Expression faciale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photographies provenant du livre Mécanisme de la Physionomie Humaine de Guillaume Duchenne publié 1862

L'expression faciale est un aspect important du comportement et de la communication non verbale.

Déjà étudiée par Darwin et Duchenne de Boulogne au XIXe siècle, l'expression faciale a joué un rôle majeur dans la recherche sur les émotions depuis les travaux de Sylvan Tomkins dans les années 1960. Ses élèves Paul Ekman et Caroll Izard ont défendu l'idée d'un nombre limité d'émotions de base auxquelles sont associées des expressions faciales automatiques, universelles et innées.

L'expression faciale joue aussi un rôle important dans la langue des signes. Il est à lui seul un moyen d'expression.

Précurseurs[modifier | modifier le code]

Le sourire de Duchenne[modifier | modifier le code]

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, le neurologiste Duchenne de Boulogne réalise une série d'expériences sur l'expression faciale de l'émotion. Il utilise la photographie et la stimulation électrique des muscles du visage pour mettre en évidence les mouvements associés à l'expression des émotions. Il remarque notamment que les sourires exprimant une joie sincère se différencient des sourires volontaires par la contraction du muscle orbiculaire de l'œil (orbicularis oculi), un muscle situé autour des yeux.

Des recherches menées dans les années 1980 par Paul Ekman et son équipe ont permis de confirmer et de compléter ces résultats[1]. Ekman a mis en évidence le fait que nous sommes pour la plupart incapables de contracter volontairement orbicularis oculi et que ceux qui le peuvent n'arrivent généralement pas à contracter ce muscle de chaque côté au même moment. En outre, les sourires de Duchenne sont généralement associés à une activité asymétrique dans le lobe frontal, considérée comme un signe d’affect positif[2].

Ekman a proposé de baptiser « sourire de Duchenne » (Duchenne smile) ce type de sourires.


Hypothèse du feedback facial[modifier | modifier le code]

Selon l'hypothèse du feedback facial, les mouvements du visage peuvent moduler les émotions et même les provoquer[3].

Selon cette théorie, l'éducation et la culture restreignent la gamme des émotions adoptées par les gens et donc la gamme de leurs émotions[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ekman (2003).
  2. Voir Ekman & Davidson (1993) et Ekman, Davidson & Friesen (1990)
  3. (en) Daniel N. McIntosh, « Facial Feedback Hypotheses : Evidence, Implications and Directions », Motivation and Emotion, vol. 20, no 2,‎ 1996
  4. Susan T. Fiske, Shelley E. Taylor, Cognition sociale. Des neurones à la culture, Editions Mardaga,‎ 2011 (lire en ligne), p. 367

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ekman, P. (2003). Darwin, Deception, and Facial Expression. Annals of the New York Academy of Sciences, 1000, 205-221.
  • Ekman, P., & Davidson, R. J. (1993). Voluntary Smiling Changes Regional Brain Activity. Psychological Science, 4 (5), 342-345
  • Ekman, P., Davidson, R. J., & Friesen, W. V. (1990). The Duchenne smile: emotional expression and brain physiology. II. Journal of personality and social psychology, 58 (2), 342-353.
  • Freitas-Magalhaes, A. (2007). The Psychology of emotions: The allure human face. Oporto: University Fernando Pessoa Press.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]