Wikipédia:Critiques de Wikipédia

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les critiques de Wikipédia ont grandi avec sa croissance. Les personnes critiques incluent des lecteurs, des éditeurs de Wikipédia, des ex-éditeurs et des représentants des encyclopédies papiers. Les critiques fréquentes sont que la nature ouverte de Wikipédia la rend incertaine, que la partialité systématique et les dynamiques de groupe de sa communauté gênent ses buts.

Critiques du concept[modifier | modifier le code]

L'utilité comme référence[modifier | modifier le code]

L'utilité de Wikipédia en tant que travail de référence a été remise en cause. Le manque d'autorité, de responsabilité, et d'examen par les pairs sont considérés par certains comme des facteurs disqualifiants. Par exemple, le bibliothécaire Philip Bradley reconnaît dans une entrevue de The Guardian que le concept est, en théorie une « belle idée », mais qu'il ne l'emploierait pas dans la pratique et est :

« […] non connu d'un simple bibliothécaire qui l'utiliserait. Le problème principal est le manque d'autorité. Avec les publications imprimées, les éditeurs doivent s'assurer que leurs données sont fiables, car leurs moyens d'existence en dépendent. Mais avec quelque chose comme Wikipédia, tout cela est jeté aux orties. » (Waldman, 2004).

De même, Robert McHenry, ancien rédacteur en chef de l'Encyclopædia Britannica a dit :

« l'utilisateur qui visite Wikipedia pour se renseigner sur un certain sujet, pour confirmer un point de vue, est plutôt dans la position d'un utilisateur de toilettes publiques. Celles-ci peuvent manifestement être sales, ainsi il devra être très prudent, ou elles peuvent sembler assez propres, de sorte qu'il puisse être rassuré par une apparence de propreté. Ce qu'il ne sait certainement pas, est : qui a employé les toilettes avant lui. » (McHenry, 2004).

En réponse à cette critique, des propositions ont été faites pour fournir une variété de sources pour la substance des articles, par exemple, voir le Wikipedia:Provenance. Cependant, ces propositions sont tout à fait controversées.

Ceux qui soutiennent le concept de Wikipédia contrent ces arguments en disant que Wikipédia est une source plus indépendante que la plupart des encyclopédies traditionnelles. Ils arguent du fait que la fiabilité est potentiellement plus grande que celle d'une source traditionnelle, puisque des erreurs peuvent être corrigées immédiatement, et précisent que les processus formels employés par les sources académiques (examen par les pairs, ...) sont également sujettes à l'erreur humaine. D'autres affirment qu'aucune information ne devrait être prise pour argent comptant, indépendamment de la source. En outre, les défenseurs affirment que n'importe quelle critique provenant d'Encyclopædia Britannica et d'autres encyclopédies est colorée par leur concurrence avec Wikipédia.

Les cercles académiques n'ont pas tous rejeté Wikipédia comme référence. Des articles de Wikipédia ont été cités en référence dans la rubrique Enhanced Perspectives de la publication Science. Le premier hyperlien vers Wikipédia figurait dans l'article A White Collar Protein Senses Blue Light (Linden, 2002), et des douzaines d'autres « mises en perspective » ont fourni de tels liens depuis lors. Cependant, ces liens sont offerts comme sources de fond pour le lecteur, pas comme sources employées par l'auteur, et les « mises en perspective » ne sont pas destinées à servir de documentation de référence en tant que telles.

La partialité systématique[modifier | modifier le code]

La majorité des articles sur Wikipédia sont écrits par des gens d'un groupe ethnique, régional ou national donné. Les auteurs écrivant en majorité sur des sujets qui les intéressent, il est donc courant de trouver des articles touchant ce groupe, et rare de trouver des articles touchant d'autres groupes moins bien représentés sur Wikipédia ou même Internet. Par exemple la communauté de Français représente 70% de la population wikipédienne francophone. À titre indicatif, la deuxième communauté la plus importante est québécoise, représentant 7 % des wikipédiens francophones.

