Autoroute ferroviaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autoroute ferroviaire en Autriche

L'autoroute ferroviaire est un type de transport combiné consistant à transporter des poids lourds sur des trains spéciaux qui peuvent atteindre des longueurs de 800 mètres[1]. Il s'agit d'un des aspects du ferroutage.

Historique du concept[modifier | modifier le code]

Autoroute ferroviaire en Hongrie opérée par la compagnie MÁV

Bien que ce système puisse en théorie délester le réseau routier d'une partie du trafic poids lourds, il ne s'est que peu appliqué en France.

Les services de la Route roulante entre pays d'Europe du Nord et du sud depuis la fin des années 1960 et « la Navette » d'Eurotunnel plus récemment, correspondent à ce type. L'Allemagne y a eu massivement recours jusqu'en 1994 pour ses transports nationaux mais ne l'a conservé que pour le fret international depuis l'arrêt des subventions publiques.

Exemples[modifier | modifier le code]

Autriche[modifier | modifier le code]

En Autriche, les autoroutes ferroviaires fonctionnent depuis la Bavière via le Tyrol vers l'Italie ou l'Europe de l'Est. Traditionnellement, l'Autriche est un pays de transit pour les poids-lourds, d'où l'importance environnementale de ces autoroutes ferroviaires. En 1999, la compagnie nationale ÖBB transporte 254000 camions soit 8,5 millions de tonnes de Fret (contre 158989 camions en 1993). Ces trains sont exploités par Ökombi GmbH, qui fait partie de la division Cargo de l'opérateur historique ÖBB. Il existe une liaison directe entre Salzbourg et le port de Trieste en Italie, où les camions arrivent en ferries depuis la Turquie.

France[modifier | modifier le code]

Wagon Modalohr utilisé par les autoroutes ferroviaires françaises
Article détaillé : Autoroute ferroviaire alpine.

Deux liaisons sont en service en France, l'autoroute ferroviaire alpine, traversant les Alpes de la France vers l'Italie depuis 2003[2], ainsi qu'une liaison entre Luxembourg et Le Boulou inaugurée en mars 2007[3] met en service des navettes, à proximité de Perpignan, sur une distance d'environ 1 000 km en passant par Dijon et Lyon L'exploitation commerciale a commencé le 11 septembre 2007[4]. Entre Bettembourg et le Boulou ce service ne transporte que les remorques (aucun transport de tracteur ou de chauffeur).

La traction est assurée par la SNCF. La commercialisation du service est réalisée par une nouvelle société, Lorry-Rail, dont les principaux actionnaires sont la Caisse des dépôts et consignations (42,6 %) et la société Vinci Concessions (19,9 %). Le matériel sera constitué de wagons spéciaux surbaissés Modalohr construits par la société Lohr Industrie et testés depuis 2003 sur la liaison France-Italie par le tunnel ferroviaire du Fréjus. Lorry-Rail, dans ses prévisions initiales, prévoyait d'investir environ 25 millions d'euros pour l'acquisition des wagons et l'aménagement de la plate-forme terminale du Boulou (20 km au sud de Perpignan). Le Grand Duché de Luxembourg a subventionné les aménagements de la plate-forme de Bettembourg, près de Luxembourg. Une subvention de 30 millions d'euros a été allouée par l'agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) pour les travaux d'aménagement du gabarit à la charge de Réseau ferré de France.

Il est prévu dans un premier temps de faire circuler une paire de trains (un dans chaque sens) chaque nuit entre 18 h et 6 h du matin. Chaque train formé de 18 wagons offre une capacité de 36 semi-remorques. Le prix du transport est évalué à 670 euros par semi-remorque (sans chauffeur) et 630 euros par caisse mobile. Le trafic est estimé à 30 000 camions par an, soit 4 % du trafic à longue distance en France.

Il faut 14h30 pour faire le trajet Luxembourg-Perpignan, contre 17 à 22h par la route[5]. En mai 2009 un second aller retour quotidien a été mis en place, puis un troisième en avril 2010, alors que le trafic atteint 3 000 camions par mois[6]. Une quatrième rotation quotidienne a été développée en décembre 2010[7]. À partir de mai 2011 trois aller-retour hebdomadaires seront prolongés vers le sud de la Suède[8].

Outre les autoroutes en service, deux nouvelles liaisons seront lancés d'ici 2015[9], à savoir :

  • Lille - Bayonne
  • Calais - Perpignan

Une autre ligne était à l'étude entre Calais et Leipzig. Elle devait utiliser la technologie de chargement latéral des remorques sur les wagons de la société allemande CargoBeamer. Les travaux de construction de la plateforme de transbordement route-rail aurait dû commencer en 2012[10] mais une forte opposition parmi les élus et la population ainsi qu'une décision défavorable de l'ARAF est venue mettre en péril ce projet qui a déjà bénéficié de deux enquêtes publiques en 2014 [11].

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, les routes roulantes sont exploités par Hupac AG et RAlpin AG[12] et traversent les Alpes pour se rendre dans les pays frontaliers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]