Château d'Aiguebelette-le-Lac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château d'Aiguebelette-le-Lac
Image illustrative de l’article Château d'Aiguebelette-le-Lac
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction Début XIVe siècle
Propriétaire initial Famille de Clermont en Viennois
Destination actuelle Ruiné
Coordonnées 45° 32′ 09″ nord, 5° 48′ 55″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Commune Aiguebelette-le-Lac

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Château d'Aiguebelette-le-Lac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Aiguebelette-le-Lac

Le château d'Aiguebelette-le-Lac est un ancien château fort, du début du XIVe siècle, centre de la seigneurie d'Aiguebelette, érigée en baronnie en 1624, dont les vestiges se dressent sur la commune d'Aiguebelette-le-Lac dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges du château d'Aiguebelette-le-Lac sont situés dans le département français de la Savoie sur la commune d'Aiguebelette-le-Lac, au bourg, près du lac. Son esplanade servit comme terrasse à l'ancien chalet-hôtel Bellevue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est estimé qu'un château existait au XIIe siècle mais qu’il subit une première destruction par Guigues VIII de Viennois au début du XIVe siècle[2].

Le château d'Aiguebelette-le-Lac est alors rebâti vers 1305[3], date à laquelle[4], Geoffroy de Clermont, seigneur de Clermont en Viennois, le reçoit en fief oblat du comte Amédée V de Savoie. La famille de Clermont le conserve jusqu'en 1454[4], quant Gabriel de Clermont, ayant pris parti pour la France, s'en voit dépossédé et que le futur Louis XI le détruit de nouveau[2].

Reconstruit, il est au XVIe siècle[4] la propriété en indivis de la famille Chabod-Lescheraine et Rivoire, seigneurs de Romagnieu (Romagnieu).

En 1624[4], la seigneurie est érigée en baronnie en faveur de René Favre de la Valbonne (1583-1656), fils d'Antoine Favre, juriste et sénateur de Savoie, baron de Pérouges (Pérouges). Cette famille en aura la possession jusqu'à la vente du château intervenu en 1744[4], au profit de Pierre François, sénateur qui décédera en 1775.

Description[modifier | modifier le code]

Le château, avec le bourg fortifié, d'Aiguebelette-le-Lac constituaient un système défensif relativement important qui s'étendait sur près d'un hectare de superficie[2].

En 1872, on pouvait encore voir les bases du donjon quadrangulaire bâti en très bel appareil. Il ne subsiste de nos jours que, des pans de murs de l'enceinte, et, dans les angles, les bases de deux tours rondes.

La défense était complété par le bourg fortifié, dont il reste, côté Lépin-le-Lac, la trace d'une porte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Michèle Brocard 1995] Michèle Brocard (ill. Edmond Brocard), Les châteaux de Savoie, Yens-sur-Morges, Cabédita, coll. « Sites et Villages », , 328 p. (ISBN 978-2-88295-142-7), p. 17.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées d'Aiguebelette trouvées sur Géoportail.
  2. a b et c Philippe Paillard (dir.), Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno et André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes : Chambéry et ses environs - Le Petit Bugey, t. 1, Roanne, Horvath, , 475 p. (ISBN 2-7171-0229-9), p. 261-262
  3. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 5.
  4. a b c d et e Michèle Brocard 1995, p. 17.