Les Bordes-sur-Lez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Bordes-sur-Lez
Les Bordes-sur-Lez
Pont du XIIIe siècle enjambant le Lez aux Bordes-sur-Lez
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Statut Commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Patrick Laffont
2017-2020
Code postal 09800
Code commune 09062
Démographie
Gentilé Bordelais
Population 165 hab. (2014 en diminution de -1.2 % par rapport à 2009)
Densité 3,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 53′ 55″ nord, 1° 01′ 50″ est
Altitude Min. 548 m
Max. 2 838 m
Superficie 50,46 km2
Élections
Départementales Couserans Ouest
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Bordes-Uchentein
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Les Bordes-sur-Lez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Les Bordes-sur-Lez
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 15.svg
Les Bordes-sur-Lez
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 15.svg
Les Bordes-sur-Lez

Les Bordes-sur-Lez est une ancienne commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie. Le est devenue effective la fusion avec la Uchentein pour former la commune de Bordes-Uchentein.

Ses habitants sont appelés les Bordelais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé dans les Pyrénées dans l'ancienne vicomté de Couserans et dépendant de la châtellenie de Castillon-en-Couserans, le village est situé au confluent du Lez et du Balamet. Il est frontalier avec l'Espagne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Il comporte deux églises car autrefois divisé en deux paroisses : Ourjout sur la rive gauche du Lez et Bordes qui a donné son nom au village sur la rive droite. Deux hameaux possèdent aussi des chapelles : Aulignac et Idrein.

La majeure partie de la superficie de la commune est composée de la vallée du Ribérot pour une grande part domaniale. Ayer est le seul hameau encore habité de cette vallée qui s'étend jusqu'à la frontière espagnole. La crête partant du Tuc de la Pale de la Clauère (2 677 m) jusqu'au Tuc de Mil (2 802 m) est commune avec la Catalogne espagnole mais c'est le Mont Valier (2 838 m), sommet emblématique du Couserans, qui est le pic le plus fréquenté de cette vallée grâce notamment au refuge des Estagnous (repas et 72 places en dortoir) avec une via ferrata.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Borde « cabane, maisonnette, métairie » est un mot d’origine germanique (francique bort « planche », d’où borda « cabane » en latin tardif), désignant d’abord la maison isolée, puis des hameaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tramway électrique de la ligne de Saint-Girons à Castillon et à Sentein a desservi la commune de 1912 à 1937.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Jean Souque    
mars 2001 En cours Patrick Laffont DVG Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 165 habitants, en diminution de −1,2 % par rapport à 2009 (Ariège : 0,95 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8656729388581 0281 0551 0871 1461 132
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0141 0571 0921 0871 0731 0841 0771 028953
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
970985895701654643602587418
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
307257213174158164160170165
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Peintures murales romanes[modifier | modifier le code]

En 2012, des peintures murales romanes ont été découvertes dans l'église Saint-Pierre du hameau d'Ourjout lors de travaux de restauration. Pour la DRAC, ces œuvres dateraient du XIIe siècle et elles sont comparables en de nombreux points aux peintures du Maître de Taüll[7]. En , le préfet de région Pascal Mailhos annonce la restauration et la valorisation de cette fresque romane dont l'état de conservation est exceptionnel.

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site Internet de l'association Patrimoine Art Culture de Bordes sur Lez.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'abbé David Cau-Durban [8] (1844-1908), curé de Bordes-sur-Lez et archéologue-historien réputé du Couserans, est l'auteur de nombreux ouvrages historiques.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Culture et loisir[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le )
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Les Bordes-sur-Lez. Des peintures romanes cachées derrière le retable, La Dépêche du Midi, 5 octobre 2012
  8. « David Cau-Durban », sur Bibliothèque nationale de France

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :