Signe V

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir V.

Le signe V est un geste de la main réalisé en tendant l'index et le majeur pour former un « V ». Ce signe, mondialement reconnu, indique généralement une victoire (d'où la lettre « V ») ou une réussite.

Churchill sortant du 10 Downing Street le 5 juin 1943, arbore le signe V de la Victoire des Alliés.

Diverses significations[modifier | modifier le code]

Ce signe peut avoir diverses significations selon son contexte et la façon dont il est fait.

Avec le dos de la main face à la personne qui fait le geste :

  • la quantité « deux » ;
  • le signe de victoire ou de réussite ;
  • le signe de la paix ;
  • le salut motard ;
  • une farce à une personne à laquelle on fait des oreilles de lapin ou d'âne lorsque l'on fait le signe derrière la tête ;


Avec la paume de la main face à la personne qui fait le geste :

Avec d'autres mouvements :

Un scientifique du Johnson Space Center fait le signe de la victoire après l'extraction réussie de poussières stellaires collectées par la sonde spatiale Stardust.

Histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne référence au signe V remonte vers 1330 où il apparaît en marge du Psautier Macclesfield. Mais la plus ancienne référence sans ambigüité date du XVIe siècle, dans un ouvrage de François Rabelais[1].

V is for Victory[modifier | modifier le code]

Winston Churchill célèbre la victoire sur l'Allemagne le 8 mai 1945
Durant l'occupation de Jersey, un maçon a intégré au nez et à la barbe des occupants un V au pavage de la place Royale (aujourd'hui transformé en monument).

C'est durant la Seconde Guerre mondiale que le signe V prend toute son ampleur et devient un symbole patriotique de la lutte anti-nazie. C'est l'ancien ministre belge Victor de Laveleye qui propose aux Belges, le 14 janvier 1941 à la radio de la BBC où il est speaker, d'utiliser ce symbole en signe de lutte contre l'occupant. Il fait remarquer que le V est la première lettre du mot français "Victoire" et du mot néerlandais "Liberté" (Vrijheid), une chose de plus qui fait que les Flamands et les Wallons sont unis contre l'occupant allemand. De plus, c'est la première lettre du mot anglais Victory. La BBC relaye cette campagne, dénommée ensuite « campagne des V », en Belgique, aux Pays-Bas et dans le Nord de la France. Le 27 juin 1941 est ajoutée une version audio, le V en morse : •••—[2]. Ce rythme correspondant aux premières notes de la Symphonie n° 5 de Beethoven, celle-ci devint l'indicatif des émissions à destination de l'Europe occupée.

Winston Churchill adhère à cette campagne et fait ce geste dès qu'un photographe est présent. Ce signe est ensuite repris à travers l'Europe occupée par les Allemands et devient un signe anti-nazi[3].

Pour la France, Charles de Gaulle fait le signe dans ses discours à partir de 1942[4]. Le V abritait donc parfois une croix de Lorraine.

Les Allemands lancèrent une campagne de propagande réutilisant le symbole, autour du mot allemand Viktoria, afin de contrer le "V" des alliés et de le tuer dans l’œuf, mais elle n'eut finalement pas le succès escompté[3],[5].

Bien plus tard, le signe V est également employé par le mouvement Solidarność, en Pologne, comme symbole d'opposition au communisme et au pouvoir en place.

Signe de la paix[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960 aux États-Unis, le signe est repris par les mouvements s'opposant à la guerre du Viêt Nam, mais l'origine de cette adoption reste obscure.
Au Japon, l'utilisation du signe de la paix est très fréquente lors des photographies[6].

Légende urbaine[modifier | modifier le code]

Une légende urbaine fait remonter l'origine de ce signe à la guerre de Cent Ans qui voit s'opposer les Anglais aux Français. Durant plusieurs batailles, les archers jouent un rôle décisif dans la stratégie militaire anglaise. À tel point que lorsque les Français capturaient un archer anglais, ils lui sectionnaient l'index et le majeur, car ces deux doigts sont essentiels pour tirer à l'arc. En signe d'insulte, les archers anglais auraient pris l'habitude avant la bataille de faire le signe V à l'adresse des Français[7]. C'est de là que viendrait le doigt d'honneur.

Salut motard[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, Barry Sheene, champion de Grand Prix moto, avait pris pour habitude de saluer son public d'un signe V à chacune de ses victoires. De plus en plus de motards adoptèrent ce signe comme salut sur la route et il fait maintenant partie de leur « code des signes »[8].

Autre[modifier | modifier le code]

Le symbole Unicode définit le signe V par U+270C ().

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) « Henry V », British Shakespeare Company (consulté le 23 février 2009)
  2. (en) Diane DeBlois et Robert Dalton Harris, « Morse Code V for Victory: Morale through the Mail in WWII », Smithsonian National Postal Museum,‎ 27 septembre 2008 (consulté le 19 février 2009)
  3. a et b (en) « V for Victory », sur Icons (consulté le 18 février 2009)
  4. « Discours de Charles de Gaulle à l'Albert Hall de Londres » [vidéo], sur ina.fr, 11 novembre 1942.
  5. (fr) « Newswatch 1940 - War prompts naming and campaigning », BBC News (consulté le 18 février 2009)
  6. (fr) « The Japanese Version (the Sign of Peace) », sur Icons (consulté le 24 février 2009)
  7. (en) « The Archers' V-sign: an urban legend - The V-sign », sur Icons (consulté le 18 février 2009)
  8. (fr) « Le Code des signes des motards », sur Passion Moto GT (consulté le 2 août 2009)