Zamość

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zamość (homonymie).
Zamość
Blason de Zamość
Héraldique
Panorama de la place du Grand Marché à Zamość
Panorama de la place du Grand Marché à Zamość
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Lublin
Powiat Ville-powiat
Commune Zamość
Maire Marcin Zamoyski
Code postal 22-400 - 22-410
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 84
Immatriculation LZ
Démographie
Population 65 494 hab. (2013)
Densité 2 147 hab./km2
Population de l'agglomération 140 000 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 43′ 00″ N 23° 16′ 00″ E / 50.716667, 23.26666750° 43′ 00″ Nord 23° 16′ 00″ Est / 50.716667, 23.266667  
Superficie 3 050 ha = 30,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Zamość

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Zamość

Zamość, pron. ['zamoɕtɕ], est une ville de la voïvodie de Lublin, en Pologne orientale. Zamość est une ville-powiat et est le chef-lieu du powiat de Zamość sans se trouver sur son territoire. Sa population s'élevait à 65 494 en 2013.

Ludwig Fischer, gouverneur nazi de Varsovie, l'a baptisée par dérision Himmlerstadt en 1943 durant la Seconde Guerre mondiale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Zamość se trouve aux confins du plateau de Lublin et du Roztocze, en bordure de la rivière Labunka. Elle est aussi sur la route commerciale qui relie le Nord et l'Ouest de l'Europe à la mer Noire.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

La Pologne connaît son apogée au XVIe siècle, sous les derniers rois Jagellon. Son territoire s'accroît : la Prusse-Orientale (1525), la Mazovie (1526), la Livonie et la Lettonie (1561), la Courlande (1562) et la Lituanie (1569). Ses villes s'épanouissent dans le cadre de la Renaissance.

Après l'extinction de la dynastie (1572), le royaume est électif. À l'instigation de Jan Zamoyski, la noblesse, qui affirmait difficilement ses privilèges au XVe siècle, participe désormais à l'élection royale. Avec le haut clergé, elle a le monopole de la propriété foncière.

Jan Zamoyski (1541-1605) est magnat, homme politique et humaniste. Zamość est sa création personnelle. La ville, établie sur son domaine privé, est conçue à des fins de commerce et de résidence personnelle; il y élève son palais. Il érige à l'heure des guerres religieuses dans le reste de l'Europe, des lieux de cultes pour Juifs, Chrétiens catholiques et protestants. Le projet urbain prend forme en neuf ans (1582-1591). Des fortifications entourent l'ensemble. En 1594, Zamoyski y fonde une Académie, centre de culture polonaise où enseignera le professeur de Wurzbourg Adrien Romain.

À la fin du XVIe siècle, le pays entre dans un long déclin. Zamość sera assiégée à plusieurs reprises aux XVIIe et XVIIIe siècles. Entre 1939 et 1945, des centaines de milliers de Juifs, Tziganes, résistants, homosexuels, communistes… sont massacrés (génocides) à Zamość et dans ses environs par les nazis.

Pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les projets coloniaux de Himmler et leur réalisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Action Zamość.

En 1941, Himmler décide de la construction de points d'appui SS en Pologne. Il charge Globocnik chef des SS et de la police du district de Lublin, de créer une grande région de colonisation dans le cerce de Zamosc, le district devant constituer la première réalisation du plan général de l'Est[1]. Peuplée de 65 % de Polonais, de 25 % d'Ukrainiens et de 10 % de Juifs, cette région comptant 500 000 habitants avant le conflit doit accueillir une partie des 50000 familles de Volksdeutsche destinées à repeupler les districts de Lublin et Zamosc; à la fin de l'année 1942, seul le district de Zamosc est concerné par les projets coloniaux, 10000 Volksdeutsche devant remplacer 50000 Polonais[2].

Au cours du mois de novembre 1942, les projets deviennent réalité. Les Volksdeutsche sont d'abord réunis près de la ville, puis, sous la protection de la police, sont dirigés vers Zamosc, où ils sont répartis dans les villages et les habitations, dont les anciens habitants ont été expulsés sans ménagements par la SS[2].

En 1944, une prise de pouvoir insolite et éphémère[modifier | modifier le code]

Après le départ des Allemands en juillet 1944 et l’arrivée de l’armée soviétique, des affiches sont placardées à Zamość et dans tout le district. Il est demandé à la population de se grouper autour de l’autorité légale. L’appel est signé par Janusz Sandomierski, pseudonyme utilisé dans la clandestinité par le Délégué du Gouvernement Polonais en exil à Londres, Janusz Antoni Wiącek. Il va entreprendre la réorganisation de l’administration locale : les écoles, la justice, les services de santé, les services de sécurité (police et pompiers), les services fiscaux. Il s’installe à l’hôtel de ville de Zamość et, ce n’est qu’après cette prise de pouvoir insolite qui durera dix jours (du 23 juillet au 3 août) que, sous la menace des armes il laissera la place aux représentants du Comité de Lublin, le PKWN, sorte de gouvernement provisoire prévu par Staline. Une plaque commémorative scellée dans le hall du 1er étage de l’hôtel de ville rappelle ce fait sans doute sans précédent[3].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Zamość

À l'intérieur des fortifications initiales, la disposition urbaine, conçue par l'Italien Bernardo Morando, est très structurée. À l'ouest est situé le palais des Zamoyski et à l'est la ville avec ses places et son tracé régulier, aéré, que commandent deux axes se recoupant à angle droit. De nouvelles fortifications de type Vauban, qui se découpent en étoile, sont érigées au XVIIe siècle.

Les styles Renaissance, surtout, et baroque caractérisent l'architecture de la ville qui intègre en outre des traditions urbaines d'Europe centrale. La place du Grand Marché, que domine l'hôtel de ville, en est une riche illustration. Des maisons à arcades et portails de pierre, appartenant aux deux grands styles, la bordent selon la tradition. On compte plusieurs églises à Zamość, dont une magnifique collégiale (XVIe siècle).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la ville est parfois nommée Samoscie en français[4].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chistian Baechler, Guerre et extermination à l'Est. Hitler et la conquête de l'espace vital. 1933-1945, Paris, Tallandier,‎ 2012, 524 p. (ISBN 978-2-84734-906-1)
  • Beata de Robien, Le Roman de la Pologne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. C. Baechler, Guerre et exterminations à l'Est, p. 329.
  2. a et b C. Baechler, Guerre et exterminations à l'Est, p. 330.
  3. Plaque commémorative dans la hall du 1er étage de l’hôtel de ville; James W. Blackwell, The Polish Home Army and the struggle for the Lublin region. - University of Glasgow. Thèse (2010)
  4. Anders F. Skjöldebrand, Histoire militaire et politique des rois de Suède de la maison..., Volume 1.

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :