Aiguebelette-le-Lac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aiguebelette-le-Lac
Aiguebelette-le-Lac
Aiguebelette-le-Lac, entre le lac d'Aiguebelette et la chaîne de l'Épine.
Blason de Aiguebelette-le-Lac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Intercommunalité Communauté de communes du Lac d'Aiguebelette
Maire
Mandat
Claude Coutaz
2020-2026
Code postal 73610
Code commune 73001
Démographie
Gentilé Aiguebelletois ou Gabelans
Population
municipale
239 hab. (2021 en diminution de 1,65 % par rapport à 2015)
Densité 30 hab./km2
Population
agglomération
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 19″ nord, 5° 48′ 56″ est
Altitude Min. 372 m
Max. 1 360 m
Superficie 7,91 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chambéry
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pont-de-Beauvoisin (Savoie)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Aiguebelette-le-Lac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Aiguebelette-le-Lac
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de Savoie
Aiguebelette-le-Lac
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Aiguebelette-le-Lac

Aiguebelette-le-Lac est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue de la commune en bas à droite, au sud-est du lac d'Aiguebelette, au pied de l'Épine.

Le village d'Aiguebelette-le-Lac se trouve à la pointe sud-est du lac d'Aiguebelette, au pied de la montagne de l'Épine.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Alpes du nord, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 1 200 à 1 500 mm, irrégulièrement répartie en été[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 18,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 305 mm, avec 10,9 jours de précipitations en janvier et 8,3 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Novalaise », sur la commune de Novalaise à 7 km à vol d'oiseau[3], est de 10,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 443,4 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Aiguebelette est desservie par les départementales D 39 vers le sud, D 921d vers l'est et vers le nord par la D 41, qui longe le lac. L'entrée (Sortie 12 Lac d'Aiguebelette) sur l'autoroute A43 se trouve à 7 km au nord du village.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La commune dispose de peu de pistes cyclables malgré sa fréquentation en période estivale par les vélos et coureurs à pied. Le tour du lac mesure environ 17 km.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Arrêt d'autocars TER Rhône-Alpes.

La gare d'Aiguebelette-le-Lac est desservie par le service TER Rhône-Alpes. Ce service permet de rejoindre Chambéry en moins de 20 minutes et Lyon en une heure.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

En dehors d'un service de transport par autocar TER Rhône-Alpes entre Saint-André-le-Gaz et Chambéry, le transport en commun se limite au transport des scolaires par autocar, à partir de la commune voisine de Lépin-le-Lac.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Aiguebelette se trouve à 20 minutes de l'aéroport de Chambéry - Savoie.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Chef-lieu village de la commune.

La commune d'Aiguebelette-le-Lac est principalement composée de résidences secondaires de types maisons individuelles.

Elle comporte une multimude de hameaux et de lieux-dits parmi lesquels[7] : Les Allamans, Les Cambet, La Combe, La Girardière, Le Noyau, Les Prés, Le Port et Les Gustin.

S'ajoutent également des hameaux plus récents : le Bourg, le Boyat, Côte-Épine, les Combettes, le Cugnet, les Culées, le Fayet, Malacôte, le Sauget et le Platon.

Sur les Bois, le Crêt, les Michelon, la Moulaz et le Trollieu constituent pour leur part des hameaux ou lieux-dits disparus.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Aiguebelette-le-Lac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chambéry, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (53,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (59,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (53,6 %), eaux continentales[Note 3] (29,4 %), zones agricoles hétérogènes (13,5 %), zones urbanisées (3,5 %)[13].

Lieux-dits la Combe et Boyat sur les rives du lac d'Aiguebelette.

