Ascoli Piceno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ascoli.
Ascoli Piceno
Palazzo dei Capitani del Popolo
Palazzo dei Capitani del Popolo
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Coat of arms of Marche.svg Marches 
Province Ascoli Piceno 
Code postal 63100
Code ISTAT 044007
Code cadastral A462
Préfixe tel. 0736
Démographie
Gentilé ascolani
Population 51 168 hab. (31-12-2010[1])
Densité 319 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 51′ 00″ N 13° 35′ 00″ E / 42.85, 13.5833342° 51′ 00″ Nord 13° 35′ 00″ Est / 42.85, 13.58333  
Altitude Min. 154 m – Max. 154 m
Superficie 16 048 ha = 160,48 km2
Divers
Saint patron Sant'Emidio
Fête patronale 5 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marches

Voir sur la carte administrative des Marches
City locator 14.svg
Ascoli Piceno

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Ascoli Piceno

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Ascoli Piceno
Liens
Site web http://www.comune.ascoli-piceno.it/

Ascoli Piceno est une ville italienne d'environ 51 200 habitants, chef-lieu de la province d'Ascoli Piceno dans la région Marches en Italie.

La commune porte le surnom de « ville aux cent tours[2] » en raison de ses nombreux édifices médiévaux de ce types (tours, clochers) construits en travertin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à environ 25 km de l'Adriatique, Ascoli Piceno se trouve à une altitude de 154 m. Elle est traversée sur son territoire communal par le Castellano, un affluent du Tronto.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est construite par les Picéniens sur une hauteur défensive au IXe siècle av. J.-C.[2]. Elle est conquise par les Romains en -286, qui la nomment Asculum, avant d'être reprise par les Ascolins en 89. La cité est détruite durant la période des invasions barbares entre le Ve siècle et le VIe siècle (par Totila en particulier en 544) et a été occupée ensuite par les Lombards.

Ville libre au Moyen Âge à partir de 1182, Ascoli Piceno est mise à sac par l'empereur Frédéric II. C'est à cette époque qu'une rivalité prend naissance avec la ville voisine de Fermo[réf. nécessaire]. Durant le Moyen Âge, Ascoli se développe économiquement et culturellement. Elle fut sous domination pontificale dès 1502, puis devient en 1824 chef-lieu d'une des six provinces des Marches, jusqu'à son rattachement à l'Italie en 1860.

Dans les années 2010, le gouvernement italien tente de faire classer la ville au patrimoine mondial de l'UNESCO, en raison de son patrimoine architectural[2].

Économie[modifier | modifier le code]

La ville d'Ascoli Piceno et son territoire sont le berceau de la tradition et de la culture de la fameuse olive de table appelée Oliva Ascolana del Piceno[2].

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Quelques restes de constructions romaines dont la porte Gemina actuellement intacte.
  • Le centre historique médiéval, construit sur la partie romaine, comprenant notamment le palais Longobardo, le baptistère, l'église San Vincenzo e Atanasio (XIIe siècle)
  • Des éléments de la Renaissance :
    • Palazzo de l'évêque
    • La cathédrale (construite au XVe) flanquée d'un baptistère, dédiée à San Emidio, patron de la ville et protecteur de la ville contre les tremblements de terre, abrite deux œuvres remarquables, un polyptyque (chef-d'œuvre de Carlo Crivelli) et un bas relief en argent du XIVe siècle comportant 27 panneaux retraçant la vie du Christ. La crypte abrite, dans des sarcophages, les restes du saint patron et de tous les évêques d'Ascoli depuis le Moyen Âge[2].
    • le palazzo dei Capitani donnant sur la Piazza del Popolo.
  • Les édifices de la ville sont presque tous construits en travertin provenant des carrières proches de la colline San Marco[2].

Fêtes et foires[modifier | modifier le code]

  • Carnaval d'Ascoli qui se déroule chaque année à partir du 17 janvier.
  • Le festival Fritto Misto, une manifestation culinaire et gastronomiques de la friture se déroulant chaque année durant un week-end du mois d'avril et attirant environ 50 000 personnes[2].
  • Tournoi de chevaliers (le premier dimanche d'août), pour faire revivre la tradition historique du XVe siècle, en costumes d'époque.

Ce tournoi porte le nom de Torneo cavalleresco della Quintana.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1944 Serafino Orlini    
1946 1960 Serafino Orlini    
    Ugo De Santis    
1990 1991 Gino Andreani Democrazia Cristiana  
1991 1995 Nazzareno Cappelli Centro-Destra  
23 avril 1995 13 juin 1999 Roberto Allevi PDS,Patto dei Democratici,Verdi,Partito Comunista  
13 juin 1999 14 juin 2004 Piero Celani Forza Italia  
14 juin 2004 en cours Piero Celani Centro-Destra  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Mozzano, Rosara, Piagge, Castel Trosino, Villa S. Antonio

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Acquasanta Terme, Ancarano, Appignano del Tronto, Castel di Lama, Castignano, Castorano, Civitella del Tronto, Colli del Tronto, Folignano, Maltignano, Roccafluvione, Rotella, Sant'Egidio alla Vibrata, Valle Castellana, Venarotta

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Ascoli Piceno
Autres

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a, b, c, d, e, f et g Les villes des Marches italiennes (1/6) : Ascoli Piceno, la gourmande dans Le Monde du 24 août 2011.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]