Affaire Essjay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'affaire Essjay désigne une série d'évènements relatifs à un administrateur renommé de la Wikipédia en anglais, lequel était aussi bureaucrate, arbitrator (en) et médiateur, tout en étant un employé de Wikia[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Connu sous le pseudonyme d'« Essjay », il a plus tard dévoilé son nom civil : Ryan Jordan. En février 2007, Essjay a été accusé d'avoir fait de fausses déclarations relativement à ses titres académiques et à ses compétences professionnelles, tant sur sa page utilisateur qu'à un journaliste, Stacy Schiff, lors d'une entrevue pour le compte du New Yorker[2],[3],[4]. Il a également utilisé ses prétendus titres lors de conflits portant sur le contenu de la Wikipédia en anglais. La controverse a mis en lumière son imposture, l'incidence de sa tromperie sur la perception de la Wikipédia en anglais (notamment sur les politiques et la crédibilité) et la qualité des décisions prises lors de sa promotion, de son appui et de son emploi.

Lorsque son imposture a été divulguée, des commentaires et des articles sont apparus dans diverses publications, que ce soit sous forme électronique, papier ou télédiffusé[5]. La communauté de Wikipédia en anglais a analysé les modifications apportés par Essjay dans le but de corriger les erreurs qu'il aurait introduites et a également débattu des moyens pour améliorer le traitement des informations personnelles. En tant que contributeur, Essjay a passé moins de temps à modifier les articles qu'à réagir aux vandalismes et à résoudre les conflits éditoriaux[N 1],[6],[7].

Le cofondateur de Wikipédia Jimmy Wales[8] a initialement soutenu Essjay dans l'usage de ce rôle affirmant : « je perçois [ce rôle] comme un pseudonyme et cela ne me cause aucun souci[trad 1] »[9]. Plus tard, il a retiré son appui et a demandé à Essjay de renoncer à ses fonctions de la Wikipédia en anglais et de démissionner de Wikia[7],[9]. Wales a affirmé avoir retiré son appui lorsqu'il a appris « que EssJay (sic) a mis en avant ses fausses références lors de conflits sur le contenu[trad 2] » de la Wikipédia en anglais[10].

Notes, traductions et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 8,2 % des éditions d'Essjay sont faites dans l'espace encyclopédique, comparativement à 79 % dans les espaces « Discussion utilisateur » et « Wikipédia ».

Traductions[modifier | modifier le code]

  1. (en) « I regard it as a pseudonym and I don't really have a problem with it. »
  2. (en) « that EssJay (sic) used his false credentials in content disputes. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir (en) Page utilisateur d'Essjay.
  2. (en) Stacey Schiff, « Know it all: Can Wikipedia conquer expertise? », The New Yorker,‎ 24 juillet 2006
  3. (en) Noam Cohen, « After False Claim, Wikipedia to Check Degrees », The New York Times,‎ 12 mars 2007
  4. (en) Seth Finkelstein, « Read me first », The Guardian,‎ 8 mars 2007
  5. (en) [vidéo] Dan Harris, « Wikipedia Editor Revealed as Fake », ABC News,‎ 6 mars 2007
  6. « Compteur d'éditions d'Essjay », sur http://toolserver.org (consulté le 5 septembre 2011)
  7. a et b (en) Noam Cohen, « Wikipedia ire turns against ex-editor », International Herald Tribune,‎ 6 mars 2007
  8. (en) Peter Meyers, « Fact-Driven? Collegial? This Site Wants You », The New York Times,‎ 20 septembre 2001
  9. a et b (en) Mitch Ratcliffe, « Wikipedia: Why does Essjay need to "protect himself"? », sur ZDNet.com,‎ 5 mars 2007
  10. (en) Jimmy Wales, « EssJay situation », WikiEN-l,‎ 3 mars 2007

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dariusz Jemielniak, « Trust, Control, and Formalization in Open-Collaboration Communities: A Qualitative Study of Wikipedia », Repozytorium,‎ 31 octobre 2012 (résumé)