Grahamstown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grahamstown
Grahamstad
iRhini
Image illustrative de l'article Grahamstown
Administration
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province Cap-Oriental
District Sarah Baartman
Municipalité Makana
Code postal 6140
Démographie
Population 50 217 hab. (2011)
Densité 801 hab./km2
Géographie
Coordonnées 33° 18′ 00″ Sud 26° 32′ 00″ Est / -33.3, 26.5333
Superficie 6 267 ha = 62,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cap-Oriental

Voir sur la carte administrative de la zone Cap-Oriental
City locator 14.svg
Grahamstown

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte administrative d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Grahamstown

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte topographique d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Grahamstown

Grahamstown (Grahamstad en afrikaans, iRhini en Xhosa) est une ville d'Afrique du Sud située dans la province du Cap-Oriental. Surnommée la ville des Saints (The City of Saints) à cause de sa quarantaine d'églises ou encore GOG (pour good old Grahamstown), elle est aussi le siège de l'Université Rhodes (Rhodes University).

Géographie[modifier | modifier le code]

Grahamstown est située à 125 km de Port Elizabeth, à 180 km d'East London et à une soixantaine de kilomètres de la côte de l'Océan Indien.

Quartiers[modifier | modifier le code]

La commune de Grahamstown se divise en 19 secteurs géographiques : Belmont Valley, Eluxolweni, Fingo, Fortengland, Grahamstown Military Base, Grahamstown SP1, Grahamstown SP2 (comprenant le centre-ville), Hlalani, Hooggenoeg, Joza, King Flats, Kingswood, Mary Waters, Phaphamani, Rhodes, Scott Farm, Tantyi, Vukani et Xolani.

Le grand township de Rhini, qui jouxte la commune de Grahamstown, constitue un quartier séparé de la ville et est directement rattaché à la municipalité de Makana.

Démographie[modifier | modifier le code]

Comme toutes les communes d'Afrique du Sud, la répartition géographique des groupes de population à Grahamstown a été marqué au 20è siècle par l'apartheid. Les anciens quartiers blancs (centre-ville, Rhodes, Kingswood, Belmont Valley) sont aujourd'hui devenus beaucoup plus mixtes.

Selon le recensement de 2011, la commune de Grahamstown compte 50 217 habitants, majoritairement noirs (72,78% des résidents). Les blancs et les coloureds représentent respectivement 11,22% et 14,29% des habitants[1]. Mais en comptant en plus le township de Rhini (17 047 habitants avec plus de 96% de résidents issus des populations noires du pays), le nombre d'habitants de l'aire urbaine de Grahamstown atteint alors 67 264 résidents.

Dans la commune de Grahamstown, le township de King Flats (10 610 habitants, 99,22% de noirs) est le secteur qui compte le plus de résidents[2]. Le quartier universitaire de Rhodes est également majoritairement peuplé de noirs (2 584 habitants, 56,62% de noirs) tout comme le sont la majorité des autres secteurs de la ville (plus de 90% dans les townships de Hlalani, Eluxolweni, Fingo, Joza, Phaphamani, Tantyi, Vukani et Xolani). Les blancs sont cependant majoritaires dans les quartiers de Kingswood (44,05% des habitants) et de Grahamstown SP2 (40,07%) alors que les coloureds le sont pour leur part dans les quartiers de Hooggenoeg (78,04%), Mary Waters (86,16%) et Scott Farm (93,13%).

Le langue xhosa est la langue maternelle majoritairement utilisée par la population locale (66,53%) devant l'afrikaans (17,27%).

Historique[modifier | modifier le code]

Maison coloniale de Grahamstown (1826) ayant été la propriété de John Henry Webber (1847-1927), maire de la ville de 1903 à 1910 ainsi que la résidence de l'écrivain André Brink entre 1971 et 1991
Cathédrale Saint Michael et Saint George sur Church Square à Grahamstown

Grahamstown fut fondée en 1812 en tant que poste militaire avancé par le lieutenant-colonel John Graham afin de sécuriser la frontière et la colonie du Cap contre les Xhosas. Le elle fut le théâtre d'une sévère bataille entre les Britanniques et les Xhosa de Makana Nxele, regroupés sur le plateau de Egazini, dominant le site de Grahamstown, pour lancer les attaques contre les camps britanniques situés dans la vallée.

Les premiers colons britanniques s'installèrent à Grahamstown à partir de 1820 où ils durent affronter non seulement les populations locales, mais aussi les Afrikaners, la faim et la sécheresse.

La ville est en 1830 la seconde ville la plus importante de la colonie du Cap. En 1864, la session du parlement de la colonie du Cap s'y déroula. Surnommée la ville des Saints en raison du nombre élevé d'édifices religieux qui y sont construits (notamment quarante églises), Grahamstown devint le centre culturel et religieux de la région d'Albany avant d'acquérir également une grande renommée universitaire en Afrique du Sud.

En 1872 débuta la construction d'un Chemin de fer reliant Grahamstown à Port Alfred, une ville de la côte.

