Danger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danger (homonymie).
Panneau de danger, selon la signalisation routière française

La notion de danger s'explicite différemment dans le sens commun et dans un contexte scientifique ou industriel.

La dangerosité est une notion hautement subjective. Il est opportun de différencier la situation dangereuse de l'état dangereux.

Danger et dangerosité[modifier | modifier le code]

Un danger, dans l'acception anthropique la plus commune, est une menace susceptible d'altérer significativement l'intégrité physique d'une personne, selon une gravité pouvant aller jusqu'à la mort. Ce sens est souvent détourné de façon métaphorique pour évoquer un risque bien plus anodin, par exemple lorsqu'on évoque la possibilité de l'échec d'une entreprise quelconque.

Le danger engendre souvent la peur et incite à la prudence. Y faire face nécessite du courage ou parfois de l'inconscience.

Ce danger menace ou compromet la sureté[1]. En l'absence de danger, on se sent en sécurité.

Plus qu'un néologisme, la dangerosité est un concept moderne, utilisé parfois à la place du mot danger, à tort. L'idée est que, même si quelque chose ou quelqu'un n'est pas réellement et objectivement dangereux, il pourrait l'être potentiellement. La situation dangereuse peut être définie comme une menace ressentie de façon réelle ou imaginaire provenant d'une agression interne ou externe contre l’intégrité de leur structure par un individu ou un groupe d’individus[2]. L'influence de ce concept est développé par Michel Foucault dans les années 1970[3]. Le terme est parfois remplacé par ceux de nocuité ou périculosité, traduction littérale, par création d’un néologisme, de la periculosità italienne.

L'état dangereux, quant à lui, est un complexe de conditions sous l’action desquelles il est probable qu’un individu commette un délit[4]. L’acte dangereux est celui qui possède un certain nombre de caractéristiques, la gravité, la soudaineté, l'imprévisibilité, la menace pour l’environnement ainsi que l'éventualité d’une répétition et d’une sommation[5].

Certains linguistes s'opposent à ce néologisme, préférant le substantif « danger » (ainsi, on peut remplacer l'expression « la dangerosité d'une route » par « le danger d'une route »). D'autres, tel Bernard Cerquiglini, considèrent que cette épithète, formée du suffixe « osité », n'a rien d'extraordinaire, invoquant comme exemple, le terme « frilosité », « pilosité » ou « porosité »[6].

Le concept de dangerosité en droit[modifier | modifier le code]

Le concept de dangerosité, déjà dénoncé par Michel Foucault dans les années 1970[réf. nécessaire], a fait son entrée officielle dans le droit pénal français à l'occasion de la loi du 25 février 2008 relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d'irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental[7].


Acceptions scientifiques règlementaires et normatives[modifier | modifier le code]

Jongleur en action : Le danger (ici : pyrotechnique) se matérialise si le risque d'accident (ici : incendie, entraînant des brûlures) n'est pas maîtrisé.

Les sciences telles que la cyndinique ou la riscologie, ainsi que les réglementations nationales ou internationales visant à protéger les sociétés et leur environnement, s'efforcent de clarifier et maîtriser ces concepts.

Les normes EN 292-1, EN 292-2 et EN 1050 définissent les termes suivants :

  • Danger, ou phénomène dangereux : Cause capable de provoquer une lésion ou une atteinte à la santé.
    Dans le contexte de la sécurité alimentaire, un danger est « un agent biologique, chimique ou physique présent dans les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux, ou un état de ces denrées alimentaires ou aliments pour animaux, pouvant avoir un effet néfaste sur la santé »[8]. Le danger peut être naturel[9],[10].
  • Situation dangereuse : Toute situation dans laquelle une personne est exposée à un ou plusieurs dangers.
  • Événement dangereux ou événement déclencheur : Événement susceptible de causer un dommage pour la santé.
  • Dommage : Lésion et/ou atteinte à la santé.

Dans ce contexte plus cartésien, le danger est la caractéristique intrinsèque d'un objet ou d'une activité, susceptible de se matérialiser dans un événement non souhaité qui entraînera des dommages (conséquences ultimes) pouvant aller jusqu'à la mort d'êtres vivant et la destruction totale d'objets.

En particulier, dans l'industrie, le « danger » est un concept règlementé par la législation internationale, et par les différentes législations nationales, à travers ce que l'on appelle la sécurité industrielle. Le danger industriel est notamment décrit dans des études de dangers, dont un préalable est l'inventaire des objets et activités, avec leur dangers intrinsèques, suivi de l'analyse des risques (scénarios pouvant aboutir à des événements non souhaités), en vue de maîtriser au mieux ces risques.

Veille et alertes concernant les produits dangereux[modifier | modifier le code]

Réseau RAPEX[modifier | modifier le code]

Le réseau européen, nommé « RAPEX » [11] est géré par la Commission Européenne, dont la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la répression des fraudes) est le correspondant en France. Figurent sur ce réseau « les alertes relatives à des produits dangereux, ayant fait l'objet d'une notification placée sur le réseau d'alerte européen par les autorités de surveillance des Etats-membres de l'Union européenne. »
La commission vérifie la dangerosité du produit - hors produits alimentaires- et informe les autorités nationales pour qu'elles prennent les mesures adéquates : Saisies, consignations, retraits, rappels, suspension de commercialisation voire décrets d'interdiction. Le site « Rapex » - mis à jour de manière hebdomadaire- décrit les produits incriminés avec leur photo, leur pays d'origine et le danger qu'ils font courir.

Rapid Alert System for Food and Feed[modifier | modifier le code]

le système RASFF, pointant les indices de danger et des signalements dans les secteurs alimentaires et non alimentaires » [12].

Base de Données IRIS[modifier | modifier le code]

le système IRIS (Intégration et restitution des informations saisies) « dont l'objet est de rassembler dans une seule base des informations en provenance d'autres bases de données métier, de les traiter et d'en assurer la présentation » [13].

Références et liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Lanoy, Maîtrise des risques et sûreté de fonctionnement : Repères historiques et méthodologiques, Paris, Lavoisier, coll. « SRD Sciences du risque et du danger »,‎ , 118 p. (ISBN 2743010185, lire en ligne), p. 1
  2. Buffard
  3. Surveiller et punir, ainsi que par Ulrich Beck dans La société du risque (1986)
  4. Senninger
  5. Collin
  6. Explication linguistique de Bernard Cerquiglini sur TV5.
  7. Commission nationale consultative des droits de l'homme Note de la Commission nationale consultative des droits de l’homme du 4 janvier 2008 et communiqué de la Ligue des droits de l'homme (LDH)
  8. Alinea 14 du chapitre 1 du règlement CE178/2002 du Parlement européen et du Conseil du 28 janvier 2002, établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire, instituant l'Autorité européenne de sécurité des aliments et fixant des procédures relatives à la sécurité des denrées alimentaires
  9. http://www.dangers-naturels.ch/home/dangers-naturels-actuels.html
  10. http://www.bafu.admin.ch/naturgefahren/11421/index.html?lang=fr
  11. RAPEX sur le site de l'UE
  12. Arrêté du 7 janvier 2009 portant création d'un traitement de données à caractère personnel dénommé « Alertes et signalements », Journal officiel, 22 janvier 2009
  13. Arrêté du 7 janvier 2009 portant création d'un traitement de données à caractère personnel dénommé « IRIS », Journal officiel, 22 janvier 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Mbanzoulou (dir.), Hélène Bazex (dir.), Olivier Razac (dir.) et Josefina Alvarez (dir.), Les nouvelles figures de la dangerosité, Paris, L'Harmattan, coll. « Sciences Criminelles »,‎ , 402 p. (ISBN 9782296067783, présentation en ligne)
  • Loïck Villerbu (dir.), Astrid Ambrosi, Bernard Gaillard et Pascal Le Bas, Dangerosité et vulnérabilité en psychocriminologie, Paris, L'Harmattan, coll. « Sciences Criminelles »,‎ , 302 p. (ISBN 9782747542616, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :