Mario Tremblay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tremblay.

Mario Tremblay

Surnom(s) Bleuet bionique[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 2 septembre 1956,
Alma (Canada)
Entraîneur retraité
A entraîné Canadiens de Montréal
Wild du Minnesota
Devils du New Jersey
Activité 1995 – 2010
Joueur retraité
Position Ailier droit
A joué pour LNH
Canadiens de Montréal
LAH
Voyageurs de la Nouvelle-Écosse
Repêc. LNH 12e choix au total, 1974
Canadiens de Montréal
Carrière pro. 19741986

Mario Tremblay, né le 2 septembre 1956 à Alma, Québec au Canada, est un joueur professionnel et un entraîneur de hockey sur glace de la Ligue nationale de hockey[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Mario Tremblay, dit, le " bleuet bionique" a joué son hockey mineur à Alma. Son surnom provient du journaliste au journal Le Quotidien (Saguenay), Robert Bourdon[3]. Il a surnommé ce joueur de ce sobriquet a plusieurs reprises dans des articles pour démontrer ses talents offensifs. Tremblay a débuté sa carrière junior en évoluant pour le Bleu-Blanc-Rouge de Montréal durant deux ans dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. En 1973-74, il connaît sa meilleure saison en carrière, toutes ligues confondues, en produisant 100 points et 49 buts. Durant cette saison, il connaît une partie de 7 points (2 buts et 5 passes). Choisi au repêchage amateur de la LNH 1974 au premier tour (12e choix) par les Canadiens de Montréal, Mario Tremblay a joué toute sa carrière dans l'uniforme de la formation montréalaise, de 1974 à 1986. Avant de commencer sa carrière dans la Ligue nationale de hockey, il évolue dans la Ligue américaine de hockey avec les Voyageurs de la Nouvelle-Écosse durant 15 parties. Son grand moment dans sa carrière est d'avoir marqué le but gagnant permettant aux Canadiens de Montréal de gagner la Coupe Stanley en 1978. Comme autre grand moment, il y a la passe faite à Yvon Lambert permettant aux Canadiens d'éliminer les Bruins de Boston en demi-finale des séries éliminatoires de 1979. Grâce à cette victoire, les Canadiens ont atteint la finale de la Coupe Stanley pour une quatrième année consécutive[4].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Après avoir œuvré au sein de la presse électronique pendant quelques années, il succède à Jacques Demers à la barre du Tricolore en 1995, devenant le 23e entraîneur de l'équipe. Il demeure à ce poste jusqu'à sa démission en 1997.

Le 2 décembre 1995, il demande à Patrick Roy de rester à son poste de gardien après neuf buts marqués par les Red Wings de Détroit. Au terme de l'altercation, le gardien, après être passé devant son entraîneur, se retourne pour annoncer à Ronald Corey, alors président de l'équipe, que son association avec les Canadiens de Montréal était terminée. Ce célèbre épisode amena l'échange de Roy qui quitta définitivement Montréal pour se joindre à l'Avalanche du Colorado.

Malgré cet incident malheureux, Tremblay connaît une bonne fin de saison à la barre du Canadien, cumulant une fiche de 40-27-6. En séries, le Canadien affronte les Rangers de New York. Malgré deux victoires coup sur coup lors des matchs 1 et 2, les Canadiens de Montréal sont éliminés en six rencontres. L'année 1996-1997 est en revanche catastrophique tant pour Tremblay que pour le Canadien. L'équipe connaît des ratés importants tout au cours de la saison et la compétence de Tremblay est maintes fois remise en question. De plus, le jeune entraîneur vit une relation extrêmement difficile avec les journalistes montréalais, plus particulièrement avec Réjean Tremblay du quotidien La Presse et Bertrand Raymond du Journal de Montréal.

Mario Tremblay a remis sa démission le 30 avril 1997. Au dire de plusieurs, le président de l'équipe de l'époque, Ronald Corey, l'aurait exigé après une saison où l'équipe avait dû traverser plusieurs crises importantes, comme lorsque certains joueurs, sous le couvert de l'anonymat, ont confié au journaliste de La Presse Mathias Brunet que l'adjoint de Tremblay, Yvan Cournoyer, ne montrait pas selon eux les compétences nécessaires pour occuper un tel poste dans la Ligue nationale de hockey.

En 2000, Mario Tremblay n'a pu résister à la tentation de se retrouver derrière un banc de la Ligue nationale en acceptant de devenir l'adjoint de Jacques Lemaire avec le Wild du Minnesota.

Le 5 juin 2009, le Wild du Minnesota annonce qu'il ne serait pas de retour avec l'équipe la saison prochaine[5].

En 2009 il reste l'adjoint de Jacques Lemaire mais chez les Devils du New Jersey.

En 2010, il met fin à sa carrière d'entraîneur et rejoint le réseau RDS en tant qu'analyste de hockey lors des parties des Canadiens de Montréal et lors de l'émission L'antichambre.

Analyste et carrière dans les médias[modifier | modifier le code]

Tremblay a commencé sa carrière dans le monde des médias en devenant commentateur pour l'émission La Soirée du hockey à Radio-Canada en 1986. Étant blessé, le soir où les Canadiens remportèrent la Coupe Stanley, il fait l'analyse avec Gilles Tremblay et Richard Garneau. Il a, après ce séjour à la société d'état, sa propre émission à TVA : "Hors-Jeu" avec Michel Beaudry après la diffusion des matchs à ce réseau. Ancien analyste à CJMS, il redevient analyste après 12 ans d'absence, à l'automne 2010 sur les ondes de RDS pour la nouvelle saison LNH 2010-2011, il anime l'émission Les Poids Lourds du Retour au 96,9 CKOI en compagnie de Patrick Marsolais et Charles Lafortune. Il collabore également aux Amateurs de sports au 98,5 FM et à l'émission l'Antichambre à RDS[6],[7]. Il fait aussi beaucoup de publicités pour des entreprises et pour des organismes de tourisme de sa région.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[8]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1972-73 Bleu-Blanc-Rouge de Montréal LHJMQ 56 43 37 80 155
1973-74 Bleu-Blanc-Rouge de Montréal LHJMQ 47 49 51 100 154
1974-75 Voyageurs de Nouvelle-Écosse LAH 15 10 8 18 47 -- -- -- -- --
1974-75 Canadiens de Montréal LNH 63 21 18 39 108 11 0 1 1 7
1975-76 Canadiens de Montréal LNH 71 11 16 27 88 10 0 1 1 27
1976-77 Canadiens de Montréal LNH 74 18 28 46 61 14 3 0 3 9
1977-78 Canadiens de Montréal LNH 56 10 14 24 44 5 2 1 3 16
1978-79 Canadiens de Montréal LNH 76 30 29 59 74 13 3 4 7 13
1979-80 Canadiens de Montréal LNH 77 16 26 42 105 10 0 11 11 14
1980-81 Canadiens de Montréal LNH 77 25 38 63 123 3 0 0 0 9
1981-82 Canadiens de Montréal LNH 80 33 40 73 66 5 4 1 5 24
1982-83 Canadiens de Montréal LNH 80 30 37 67 87 3 0 1 1 7
1983-84 Canadiens de Montréal LNH 67 14 25 39 112 15 6 3 9 31
1984-85 Canadiens de Montréal LNH 75 31 35 66 120 12 2 6 8 30
1985-86 Canadiens de Montréal LNH 56 19 20 39 55 -- -- -- -- --
Totaux LNH 852 258 326 584 1043 101 20 29 49 187
Statistiques d'entraîneur
Saison Équipe Ligue PJ  V   D   B  % V[8]
1995-96 Canadiens de Montréal LNH 77 40 27 10 58,4 %
1996-97 Canadiens de Montréal LNH 82 31 36 15 47,0 %

Trophées et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Gagnant de 5 coupes Stanley (1976, 1977, 1978, 1979, 1986).
  • Gagnant de la Coupe Molson chez les Canadiens de Montréal pour la saison 1982-83.

Autre[modifier | modifier le code]

Mario Tremblay est également propriétaire de la brasserie populaire Bar-restaurant Mario Tremblay http://www.lerbmt.ca/fr/accueil.html à Alma, depuis 1981. Il a été honoré par sa ville natale, où l'aréna locale a été rebaptisée Centre Mario-Tremblay. Mario Tremblay offre aussi ses services de conférencier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le bleuet bionique Mario Tremblay », sur www.radio-canada.ca (consulté le 25 mars 2011)
  2. (en) Biographie sur http://www.legendsofhockey.net/
  3. Article dans le journal Le Quotidien du 10 août 1999, p. 4
  4. Article dans le journal The New York Times du 11 mai 1979, P. A21
  5. (en) Terminé pour Tremblay au Minnesota, article sur le site www.rds.ca
  6. rds.ca 29 juillet 2010
  7. cyberpresse.ca 29 juillet 2010
  8. a et b (en) « Mario Tremblay hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 25 mars 2011).