîmes sous ses évêques successifs : Mgr de Chaffoy, Mgr Cart[1] , Mgr Plantier et Mgr Besson. Il démissionne de sa charge de vicaire général en 1878.

Il fonde deux congrégations-sœurs, les Augustins de l'Assomption et les Oblates de l'Assomption en leur assignant des buts apostoliques ambitieux : missions lointaines (Australie, mission d'Orient), éducation, presse et pèlerinages avec la collaboration fervente de ses premiers disciples.

Il meurt à Nîmes le et est déclaré vénérable par le pape Jean-Paul II en .

Supérieurs généraux[modifier | modifier le code]

  • 1845-1880 : Emmanuel d'Alzon ;
  • 1880-1903 : François Picard ;
  • 1903-1917 : Emmanuel Bailly ;
  • 1917-1923 : Joseph Maubon, vicaire général ;
  • 1923-1952 : Gervais Quenard ;
  • 1952-1969 : Wilfrid Dufault ;
  • 1969-1975 : Paul Charpentier ;
  • 1975-1987 : Hervé Stéphan ;
  • 1987-1999 : Claude Maréchal ;
  • 1999-2011 : Richard Lamoureux ;
  • depuis 2011 : Benoît Grière.

Au chapitre général de 2005, le Père Richard Lamoureux, réélu obtient trois assistants : André Brombart, Emmanuel Kahindo Kihugho et Julio Navarro Roman. Sont élus officiers sans être assistants : Jean-Daniel Gullung économe général et Lucas Chuffart, secrétaire général.

Au chapitre général de 2011, le Père Benoît Grière est élu supérieur général. Il est entouré de quatre assistants généraux : Emmanuel Kahindo Kihugo, vicaire général, John Franck et Marcelo Marciel ainsi que Didier Remiot, économe général. Bernard Le Léannec est élu secrétaire général. Lors du 33e chapitre général en à Lyon, le Père Benoît Grière est réélu pour un mandat de 6 ans[2].

D'après l'annuaire pontifical de 2005, les Augustins de l'Assomption comptent 921 religieux dont 600 prêtres et 123 communautés.

Spiritualité assomptionniste[modifier | modifier le code]

La spiritualité des Augustins de l'Assomption est centrée autour du Royaume de Dieu, elle se traduit par la devise que lui a donné le Père d’Alzon, Adveniat Regnum Tuum. En y ajoutant ensuite le triple amour — amour du Christ, amour de la Vierge Marie et amour de l’Église — le fondateur y voyait l’expression la plus abrégée de l’esprit de l’Assomption[3]. Ce triple amour implique donc une spiritualité christocentrique, une place faite à Marie, un service de l’Église.

Champ sans frontière, l’amour du Royaume de Dieu est décliné autour de trois axes : l’unité, la vérité et la charité. Il ne se restreint donc pas à une activité précise mais a vocation à orienter l’existence de ceux qui vivent de ce charisme.

Se voulant hommes de foi et hommes de leur temps, les Assomptionnistes sont appelés à se porter « là où Dieu est menacé dans l’homme et l’homme menacé comme image de Dieu »[4]. Le Père d’Alzon dit qu’« un bon Assomptionniste doit être hardi, généreux et désintéressé ».

La congrégation est également marquée par l’esprit de saint Augustin dont elle suit la règle. À la source de celle-ci, l’unité de la communauté orientée vers Dieu : « Avant tout, vivez unanimes, ayant une seule âme tournée vers Dieu ».

Activités de la congrégation[modifier | modifier le code]

Le but de la congrégation est d’œuvrer à l’avènement du Règne de Dieu, en nous et autour de nous[5]. Très large, il ne peut donc se réduire à une œuvre précise. Le Chapitre général de 2005 propose une reformulation du charisme apostolique : « Être des hommes de communion, qui proposent la foi, solidaires des pauvres ». C’est une réexpression des trois dimensions d’unité, de vérité et de charité.

Immeuble d'Adveniat, à Paris (VIIIe).

Souvent, ce sont les circonstances historiques qui ont amené à lancer ou à prendre une activité précise. Citons notamment :

  • la pastorale des jeunes avec plusieurs communautés d’accueil de jeunes et des foyers d’étudiants ;
  • une auberge de jeunesse chrétienne nommée Adveniat située à Paris, rue François Ier (Paris VIIIe) ;
  • des collèges (Espagne, États-Unis, Belgique, Congo, Madagascar) ;
  • le groupe de presse Bayard, connu pour ses titres La Croix, Le Pèlerin, Prions en Église mais aussi pour sa presse jeunes (Pomme d'Api, Astrapi, Okapi, J'aime lire) ;
  • le pèlerinage à Lourdes, organisé tous les ans le (fête de l'Assomption, depuis 1873 ;
  • le Forum104, espace de rencontre culturel et interspirituel situé à Paris ;
  • l’animation de sanctuaires (Chili, Argentine, Canada) ;
  • des centres d’accueil pour entreprises (Valpré près de Lyon et le Centre Port-Royal à St Lambert-des-Bois près de St Quentin-en-Yvelines) ;
  • présence dans les pays d’Europe Orientale à majorité orthodoxe (Russie, Roumanie, Bulgarie, Grèce) ;
  • des paroisses (Europe, Afrique, Amérique, Océanie) ;
  • une péniche accueillant des exclus, sans-papiers, migrants (Conflans-Sainte-Honorine) ;
  • des aumôneries (scolaires, hospitalières, pénitentiaires, de mouvements).

Famille assomptionniste[modifier | modifier le code]

Aux quatre coins du monde, au souffle large de l'Esprit

Les treize familles religieuses qui, à un titre ou à un autre, sont nées soit directement de l'inspiration des trois figures fondatrices tutélaires de l'Assomption (l'abbé Théodore Combalot, sœur Marie-Eugénie de Jésus et le père Emmanuel d'Alzon) soit indirectement de celle de leurs disciples, sont aujourd'hui à l’œuvre dans une soixantaine de pays[6]. Cette réalité est encore modeste si l'on compare ces implantations par rapport aux quelque 210 pays ou entités nationales recensées par l'Organisation des Nations unies (ONU) en 2005 mais c'est un chemin d'espérance vers une internationalité toujours plus visible et plus affirmée en ce troisième millénaire de l'histoire du christianisme.

Cette dispersion mondialiste correspond en tout cas parfaitement à l'ambition spirituelle et apostolique du Père d'Alzon, resté pourtant sinon très français, du moins très nîmois : « Il faut élargir les intelligences et les cœurs dans la grande question de la cause de Dieu, il faut ouvrir des horizons pour les myopes, il faut allumer des brasiers pour des gens qui ne réclament que leur chauffe-pieds et ont peur qu’on leur donne un rhume en leur donnant trop de chaleur. Heureux les supérieurs qui embrassent le monde entier dans leur ambition, parce qu'ils sont ambitieux de faire régner Jésus-Christ partout ».

Les six premières familles historiques de l'Assomption[modifier | modifier le code]

Les six premières congrégations de l'Assomption, dont cinq sont issues de la France et dont une seule forme le rameau masculin (proportion habituelle dans les familles religieuses), présentent à l'évidence des traits de famille, de caractère, d'apostolat communs fortement marqués. Toutes d'ailleurs portent dans leur nom et leurs gênes le dénominateur officiel d'Assomption, même s'il existe en leur temps et même avant elles d'autres familles religieuses de l'Assomption tout à fait indépendantes de leur esprit et de leur fondation. Nous les donnons dans l'ordre chronologique de leurs origines.

