Érosion du littoral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Érosion marine)
Aller à : navigation, rechercher
75 % environ du trait de côte européen régresse significativement et parfois rapidement, parfois naturellement, parfois à cause des activités humaines, ici sur l'île de Heligoland (Allemagne)

L’érosion du littoral est un phénomène naturel ou anthropique qui se produit en de nombreux endroits du monde. La légère montée des océans, ou des phénomènes de rééquilibrage isostatique peuvent induire un recul du littoral non compensé par l'engraissement local, de même que la disparition (à cause d'un nettoyage trop actif) de végétaux stabilisant les vases, dunes ou arrières plages, ou encore qu'une diminution des apports terrigènes en sable à la suite de la construction de nombreux barrages dans les bassins-versants des fleuves.

Pour répondre aux besoins d'état des lieux et de prospective (face notamment au dérèglement climatique et à la montée de la mer), une Cartographie (normalisée) de l'évolution du trait de côte est en cours [1].

Le phénomène[modifier | modifier le code]

Érosion le long d'une route au sud de Brooklyn.

La mobilité des dunes, des estuaires et du trait de côte est naturelle. Elle résulte de l'action combinée des vagues, du vent, des courants et des flores fixatrices des sables et vases là où elles existent.

Elle est plus importante sur les substrats mous (sable) et il est possible que le nettoyage des plages en détruisant les laisses de mer qui servaient de nourriture aux microorganismes vivant dans le sable y contribuent, de même que le réchauffement climatique en augmentant le niveau de l'eau et la force des aléas climatiques.

  • Les aménagements portuaires ou de digues ont parfois des effets spectaculaires, par les modifications des courants qu'ils induisent.
  • Les gravières sous-marines peuvent aussi avoir des effets différés en termes de mouvements de sédiments.
  • Des pompages ou drainages peuvent aussi indirectement modifier l'érosion de certaines falaises en y produisant des phénomènes de solifluxion ou des effets plus vifs du gel/dégel et des sécheresses (alternances de retraits et gonflements par exemple).
  • Sur les plages, et face aux dunes, certains ouvrages de protection (épis par exemple) se sont eux-mêmes montrés capables de modifier les courants et surcreuser des plages ou des vasières plus en aval.
  • La destruction des mangroves est un des principaux facteurs de ce recul en zone tropicale.
  • Localement des événements tels que les tsunamis peuvent emporter des portions entières de littoraux.

L’érosion marine est un phénomène naturel récurrent et millénaire, le trait de côte ayant toujours subi des fluctuations. Si les plages rétrécissent, les dunes reculent et les falaises se morcellent de façon accélérée, c’est certes en partie dû à l’élévation du niveau de la mer en raison du réchauffement climatique, mais à ce jour « l’élévation du niveau de la mer n’est pas assez rapide pour causer une érosion des côtes (…) importante »[2]. L’urbanisation du littoral depuis 150 ans a changé la donne : « Autrefois, les hommes ne s’installaient pas sur les côtes sableuses, ils savaient que c’était mobile »[3]. « Dès le début du tourisme, il fallait être au plus près de la mer (…) ; presque toutes les stations, d’Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) à Bray-Dunes (Nord) ont été construites sur les dunes littorales. Les échanges naturels entre la plage et sa réserve de sable qui l’alimentait en cas de tempête ont été rompus. (…) Les systèmes de digues ou d’enrochement, destinés à contrer l’érosion, au lieu d’améliorer la situation, entravent encore plus ces échanges »[4]. Pour autant, les effets du réchauffement climatique sur les côtes ne peuvent être écartés, surtout dans l’avenir[5].

Méthode et indicateurs de position du trait de côte[modifier | modifier le code]

Le trait de côte représente la limite entre terremer et varier avec le temps selon les conditions et le contexte dynamique (érosion accrétion), de ce fait la détermination de cette limite n’est pas toujours aussi facile et précise. Des indicateurs permettent d’estimer la position du trait de côte dans différents endroits des zones littorales comme les lignes des hautes et basses eaux, la ligne du haut de la falaise et la ligne du pied de la falaise.

Méthode de relevé sur les côtes à falaises[modifier | modifier le code]

La méthode ne s'applique que pour les falaises directement exposées à l’action des vagues. Elle ne prend pas en compte la plateforme d'érosion qui est considérée comme une côte basse. La morphologie des falaises varie en fonction de la lithologie et la résistance des roches et selon l’intensité des processus d’érosion marine et aérienne. On distingue 2 types de falaises : les falaises présentant une forte pente (>45°) et les falaises présentant une pente faible (<45° Fig.9 et Fig.10). Sur un secteur à falaise, quatre indicateurs peuvent être relevés : • le pied de falaise (pour les falaises à faible pente), • le haut de falaise, • la rupture de pente, • la limite d'extension de la végétation. Dans tous les cas, le levé du haut de falaise sera à privilégier[6].

