Sicral 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sicral 2 est un satellite de télécommunications militaire franco-italien développé pour le compte du Ministère de la Défense italien et de la Direction générale de l'Armement française. Il est lancé le par Ariane 5 depuis le centre spatial guyanais. Il vient compléter les satellites italiens de la série Sicral 1 et les satellites français Syracuse III.

Contexte[modifier | modifier le code]

Sicral 2, est un programme développé en coopération par les ministères de la défense italien et français, qui se partagent le financement (295 millions €) à hauteur respectivement de 62 % et 38%. Le même accord est à l'origine de la réalisation du satellite Athéna-Fidus. Comme pour les satellites Sicral qui l'ont précédé ainsi que les satellites Syracuse, la société franco-italienne Thales Alenia Space est chargée de la conception et de la réalisation du satellite ainsi que la conception du segment sol. Le satellite a été construit dans les établissements de Rome, l’Aquila, Cannes et Toulouse avant d'être assemblé à Turin et Rome. La société italienne Telespazio est chargée de la construction des centres de contrôles italiens, de la préparation du lancement à Kourou, de la mise à poste du satellite ainsi que des tests en orbite[1].

Jean-Yves le Drian visite le site de Cannes pour le départ de Sicral 2

Le 13 février 2015, Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense visite le centre industriel de Thales Alenia Space à Cannes où il est accueilli par Patrice Caine, Directeur Général de Thales et par Jean-Loïc Galle, Président Directeur Général de Thales Alenia Space.

Au-delà des enjeux et de l’importance que représentent les programmes de défense pour la société Thales, c’est l’ensemble de l’offre « satellites militaires » de TAS qui est présentée au ministre de la Défense française avec notamment la visite du satellite militaire franco-italien Sicral 2 avant son départ pour le pas de tir de Kourou[2],[3].

Mission[modifier | modifier le code]

Sicral 2 vient renforcer les satellites de télécommunications militaires français et italiens déjà positionnés assurant des liaisons stratégiques et tactiques : les satellites italiens Sicral 1A et Sicral 1B (lancés respectivement en 2001 et 2009) et les satellites français Syracuse 3A et 3B (lancés respectivement en 2005 et 2006). Une partie de la bande passante est commercialisée par Telespazio auprès des forces armées de l'OTAN. Le satellite doit être positionné en orbite géostationnaire au niveau de la longitude 37° Est[1].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le satellite Sicral 2 a une masse au lancement de 4 360 kg et a une forme parallélépipédique (5,5 m x 2,2 m x 3,1 m). Le satellite, qui est stabilisé 3 axes, est équipé de panneaux solaires fournissant 7 kW d'électricité en fin de vie. Il utilise une plateforme Spacebus 4000B2. Sa charge utile est constituée par des répondeurs fonctionnant en bandes UHF et SHF pour les besoins italiens et des répondeurs en bande SHF pour les besoins français. Sa durée de vie est de 15 ans[1].

Il est mis en orbite avec succès le depuis le centre spatial guyanais par une fusée Ariane 5 ECA (lanceur 10 tonnes), en même temps que le satellite norvégien de télécommunications Thor 7[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Le satellite de télécommunication Sicral 2 pour la défense et la sécurité Italienne et Française est arrivé à Kourou », sur Thales Alenia Space,
  2. « Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense française visite le site Thales Alenia Space de Cannes », communiqué de presse Thales Alenia Space, 13 février 2015, en ligne sur le site de Thales
  3. Gilles-lochegnies, « Thales Alenia Space reçoit Jean-Yves le Drian pour Sicral 2 », dans France Net Infos, 14 février 2015, en ligne avec galerie de photos sur www.francenetinfos.com
  4. Décollage réussi pour Ariane 5 dépêche AFP dans Le Figaro du 26 avril 2015.
  5. (en) Ariane 5 conducts dual launch with Thor 7 and SICRAL 2 par Chris Bergin sur le site nasaspaceflight.com le 26 avril 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]