Kowtow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Sujet faisant kowtow devant une cour de justice
Sujets faisant kowtow aux soldats

Le kowtow (叩頭 en chinois traditionnel, 叩头 en chinois simplifié, Kòu tóu en hanyu pinyin et Kau tàuh en cantonais) est un geste signe de profond respect qui consiste pour la personne qui l'exécute à se mettre à genoux et en s'inclinant de manière à ce que sa tête touche le sol. En Baihua, ce geste a été traduit par Kē tóu (磕頭), ce qui altère sensiblement le sens de l'expression. En effet, le mot Kòu signifie dans l'expression Kòu tóu se jeter à terre avec respect alors que signifie simplement toucher une surface.

Dans le protocole de la Chine impériale ce geste de prosternation était effectué devant l'Empereur de Chine. Dans la vie quotidienne en Chine, ce geste n'est plus fait devant un être humain, mais peut parfois être effectué devant une sépulture pour montrer le respect manifesté au défunt. C'est un geste rituel dans les cérémonies d'initiation aux arts martiaux chinois, ou Wushu (武术).

Dans la religion bouddhiste, le kowtow se pratique devant des statues ou des sépultures. Le kowtow est alors plus communément appelé Adoration avec le faîte de la tête (頂禮) ou le Jet des cinq membres à terre (五體投地) en référence au fait que les deux jambes, les deux bras et le front soient plaqués à terre. Ainsi, lors de certaines cérémonies, des fidèles exécutent des sessions de trois kowtows, se levant puis effectuant à nouveau le geste plusieurs fois de suite. Cette tradition est appelée trois agenouillements suivi de neuf inclinaisons de tête (三跪九叩). Certains pèlerins bouddhistes font durant leurs longs pèlerinages un kowtow tous les trois pas. Le chiffre trois renvoie ici aux trois joyaux du bouddhisme que sont Bouddha, Dharma et Sangha.

Le mot de kowtow est arrivé dans la langue anglaise, où il est devenu courant au XIXe siècle, tout d'abord pour désigner le fait de s'incliner, puis très vite pour désigner une soumission abjecte ou intéressée. De nombreux Occidentaux pensent que le kowtow a toujours eu une signification religieuse alors que dans les faits il n'en est rien. Ce geste a d'ailleurs déjà été utilisé lors de visites diplomatiques. Ainsi, selon les annales de la dynastie Chosŏn, en 1596, le Daimyo (大名) japonais Hideyoshi Toyotomi (秀吉 豊臣) qui unifia le Japon eut à faire kowtow pour montrer son statut de vassal envers la dynastie Ming, mais ce n'est attesté par aucune source chinoise ou japonaise.

Le geste du kowtow faisait également partie de l'étiquette diplomatique entre Chinois et Européens, étant donné qu'il était nécessaire de faire kowtow avant de pouvoir être mis en présence de l'Empereur de Chine, mais ce geste signifiait que l'on se soumettait à l'Empereur. Cela ne posait donc pas de problèmes aux voyageurs indépendants, comme les commerçants hollandais qui ne « représentaient qu'eux-mêmes ». Les ambassades britanniques de George Macartney en 1793 et de William Pitt Amherst en 1816 refusèrent de faire kowtow devant l'Empereur, ceci équivalant pour eux à reconnaître que le Royaume-Uni était un sujet de l'Empereur de Chine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]