Incertitudes et limite de la méthode[modifier | modifier le code]

La détermination de trait de côte n’était pas toujours aussi simple vu la limite des méthodes utilisées et la marge d’erreur lors du calage et géo-référencement des anciennes photos aériennes On a rencontré de nombreux problèmes pour le repérage des points de référence lors de géo-référencement mais aussi pour la digitalisation de trait de côte sur ces anciennes photos donc la comparaison et le calcul de la distance de recul doit prendre en compte cette marge d’erreur.

En France[modifier | modifier le code]

Des blockhaus construits pendant la guerre en haut des dunes sont maintenant atteints par la mer les 2/3 du temps

La gestion du trait de côte et l’élaboration des plans de prévention des risques est devenue de plus en plus importante à cause des risques naturels que représente l’érosion côtière dans les zones littorales La détermination de cette limite entre terre-mer n’était pas toujours facile étant donné que c’est une limite instable et varie en fonction de beaucoup facteurs.

En 2006, l'IFEN estimait[7] que

  • 25 % du trait de côte reculaient alors que seuls 10 % engraissaient, et ce malgré les ouvrages de défense contre l'érosion des plages et bancs de galets ;
  • 25,9 % des côtes érodées étaient des zones urbanisées ou commerciales ou artificialisées ;
  • 9,7 % étaient des terres labourées ;
  • 17,4 % sont des plages et dunes.

Du point de vue du pourcentage des plages stables, dégraissant ou engraissant, le phénomène semble stables depuis 20 ans sur tout le littoral métropolitain, mais l'ampleur des reculs et avancées semble augmenter[8]. Ainsi en Aquitaine le trait de côte a reculé sur plusieurs zones de 10 mètres ou plus, en raison des vents et d'une houle inhabituellement forte fin 2013-début 2014. Du 14 décembre au 8 janvier la hauteur de houle a atteint ou dépassé quatre mètres 60% du temps, c'est « un phénomène qui ne s'est jamais produit » en Aquitaine selon les spécialistes. Le Conservatoire du littoral et des espaces lacustres a ainsi perdu une quantité significative de terrains.

La Normandie connaît une importante érosion de son littoral, en grande partie liée à l'anthropisation. 60 % des plages normandes tendent à reculer[9]. L'érosion du littoral est la plus active entre la baie du Mont Saint-Michel et le cap de la Hague, à l'ouest du département de la Manche : le recul peut y atteindre cinq mètres par an en moyenne[9]. Sur les falaises de craie de Seine-Maritime, le recul est de 20 cm/an en moyenne[9].

Dans le Nord-Pas-de-Calais, où 70 % environ du trait de côte est en régression, un « Plan littoral d'action pour la gestion de l'érosion » (« P.L.A.G.E ») a été mis en place, avec le Syndicat Mixte de la Côte d'Opale[10].

Exemple des falaises de la pointe aux oies dans le N-P-C[modifier | modifier le code]

La zone côtière du Nord-Pas-de-Calais est une zone densément peuplée, le recul du trait de côte et les submersions de tempête représentent une menace pour les habitations dans plusieurs secteurs de ce littoral. La falaise de la pointe aux oies comme tous les falaises du boulonnais n’ont pas fait l’objet d’une étude détaillée et synthétique visant à établir les vrais valeurs de leur recul et à déterminer les causes de leur évolution, mais des auteurs indiquent que la cartographie a grande échelle permet de lever cet obstacle et que la lithologie et la topographie de ces falaises jouent un rôle important dans leurs évolutions.

Les falaises de la pointe aux oies font partie des falaises de boulonnais qui sont taillées dans des terrains du Secondaire Elles sont relativement basse (12 m environ) et constituées de sables et de grés calcaireux du portlandien supérieur, surmontés par des argiles sableuses, ocres, a concrétions de limonite, d’âge wealdien[11].

Le recul du haut de falaise dans ce secteur étudié est bien marqué sur les cinquantaines années passées entre 1959 et 2013 jusqu’à aujourd’hui. Si on compare les valeurs moyenne de recul a des endroits différents on peut constater que le recul n’est pas homogène dans tout le secteur par ce que dans la partie sud de la pointe aux oies on a pu constater des valeurs moyenne de recul de 20 m tandis que dans la partie nord le recul est moins important et ne dépasse pas les 10 m.Le paysage est nettement modifié soit par des brusques effondrements ou par la déstabilisation des blockhaus ce qui représente un vrai danger pour les maisons situées à proximités de la zone rouge .