Exemples de partialité[modifier | modifier le code]

Rédigé avec les données du 15 novembre 2005 et du 31 juillet 2011
Il y a plus d'articles liés à la France qu'à n'importe quel autre pays. Par exemple le rapport France:États-Unis d'Amérique est 1:1 en 2011 (6:1 en 2005 alors que le second est de superficie et de population supérieures), ou France:République démocratique du Congo 40:1 en 2011 (50:1 en 2005 alors que le second est de superficie quatre fois supérieure et de population similaire). Paris est plus populaire que d'autres métropoles, voire d'autres pays. Le rapport Paris:République centrafricaine est 7:1 en 2011 (36:1 en 2005), celui France:République centrafricaine 135:1 en 2011 (192:1 en 2005). Certains sujets de divertissement comme Manga ou Rock ont respectivement des rapports avec l'article République centrafricaine de 2:1 et 5:1 en 2011 (respectivement 10:1 et 6:1 en 2005).

Carte des pays par références Wikipédia de 2005.
Carte des pays par références Wikipédia de 2011.
Nombres d’articles liés aux articles de continents, et ratio avec le plus liés de la liste
Continent articles liés
(2005)
ratio
(2005)
articles liés
(2011)
ratio
(2011)
Europe 3893 1:1 18154 1:1
Afrique 1795 2:1 7649 2:1
Asie 1227  3:1 5391 3:1
Amérique du Nord  898 4:1 7186 3:1
Amérique du Sud 691 6:1 4466 4:1
Océanie 237  16:1 1562 12:1
Quelques nombres d’articles liés aux articles de pays, et ratio avec le plus liés de la liste
Pays articles liés
(2005)
ratio
(2005)
articles liés
(2011)
ratio
(2011)
France 50115 1:1 177549 1:1
États-Unis 8384 6:1 108467 2:1
Canada 4561 11:1 36644 5:1
Japon 4361 11:1 26962 7:1
Belgique 4320 12:1 30982 6:1
Chine 3579 14:1 13847 13:1
Brésil 1997 25:1 18804 9:1
Mexique 1666 30:1 12331 14:1
Congo-Kinshasa 1009 50:1 4384 40:1
Colombie 667  75:1 7327 24:1
Monaco 587  85:1 2553 70:1
Centrafrique 261 192:1 1307 136:1
Quelques nombres d’articles liés aux articles de régions ou villes, et ratio avec le plus liés de la liste
Ville,
région
articles liés
(2005)
ratio
(2005)
articles liés
(2011)
ratio
(2011)
Paris 9454 1:1 64535 1:1
Québec 3277 3:1 21223 3:1
New York 2682 4:1 21816 3:1
Londres 2577 4:1 21827 3:1
Californie 1653 6:1 15067 4:1
Montréal 1252 8:1 10321 6:1
Kinshasa 396 24:1 1002 64:1
Tokyo 174 54:1 6456 10:1
São Paulo 124 76:1 1840 35:1
Quelques nombres d’articles liés aux articles de différents sujets, et ratio avec le plus liés de la liste
Article articles liés
(2005)
ratio
(2005)
articles liés
(2011)
ratio
(2011)
Manga 2534 1:1 3505 1:1
Sport 1629 2:1 2113 1:1
Rock 1493 2:1 6597 1:2
Moyen Âge 1492 2:1 9776 1:3
Cinéma 1386 2:1 7575 1:2
Linux 874 3:1 2682 1:1
Bible 822 3:1 2806 1:1
Microsoft Windows 821 3:1 4578 1:1
Parfum 89 28:1 411 9:1
Broderie 20 126:1 164 21:1
Mode (habillement) 13 195:1 1021 3:1

Voir[modifier | modifier le code]

Amélioration évolutive[modifier | modifier le code]

Ted Pappas, éditeur exécutif pour l'Encyclopedia Britannica, considère que « le principe de Wikipedia est que l'amélioration continue va mener à la perfection ; ce principe n'est pas du tout prouvé.»[1] Les défenseurs répliquent que l'objectif est l'amélioration continue, pas la perfection.

Le vandalisme[modifier | modifier le code]

Beaucoup considèrent que le vandalisme arrivera à bout de Wikipédia. Seulement il se trouve que les passages vandalisés peuvent être systématiquement corrigés grâce à l'historique complet de l'article, et que ce rétablissement est très rapide, au moins aussi rapide que le vandalisme lui-même ; ainsi, alors que dans le monde matériel la destruction est beaucoup plus simple que la construction et que la minorité peut gêner la majorité, dans le monde de Wikipédia la majorité vient systématiquement et très simplement à bout de la minorité, simplement par le surnombre. En outre, certaines formes de vandalisme peuvent être détectées de manière quasi-automatique.

La contamination par l'anglais, voire la disparition des langues[modifier | modifier le code]

Wikimedia Foundation se targue de soutenir l'existence et le développement de toutes les langues, notamment en revendiquant l'existence de plus de 250 wikipédias, voire d'une unique wikipédia ayant vocation à être la plus multilingue possible.

On peut arguer que cette promotion revendiquée de la diversité linguistique n'est qu'un leurre :

  1. d'une part parce que les interwiki incitent lorsque l'on cherche à en savoir plus, à consulter la version anglaise, dont les articles sont de meilleure qualité et de meilleure accessibilité, l'anglais étant la seconde langue la plus parlée. On a donc un « effet d'attraction » vers l'anglais, qui renforce sa position de référence ;
  2. d'autre part parce que nombre d'articles dans différentes langues sont en fait partiellement ou dès le départ des « traductions » de la wikipédia anglaise. On a donc à la fois la promotion d'une langue traduite aux dépens d'une langue originale, et l'imposition de concepts et de manières de penser de langue anglaise. En outre, les traductions sont souvent de mauvaise qualité, ce qui déforme ou qui dégrade la langue connue par le lecteur. Il existe d'ailleurs un projet spécifique consacré à la traduction dont l'énergie est en fait largement tournée vers la traduction d'originaux anglais.

Quantitativement on constate d'ailleurs une domination écrasante de la version en anglais de wikipédia, qui possède à la fois les articles les plus approfondis (les plus longs, avec le plus de références, ...) et le plus grand nombre d'articles (près de 3 400 000, loin devant la deuxième qui n'en possède « que » 1 120 000)[2].

L'objectivité comme neutralité[modifier | modifier le code]

Un des principes fondateurs du projet Wikipédia est l'exigence de neutralité de point de vue comme garantie d'objectivité. Le modèle du point de vue neutre (ou absence de point de vue) est certes pertinent, mais il faut souligner qu'il peut en exister d'autres. Comprendre l'objectivité comme l'adoption d'un point de vue critique permet de dépasser les impasses issues de la contrainte de neutralité en vigueur. Cette redéfinition suppose de mettre entre parenthèse le débat autour de la possibilité d'un point de vue neutre pour se concentrer sur la question de son utilité.

Une position dissymétrique sur le web[modifier | modifier le code]

Certaines critiques concernent la position de Wikipédia par rapport au reste du Web. Elles avancent que le contenu de Wikipédia est pour une bonne part recopié à partir d'autres sites Internet, généralement spécialisés et issus pour leur part de recherches originales (par exemple les fiches IMDB, qui servent souvent de base aux articles sur les films de Wikipédia). Ceci pose deux types de problèmes :

  • un problème de droit d'auteur, en particulier concernant les données issues de bases de données, les listes, les chiffres, etc. Ces violations de droit d'auteur, interdites selon les principes de Wikipédia, sont moins faciles à détecter et ces données sont de toutes façons moins clairement protégées (voir le débat sur le bistro à ce sujet fin décembre 2007)[réf. nécessaire] ;
  • un effet d'éviction de l'audience des sites Internet spécialisés au profit du seul Wikipédia. À contenu identique, l'internaute préfère Wikipédia qui profite de son nom et de sa position avantageuse dans les classements des moteurs de recherche. La non prise en compte de l'audience au départ de Wikipédia (par l'utilisation de l'attribut nofollow dans les liens) condamne les autres sites, même s'ils figurent en source ou en lien dans l'article de Wikipédia, à régresser dans les moteurs de recherche. Cette éviction est injuste (prime au copieur) et dangereuse pour le Web puisqu'elle démotive les webmestres de ces sites spécialisés qui menacent parfois de cesser d'enrichir leur site et de mettre leurs données à la libre disposition.

L'écrivain américain Nicholas Carr, spécialisé dans les technologies informatiques juge ainsi que, « bien que l'usage de la balise nofollow soit certainement compréhensible dans le contexte de la lutte anti-spam, cela transforme Wikipédia en une espèce de trou noir sur le net. [Wikipédia] absorbe de vastes quantités d'énergie sous forme de liens mais n'en libère jamais[3]. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Pages connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Who knows?, The Guardian, 26/10/2004.
  2. Chiffres actualisés sur www.wikipedia.org
  3. (en) is Wikipedia a black hole?,