Échelles et effets de doses de radiation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La forme ou le fond de cet article scientifique est à vérifier. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Améliorez-le, ou discuter des points à vérifier. Si vous venez d'apposer le bandeau, merci d'indiquer ici les points à vérifier.

Article principal : Radioprotection.

Cette page donne une échelle des doses de radiation reçues dans divers contextes et leurs effets.

Échelles de doses reçues[modifier | modifier le code]

Dose (mSv) Contexte
0,012 Dose reçue en une heure à 1 mètre d’un patient injecté de 30 mCi de Tc99m (Dose d’une ventriculographie isotopique)
0,017 Dose reçue en une heure à 10 centimètres d’une seringue non blindée de 1 mCi de soufre colloïdal
(Dose d’une recherche de ganglion sentinelle)
0,0146 Dose de rayons cosmiques reçue lors d’un vol aller-retour Montréal/Vancouver
0,113 Dose d’une mammographie
0,134 Dose efficace totale reçue par un patient injecté de 1 mCi de SC-Tc99m (Dose d’une recherche de ganglion sentinelle)
1 Limite de dose annuelle artificielle pour le public en France
2,64 Dose moyenne annuelle provenant du bruit de fond naturel en France
3,84 Dose moyenne annuelle reçu par le public provenant du bruit de fond naturel et artificiel (Médecine, Industrie, Essais nucléaires...) en France
6 Limite de dose annuelle artificielle pour un travailleur du nucléaire en catégorie B en France
9,6 Dose d’un CT-scan abdominal axial[1].
11 Dose annuelle d’un agent de bord

Limite de dose annuelle artificielle pour le public au Canada

11,4 Dose annuelle moyenne d’un ingénieur en médecine nucléaire au Canada
13 Dose moyenne annuelle provenant du bruit de fond naturel au Canada
15 Limite de dose annuelle artificielle pour le public aux États-Unis
16.3 Dose efficace totale reçue par un patient injecté de 30 mCi de MDP-Tc99m (Dose d’une scintigraphie osseuse)
18 Dose moyenne annuelle provenant du bruit de fond naturel au Vatican et à Denver
20 Limite de dose annuelle artificielle pour un travailleur du nucléaire en catégorie A en France
110 Dose moyenne annuelle d’un mineur d’uranium
114 Dose efficace totale reçue par un patient injecté de 30 mCi de Tc99m (Dose d’une ventriculographie isotopique)
129,6 Dose efficace totale reçue par un patient injecté de 8 mCi de Ga67 (Dose d’une scintitomographie au gallium)
1200 Dose moyenne reçue par les survivants d’Hiroshima et de Nagazaki qui se trouvaient dans un rayon de 10 km d’une des 2 explosions
1200 Dose accumulée nécessaire pour augmenter de 1 % les chances de développer un cancer selon l’hypothèse linéaire
1450 Dose moyenne reçue par les 30 000 personnes habitant à proximité du réacteur de Tchernobyl lors de l’accident en 1986.

Effets déterministes associés à diverses doses[modifier | modifier le code]

Dose (mSv) Effets observés (pour une dose aiguë[2])
50 Dose seuil pour l’apparition de malformations chez l'embryon
250 Diminution transitoire des globules blancs et rouges
500 Dose aux gonades causant une stérilité temporaire
1 000 Nausée, vomissement, perte de cheveux

DL50 (dose létale pour 50 %) des embryons exposés une semaine post conception

1500 DL50 des embryons exposés 5 à 7 semaines post conception
3000 DL50 des embryons ou fœtus exposés 21 semaines ou plus post conception
3 000

à

5 000

Syndrome hématopoïétique : hémorragie et infection

Dose seuil à la peau pour l’apparition d’effets (érythème, desquamation sèche)

Dose aux ovaires causant une stérilité permanente (testicules : + de 5 Sv)

5 000 DL50 des personnes exposées

Ulcération intestinale

Anémie aplasique

10 000 DL100 (dose létale pour 100 %) des personnes exposées

Syndrome gastro-intestinal : perte liquidienne, diarrhée sévère et mort dans les jours qui suivent

Fibrose pulmonaire

30 000 Syndrome cérébro-vasculaire : convulsion, apathie, mort dans les heures qui suivent

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport DRPH/SER n°2010-12 de l'IRSN, Doses délivrées aux patients en scanographie et en radiologie conventionnelle.
  2. Le débit de dose influence beaucoup la probabilité d’effets biologiques. Pour une exposition chronique aux rayonnements, il faut appliquer un facteur de réduction de risque de l’ordre de 2 à 20 par rapport à une exposition brève et unique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • RADIATION AND YOUR PATIENT: A GUIDE FOR MEDICAL PRACTITIONERS, A web module produced by Committee 3 of the International Commission on Radiological Protection (ICRP)
  • Muller Richard A., Physics for future presidents, 2008.
  • Myers D., Canada: Vivre avec le rayonnement, CCSN, 1995
  • Wall and Hart, Brit J Radiol, 1997, UNSCEAR 2000 or the 2007 CRCPD NEXT report
  • ICRP Publications 57, 60 et 80
  • Radiation Safety Institute of Canada, RSO-1 Training Textbook, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]