À la suite de la fondation de l'Union d'Afrique du Sud, la haute cour de Grahamstown devint une division locale de la nouvelle Cour suprême d'Afrique du Sud puis, en 1957, une division provinciale.

Depuis 1994, Grahamstown est intégré dans la nouvelle province du Cap-Oriental.

Administration[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, la commune de Grahamstown et le township de Rhini sont rattachés à la municipalité locale de Makana, au côté des villes de Alicedale et de Riebeeck East.

Aux élections municipales du 1er mars 2006, l'ANC a remporté 80,9 % des suffrages des résidents de la municipalité de Makana.

Politique[modifier | modifier le code]

De 1910 à 1994, Grahamstown a été le centre électoral de la circonscription législative du district d'Albany (correspondant à peu près géographiquement à l'actuelle municipalité de Makana).

Acquise d'abord au parti unioniste (1910-1921), le district d'Albany fut par la suite un bastion électoral du parti sud-africain (1921-1933) puis du parti uni (1933-1977) où elle est représentée au parlement successivement par Leander Starr Jameson (1910-1915), Frederick John Werndly (1915-1924), Robert Henry Struben (1924-1938), Thomas (Tom) Bouchier Bowker (1938-1966), Colin Bennett (1966-1970) et William Henry D'Ewes Deacon (1970-1977).

Lors des élections générales sud-africaines de 1977, la circonscription est remportée pour la première fois par le candidat du parti national (NP), Jaap Olckers, dans le cadre d'une élection triangulaire l'opposant aux candidats du nouveau parti républicain et du parti progressiste fédéral (PFP).

En 1981, Errol Moorcroft, candidat du PFP, reprend la circonscription mais il est à son tour battu en 1987 par Johannes (Jannie) van der Vyver (NP). Errol Moorcroft prend sa revanche, lors des élections générales sud-africaines de 1989, en reprenant la circonscription d'Albany sous les couleurs du nouveau parti démocratique.

Depuis les élections générales sud-africaines de 1994 (élection au scrutin de liste), l'ancienne circonscription est acquise au congrès national africain.

Université et "boarding schools"[modifier | modifier le code]

Observatory Museum, 10 Bathurst street

L'université Rhodes (RU), fondée en 1904, fait partie des plus anciennes et des plus reconnues d'Afrique du Sud et du continent africain. Elle compte 6000 étudiants venant du monde entier. Elle a été baptisée « Rhodes » en l'honneur de Cecil Rhodes.

Grahamstown accueille également plusieurs écoles parmi les meilleures d'Afrique[réf. souhaitée] :

  • Saint Andrews College (jeunes garçons)
  • Diocesan School for Girls (jeunes filles, école sœur de SAC)
  • Kingswood College (mixte)
  • Graeme College (jeunes garçons)
  • Victoria Girls High School (jeunes filles, école sœur de GC)

Festivals[modifier | modifier le code]

L'Albany Museum consacré à l'histoire naturelle
Hôtel de ville de Grahamstown

Chaque année, pas moins de 15 festivals populaires sont organisés à Grahamstown dont le "festival national d'arts" en juillet.

C'est un spectacle culturel riche en sons et en couleurs qui attirent près d'un demi-million d'amateurs de théâtre et de musique.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La façade du bâtiment Grocott's mail au 40 High Street

La ville est très riche en histoires des communautés britanniques et Xhosa vivant à Grahamstown. Elle compte 70 sites classés au patrimoine. Son architecture est diversifiée avec de nombreux édifices d'époque géorgienne, victorienne et du début de l’époque Edouardienne (notamment le bâtiment du journal Grocott's mail dont la façade date de 1906).

La rue principale et commerciale de Grahamstown est High Street (dans le quartier de Grahamstown SP2) où sont situés les échoppes et les supermarchés. Située sur la place de l'église (l'historique church square), la Cathédrale anglicane St. Michael et St. George (construite en tant qu'église à partir de 1824, agrandie et complétée en 1878, 1893, 1912 et 1953) est de style néo-gothique.

Le camp militaire britannique a été transformé en hôpital psychiatrique et certains bâtiments servent aussi de cellules de prison.

Dans le quartier de Rhodes, l'Albany Museum sur Somerset street est le deuxième musée le plus ancien d'Afrique australe. Fondé le 11 septembre 1855, il fait partie de l'institut de recherche de Rhodes University. Il conserve plus de deux millions de spécimens d'invertébrés d'eau douce, d'insectes terrestres, de poissons d'eau douce ou encore d'outils préhistoriques. Le musée d'histoire comprend également une vaste collection d'objets ayant appartenu ou représentant les premiers colons du Cap Oriental.

Plus au sud-ouest, également dans le quartier de Rhodes, le "1820 Settlers National monument" est un monument national dédié aux colons d'où les visiteurs ont une très belle vue sur la ville.

De l'autre côté du pont de la rivière Matyana, frontière naturelle entre Grahamstown et le township, les visiteurs découvrent une autre face de la ville au travers des coutumes et la culture Xhosa (danses...).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement 2011
  2. Recensement 2011 à King Flats

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :