Stade Monumental Antonio Vespucio Liberti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stade Monumental.
Stade Monumental
{{#if:
002.Buenos Aires desde el cielo (Estadio de River).JPG
Généralités
Noms précédents Estadio Monumental (1938-1986)
Surnom(s) El Monumental
Nom complet Estadio Monumental Antonio Vespucio Liberti
Adresse Buenos Aires
Coordonnées 34° 32′ 43″ S 58° 26′ 59″ O / -34.54525, -58.449694 ()34° 32′ 43″ Sud 58° 26′ 59″ Ouest / -34.54525, -58.449694 ()  
Construction et ouverture
Construction 1936-1938
Ouverture 25 mai 1938
Architecte José Aslan
Héctor Ezcurra
Rénovation 1978
Utilisation
Clubs résidents CA River Plate
Drapeau : Argentine Argentine
Propriétaire CA River Plate
Équipement
Surface Pelouse naturelle
Capacité 61 321 (en 2013[1])
Affluence
record
100 000 (1975)
Dimensions 105 × 68 m

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Stade Monumental

Géolocalisation sur la carte : Buenos Aires

(Voir situation sur carte : Buenos Aires)
Stade Monumental

Le stade Monumental Antonio Vespucio Liberti, plus communément surnommé El Monumental, est un stade de football situé dans la capitale argentine de Buenos Aires. Parfois appelé l'Estadio Monumental de Núñez du nom du quartier Núñez, il se situe en fait aux limites de Belgrano, un des quartiers chics de la ville.

Il a pour résident le Club Atlético River Plate, un des clubs les plus prestigieux d'Amérique du Sud, dont il porte le nom d'un ancien président, Antonio Vespucio Liberti, mort en 1978. L'enceinte sert également à l'accueil des matchs de l'équipe nationale argentine, dont il a accueilli la victoire en finale de la Coupe du monde de football 1978[2].

Sa capacité (61 321 places en 2013) en fait le plus grand stade d'Argentine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le club de River Plate est fondé en 1901. Il devient vite l'un des principaux clubs d'Argentine, dont il remporte le championnat en 1920 (amateur) puis en 1932 (professionnel). Fondé dans le quartier de La Boca, le club est depuis 1923 basé à Palermo, sur un terrain dont il n'est pas propriétaire. À cette époque, River Plate acquiert son surnom Los Millonarios car ses dirigeants n'hésitent pas à investir beaucoup d'argent pour assouvir leurs ambitions, comme lorsqu'ils font venir à prix d'or l'attaquant Bernabé Ferreyra en 1932.

Au début des années 1930, il apparaît que le club ne pourra pas rester indéfiniment résident de son stade du moment. Président depuis 1933, Antonio Vespucio Liberti (en) est convaincu de l'importance pour le club d'être propriétaire d'un grand stade. Le 31 octobre 1934, il parvient à convaincre les autres dirigeants du club à faire l'acquisition d'un terrain de 5 ha à proximité de Belgrano, relativement loin du centre-ville, pour y construire un grand stade[2],[3]. Ce choix fait polémique, car la zone est déserte. De plus ce sont de terres gagnées sur la côte marécageuse du Rio de la Plata quelques décennies plus tôt, suite aux travaux engagés par l’Écossais Daniel White pour installer un hippodrome, ce qui promet des travaux de construction complexes. Pour autant, le gouvernement, séduit par la perspective de disposer d'un grand stade pour l'équipe nationale, soutient le projet. 3,5 ha sont donnés par la municipalité, portant à 8,5 ha la surface disponible. Le 25 mai 1935, la première pierre est posée. Il faut cependant un peu plus d'un an pour que la construction débute, sous la direction des architectes José Aslan et Héctor Ezcurra, après un prêt par le gouvernement de 200 millions de pesos. Le projet vise à construire un stade olympique de 120 000 places, avec une piste d'athlétisme et de nombreuses installations autour destinés aux socios[1].

Deux ans seront nécessaires à la construction de l'enceinte, un temps relativement court étant donné les difficultés liées au terrain. Mais le projet est urgent car River Plate est expulsé de son stade de Palermo en 1937. La tribune Nord est remise à plus tard car le club manque de fonds pour en achever la construction, donnant à l'enceinte une forme de fer à cheval[2].

L'Estadio Monumental est officiellement inauguré le 25 mai 1938. Le lendemain, un match opposant River Plate au Peñarol, multiple champion d'Uruguay en titre, est remporté par le club argentin 3 buts à 1, devant près de 68 000 spectateurs. Au début des années 1940, l'équipe de River, surnommée La Máquina , remporte quatre titres de champion d'Argentine.

En 1951, le Monumental accueille les épreuves d’athlétisme et la cérémonie de clôture des premiers Jeux panaméricains. En 1958, suite à la vente d'Omar Sívori à la Juventus de Turin pour dix millions de pesos, le président Enrique Pardo (es) commande la construction de la tribune Nord, portant la capacité totale du stade à près de 100 000 places[2]. Le départ de l'attaquant marque le début d'une période difficile pour le club, qui ne remporte plus aucun trophée en dix-huit ans.

La porte 12, le lendemain de la tragédie.

En 1968, à l'issue d'un Superclásico au Monumental, un mouvement de panique parmi les supporters de Boca Juniors provoque la mort de 71 spectateurs, âgés en moyenne de 19 ans, et fait plus de 150 blessés, écrasés ou asphyxiés contre une des portes de sortie restée fermée. L’événement est connu comme la Tragedia de la puerta 12 (es). Après trois ans d’enquête, aucun coupable n’a pu être désigné, ni parmi les supporters, ni parmi la police. Depuis les portes du stade ne sont plus nommées avec des chiffres mais par des lettres[4],[5].


La dernière grande rénovation du stade date de 1977-1978, à l'occasion de la Coupe du monde de football 1978. La junte militaire au pouvoir en fait le principal stade de la compétition et prête de l'argent au club pour réaliser des travaux de modernisation[6]. La tribune Nord est achevée avec la construction d'un deuxième niveau, et les places debout sont remplacées par des places assises, fixant la capacité à environ 72 000 places pour la compétition. Six matchs y sont joués, dont le match pour la 3e place et la finale, remportée par l'Argentine devant les Pays-Bas[2].

Depuis lors le stade a été peu modifié, sa capacité habituelle de 65 000 places pouvant monter à 76 600 pour les grands évènements, comme le Superclásico opposant River Plate à Boca Juniors. Depuis 1986, l'enceinte est officiellement l'Estadio Monumental Antonio Vespucio Liberti, du nom de l'ancien président du club de River Plate qui a initié sa construction[2].

En 2011, un projet de modernisation et d'agrandissement du Monumental est présenté par le club, sous le nom River Plate Forum. Ce projet prévoit notamment l'augmentation de la capacité à 75 000 places et la couverture des tribunes. Il a été conçu par le Grupo Torcello, par ailleurs promoteur du pharaonique projet Buenos Aires Forum, qui visait à construire la plus haute tour du monde sur une île artificielle au large de la ville...

Records[modifier | modifier le code]

Panorama du Stade Monumental

Bien que la capacité actuelle soit d'environ 64 000 places, le Monumental a accueilli des affluences bien supérieures : environ 85 000 spectateurs assistent ainsi aux finales retour des Copa Libertadores 1986 et 1996 (la compétition continentale des clubs sud-américains) remportées les deux fois par River Plate sur l'América de Cali. Plus encore, on estime à 100 000 le nombre de fans entassés le 17 août 1975 pour le derby entre River Plate et le Racing Club, au cours duquel les Millonarios fêtent leur premier titre de champion d'Argentine depuis dix-sept ans.

L'équipe nationale a également attiré des grandes affluences au Monumental. En 1993, la Colombie devient la première, et à ce jour la seule, équipe nationale à avoir battu l'Argentine au Monumental (5-0) pour un match qualificatif pour la Coupe du monde[7].

Événements[modifier | modifier le code]

Compétitions continentales[modifier | modifier le code]

Le stade accueille notamment plusieurs rencontres de la Copa América 1946 organisée par l'Argentine, et notamment la victoire décisive contre le Brésil le 10 février, offrant le titre aux locaux.

En 1987, entre 75 et 87 000 spectateurs assistent à la défaite de l'Argentine en demi-finale face à l'Uruguay. Trois jours plus tard dans le même stade, la Celeste remporte le tournoi face à la Colombie.

Une troisième finale de Copa América se tient au Monumental en 2011. L'Argentine éliminée en quart de finale, c'est de nouveau l'Uruguay qui l'emporte en finale, face au Paraguay cette fois-ci.

Coupe du monde de football 1978[modifier | modifier le code]

Le Monumental est le théâtre de la cérémonie inaugurale ainsi que de la finale de la Coupe du monde 1978[8].

Date Tour Groupe Équipe Score Équipe
1er juin 1er 2 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Allemagne de l'Ouest 0 - 0 Drapeau : Pologne Pologne
2 juin 1er 1 Drapeau : Argentine Argentine 2 - 1 Drapeau : Hongrie Hongrie
6 juin 1er 1 Drapeau : Argentine Argentine 2 - 1 Drapeau : France France
10 juin 1er 1 Drapeau : Italie Italie 1 - 0 Drapeau : Argentine Argentine
14 juin 2e A Drapeau : République fédérale d'Allemagne Allemagne de l'Ouest 0 - 0 Drapeau : Italie Italie
18 juin 2e A Drapeau : Italie Italie 1 - 0 Drapeau : Autriche Autriche
21 juin 2e A Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 2 - 1 Drapeau : Italie Italie
24 juin 3e place Drapeau : Brésil Brésil 2 - 1 Drapeau : Italie Italie
25 juin Finale Drapeau : Argentine Argentine 3 - 1
a.p.
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas

Hors football[modifier | modifier le code]

Hormis le football, le stade est également un terrain de jeu occasionnel de l'Équipe d'Argentine de rugby à XV, qui lui préfère cependant l'Estadio José Amalfitani du Vélez Sársfield, un stade un peu plus modeste de Buenos Aires.

Concert de Placebo en 2007.

Enfin, l'enceinte sert aussi à l'organisation de concerts géants, qui représentent une source de revenu substantielle pour le club. Ainsi, certaines grandes stars de la musique ont chanté au Monumental : Paul McCartney (1993 et 2010), Bruce Springsteen (1989), Michael Jackson (1993), Madonna (1993, 2008 et 2012),The Rolling Stones (1995, 1998 et 2006), AC/DC (1996 et 2009), Bob Dylan (1988), David Bowie (1990), Eric Clapton (1990, 2001, 2011), Guns N' Roses (1992, 1993) et (2011), Ramones (1996), The Police (2007), U2 (1998 et 2006), Red Hot Chili Peppers (2002 et 2011), Metallica (1993, 1999 et 2010), Oasis (2009), Coldplay (2010), Lady Gaga (2012), entre autres.

Depuis 2003, le festival annuel de musique Quilmes Rock (en) est organisé à divers endroits de Buenos Aires, et en particulier au Monumental.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Le stade se trouve au milieu d'un grand complexe sportif permettant la pratique du tennis ou du basket-ball. Un théâtre, un musée et un grand parc de stationnement complètent également l'ensemble.

L'accessibilité de l'enceinte, située à l'intersection des avenues Figueroa Alcorta et Udaondo, est assurée par réseaux de transports en commun (train et bus)[2].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b (es) « Estadio Monumental », CA River Plate
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) « El Monumental », The Stadium Guide (consulté le 29 avril 2013)
  3. Les arènes de légende : Le MONUMENTAL, oldschoolpanini.com
  4. « Avant Port-Saïd, les autres catastrophes de stades », LEXPRESS.fr,‎ 02 février 2012 (consulté le 30 avril 2013)
  5. (es) « Puerta 12: Memorias del horror », Clarín,‎ 27 juin 2000 (consulté le 30 avril 2013)
  6. Au détriment du grand rival de River Plate, le CA Boca Juniors, dont ni le stade (La Bombonera) ni les joueurs ne participent à l'événement
  7. Argentine VS Colombie Une fessée Monumentale, FIFA.com
  8. Une Argentine émergente s’impose à la maison, FIFA.com