Le recul du haut de falaise représente un vrai danger pour les maisons situées à proximité, les valeurs moyennes de recul montrent qu’à court terme le chemin de randonnée pourrait être coupé et à moyen terme la seconde ligne de maisons pourrait être à son tour menacée.


Cette tendance de recul est favorisée par différents agents climatiques comme les fortes précipitations qui provoquent la déstabilisation des terrains en haut de la falaise et l’érosion marine due à l’action des vagues au pied de la falaise bien que cette dernière (l’érosion marine) soit affaiblie par les blocs gréseux sur le haut de l’estran qui représente une sorte de barrière contre les vagues[12].

La Loi littoral est une loi française visant à encadrer l'aménagement de la côte pour notamment la protéger des excès de la spéculation immobilière.

Le Grenelle de la mer en 2009 a estimé qu'elle était insuffisamment appliquée, mais souligne aussi un « manque de coordination entre les communes d’une même partie du littoral concernée par ledit processus physique: la création d’épis ou d’autres ouvrages de défense contre la mer sur une commune ayant des conséquences sur les communes voisines devrait pour être efficace s’inscrire dans une démarche globale et cohérente. Les risques littoraux (érosion, submersion…) ne sont pas pris en compte dans les SCOT. Le risque corrélatif d’ensablement ou d’envasement de certaines zones est également décrit et invite à cette vision globale et de réseaux de suivi pour évaluer ces risques »[13]. Le Centre d'Études Techniques Maritimes et Fluviales (CETMEF) peut aider les collectivités quant aux aspects techniques.

Le Grenelle de la mer suggère aussi de mieux « apprécier de l’impact de l’extraction des granulats sur l’évolution du trait de côte et sur les écosystèmes », soulignant que « compte tenu de la raréfaction des ressources terrestres, cette activité est amenée à se développer (actuellement : 1 % de granulat marin au regard de la production totale de granulats en France, à comparer avec les 20 % en Grande-Bretagne et les 40 % aux Pays-Bas). Les conditions de l’'exploitation doivent être très strictes au regard de l'impact sur les milieux marins et Littoraux et autorisée sur des zones restreintes afin que son développement économique et durable puisse faire l'objet d'une programmation » [13].

Guides, gestion des risques[modifier | modifier le code]

  • Concernant l'évaluation du niveau de risque, les méthodes de caractérisation des aléas littoraux ont beaucoup évolué en intégrant les progrès de la modélisation[14] et une caractérisation des zones de vulnérabilité[15].
  • En France, un guide de la gestion du trait de côte (avec une version numérique) a été élaboré par le ministère chargé de l'écologie, prévu pour fin 2009, publié en 2010[17] pour faciliter l'aide et la décision, via une méthodologie de choix et mise en œuvre d'options de gestion du trait de côte, et une description des techniques de défense contre la mer (et de leurs limites). Il s'inscrit dans un projet de stratégie nationale de gestion du trait de côte, intégrant une gestion plus « naturelle[18] » ou un recul stratégique et une défense contre la mer prenant en compte le changement climatique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartographie normalisée de l'évolution du trait de côte
  2. Henri Le Cozannet, ingénieur au Bureau de recherches géologiques et minières
  3. Patrick Bazin, responsable du département Gestion patrimoniale au Conservatoire du littoral
  4. Yvonne Battiau-Queney, professeur émérite à l’Université de Lille et présidente de l’association de protection des littoraux EUCC-France
  5. Journal Le Télégramme de Brest et de l’Ouest no 21818 du 22 août 2015
  6. « CETMEF.2012. Levé du trait de côte à partir de photographies aériennes orthorectifiées: Proposition de méthodologie nationale pp.12-26 », CETMEF.2012.,‎ , p. 12-22
  7. IFEN, septembre 2006
  8. Anne Lenormand avec AFP (2014) Le trait de côte du littoral aquitain a reculé en de nombreux points de 10 mètres ou plus... ; Localtis/AFP, 12/02/2014 ; d'après un communiqué du 11 février l'observatoire de la côte Aquitaine qui se base sur les relevés du BRGM et de l'ONF faits sur environ 270 km de côtes
  9. a, b et c Christiane Galus, « L'érosion touche plus du quart du littoral français », dans Le Monde du 12-08-2007, [lire en ligne]
  10. Page de l'observatoire du Littoral (IFEN)
  11. Averbuch O., Tribovillard N., Hatem E., Guillot F., Vidier D., Lefebvre S., Leduc A., 2014. (Averbuch et al. 2014), « Développement et inversion du bassin jurassique supérieur du Boulonnais », apport des affleurements côtiers.,‎
  12. Pierre, G., « Pierre, G. 2005. Structure et évolution des falaises gréseuses et argileuses du cap gris nez boulonnais France, Geomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 4, pp. 297-310. », Structure et évolution des falaises gréseuses et argileuses du cap gris nez boulonnais France, Geomorphologie : relief, processus, environnement,‎
  13. a et b Rapport du Groupe I – La délicate rencontre entre la terre et la mer, Grenelle de la Mer, juin 2009 (voir Chapitre "Diagnostic" page 73-74 sur 114)
  14. Céline Perherin, Amélie Roche, Évolution des méthodes de caractérisation des aléas littoraux (p. 609-616) DOI:10.5150/jngcgc.2010.071-P (Lire en ligne)
  15. Céline Perherin, Amélie Roche, Frédéric Pons, Isabelle Roux, Guy Désire, Céline Boura Vulnérabilité du territoire national aux risques littoraux (p. 617-624) DOI:10.5150/jngcgc.2010.072-P (Lire en ligne)
  16. (2004) (ISBN 9-289-47496-3) PDF, 21 pages (reproduction est autorisée à condition que la source soit mentionnée)
  17. La gestion du trait de côte ; Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer ; Édition Quae, 2010, 352 p ; (ISBN 978-2-7592-0360-4) ; (ISSN 1952-1251)
  18. Nicholas Grunnet Gestion souple du littoral en harmonie avec la nature (p. 583-592) DOI:10.5150/jngcgc.2010.068-G (Lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Lectures approfondies[modifier | modifier le code]