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l'évolution dans le temps de l'occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse est désignée par les toponymes suivants Monte Aquebellete en 1228, Aquabelleta au début du siècle suivant, puis selon l'évolution romane par La Kebelle au XIIIe siècle, ou encore La Guilleberie en 1480[7],[14],[15]. Au cours du XVe siècle, on trouve également Aqua Bellecta, puis Oppidulum Aquabellictae au siècle d'après[7]. Au XVIIIe siècle, les différentes formes suivantes sont mentionnées Aiguebellette, Aigue-Bellette, Aiguebelette, Ayguebelette[7]. La forme Aiguebelette s'affirme jusqu'au décret du , où on associe désormais à la commune le syntagme « -le-Lac »[14],[15],[16],[17].

Le nom du bourg provient de l'hydronyme du lac voisin[14],[15].

Aiguebelette est un toponyme se composant du préfixe aigue- et du français belle[14]. Il provient du latin Carbonaria, puis Aqua Bella, l'« eau belle » ou « la belle eau »[15],[14]. Le suffixe -ette ajoute la notion de diminutif[14],[18] et de petite taille, ce qui conduit à une traduction de « belle petite eau ».

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Egablètta, selon la graphie de Conflans[19] ou encore Égouabelèta.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période d'occupation du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises, à la suite du rattachement de 1792, la commune appartient au canton de Pont-de-Beauvoisin, au sein du département du Mont-Blanc[20].

Durant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre de la politique du gouvernement de Vichy concernant les Juifs étrangers en zone non occupée, en avril 1942, des familles juives étrangères ont été assignées à résidence dans les structures hôtelières situées autour du Lac d'Aiguebelette: 37 personnes à Aiguebelette et 3 à Saint-Alban de Montbel [21]. Ces familles furent concernées par la Rafle du 26 août 1942 organisée par le gouvernement de Vichy dans le cadre de négociations avec les autorités allemandes menées à la fin du mois de juin et du début de mois de juillet [22]. 16 Juifs assignés à résidence sur les communes d’Aiguebelette, Lépin et Saint-Alban-de-Montbel furent embarquées dans des autocars, dirigées sur le camp de Ruffieux, puis sur le Camp de Vénissieux. Dans la nuit du 28 au 29 août, les quatre petites filles d’Aiguebelette furent sauvées de la déportation à Drancy puis à Auschwitz par une opération conjointe de l’OSE, des EIF et des Amitiés Chrétiennes[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances Politiques[modifier | modifier le code]

Politiquement, Aiguebelette-le-Lac reste marquée par une tendance à voter à droite.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mairie de la commune.

Le conseil municipal d'Aiguebelette-le-Lac se compose de 10 conseillers municipaux autour du maire.

Ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal :

Groupe Président Effectif Statut
SE Claude Coutaz 11 Majorité

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Jeannine Cerceau    
mars 2014 En cours
(au avril 2014)
Claude Coutaz    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Aiguebelette-le-Lac dispose sur son territoire d'une brigade de gendarmerie et d'un poste de pompiers.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Afin de préserver la faune et la flore aquatique du lac d'Aiguebelette, les bateaux à moteurs thermiques sont interdits de navigation.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Gabellan(ne)s[17].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2021, la commune comptait 239 habitants[Note 4], en diminution de 1,65 % par rapport à 2015 (Savoie : +3,33 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
333297398420413384291314312
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
317310718285255235224234215
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
173166201133177142122122138
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2021 -
149170191220224249235239-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 23,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (33,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,9 % la même année, alors qu'il est de 26,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 121 hommes pour 113 femmes, soit un taux de 51,71 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,96 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
1,8 
4,1 
75-89 ans
6,2 
25,4 
60-74 ans
25,7 
22,1 
45-59 ans
26,5 
25,4 
30-44 ans
15,0 
7,4 
15-29 ans
15,9 
14,8 
0-14 ans
8,8 
Pyramide des âges du département de la Savoie en 2020 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,9 
7,1 
75-89 ans
9,8 
16,9 
60-74 ans
17,8 
21,2 
45-59 ans
20,5 
18,9 
30-44 ans
18,4 
17,1 
15-29 ans
15,2 
18 
0-14 ans
16,4 

Ménages[modifier | modifier le code]

En 2019, le nombre total de familles à Aiguebelette-le-Lac est de 69. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Les ménages
Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
Aiguebelette-le-Lac 36,8 % 32,2 % 14,9 % 9,2 % 6,9 % 0 %
Moyenne Nationale 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[29]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

De nombreux évènements et manifestations culturelles ont lieu sur la commune[30], tels que :

  • le  : Fête de la Gabellane .