Religieuses de l'Assomption[modifier | modifier le code]

Les Religieuses de l'Assomption (RA), sont fondées à Paris, rue Férou, en 1839. La maison mère est au château d'Auteuil, la Tuilerie depuis 1857, transférée au Val Notre-Dame en Belgique en 1900 puis revenue retour à Auteuil en 1953. La fondatrice, sœur Marie-Eugénie de Jésus, est sous la direction spirituelle du Père d'Alzon à partir de 1841 (élue supérieure).

Augustins de l'Assomption, dits Assomptionnistes[modifier | modifier le code]

Sœurs missionnaires de l'Assomption[modifier | modifier le code]

Les Sœurs missionnaires de l'Assomption, sont fondées en 1852 au Cap (Afrique du Sud) par mère Marie-Gertrude Henningsen (1822-1904), par scission d'avec les RA. La maison mère est à Grahamstown puis transfert de la maison généralice à Johannesburg. La supérieure générale actuelle est sœur Barbara Standing (69 religieuses, 10 communautés)[Quand ?].

Oblates de l'Assomption[modifier | modifier le code]

Les Oblates de l'Assomption (OA), religieuses missionnaires, fondées au Vigan en . La maison généralice est d'abord à Nîmes rue Séguier en 1873 puis à Paris, rue Lecourbe en 1926. Les fondateurs sont le Père d'Alzon (1810-1880) et Marie Correnson, en religion Mère Emmanuel-Marie de la Compassion (1842-1900), jeune fille de la bourgeoisie nîmoise, née à Paris le . Elle est choisie par le Père d'Alzon et établie comme supérieure générale.

Petites Sœurs de l'Assomption[modifier | modifier le code]

Les Petites Sœurs de l'Assomption (PSA), sont fondées à Paris en , rue Vanneau puis rue Saint-Dominique. La maison mère et généralice est implantée à Paris rue Violet en 1870. Les PSA sont fondées conjointement par le Père Étienne Pernet[7] et sœur Antoinette Fage, en religion mère Marie de Jésus (1824-1883). Le Père d'Alzon a éprouvé une grande admiration pour la cofondatrice des PSA dont la rencontre avec Étienne Pernet fut déterminante. La congrégation se consacre depuis ses origines aux soins gratuits des malades pauvres à domicile. Reconnue en 1875 par l'archevêque de Paris, le cardinal Guibert, elle obtient les approbations de Rome en 1897 et 1901. En 1946 la congrégation centralisée est divisée en provinces ; en 1949, elle absorbe les Servas dos Pobres du Portugal ; en 1962 elle absorbe les Petites Sœurs des Champs fondées en 1844 à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) par l'abbé Jean-Baptiste Marie Delpech (1807-1887). En 1993 est officialisée la scission d'avec une partie de la province italienne qui devient la congrégation des Sœurs de la charité de l'Assomption (SCA).

Orantes de l'Assomption[modifier | modifier le code]

Les Orantes de l'Assomption (ORA) sont fondées à Paris le au 14 rue Berton chez les Oblates de l'Assomption. Les Orantes y habitent presque 5 ans. Après plusieurs déménagements successifs rue Desbordes-Valmore 75016, elles habitent à Sceaux (Hauts-de-Seine)en 1920, à Bonnelles en 1970 (Yvelines), la maison généralice s'installe à Cachan puis à Créteil en 2009, (Val-de-Marne). Aux origines des Orantes, on trouve le Père François Picard, AA (1831-1903) et mère Isabelle Marie de Gethsémani (1849-1921), née Isabelle de Clermont-Tonnerre, épouse Henri d'Ursel en 1873. Branche contemplative de l'Assomption, Congrégation de droit diocésain internationale, restée de taille modeste, elle a absorbé en 1941 celle des Sacramentines de Marseille, fondées en 1639 par le Père Antoine Le Quien.

Fondations du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les autres fondations de la famille sont du XXe siècle et ne portent pas toutes le nom Assomption même si elles doivent leur origine à un religieux assomptionniste :

  • les Sœurs de Sainte Jeanne d'Arc, (SJA), fondées en 1914 à Worcester (USA), maison généralice en 1917 et sanctuaire du Montmartre canadien en 1925[8] à Sillery, Québec. Cette congrégation canadienne et américaine due au Père Marie-Clément Staub et sœur Jeanne du Sacré-Cœur (née Célina Benoît) se consacre essentiellement à l'apostolat au service des prêtres et des paroisses ;
  • les Siervas Obreras Catequistas, fondées en Argentine par le Père Moreau, en 1934. Maison généralice à Perito Oreno 449, 5501 Godoy Cruz, Mendoza (Argentine). La supérieure générale est Hermana Leticia Ballhorost. Ces religieuses sont fondées par un assomptionniste, le Père José Maria Moreau (1897-1947) ;
  • les Sœurs de la Croix, fondées en 1939 à Athènes. Maison généralice rue Ipirou, Agia Paraskevi[9] ;
  • les Frères de l'Assomption, fondés en 1951 à Béni au Congo R.D. ; maison généralice à Butembo. Les Frères de l'Assomption sont un institut religieux diocésain laïc (frères) dû à l'initiative de Mgr Pierard, forment aujourd'hui une petite congrégation diocésaine au service de Béni-Butembo ;
  • les Petites Sœurs de la Présentation de Notre-Dame, fondées en 1948 ou 1952 à Béni (à confirmer) au Congo R.D. ; maison généralice actuelle à Butembo. Autre Congrégation diocésaine fondée par le même Mgr Piérard, s'est développée dans la province du Kivu (Congo RD) ;
  • les Petites missionnaires de la Croix, fondées en 1955 en Colombie, sont devenues un institut séculier, sans lien particulier avec l'Assomption) ;
  • les Sœurs de la charité de l'Assomption, (SCA), fondées en 1993 à Rome dans la mouvance de Comunione e liberazione.

Pour les statistiques et adresses, se reporter au volume annuel de l’Annuario Pontificio.

Cette simple liste atteste la vitalité religieuse et apostolique de l'Assomption durant deux siècles, mais nous savons aussi que seule l'Église a reçu les promesses de la vie éternelle (cf. Raymond Hostie, Vie et mort des Ordres religieux). Dans les pays de vieille chrétienté, les congrégations religieuses souffrent aujourd'hui d'un certain dépérissement : vieillissement, baisse des effectifs, repli identitaire, que ne compense pas toujours leur expansion internationale. Par contre, dans l'hémisphère sud (Afrique, Asie), une vitalité vocationnelle est à l'œuvre, porteuse de promesses à vérifier dans la durée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-François-Marie Cart (1799-1855) », sur data.bnf.fr (consulté le 24 juin 2019)
  2. Le Père Benoît Grière réélu supérieur général des assomptionnistes
  3. Emmanuel d’Alzon, Ecrits Spirituels, pp. 130-146
  4. Règle de vie de la Congrégation des Augustins de l’Assomption, n°3
  5. Règle de vie de la Congrégation des Augustins de l’Assomption, n°1
  6. « Devenir Assomptionnistes : Qui sommes-nous ? », sur assumptio.org (consulté le 14 février 2018)
  7. Etienne Pernet (1824 - 1899). Résumé d'un article de Jacques Couvreur in Bull. Soc. hist. & arch. du XVème arrondt de Paris – N° 10.
  8. « Montmartre canadien », sur Corporation du patrimoine et du tourisme religieux de Québec (consulté le 1er décembre 2018)
  9. « Elpide (Iannis) STEPHANOU », sur assomption.org (consulté le 24 juin 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Guissard, Les assomptionnistes d'hier à aujourd'hui, Bayard Centurion, 2000.
  • Ma vie c'est le Christ, Emmanuel d'Alzon - André Sève - Éditions Bayard
  • Jean-Paul Périer-Muzet, Emmanuel d'Alzon, Fondateur Des Assomptionnistes, Nouvelle Cité (Collection Prier 15 jours), 2003.
  • beaucoup d’autres livres accessibles en ligne :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]