Ville-la-Grand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ville-la-Grand
Ville-la-Grand
Vue de l'entrée de la ville.
Blason de Ville-la-Grand
Blason
Ville-la-Grand
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Annemasse
Intercommunalité Annemasse - Les Voirons Agglomération
Maire
Mandat
Nadine Jacquier
2016-2020
Code postal 74100
Code commune 74305
Démographie
Gentilé Villamagnains
Population
municipale
8 599 hab. (2015 en augmentation de 9,11 % par rapport à 2010)
Densité 1 915 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 11″ nord, 6° 14′ 51″ est
Altitude Min. 432 m
Max. 541 m
Superficie 4,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Ville-la-Grand

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Ville-la-Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ville-la-Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ville-la-Grand

Ville-la-Grand est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Ville-la-Grand se situe dans la vallée de l'Arve, dans la banlieue nord d'Annemasse. Elle est frontalière du canton de Genève en Suisse.

Communes limitrophes de Ville-la-Grand
Puplinge (Drapeau de la Suisse Suisse, GE) Presinge (Suisse, GE) Juvigny
Ville-la-Grand Cranves-Sales
Ambilly Annemasse

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Foron.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF la plus proche est celle d'Annemasse.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes T2, 4, 6 et 7 du réseau des Transports annemassiens collectifs (TAC).

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport international le plus proche est celui de Genève-Cointrin. L'aérodrome le plus proche est celui d'Annemasse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune comprend un centre très urbanisé autour duquel gravitent plusieurs lieux-dits comme Crêt et Marsaz.

Logement[modifier | modifier le code]

Ville-la-Grand est une ville constituée principalement de lotissements.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ville-la-Grand tire son nom du latin Villa, Villa Magna, ou Ville-Magne en français du XVIe siècle, en référence à une importante villa fondée à l'époque romaine.[réf. nécessaire]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Vela-la-Gran (graphie de Conflans) ou Vela-la-Grand (ORB)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Ville-la-Grand trouve son origine à l'époque de la République romaine, vers 48 à 44 av. J.-C. avec la création d'une villa par un riche patricien ou un simple vétéran récompensé par Jules César, tandis que les maîtres de l’époque règnent sur les terres hospitalières de l’Allobrogie. Tracée sur la voie romaine remontant vers le Chablais, elle devient rapidement le centre d’un village gallo-romain important. De cette époque subsistent trois pierres gravées.

Évangélisation[modifier | modifier le code]

En 522, une première église est érigée en l’honneur de saint Mammès, berger martyr, sur l’emplacement d’un temple dédié au culte du dieu Mars. Deux pierres placées en façade de l'église actuelle témoignent encore de cette époque.

Du XIIIe siècle au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Entre 1220 et 1748, le village subit l’influence féodale de la famille des seigneurs de Grailly. Ville-la-Grand fait partie du duché de Savoie et du royaume de Sardaigne à partir de 1720. Annexée la France comme l'ensemble de la Savoie en 1792, elle devient une commune du département du Mont Blanc, puis de celui du Léman en 1798. Rendue au royaume sarde en 1814, la commune voit son territoire amputé en 1816 par le traité de Turin quand les villages de Présinge et Puplinge, les hameaux de la Louvière et de Carra sont rattachés au canton de Genève.

La paroisse de Ville-la-Grand perd les dépendances de Juvigny (1681), Ambilly (1803), ainsi que les hameaux de Carraz, Pesey et Puplinge (1816)[2]. Elle récupère par contre lors du Concordat celle de Présinge[2].

Entre 1780 et 1837, Ville-la-Grand fait partie de la province de Carouge, division administrative des États de Savoie, avant d'être rattachée à la province du Faucigny (1837-1860).

Annexion du duché de Savoie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Annexion de la Savoie.

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 1], dont 14 pour la commune[5] ou 161[6]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[7].