Santé[modifier | modifier le code]

Les hôpitaux les plus proches se situent à environ 18 kilomètres sur la commune de Chambéry : l'Hôpital de Chambéry et le Centre Hospitalier Spécialisé de la Savoie.

Sports[modifier | modifier le code]

Grâce à la présence du lac d'Aiguebelette, de nombreux sports nautiques sont pratiqués. Bien que les bateaux à moteurs thermiques y soient interdits, il n'est pas rare de rencontrer des clubs d'aviron, des pêcheurs... La natation y est également pratiquée.

Le lac en hiver.

Médias[modifier | modifier le code]

La chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie, notamment l'émission « La Place du village ». France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune. La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie. Le studio de la radio d'autoroute disparue Rhôn'Alpes 1 était basé à Aiguebelette-le-Lac.

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré.

Économie[modifier | modifier le code]

Le commune fait partie de l'aire géographique de production et transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière Bois en France[31],[32].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu moyen par ménage à Aiguebelette est légèrement en dessous de la moyenne nationale : 14 772 /an (moyenne nationale = 15 027 /an).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux d'activités
Actifs Retraités Jeunes scolarisés Autres personnes sans activité
Aiguebelette-le-Lac 54,5 % 19 % 19,6 % 6,9 %
Moyenne nationale 45,2 % 18,2 % 25 % 11,6 %
Classement par CSP
Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Aiguebelette-le-Lac 0 % 22,2 % 18,5 % 29,6 % 11,1 % 18,5 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

  • Entreprise d'électricité.

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Hôtel ;
  • Restaurants.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les hébergements se répartissent comme suit : 9 meublés ; un hôtel et deux structures d'hôtellerie de plein air[33].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église située au chef-lieu.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Aiguebelette-le-Lac

de gueules à la fasce haussée échiquetée d'argent et d'azur de deux tires, accompagnée d'une étoile d'or au chef, au chevron abaissé du même soutenu d'une aigle aussi d'argent

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Aiguebelette-le-Lac et Novalaise », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Novalaise », sur la commune de Novalaise - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Novalaise », sur la commune de Novalaise - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  7. a b c et d Paillard et al., p. 258.
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Chambéry », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a b c d e et f Henry Suter, « Aiguebelette-le-Lac », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le ).
  15. a b c et d Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé, (réimpr. 2004, 2021) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 17-18..
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. a et b « Aiguebelette-Le-Lac », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le ), Ressources - Les communes.
  18. Études littéraires, « Les suffixes », sur etudes-litteraires.com (consulté le ).
  19. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  20. Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 137 p. (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129), p. 96-99.
  21. Cédric Brunier, Les Juifs en Savoie de 1940 à 1944, 2002, Mémoires et documents de la Société savoisienne d’archéologie, pp.50-53
  22. Klarsfeld, Vichy-Auschwitz, T1, Fayard, 1983
  23. Cédric Brunier, Les Juifs en Savoie de 1940 à 1944, 2002, Mémoires et documents de la Société savoisienne d’archéologie, pp.104-127
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Aiguebelette-le-Lac (73001) », (consulté le ).
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Savoie (73) », (consulté le ).
  29. Données démographiques cités par le l'JDN
  30. Site officiel de l'Office de tourisme du Lac d'Aiguebelette - Agenda
  31. Information Presse du 5 novembre 2018 : Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France. Une première dans la filière bois !, site officiel du Bois de Chartreuse.
  32. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46 (.PDF).
  33. « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en ) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  34. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4, lire en ligne), p. 20.
  35. Paillard et al., p. 263.