Ouvrages en français[modifier | modifier le code]

  • André Guilcher, 1954. Morphologie littorale et sous-marine, PUF, Collection Orbis.
  • Alain Miossec, 1998. Les littoraux entre nature et aménagement. Sedes.
  • Alain Miossec, « Les processus littoraux » in Veyret Y., L'érosion entre nature et société, Sedes, p. 161-178.
  • Roland Paskoff, 1992. Côtes en danger. Masson.
  • Roland Paskoff, 1998. Les littoraux. Impacts des aménagements sur leur évolution. Masson, 3e édition.
  • Roland Paskoff, 2001. L'élévation du niveau de la mer et les espaces côtiers, le mythe et la réalité. Institut océanographique.
  • Jean-Pierre Peulvast et Jean-René Vanney, 2001 et 2002. Géomorphologie structurale. Tomes 1 & 2. Gordon & Breach (chapitres sur l'océanographie)
  • Jean-Pierre Pinot, 1998. La gestion du littoral : littoraux tempérés. Côtes rocheuses et sableuses, tome 1, Institut océanographique.
  • Jean-Pierre Pinot, 2000. La gestion du littoral : littoraux tempérés. Littoraux vaseux et embouchures, tome 2, Institut océanographique.
  • Paolo Pirazzoli, 1993. Les littoraux', Nathan Université, Collection Géographie d'aujourd'hui.
  • Jean-René Vanney, 2002. Géographie de l’océan global. Gordon & Breach
  • Meur-Férec C. et al, 2006, Vers une stratégie de gestion à long terme de l’érosion côtière : l’apport de l’évaluation de la vulnérabilité, La Baule, Interaction Nature, Société, Analyses et modèles, UMR 6664 LEGT, 5 p

Ouvrages en anglais[modifier | modifier le code]

  • Davis R.A. & Fitzgerald D.M. 2003. Beaches and Coasts, Blackwell Science
  • Carter R.W.G. 1988. Coastal environments, AP.
  • Kelletat D.H. 1995. Atlas of coastal geomorphology and zonality. CERF, special issue no 13.
  • Sunamura T. 1992. Geomorphology of rocky coats, Wiley.
  • Viles H. 1988. Biogeomorphology, Blacwell, Oxford. (Chapitre Coastal biogeomorphology par T. Spencer)
  • Viles H. & Spencer T. 1995. Coastal problems. Geomorphology, ecology and society at the coast.

Numéros spéciaux de revues et articles spécialisés[modifier | modifier le code]

  • Mappemonde, no 1-1993.
  • Hommes et Terres du Nord, no 3-1992, no 1/2-1995.
  • Norois, no 165-1995.
  • Cahiers nantais, no 41/42 – 1994.
  • Cahiers nantais, no 47/48 – 1997.
  • Finkl, C. (2004). Coastal classification: systematic approaches to consider in the development of a comprehensive scheme. Journal of Coastal Research, 20, p. 166-213.
  • Trenhaile, A. S. (2002). Rocky coasts, with particular emphasis on shore platforms. Geomorphology 48, p. 7-22.
  • Trenhaile, A. S. (2002). Modeling the effect of weathering on the evolution and morphology of shore platforms. Journal of Coastal Research, 17, p. 398-406.
  • Meur-Férec, C., & Morel, V. (2004). L'érosion sur la frange côtière: un exemple de gestion des risques. Natures Sciences Sociétés, 12(3), 263-273 (résumé).

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :