Société nationale des chemins de fer luxembourgeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Société nationale des chemins de fer luxembourgeois
Logo de Société nationale des chemins de fer luxembourgeois
Création 14 mai 1946
Forme juridique Entreprise publique
Sigle CFL
Siège social Drapeau du Luxembourg Luxembourg (Luxembourg)
Actionnaires État luxembourgeois (92 %)
État belge (6 %)
État français (2 %)
Direction Jeannot Waringo
Effectifs 3 117
Filiales CFL Cargo
Site web http://www.cfl.lu
Localisation Luxembourg
Longueur 617 km
Dont électrifiés 574 km
Écartement des rails Standard UIC (1 435 mm)
Trafic voyageurs 17 millions (2009)
Trafic fret en diminution 6,6 millions de tonnes (2009)

CFL Network 2009.svg
Le réseau des chemins de fer luxembourgeois.

La Société nationale des chemins de fer luxembourgeois ou CFL est l'entreprise publique qui exploite le réseau ferré du Luxembourg. Elle est à la fois gestionnaire et utilisatrice de l'infrastructure. Les parts de la société sont reparties comme suite : 92 % l'État luxembourgeois, 6 % l'État belge et 2 % l'État français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les CFL ont été créés le 14 mai 1946. Auparavant, le réseau ferroviaire Guillaume-Luxembourg a été exploité par la Compagnie des chemins de fer de l'Est puis la Kaiserliche Generaldirektion der Eisenbahnen in Elsass-Lothringen (Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine ou EL), le Réseau ferroviaire d'Alsace-Lorraine (AL) et enfin la SNCF.

Réseau[modifier | modifier le code]

Une locomotive Diesel série 1600 de la société nationale des chemins de fer luxembourgeois.

Le réseau ferré du Luxembourg compte 617 km de voies, dont 574 sont électrifiées (48 km en courant continu 3 kV et 526 km en courant alternatif monophasé 25 kV / 50 Hz).

Les lignes du réseau sont [1]:

  • Ligne 1 Luxembourg - Troisvierges-frontière
  • Ligne 1a Ettelbruck - Diekirch
  • Ligne 1b Kautenbach - Wiltz
  • Ligne 2a Kleinbettingen - Steinfort
  • Ligne 2b Ettelbruck - Bissen
  • Ligne 3 Luxembourg – Wasserbillig-frontière via Sandweiler-Contern
  • Ligne 4 Luxembourg - Berchem - Oetrange
  • Ligne 5 Luxembourg - Kleinbettingen-frontière
  • Ligne 6 Luxembourg - Bettembourg-frontière
  • Ligne 6a Bettembourg - Esch/Alzette
  • Ligne 6b Bettembourg - Dudelange-Usines (Volmerange)
  • Ligne 6c Noertzange - Rumelange
  • Ligne 6d Tétange - Langengrund
  • Ligne 6e Esch/Alzette - Audun-le-Tiche
  • Ligne 6f Esch/Alzette - Pétange
  • Ligne 6g Pétange - Rodange-frontière (Aubange)
  • Ligne 6h Pétange - Rodange-frontière (Mont St. Martin)
  • Ligne 6j Pétange - Rodange-frontière (Athus)
  • Ligne 6k Brucherberg - Scheuerbusch
  • Ligne 7 Luxembourg - Pétange

Matériel[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Transport voyageurs[modifier | modifier le code]

Bus CFL à Luxembourg.

Les CFL ont transporté sur leur réseau environ 17 millions de voyageurs en 2009[2].

Les CFL organisent des dessertes voyageurs qui possèdent leur propre numérotation, sensiblement différentes des voies qu'elles empruntent[3]

  • 10 : lignes 1, 1a et 1b
  • 30 : ligne 3
  • 50 : ligne 5
  • 60 : lignes 6, 6a, 6b, 6c, 6d, 6e, 6f
  • 70 : lignes 7, 6g, 6h, 6j
  • 80  : lignes 6, 6a, 6f, 6h
  • 90 : ligne 6

Ces dessertes se prolongent généralement en Allemagne, en Belgique ou en France. Le réseau gère deux gares situées en France: Volmerange-les-Mines et Audun-le-Tiche.

Fret[modifier | modifier le code]

Le réseau a transporté 11,7 millions de tonnes de marchandises en 2005, mais seulement 6,6 millions de tonnes en 2009[2]. Les services marchandises sont commercialisés par la filiale EuroLuxCargo SA, CFL Cargo depuis le 20 décembre 2006.

CFL Cargo a été créée comme société séparée le 17 octobre 2006 en combinant les activités fret des CFL et les activités ferroviaires d'ArcelorMittal. Les CFL en tiennent deux tiers du capital, ArcelorMittal un tiers. CFL Cargo tient une filiale en Allemagne, issue de l'ancienne branche fret de la Norddeutsche Eisenbahngesellschaft Niebüll GmbH (neg), et une autre au Danemark avec son siège à Padborg, près de la frontière allemande et Niebüll, le siège de la filiale allemande.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]