Le chemin de fer[modifier | modifier le code]

En 1860, la commune redevient française. En vertu d'un décret impérial du 22 décembre de la même année, déclarant d’intérêt public la construction de la ligne de chemin de fer reliant Thonon, l’édification de la gare d’Annemasse est réalisée sur 18 hectares du domaine de Ville-la-Grand. La commune voisine propose en 1881 une indemnité de 3 000 francs, mais il faut attendre 1927 pour que la cité, après avoir épuisé tous les recours pour faire prévaloir ses droits, se contente de cette somme en réparation du préjudice. Ville-la-Grand devient le lieu de résidence privilégié des cheminots avec l’édification des cités SNCF et la construction de maisons. Il s’agit là du premier véritable bouleversement sociologique de la commune jusque-là exclusivement agricole.

Mémoire de guerre[modifier | modifier le code]

Les sombres heures de la Seconde Guerre mondiale surviennent ensuite, marquées notamment le par l’assassinat au lieu-dit « sur les côtes » de six valeureux résistants, dont Marianne Cohn. D'autre part, l’action des pères du Juvénat permet de sauver de la mort ou de la déportation plus de 2 500 juifs, en les aidant à rejoindre la Suisse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration territoriale[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée administrativement à l’arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois. Elle fait partie du canton d'Annemasse-Nord jusqu'à sa suppression en 2015 et depuis cette date de celui de Annemasse. Enfin, elle est rattachée à la quatrième circonscription de la Haute-Savoie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt-neuf[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1947 janvier 1966
(décès)
Joseph Philippe MRP Agriculteur
Député de la 3e circonscription de la Haute-Savoie (1958 → 1966)
Conseiller général du canton d'Annemasse (1958 → 1966)
Les données manquantes sont à compléter.
avril 1981 juin 2016
(démission)
Raymond Bardet DVD Chef d'entreprise retraité
Conseiller général du canton d'Annemasse-Nord (1985 → 2015)
Conseiller départemental du canton d'Annemasse (2015 → )
Vice-président du conseil général de la Haute-Savoie ( → 2015)
juillet 2016[9] en cours
(au juillet 2016)
Nadine Jacquier DVD Enseignante

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie d'Annemasse - Les Voirons Agglomération.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Une collaboration avec le village de Kolobo, au Tchad.
  • La ville québécoise Deux-Montagnes, au Canada, est liée « de jure » à Ville-la-Grand.

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Villamagnains.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2015, la commune comptait 8 599 habitants[Note 2], en augmentation de 9,11 % par rapport à 2010 (Haute-Savoie : +7,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
897978991790762705711705670
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
608567712705785868844804832
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
9791 2811 6052 1692 4072 6573 8594 4754 778
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015 - -
4 7236 4696 9897 0137 6278 5218 599--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

Maternelle

  • Pottières
  • Cornières
  • La Bergerie

Primaire

Collège

Lycée

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le Festival de Musique Classique au mois d'octobre;
  • La Foire au bouilli en novembre;
  • Le chapiteau Villeventus, accueillant spectacles et salons.

Associations[modifier | modifier le code]

  • La Chanterelle de Ville-la-Grand, société mycologique et botanique.
  • Le Groupement Philatélique de l'Agglomération Annemassienne.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Le FC Ville-la-Grand petite structure sportive créée en 1928 n'arriva pas à sortir du niveau régional durant toute son existence, plafonnant au maximum en Division d'honneur. Elle bénéficiait cependant d'infrastructures de bonne qualité du fait notamment de la proximité de la ville d'Annemasse, où la pratique du football est très répandue notamment chez les jeunes (comme dans la plupart des quartiers de type « HLM »). En 2003, il fusionna à ce titre avec le FC Gaillard (supérieur au niveau des performances sportives mais manquant de structures adaptées) pour former le Football Croix-de-Savoie. Elle quitte cette association lorsque, en 2007, l'Olympique Thonon-Chablais décide de la rejoindre[14],[15].

Logo des descendants du FC Ville-la-Grand, l'AJ Ville-la-Grand.

