Artificialisation du littoral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Plage en béton à Monaco.

L'artificialisation du littoral est l'urbanisation massive et rapide d'un espace littoral pour accompagner son développement touristique. Souvent motivé par le thalassotropisme et haliotropisme et qualifié de « bétonnage du littoral », ce phénomène suppose la construction d'une série presque ininterrompue d'hôtels et d'immeubles d'habitation composés d'appartements utilisés comme résidences secondaires ou location saisonnière, à l'abri de marinas et de plages aménagées.

Synonymes[modifier | modifier le code]

L'artificialisation est souvent dénommée « bétonnage du littoral » ou « bétonnisation du littoral ».

On trouve par ailleurs de nombreux termes renvoyant à l'extension significative de l'habitat urbain dans certaines côtes spécifiques de la mer Méditerranée durant la seconde moitié du XXe siècle :

Limitations[modifier | modifier le code]

Dans le monde, diverses législations visant notamment à protéger le patrimoine naturel et les paysages, limitent cette artificialisation, avec plus ou moins de succès.

En France, le Conservatoire du littoral a pour vocation de limiter le bétonnage du littoral, en se portant acquéreur de terrains côtiers menacés par la progression de l'habitat dans le voisinage. Les sites et paysages classés y contribuent aussi, de même que la Loi littoral.
Au début du XXIème siècle, le littoral compte encore parmi les zones de France où l'artificialisation progresse rapidement, malgré la Loi littoral[2]. En 2018, le nouveau plan Biodiversité proposé par le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a notamment un objectif zéro artificialisation nette basé sur la compensation avec : pour chaque mètre carré consommé, un mètre carré d'espaces naturels devrait être créé (éventuellement dans le cadre d'aménagements de type toitures terrasses végétalisées) pour selon le ministre "Sortir de la logique des projets démesurés", "sanctuariser les terres agricoles", "désartificialiser les sols"... Le ministre attend aussi "de la transparence de la part des collectivités : qu'elles communiquent leur dynamique d'artificialisation."[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Forge, I. (1998). Les différents visages de l'artificialisation du littoral. Les données de l'environnement, (39), 1-4.
  • Hénaff, A., & Le Berre, I. (2003). Fonctionnement hydro-sédimentaire et artificialisation du littoral. Le cas de la côte occidentale du Finistère. Les Cahiers Nantais, (59), 75-88.
  • Lee, A., & Slak, M. F. (2007). Les paysages français changent entre 1992 et 2002: artificialisation et fermeture des paysages aux dépens du mitage ou de la déprise des zones agricoles. Agreste Cahiers, 3, 19-40.
  • Tafani, C. (2010). Littoral corse: entre préservation de la nature et urbanisation, quelle place pour les terres agricoles ?. Méditerranée. Revue géographique des pays méditerranéens/Journal of Mediterranean geography, (115), 79-91.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cadoret, A., & Lavaud-Letilleul, V. (2013). Des «cabanes» à la «cabanisation»: la face cachée de l’urbanisation sur le littoral du Languedoc-Roussillon. Espace populations sociétés. Space populations societies, (2013/1-2), 125-139.
  2. Colas S. (2007). Le littoral, entre nature et artificialisation croissante. Le 4 pages, Observatorie du littoral (120), 1-4.
  3. Lacas F (2018)Nicolas Hulot décrète la "mobilisation générale" contre la bétonisation. Pour Nicolas Hulot, 1 m2 de béton devra être compensé par 1 m2 de verdure 06/07/2018