Ligne 1 (CFL)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne 1.
Ligne de
Luxembourg à Troisvierges-frontière
Viaduc sur l'Alzette
Viaduc sur l'Alzette
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Villes desservies Luxembourg, Troisvierges
Historique
Mise en service 1862 – 1967
Électrification 1988 – 1993
Concessionnaires GL (1862 – 1946)
CFL (depuis 1946)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 1
Longueur 76,8 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

25 kV – 50 Hz

Pente ou rampe maximale 17 ‰
Nombre de voies Nombre de voies variable selon les sections
(Anciennement à voie unique)
Trafic
Propriétaire État luxembourgeois
Exploitant(s) CFL
Trafic voyageurs, marchandises
Schéma de la ligne

La ligne 1 ou ligne du nord est une ligne de chemin de fer de la société nationale des chemins de fer luxembourgeois reliant Luxembourg à Troisvierges sur la frontière avec la Belgique. Elle est prolongée à Gouvy par la ligne 42 belge vers Liège.

Histoire[modifier | modifier le code]

le 21 juillet 1862, la Compagnie des chemins de fer de l'Est, exploitant des lignes de la Société royale grand-ducale des chemins de fer Guillaume-Luxembourg, ouvre à l'exploitation la section de Luxembourg à Ettelbruck[1].

Le 15 décembre 1866, la Compagnie de l'Est met en service la section d'Ettelbruck à Troisvierges[2].

Le prolongement jusqu'à la frontière et Gouvy est mis en service le 20 février 1867[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Longue de 76,8 kilomètres, la ligne deux voies, avec des tronçons à voie unique, à écartement normal (1 435 mm). La pente maximum est de 17‰[3].

Tracé de la ligne 1.

Gares[modifier | modifier le code]

Outre la gare d'origine, de Luxembourg, la ligne comporte 18 gares ou haltes voyageurs : Dommeldange, Walferdange, Heisdorf, Lorentzweiler, Lintgen, Mersch, Cruchten, Colmar-Berg, Schieren, Ettelbruck, Michelau, Goebelsmühle, Kautenbach, Wilwerwiltz, Drauffelt, Clervaux et Troisvierges. Trois de ces gares ont également des installations de « terminal fret » et de « gare de formation » : Mersch, Ettelbruck et Troisvierges[4].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse Courtois, « Société royale grand-ducale des chemins de fer Guillaume-Luxembourg », dans Manuel des fonds publics et les sociétés par actions, Garnier frères, 1863, pp. 532-534 intégral (consulté le 21 février 2012).
  2. a et b Site rail.lu Ligne Luxembourg - Ettelbruck - Troisvierges - Frontière belge lire (consulté le 22 février 2012).
  3. Document de référence du réseau : annexe 3A, 2015, p. 5
  4. Document de référence du réseau : annexe 3A, 2015, p. 7

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Ligne 1 : Luxembourg - Troisvierges-frontière », dans Administration des chemins de fer, Réseau ferré luxembourgeois : Document de référence du réseau 2015 (version 2.0), Luxembourg, Ministère du développement durable et des infrastructures : département des transports,‎ 12 novembre 2014 (lire en ligne [PDF]), Annexe 3A, p. 4-7.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]