Par la suite, plusieurs autres associations de football firent leur apparition à Ville-la-Grand pour pallier cette fusion quasiment seulement administrative[16]. L'AJ Ville-la-Grand, créée en 2010, avant tout pour les jeunes de la ville[17],[18], . Un second club portant également le nom de FC Ville-la-Grand fut fondé en 2009..

Sport-boules[modifier | modifier le code]

La fédération internationale des boules voit le jour le à Ville-la-Grand, rue du commerce, en face de l’école primaire, en prélude aux championnats du monde qui ont lieu à Genève l’année suivante.

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement, l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Internet[modifier | modifier le code]

La ville de Ville-la-Grand a été récompensée plusieurs fois pour sa politique Internet par le label « Ville Internet », obtenant en @@@ en 2008, 2010, 2011[Note 3].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 35 511 €[20].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

  • Ville-la-Grand possède une zone d'activités commerciales et industrielles importante.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

  • Deux pierres portant des inscriptions romaines sont encastrées extérieurement dans l'un des murs de l'église, une troisième se trouve sur le mur d'une maison à l'arrière de la mairie..
  • Moulins et ruines de moulins.
  • Cités SNCF et maisons « Lois Loucheur » (début XXe se).

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Espaces verts[modifier | modifier le code]

  • Bois de Rosses ;
  • Vallon du Foron ;
  • Parc des écureuils ;
  • Parc des Iles du Forons;
  • Parc du Fossard
  • Parc de la place du Porte-Bonheur;
  • Jardin des Amours.

En 2014, la commune de Ville-la-Grand bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Ville-la-Grand.svg

Les armes de Ville-la-Grand se blasonnent ainsi :

Taillée ; au premier de gueules à la croix d'argent, au second de sinople à la colonne d'argent mouvant de la pointe ; à la barre de sable chargée de trois coquilles d'argent posées à plomb brochant sur la partition.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[3],[4].
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  3. Le palmares des Villes Internet (1999 à aujourd'hui) sur le site officiel de l’association « Ville Internet » indique pour Ville-la-Grand[19] :
    • 2005, 2006 « @ »
    • 2007, 2012, 2013, 2014 « @@ »
    • 2008, 2010, 2011 « @@@ »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. a et b « Machilly », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 9 août 2016), Ressources - Les communes.
  3. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  4. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 163.
  5. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 97.
  6. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9, lire en ligne).
  7. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  8. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  9. Nadine Jacquier élue maire de Ville-la-Grand sur ledauphine.com (consulté le 1er juillet 2016)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. Pétition pour que l'evian Thonon-Gaillard FC redevienne Croix-de-Savoie lancée par un groupe de supporteurs Seulement Croix de Savoie, consulté le 21 mai 2011.
  15. Émission La voix est libre diffusée pour la première fois sur France 3 Alpes le . regarder en ligne
  16. Page de l'ESTRELA sur le site officiel du district de Football Haute-Savoie Pays de Gex, consulté le 21 avril 2011.
  17. Site officiel de l'AJ Ville-la-Grand consulté le 21 avril 2011.
  18. Page de l'AJ Ville-la-Grand sur le site officiel du district de Football Haute-Savoie Pays de Gex, consulté le 21 avril 2011.
  19. « Liste des Villes Internet » (consulté le 6 juillet 2015) (année à sélectionner)
  20. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 24 mars 2017)
  21. Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Faucigny, Éditions Horvath, , 619 p. (ISBN 978-2-7171-0159-1), p. 131.
  22. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  23. Le comité français pour Yad Vashem : Favre Louis [en ligne]. http://www.yadvashem-france.org, [consulté le 8 juillet 2015]. Disponible sur : http://www.yadvashem-france.org/les-justes-parmi-les-nations/les-justes-de-france/dossier-193/
  24. « Retour sur la fusillade de la rue d’Isly : le drame », le récit d’Yves Courrière
  25. Paris Match, n° 678, avril 1962
  26. Le Point, mars 2002